Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
La déclaration de Monseigneur Lefebvre revue et corrigée par Menzingen

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chouanne
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2012
Messages: 259

MessagePosté le: Sam 8 Déc 2012, 20:26    Sujet du message: La déclaration de Monseigneur Lefebvre revue et corrigée par Menzingen Répondre en citant

La déclaration de Monseigneur Lefebvre revue et corrigée par Menzingen
lien: http://www.antimodernisme.info/info/?p=128


Posted on 5 décembre 2012 by administrateur

Antimodernisme : les catholiques libéraux ont le « génie » pour rendre ténébreux les textes les plus lumineux. La déclaration de Monseigneur Lefebvre en 1974 est comme une lumière au sein des ténèbres répandues par les modernistes . Désormais Menzingen veut mettre cette lumière sous le boisseau .


Bon anniversaire à la « Déclaration » de Mgr Lefebvre !


(Réaction au communiqué de la Maison Générale de la FSSPX du 21 novembre 2012)
Le 21 novembre 2012, la Maison Générale de la Fraternité a eu l’idée de célébrer le 38ème anniversaire de la déclaration de S. Exc. Mgr Marcel Lefebvre du 21 novembre 1974.
Mais voilà qu’on nous invite, en fait, à rechercher une continuité entre cette déclaration et l’interview donnée à DICI par Mgr Fellay le 16 juillet dernier, et ce à travers un autre texte de Mgr Lefebvre du mois de mai 1975.
Nous allons montrer qu’au contraire, cette démarche trahit chez les dirigeants de la Fraternité une orientation nouvelle. En évoquant les œuvres de Mgr Lefebvre, en cherchant à comprendre dans le droit fil des ses œuvres le document de 1975, nous préciserons à quel niveau il nous paraît s’être produit un glissement dans la pensée des autorités de la FSSPX.


Un principe
Un principe : pour faire parler ou agir un défunt, il faut se référer à ses principes généraux d’action, qui se traduisent dans les œuvres majeures de sa vie. Il y a péril en effet, à se fonder sur une déclaration liée aux circonstances ou sur un fait ponctuel, car le contexte étant différent, on risque fort de faire dire au défunt le contraire de ce qu’il dirait s’il était vivant. Par exemple, les associations cultuelles, condamnées par Saint Pie X, ont été admises plus tard, vu les circonstances, par Mgr Lefebvre comme support des œuvres de la FSSPX en France. Ainsi en va-t-il également de cette déclaration de 1975, dont il est dit à tort qu’elle éclaire celle de 1974. Pour s’en convaincre, mettons en lumière l’idée maîtresse de la déclaration de 1974.


Les deux Romes
La déclaration de 1974 contient d’emblée une distinction capitale qui explique son appellation assez courante de « déclaration des deux Romes » :
« Nous adhérons de tout cœur, de toute notre âme à la Rome catholique, gardienne de la Foi catholique et des traditions nécessaires au maintien de cette foi, à la Rome éternelle, maîtresse de sagesse et de vérité. »
« Nous refusons par contre et avons toujours refusé de suivre la Rome de tendance néomoderniste et néo-protestante qui s’est manifestée clairement dans le concile Vatican II et après le concile dans toutes les réformes qui en sont issues. »


Le complément de mai 1975
Les autorités de Menzingen prétendent trouver « le sens exact » de la déclaration de 1974 dans un texte postérieur en date du 18 mai 1975 où Mgr Lefebvre précise que « jamais il n’a été dans (son) intention … de rompre en quoi que ce soit l’unité avec l’Eglise catholique et avec son chef légitime, le pape Paul VI ».
Quel était le contexte de ce deuxième message, et quelle en était la portée ?
L’année 1975 est une année d’épreuves : une commission Romaine auditionne Mgr Lefebvre, puis condamne son action, et donne le feu vert à Mgr Mamie, évêque de Fribourg, pour la suppression canonique de la Fraternité. Le pape Paul VI lui-même écrit à Mgr Lefebvre une lettre personnelle où il affirme que « le deuxième concile du Vatican ne fait pas moins autorité, il est même sous certains aspects plus important que celui de Nicée ».
Se voyant condamné, son séminaire et ses maisons « supprimés », Mgr Lefebvre éprouve alors l’urgent besoin de rappeler à ses fidèles qu’il n’a aucune visée schismatique. Il est condamné certes, mais il entend rester soumis au Pape régnant en tout ce qui ne contredit pas la foi. Cette affirmation parfaitement orthodoxe, mais qui fâche les sédévacantistes, vient compléter la distinction des deux Romes, mais nullement la révoquer ou l’amoindrir.
Nous en voulons d’abord pour preuve le commentaire que Mgr Lefebvre a lui-même prononcé sur sa déclaration, la définissant comme « … la position du séminaire et de la Fraternité depuis le début, mais en termes plus nets et définitifs, en raison de l’amplitude de la crise » (adresse aux séminaristes d’Ecône le 2 décembre 1974, in Marcel Lefebvre, une vie de Mgr Tissier de Mallerais, page 506).
Ensuite, il convient d’observer que les actes de Mgr Lefebvre, à cette époque et par la suite, sont clairement dirigés contre la Rome moderniste et sanctionnés par celle-ci : ordinations dites « sauvages », première messe de l’abbé du Chalard aux arènes de Lutèce, déclarations fracassantes à la presse, suspens a divinis, messe solennelle à Lille, le sacre de quatre évêques contre la volonté de Rome, et finalement son excommunication.
Mgr Lefebvre distingue donc réellement deux Romes, l’une « éternelle », à laquelle il adhère par la Foi, l’autre, libérale et néo-moderniste, persécutrice de la Tradition, qu’il reconnaît cependant comme autorité légitime.


Le glissement
Le communiqué de la Maison Générale du 21 novembre 2012, interprète le texte de 1975 dans un tout autre sens, celui de la possibilité théorique d’un « accord » avec le Pape, tout en gardant une référence à la déclaration de 1974.
Ainsi, introduisant l’interview de Mgr Fellay du 16 juillet 2012 (troisième volet du communiqué de la Maison Générale), le même communiqué déclare : « à l’issue du Chapitre général de la FSSPX, Mgr Bernard Fellay reprenait la déclaration de Mgr Lefebvre », formule bien osée quand on considère le corps de l’interview.
En effet, les réponses de Mgr Fellay opèrent insensiblement un glissement vers une stratégie de rapprochement des deux Romes
« Nous ferons très prochainement parvenir à Rome la position du Chapitre qui nous a donné l’occasion de préciser notre feuille de route en insistant sur la conservation de notre identité, seul moyen efficace pour aider l’Eglise à restaurer la Chrétienté » ;
«Loin de nous l’idée de constituer une Eglise parallèle, exerçant un magistère parallèle ! »
« Ce n’est pas nous qui romprons avec Rome, la Rome éternelle, maîtresse de sagesse et de vérité ».
Dans ce texte, comme dans les récentes interviews de Mgr Fellay, on ne distingue plus nettement « les deux Romes », ce qui revient de fait à les confondre dans une même entité où la Tradition pourrait trouver une place.
Ainsi, fait-on endosser par Mgr Lefebvre la paternité posthume de cette « feuille de route », à l’encontre de ses actes explicites et au mépris de son avertissement : « je crois que l’on ne peut pas dire que Rome n’a pas perdu la Foi ».
Non, il faut le répéter, la déclaration du 18 mai 1975 n’est pas une atténuation de celle de 1974. Elle n’a pas pour objet de gommer la distinction des deux Romes au point de la rendre illisible.

La lettre de 1976
Si tel avait été le cas, la lettre écrite le 17 juillet 1976 par Mgr Lefebvre au Pape Paul VI n’aurait aucun sens. Voici cette lettre :
« Très Saint-Père,
Tous les accès permettant de parvenir jusqu’à Votre Sainteté m’étant interdits, que Dieu fasse que cette lettre La rejoigne pour Lui exprimer nos sentiments de profonde vénération, et par la même occasion Lui formuler avec une prière instante l’objet de nos désirs les plus ardents qui, hélas ! semblent être sujet à litige entre le Saint-Siège et de nombreux catholiques fidèles.
Très Saint-Père, daignez manifester votre volonté de voir s’étendre le Règne de Notre Seigneur Jésus-Christ en ce monde, en restaurant le Droit public de l’Église,
– en rendant à la Liturgie toute sa valeur dogmatique et son expression hiérarchique, selon le rite latin romain consacré par tant de siècles d’usage,
– en remettant en honneur la Vulgate,
- en redonnant aux catéchismes leur vrai modèle, celui du Concile de Trente.
Ce faisant, Votre Sainteté restaurera le sacerdoce catholique et le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ sur les personnes, sur les familles et sur les sociétés civiles.
Elle rendra leur juste conception aux idées falsifiées devenues les idoles de l’homme moderne : la liberté, l’égalité, la fraternité, la démocratie, à l’exemple de ses prédécesseurs.
Que Votre Sainteté abandonne cette néfaste entreprise de compromission avec les idées
de l’homme moderne, entreprise qui tire son origine d’une entente secrète entre de hauts dignitaires de l’Église et ceux des loges maçonniques, dès avant le Concile. Persévérer dans cette orientation, c’est poursuivre la destruction de l’Église. Votre Sainteté comprendra aisément que nous ne pouvons collaborer à un si funeste dessein, ce que nous ferions si nous consentions à fermer nos séminaires. Que l’Esprit Saint daigne donner à Votre Sainteté les grâces du don de force, afin qu’Elle manifeste par des actes non équivoques qu’Elle est vraiment et authentiquement le successeur de Pierre proclamant qu’il n’y a de salut qu’en Jésus-Christ et en son épouse mystique, la sainte Église catholique et romaine. Marcel Lefebvre. »
Ce que Mgr Lefebvre demande là au pape Paul VI, c’est ni plus ni moins son retour à la Tradition bimillénaire de l’Eglise Catholique. On croit entendre l’écho de Lc XXII, 32, lorsque Notre Seigneur Jésus-Christ s’adresse à Pierre : « J’ai prié pour que ta foi ne défaille pas. Et toi, quand tu seras revenu, affermis tes frères ».


En conclusion,
Dans la FSSPX, se réclamer de Mgr Lefebvre est une chose normale, puisque nous sommes ses héritiers spirituels.
Cela dit, sachons nous réclamer avant tout de son esprit de foi et de son courage dans la lutte contre le libéralisme catholique et la Rome moderniste.
Il ne serait pas honnête d’exploiter certains passages de ses écrits hors de leur contexte, pour justifier aujourd’hui d’inadmissibles concessions, mettant ainsi Mgr Lefebvre en contradiction avec son œuvre


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 8 Déc 2012, 20:26    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Bernardus
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2012
Messages: 63
Localisation: Cité de Dieu

MessagePosté le: Jeu 20 Déc 2012, 03:17    Sujet du message: La déclaration de Monseigneur Lefebvre revue et corrigée par Menzingen Répondre en citant

Bonjour,

Une autre analyse des différences entre Mgr Lefebvre et Mgr Fellay en tableaux par le moine Arsenius du monastère de Santa Cruz

http://beneditinos.org.br/index.php?option=com_content&view=article&amp…


LE PROBLÈME EST DE FOI, ET IL EST GRAVE


Un parallèle impressionnant:


MGR. MARCEL LEFEBVRE 
MGR. BERNARD FELLAY 
« La déclaration conciliaire sur la liberté religieuse s’avère d’abord être contraire au magistère constant de l’Eglise. (...) Elle ne repose sur aucun fondement révélé.[1] Les « limites » fixées par le Concile à la liberté religieuse ne sont que de la poudre aux yeux, masquant le défaut radical dont elles souffrent et qui est de ne plus tenir compte de la différence entre la vérité et l’erreur ! On prétend contre toute justice,  attribuer le même droit à la vraie religion et aux fausses.[2] Le comble de l’impiété, qui n’avait jamais été atteint jusqu’alors, a été accompli lorsque ce qui a voulu passer pour [l’Eglise] a adopté au concile Vatican II le principe du laïcisme de l’Etat, ce qui revient au même, la règle de la protection égale de l’Etat aux adeptes de tous les cultes, par la déclaration sur la liberté religieuse.[3] La liberté religieuse signifie nécessairement l’athéisme de l’Etat. Car professant reconnaître ou favoriser tous les dieux, l’Etat n’en  reconnaît en fait aucun, surtout pas le vrai Dieu ! Voilà ce que nous disons, quand on nous présente la liberté religieuse de Vatican II comme un développement de la doctrine de l’Eglise ![4] Alors, nous refusons la liberté religieuse de Vatican II, nous la rejetons dans les  mêmes termes que les papes du XIXe siècle l’ont rejetée, nous nous appuyons sur leur autorité et rien que sur leur autorité : quelle plus grande garantie pouvons-nous avoir d’être dans la vérité, que d’être forts de la force même de la tradition, de l’enseignement constant des papes, Pie VI, Pie VII, Grégoire XVI, Pie IX, Léon XIII, Benoît XV, etc., qui tous ont condamné la liberté religieuse.[5] »
« Beaucoup sont ceux qui comprennent le Concile de travers. (...) En y regardant de plus près, j’ai vraiment l’impression que peu de gens savent ce qu’en dit réellement le Concile. Le Concile présente une liberté religieuse qui est une liberté très, très limitée ; très limitée. »[6]
« Le deuxième concile du Vatican (...) est le plus grand désastre de ce siècle et de tous les siècles passés, depuis la fondation de l’Eglise.[7] Plus on analyse les documents de Vatican II, plus on se rend compte qu’il s’agit d’une perversion totale de l’esprit… C’est très grave ! Une perversion totale !… C’est vraiment effrayant.[8] Indifférentisme de l’Etat, droit à la liberté religieuse pour tous les sectateurs de toutes les religions, destruction du droit public de l’Eglise, suppression des Etats catholiques : tout cette série d’abominations s’y trouve consignée, et exigée par la logique même d’un libéralisme qui ne veut pas dire son nom et qui en est la source empoisonnée.[9] La liberté religieuse, c’est l’apostasie légale de la société : retenez-le bien.[10] » [11]
« Dans la Fraternité, on est en train de faire des erreurs du Concile des super hérésies. »[12]



La contradiction est flagrante. Voilà les conséquences quand on s’approche des progressistes : ils changent nos pensées. Ils sont très habiles pour nous tromper. On va certainement m’accuser de manque de respect vis-à-vis de Mgr. Fellay. Qu’on veuille m’excuser car avant tout, je suis convaincu qu’il s’agit plutôt d’un manque de respect de Mgr. Fellay vis-à-vis de Mgr. Lefebvre, qu’il dément subrepticement.


Mais, bien, voyons à travers d’une nouvelle comparaison qui a raison: Mgr. Lefebvre ou Mgr. Fellay:


MAGISTÈRE INFAILLIBLE DE LA SAINTE EGLISE 
CONCILE PASTORAL DE VATICAN II 
C’est une erreur d’affirmer que :
« Le meilleur gouvernement est celui où on ne reconnaît pas au pouvoir l’obligation de réprimer par la sanction des peines les violateurs de la religion catholique, si ce n’est lorsque la tranquillité publique le demande.  »[13]
« La liberté de conscience et des cultes est un droit propre à chaque homme.  »[14]
« [Ce droit] doit être proclamé et garanti dans toute société correctement constituée.  »[15]
« Il est libre à chaque homme d’embrasser et de professer la religion qu’il aura réputée vraie d’après la lumière de la raison.  »[16]
«Les hommes peuvent trouver le chemin du salut éternel et obtenir le salut éternel dans le culte de n’importe quelle religion.  »[17]
« Au moins doit-on bien espérer du salut éternel de tous ceux qui ne vivent pas dans le sein de la véritable Eglise du Christ.  »[18]
« Ce Concile du Vatican déclare que la personne humaine a droit à la liberté religieuse. (...) Qu’en matière religieuse nul ne soit forcé d’agir contre sa conscience ni empêché d’agir, dans de justes limites, selon sa conscience, en privé comme en public, seul ou associé à d’autres. »[19]
« Ce droit de la personne humaine à la liberté religieuse dans l’ordre juridique de la société doit être reconnu de telle manière qu’il constitue un droit civil. »[20]
« Le droit à la liberté religieuse a son fondement réel dans la dignité même de la personne humaine. »[21]
« Ce n’est donc pas sur une disposition subjective de la personne, mais sur sa nature même, qu’est fondé le droit à la liberté religieuse. C’est pourquoi le droit à cette exemption de toute contrainte persiste en ceux-là mêmes qui ne satisfont pas à l’obligation de chercher la vérité et d’y adhérer ; son exercice ne peut être entravé, dès lors que demeure sauf un ordre public juste. »[22]
Il est de Foi que :
« Hors de l’Eglise absolument personne n’est sauvé.  »[23]
« L’Esprit du Christ, en effet, ne refuse pas de se servir d’elles [communautés séparées] comme de moyens de salut. »[24]
« Tous les croyants, à quelque religion qu’ils appartiennent, ont toujours entendu la voix de Dieu et sa manifestation. »[25]



Résumant : Vatican II dit que l’homme a le droit de choisir la religion qu’il veut ou de n’en choisir aucune et de défendre publiquement les doctrines des fausses religions; et que Dieu se sert des fausses “religions” comme moyen de salut. Cette doctrine est complétement opposée aux paroles de Notre Seigneur: « Qui ne croit pas en tout ce que je vous ai enseigné sera condamné » (cf. Mc. 16, 16 et Mt. 28, 20). Si l’homme avait le droit naturel de ne pas croire aux vérités révélées par Notre Seigneur Jésus-Christ (il en est ainsi des fausses religions), il ne pourrait, pour cela même, être puni par la condamnation éternelle, puisque personne ne peut être puni à cause d’un droit et de l’exercice de ce même droit qu’il tient.


Qu’y-a-t’il de plus nocif que cette doctrine de Vatican II ? Si l’homme a le droit de suivre n’importe quelle religion (ou aucune) et si Dieu se sert de toutes comme moyen de salut, pourquoi s’est-Il fait homme ? Pourquoi a-t’Il fondé son Eglise ? (cf. Mt. 16, 18) Pourquoi est-Il mort sur la croix ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi, si l’homme peut se sauver en adhérant à n’importe quelle “religion” ou à aucune ? Cette doctrine détruit toute la raison d’être de la Sainte Eglise, car elle détruit la nécessité de la Foi (véritable) pour le salut et rend inutile l’Incarnation et la rédemption.


Je me demande comment Mgr. Fellay peut ridiculiser la Fraternité Saint Pie X en disant que celle-ci voit dans Vatican II des « super hérésies ». Je ne savais pas (et d’où a-t’il sorti ça ?) que l’Eglise faisait ces distinctions : super hérésies, hérésies et « petites hérésies ». La négation d’une unique vérité révélée est suffisante pour mériter de la part de l’Eglise un rejet total et ses plus sévères anathèmes.


Comment Mgr. Fellay peut-il déclarer que la liberté religieuse de Vatican II est bien petite ? Benoît XVI, au contraire, défend la liberté religieuse dans toute son amplitude, justement dans le sens condamné par la Sainte Eglise, comme on peut le voir à travers des propos du pape Ratzinger : « Parmi les droits et les libertés fondamentaux enracinés dans la dignité humaine, la liberté religieuse jouit d’un statut spécial. Quand la liberté religieuse est reconnue, la dignité de la personne humaine est respectée à sa racine même. A l’inverse, quand on essaie d’empêcher de professer sa religion ou sa foi et de vivre en conformité avec elles, la dignité humaine est lésée. Toute personne doit pouvoir exercer librement le droit de professer et de manifester individuellement ou de manière communautaire, sa religion ou sa foi, aussi bien en public qu’en privé, dans l’enseignement et dans la pratique, dans les publications, dans le culte et dans l’observance des rites. Elle ne devrait pas rencontrer d’obstacles si elle désire, éventuellement, adhérer à une autre religion ou n’en professer aucune, sauf l’exigence légitime de l’ordre public pénétré par la justice. »[26] Est-ce que Benoît XVI, lui aussi, n’a pas compris Vatican II ?


Mais je prévois maintenant et j’entends déjà l’accusation de [Modéré] dont on va me taxer certainement, ou celle d’esprit schismatique ou encore celle de manque de foi dans la divinité de l’Eglise. Je ne suis pas [Modéré] ! Le [Modéré] est celui qui nie que les derniers papes sont papes car ils sont modernistes. Cependant, le fait de constater que les derniers papes sont libéraux et modernistes ne signifie pas qu’on est [Modéré]. Dans le cas contraire, Mgr. Lefebvre serait aussi [Modéré], car qui a vu avec plus de clarté et qui a dénoncé avec plus de force ces erreurs des derniers papes, sinon lui ? Et, malgré tout, qui oserait accuser Mgr. Lefebvre d’être un [Modéré] ?... Je ne suis pas non plus animé d’un esprit schismatique ! Mais j’aime de tout mon cœur la Sainte Eglise, Corps mystique de Notre Seigneur de Jésus-Christ, dont la tête visible, aujourd’hui, malheureusement, est un libéral imbu de modernisme. C’est un fait. Et contre les faits il n’y a pas d’argument. Mgr. Bernard Tissier de Mallerais a écrit un travail très bien documenté prouvant cela même. Qui a des doutes, qu’il le lise. Comme Dieu l’a dit à saint Augustin : « Assis-toi et lis ». Et ce fait ne s’oppose pas à ce que l’Eglise soit divine, de même que la Passion et la Mort de Notre Seigneur ne nient en rien le fait qu’il soit Dieu, malgré le fait que pour nous c’est un mystère insondable. L’Eglise reproduit au cours des siècles la vie de Notre Seigneur Jésus-Christ et nous pouvons conjecturer qu’aujourd’hui elle revit sa Passion. Pourquoi donc s’étonner du fait que la divinité de l’Eglise soit cachée aux yeux de ceux qui n’ont pas la Foi, alors qu’elle n’a jamais cessé d’être divine ?


J’entends déjà ceux qui vont me reprocher d’utiliser un pseudonyme et qui vont me traiter de lâche. Je réponds avec les mêmes paroles que l’ « Imitation du Christ » (L I, ch. 5) : « Ne cherches pas à savoir qui l’a dit, mais ce qui a été dit ». Ainsi a toujours fait et agit le journal Si Si No No de D. Putti, sans scandaliser personne. Si j’utilise un pseudonyme ce n’est pas pour me cacher et moins encore pour fuir du combat. Je suis un moine bénédictin du monastère de la Sainte Croix et il est habituel entre les moines que, quand aucune nécessité l’exige, nous signions d’une façon anonyme. Dom Delatte, lorsqu’il publia la biographie de dom Guéranger a simplement mis comme auteur « un moine bénédictin ». L’usage du pseudonyme a l’avantage d’éviter que l’attention des lecteurs soit déviée des arguments pour s’attarder sur ma méprisable personne, et ils pourraient s’exclamer : « Comment ce misérable ose élever la voix ? » Et d’ailleurs, pourquoi désireraient ils savoir qui suis-je ? Pour m’injurier ? Pour nier les faits, pour sophistiquer, pour me manifester leur sympathie pour Vatican II, ou peut-être, qui sait, pour me louer ? Non, non, ne perdez pas de temps ! Le temps est si précieux, c’est par lui qu’on gagne ou perd la vie éternelle. Employez-le, avant tout, à bien étudier les erreurs modernes condamnées par les papes, en lisant par exemple, les excellentes œuvres « Ils l’ont découronné », « C’est moi l’accusé qui devrais vous juger ! », « La lámpara bajo el celemín »27, « Cent ans de modernisme », « Catéchisme catholique de la crise dans l’Eglise » et « Prometeo - La religión del hombre »[27]. Mais que ces lectures ne soient pas superficielles, mais bien au contraire, qu’elles soient faites avec attention et assiduité ; lectures sans cesse renouvelées, afin de bien fixer dans la mémoire tous leurs enseignements et créer de profondes convictions, pour qu’il n’arrive pas comme à beaucoup qui ont déjà lu ces œuvres et qui cependant, n’ont pas compris la gravité de la situation que nous vivons ».
Attention ! Dans quel chemin, dans quelle voie le supérieur général de la Fraternité St. Pie X est en train de s’engager, de s’immixer : la minimisation de la gravité des erreurs de Vatican II. Qui minimise une grave erreur contre la Foi commet un grave péché contre la Foi. Attention, donc, dans quelle voie il est en train d’emmener tous ceux qui suivent ses pas ! Beaucoup, peut-être, n’ont pas évaluent la gravité de la négation d’une vérité de Foi, et cela peut provenir, dans une certaine mesure, d’un certain naturalisme ou d’un rationalisme pratiques, qui font qu’on ne considère les dogmes que comme de pures formules, sans aucune, ou presque, influence sur notre vie, et qu’on conçoive la vie chrétienne que comme un accomplissement de pure formalité d’œuvres de dévotion, sans, ou presque, aucune application des vérités révélées dans notre vie morale, dans nos habitudes et dans l’appréciation des événements.


Même s’il est vrai que beaucoup d’évêques et de prêtres sont en train de s’approcher de la messe traditionnelle et de la Tradition, juger que cela est le début d’un retour graduel à la normalisation dans la Sainte Eglise, est une illusion, un manque de réalisme. L’Eglise est hiérarchique : en elle il n’existe pas de réforme de bas en haut, mais seulement à partir du haut, du pape. Donc, tant que le pape sera libéral et qu’il aura des idées modernistes, l’Eglise continuera dans cette situation anormale.


Je sais que je suis une voix qui crie au désert. Qui m’écoutera ? Qui changera de façon de penser à cause de ces mots ? Je ne me fais aucune illusion... Mais les prophètes étaient ainsi : ils parlaient à des sourds. « Qui a cru à ce que nous avons entendu [lequel nous avons annoncé] ? » (Is. 53, 1) Et, cependant, Dieu les envoyait prêcher... « Si je ne leur avais pas parlé, ils ne seraient pas coupables, mais maintenant ils n’ont plus d’excuse de leur péché » (Jean 15, 22), a dit Notre Seigneur.


Marie, très Sainte Mère de Dieu, toujours Vierge, qui écrasez toutes les hérésies, priez pour les fidèles qui suivent la doctrine traditionnelle de l’Eglise de Votre Fils. Priez pour eux, pour qu’ils ne se laissent pas tromper par les pièges des progressistes, ennemis de Dieu et de son Règne. Priez pour eux, pour qu’ils ne se lassent pas de lutter et d’être considérés en marge de la société, aussi bien du monde que de l’ecclésiastique conciliaire. Priez pour que les avertissements et les enseignements de votre serviteur Mgr. Marcel Lefebvre soient écoutés et suivis. Pour que, ainsi, le plus grande nombre possible d’âmes se sauve ! Ainsi soit-il !


Arsenius 
 


 
[1] Ils l’ont découronné, ch. XXVIII, p. 204.
[2] Ils l’ont découronné, ch. XXVIII, p. 205.
[3] Ils l’ont découronné, ch. VIII, p. 60.
[4] Ils l’ont découronné, ch. IX, p. 66.
[5] Ils l’ont découronné, ch. IX, p. 67-68.
[6] Interview vers le début mai 2012: Traditionalist leader talks about his movement, Rome.
[7] Ils l’ont découronné, Introduction, p. XIII.
[8] Conférence donnée à des prêtres de la Fraternité à Ecône une demi-année avant la mort de Mgr Lefebvre.
[9] Ils l’ont découronné, ch. VIII, p. 62.
[10] Ils l’ont découronné, ch. IX, p. 68.
[11] Ces citations ont été tirées de plus d’une conférence de Mgr. Lefebvre, qui se sont réalisées bien avant les sacres ainsi comme après les sacres : cela montre qu’il n’a pas dit ces paroles mu par une émotion passagère, mais qu’elles expriment sa pensée constante au sujet de la question dont nous traitons.
[12] Lettre du 14 avril 2012 aux trois évêques de la Fraternité.
[13] Encyclique Quanta cura, du pape Pie IX. Dz. 1689.
[14] Encyclique Quanta cura, du pape Pie IX (citant l’encyclique Mirari vos, du pape Grégoire XVI). Dz. 1690.
[15] Encyclique Quanta cura, du pape Pie IX (citant l’encyclique Mirari vos, du pape Grégoire XVI). Dz. 1690.
[16] Syllabus du pape Pie IX, proposition condamnée nº 15.
[17] Syllabus du pape Pie IX, proposition condamnée nº 16.
[18] Syllabus du pape Pie IX, proposition condamnée nº 17.
[19] Dignitatis Humanae n. 2.
[20] Idem.
[21] Idem.
[22] Idem.
[23] IV Concile de Latran (cf. DS 802).
[24] Unitatis Redintegratio n. 3.
[25] Gaudium et Spes n. 36.
[26] Message pour la célébration de la Journée Mondiale de la Paix. 1er Janvier 2011.
[27] En espagnol. Malheureusement nous n’avons pas en français.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:33    Sujet du message: La déclaration de Monseigneur Lefebvre revue et corrigée par Menzingen

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com