Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Dans l'attente du Chapitre général, trois Hypothèses

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Juste de passage
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 2 Juil 2012, 21:32    Sujet du message: Dans l'attente du Chapitre général, trois Hypothèses Répondre en citant

  1. La paix des braves: Mgr Fellay se rend aux arguments des opposants aux accords et y renonce définitivement, dans l'attente que Rome soit disposée à retrouver la Tradition.
  2. Clash, scission: La FSSPX se partage en deux et chacun fait le compte de son camp. Les partisans des trois évêques, prêtres et évêques sont menacés d'être jetés à la rue.
  3. Rabibochage mal ficelé: Les apparences sont sauves, les accords sont repoussés, mais le camp de Mgr Fellay prépare son plan du prochain ralliement, tandis que l'autre camp se mobilise en douce contre Mgr Fellay sur lequel ils ne se font aucune illusion. Pendant ce temps Rome tente de diviser les trois évêques et de les faire céder.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 2 Juil 2012, 21:32    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
InDominoSperavi
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2012
Messages: 318
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 2 Juil 2012, 22:14    Sujet du message: Dans l'attente du Chapitre général, trois Hypothèses Répondre en citant

Je n'ose espérer le 1 qui tiendrait du miracle. Je redoute le 3 qui ne peut que nous faire du mal. Il me semble qu'à défaut du 1, le 2 est le moindre mal. Mais je ne suis pas évêque. La balle est dans leur camp. Que le Saint-Esprit les assiste. Nous ne pouvons rien faire sans eux.

Revenir en haut
Martin
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2012
Messages: 247
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Lun 2 Juil 2012, 22:23    Sujet du message: Dans l'attente du Chapitre général, trois Hypothèses Répondre en citant

Juste de passage a écrit:
  1. La paix des braves: Mgr Fellay se rend aux arguments des opposants aux accords et y renonce définitivement, dans l'attente que Rome soit disposée à retrouver la Tradition.
  2. Clash, scission: La FSSPX se partage en deux et chacun fait le compte de son camp. Les partisans des trois évêques, prêtres et évêques sont menacés d'être jetés à la rue.
  3. Rabibochage mal ficelé: Les apparences sont sauves, les accords sont repoussés, mais le camp de Mgr Fellay prépare son plan du prochain ralliement, tandis que l'autre camp se mobilise en douce contre Mgr Fellay sur lequel ils ne se font aucune illusion. Pendant ce temps Rome tente de diviser les trois évêques et de les faire céder.


Bien d’accord avec InDominoSperavi. Si l’on en juge par les épisodes précédents, c’est malheureusement l’option n° 3 qui a le plus de risques de se réaliser. On peut aussi penser que Mgr Fellay joue la montre : n’oublions pas qu’il est le plus jeune des quatre évêques. Et on ne peut pas non plus exclure des tentatives de Rome pour diviser les “réfractaires” : ils ne sont jamais à court de ruses de ce côté-là.

C’est le moment de se souvenir de la parole de saint Paul : “nous ne luttons pas contre des hommes, mais contre les forces invisibles, les puissances des ténèbres” (Ep. VI, 12). En d’autres termes, il est parfois nécessaire de s’en prendre à des personnes, mais le combat pour la vérité reste le plus important.

Raisons de plus pour faire provision d’armes spirituelles : prière, mortification, approfondissement doctrinal. Quand on demande humblement à Dieu les grâces nécessaires pour conserver la foi, Il ne demeure à la longue jamais insensible.

M.


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Lun 2 Juil 2012, 23:22    Sujet du message: Le N° 3 pour plein de raisons... Répondre en citant


InDominoSperavi a écrit:
 Mais je ne suis pas évêque. La balle est dans leur camp. Que le Saint-Esprit les assiste. Nous ne pouvons rien faire sans eux.

Malheureusement, cher ami, les évêques seront en monorité dans ce chapitre.
Si seuls les évêques votaient, l'affaire serait entendu, Mgr Fellay pourrait aller se coucher. Malheureusement, Mgr Fellay a eu tout le temps qu'il lui fallait et plus,  pour se faire un chapitre selon ses espérances... Malgré cela il a quand même eu peur d'affronter ce cher Mgr Williamson, ce qui fait que seulement deux des trois évêques opposants pourront se prononcer! Mais ils seront en minorité.

A ce sujet, il faudrait vraiment que Mgr Williamson se rende au chapitre malgré l'ukase de son confrère, ainsi que le lui conseille avec arguments à l'appui, l'abbé Moulin.

Enfin, pour répondre à la question, Il est fort à parier que ce chapitre aboutira à une côte mal taillée, c'est-à-dire à la troisième solution, qui ne fera que repousser les problèmes.
Espérons que ce temps gagné servira à la Providence plutôt qu'au démon. Parce que Mgr Fellay continuera d'avoir tous les éléments en main pour poursuivre son sabotage.

Heureusement les supérieurs de districts sont élus et pas nommés... Mais le maître en ukase peut aussi bien invoquer Dieu sait quel article du Droit canon pour essayer d'en neutraliser quelques-uns... On peut s'attendre à tout!

Martin a écrit:
 On peut aussi penser que Mgr Fellay joue la montre : n’oublions pas qu’il est le plus jeune des quatre évêques. Et on ne peut pas non plus exclure des tentatives de Rome pour diviser les “réfractaires” : ils ne sont jamais à court de ruses de ce côté-là.



Revenir en haut
Duns Scot
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2012
Messages: 28

MessagePosté le: Mar 3 Juil 2012, 11:10    Sujet du message: 4° hyphothèse Répondre en citant

Et 4° hypothèse : il est demandé à tous les membres du Chapitre de témoigner "de leur loyauté" envers le Supérieur Général comme pour les Dominicains et les Capucins ? Et ceux qui ne peuvent sont alors expulsés ? Tout bénéfice pour les pro-accord. Plausible ou pas ?
Mgr Di Noïa a donné hier une interview concernant uniquement la Fraternité dans laquelle il parle de la réconciliation prochaine et de l'impossibilité que Mgr Williamson en fasse partie. Tout l'article sur le lien ci-dessous (en anglais).

http://www.ncregister.com/daily-news/archbishop-dinoia-ecclesia-dei-and-the…
Archbishop DiNoia, Ecclesia Dei and the Society of St. Pius X (6156) The native New Yorker, secretary for the Congregation for Divine Worship and the Discipline of the Sacraments, discusses his new role and the challenges he expects.
Share


by EDWARD PENTIN 07/01/2012 Comments (32)

Archbishop J. Augustine Di Noia
– Wikipedia

In a bid to keep talks on course to a possible reconciliation, Pope Benedict XVI has appointed American Archbishop J. Augustine DiNoia as vice president of the commission charged with helping to bring the Society of St. Pius X back into full communion with Rome.
The 68-year-old Dominican and Bronx, N.Y., native, until now secretary of the Congregation for Divine Worship and the Discipline of the Sacraments, becomes vice president of the Pontifical Commission Ecclesia Dei. He spoke with Register correspondent Edward Pentin June 27 about his new position, some of the obstacles involved in bringing the society back into full communion, and his hopes for a successful resolution.
As Archbishop DiNoia had not yet begun work at the commission, he preferred not to comment on reports of a leaked letter from the SSPX that said the society found the doctrinal preamble “clearly unacceptable.” The document is supposed to form the basis for reconciliation with Rome.
 
What was your reaction when you were appointed? Did it come as a surprise?
It was a surprise, but, then, these things are always a surprise. Being appointed here [as secretary at the Congregation for Divine Worship and the Discipline of the Sacraments] was a surprise.
 
What stage has the Vatican reached in its talks with the SSPX?
To be honest, I don’t know. I have a steep learning curve in terms of the issues as they have developed in the dialogue. When I came here, I studied the history of the reform and took a close look at the council, so I’ve learned a lot about the objections that come from that world. I’ve read books by Romano Amerio and Roberto de Mattei on the [Second Vatican] Council, and, of course, I’ve been studying the Council for years; so, in that sense, I have a framework out of which I can talk with them about their problems.
Another factor of great importance, autobiographically for me, is that I had lived my entire religious life, until I came here to Rome, in a Dominican priory, mostly in Washington or in New Haven, Conn. In those places, the hermeneutic of continuity and reform, if I may put it that way, was lived. I never experienced the Council as a rupture. It’s interesting — only as I’ve begun to read this traditionalist literature and interpretation have I begun to understand that, in a certain sense, there are problems that are real. But if you cease to believe that the Holy Spirit is preserving the Church from error, you cut your moorings.
The councils cannot — whatever their interpretations may be by the left or right, or whatever the intentions of the authors were of the council documents — be led into error. All of the documents stand. Schism is not the answer. So I’m sympathetic to the society, but the solution is not breaking off from the Church.
 
That being the case, why do you think some Catholics have decided to stick to “frozen” tradition, as it were, rather than coming into full communion?
I don’t honestly know; I can only speculate. To say why people are traditionalist I’d have to say it depends on their experiences. The [reform of the] liturgy has been a factor; it was a terrible revolution and shock for people. Many of these people feel abandoned, like the Church left them at the dock with the ship. So the reasons are very complicated and vary from one type of traditionalism to another and from countries, cultures and contexts in which they have arisen.
Another issue is there’s a failure to recognize a simple fact of the history of the Church: that all theological disagreements need not be Church-dividing. So, for example, the Jesuits and Dominicans had a tremendous disagreement in the 16th century about the theology of grace. In the end, the Pope forbade them to call each other heretics, which they had been doing. The Pope said, “You may continue to hold your theological opinion,” but he refused to give a doctrinal determination, saying the Jesuits or Dominicans were right. Now, this is a very interesting example, because it shows that Catholicism is broad enough to include a tremendous amount of theological diversity and debate. Sometimes the Church will act, but only when it sees people slipping into heresy and therefore breaking off from communion.
 
You’ve worked closely with Pope Benedict XVI in the past. How important is this reconciliation for him?
The Pope hopes for reconciliation — that’s the Pope’s job. The ministry of Peter is above all to preserve the unity of the Church. So, apart from whatever personal interest Pope Benedict might have, he shares his concern with John Paul II. As you know, he has been involved in this from the beginning.
The Pope is bending over backwards to accommodate them, but he’s not going to give in on the issue of the authenticity of the teaching of Vatican II as a series of acts of the magisterium.
 
The Society of St. Pius X argues the Second Vatican Council promulgated no infallible and irreformable teaching. It was pastoral and not dogmatic. If that is so, why is it important that they agree with it?
There’s enough that’s dogmatic in it. The sacramentality of episcopal ordination, to take one example, is a development of the teaching of the episcopacy, so it is doctrinal.
Traditionally, the doctrines were stated as canons with anathemas. There aren’t any of those, but it’s certainly full of the ordinary magisterium and a restatement of it. It’s doctrinally rich. But did it seek to clarify what Trent left open or that Vatican I left open with regards to Scripture and Tradition?
There are doctrinal developments here and there. And the society thinks, of course, that the whole teaching on religious liberty is a departure from the tradition. But some very smart people have tried to point out it’s a development that is consistent.
What I’ve tried to argue is that all they have to do is to say there’s nothing in the Council that is contrary to Tradition and that every text, or every part of it that is controversial, should be read in context of the Council — and read it in light of the Tradition. It seems to me, despite their difficulties, they should be able to do that.
 
What do you say to the argument that if the Council documents are neither infallible nor unchangeable then they are therefore not binding?
To say they are not binding is sophistry. The Council contains swathes of the ordinary magisterium, which is de fide divina [of divine faith].
Now, the pastoral constitution “On the Church in the Modern World” [[i]Gaudium et Spes[/i]] makes comments about the nature of culture which, generally speaking, everyone now believes was overly optimistic. Well, that’s not de fide divina. It’s not precise; it’s very imprecise. But the Council’s full of the ordinary magisterium. When I worked at the [U.S.] bishops’ conference and I was discussing, say, Veritatis Splendor, people would ask me: “Is it infallible?” I would say, “The more important question is: Is it true?”
What I meant was: The overemphasis is on infallibility. This is why John Paul II and Benedict XVI decided not to define anything infallibly anymore because you see what happens is: People say: “I only have to believe what’s been infallibly defined.” Now, that is very little. So that’s why there’s a distinction between the ordinary and extraordinary magisterium. The extraordinary magisterium is what the Church defines, and it almost always involves settling disagreements that probably have been defined. The Church would perhaps have never said Mary was the Mother of God if Nestorius hadn’t denied it. But with the ordinary magisterium there’s huge amounts of what we believe that’s de fide divina that’s never been defined. That’s why people have talked about the ordinary magisterium, trying to get out of this reductionist reading that says you only have to believe what’s infallible. So, no, the Council does have binding teaching. The Fathers are writing as bishops of the Church in union with the Pope; that’s why the Council is so important.
 
Yet Cardinal Ratzinger stressed the Council should not be seen as a kind of “superdogma.”
It did not seek to define infallibly any doctrines; that’s what he’s saying, but he’s not saying it doesn’t contain great amounts of the ordinary magisterium.
If you take the dogmatic constitutions, they are called dogmatic constitutions — Divine Revelation [[i]Dei Verbum[/i]], Lumen Gentium, those two surely, but other ones, too.
 
What would the Society of St. Pius X bring that would positively impact the Church if they reconcile?
The traditionalists that are now in the Church, such as the Priestly Fraternity of St. Peter, have brought what the Pope has insisted upon: that in the solemnity of the way in which they celebrate the liturgy, especially in the area of the liturgy, they are a testimony to the continuing liveliness of liturgical tradition previous to the Council, which is the message of Summorum Pontificum. The thing is: They can’t say that the Novus Ordo is invalid, but their celebration of the 1962 Missal is something that remains attractive and nourishes faith, even of those who have no experience of it. So that’s a very important factor.
I’ve tried to find an analogy for this. Let’s say the American Constitution can be read in at least two ways: Historians read it, and they are interested in historical context: in the framers, intentions of the framers, the backgrounds of framers and all of that historical work about the Constitution. So, you have a Constitution you can study historically and shed a great deal of light on the meaning of it.
However, when the Supreme Court uses the Constitution, when it’s read as an institutional living document upon which institutions of a country are based, it’s a different reading. So what the framers thought, including not only experts upon whom they’re dependent — they are parallel to the bishops, and the experts are parallel to the periti [theologians who serve participants at an ecumenical council].
Those documents have an independence from all of them. I often say that what Council Fathers intended doesn’t matter because it’s how you apply it today that matters. It’s a living document.
 
Yet it’s the way it has been applied that’s the problem.
What’s very important for theologians, people in charge to understand is that the Council has been interpreted in wildly destructive and discontinuous ways. I’m reading a book by Louis Bouyer, who wrote a book -– in 1968 — called The Decomposition of Catholicism. Then there’s Xavier Rynne, who shaped the Western world’s understanding of the Council by writing those articles in The New Yorker.
The Pope has written brilliantly about this many, many times, but, you see, in part, the traditionalists are reacting justly against the outlandish interpretations of the Council by the progressivists.
 
What else positive can they bring?
If they are accepted by the Church and restored to full communion, they will be a sort of living witness to the continuity. They can be perfectly happy being in the Catholic Church, so they would be a living testimony to show that the continuity before and after the Council is real.
 
But that’s only if they comply with the Vatican’s conditions?
It’s more than that. It’s not like an edict — stop on red; go on green — because membership and full communion involves faith that the Holy Spirit is preserving the Church from error and that communion with the See of Peter is part of the reality of being in full communion. It’s not accidental.
So, if they comply, it has to be with the necessary requirements of being fully Catholic, not simply what the Pope says or what I say. … They have to say: “Yes, I do believe the Church is preserved from error by the Holy Spirit.” Then I can say, “Okay, then; you’re a Catholic.”
The society has been fed by people who use the word “error.” “Error” is a vague word in the Catholic tradition. There are many different levels of error. Sometimes it means you’ve fallen into heresy; sometimes it means that you are rash.
 
Your new position is as vice president of Ecclesia Dei, but it’s not clear who you are replacing.
There was a vice president for a while, Msgr. Camille Perl. However, what they’ve done is fill a position which I believe has been empty for three years. I’m not sure when Msgr. Perl went into pensione.
 
Some have argued that you have been brought in to help prepare a canonical structure for the SSPX should they reconcile. Is this based on the extensive work you did in helping to create the Anglican ordinariate?
I don’t know; the Pope didn’t tell me why he chose me. I was involved in the ordinariate from the beginning. I was under secretary of the Congregation for the Doctrine of the Faith, involved in discussions that led to formation of the ordinariate, but I am not a canonist. I didn’t have a direct role in the composition of the constitution, but, yes, I have experience, perhaps of dialogue.
The Anglicans who came to Rome seeking full communion would often come and see me. So I guess I must have some kind of gift that attracts them to me [laughs].
 
How much is a perceived weakening of the dogma extra Ecclesiam nulla salus (no salvation outside the Church) a major part of the problem, as some traditionalists assert? Has today’s understanding of the dogma contradicted its earlier teaching?
I don’t know if you can blame this on the Council so much as the emergence of a theological trend that emphasised the possibility of salvation of non-Christians. But the Church has always affirmed this, and it has never denied it. … [Karl] Rahner had a disastrous effect on this with his “anonymous Christianity.” But the Council does not alter the teaching of the Church.
 
And yet they argue it does?
This is a very good example of two of the things we’ve mentioned: the danger of reading this as it’s been read by Rahner, instead of in the light of the whole Tradition.
 
They claim that salvation is hardly proclaimed anymore.
Ralph Martin agrees with that. We do have a crisis, because the Church has been infected with the idea that we don’t have to worry or be anxious or we don’t sufficiently take the mandate to proclaim Christ seriously. But it’s not because of Vatican II, but bad theology. That’s why Dominus Iesus  was part of the response to all of that theology of religion. There is no question that the necessity of extra Ecclesiam nulla salus has a long history. But they were talking about heretics, not nonbelievers. That formula addresses the problems of heresies. It has its history.
The Council did say there are elements of grace in other religions, and I don’t think that should be retracted. I’ve seen them, I know them — I’ve met Lutherans and Anglicans who are saints.
 
Some traditionalists say secular humanism frequently wins over dogmatic assertions in the modern Church. To give an example: The Holy Father has said he wouldn’t have lifted the excommunication on Bishop [Richard] Williamson had he known about his anti-Semitism. But while anti-Semitism is heinous, traditionalists say that such views aren’t a dogmatic position. And yet Catholic politicians can freely speak against the dogma and remain in full communion with the Church. What do you say to such an argument?
That’s a trap. Edward Norman, in his very good book Secularization, says there’s no question that what he calls internal secularization, secular humanism, has definitely invaded parts of the Church. They [SSPX] are probably right about that, and I could give them a longer list of examples than they could probably make themselves.
However, to try and defend Williamson on this basis is disgusting and odious. Is a politician the same thing as a bishop? Give me a break. It’s garbage; it’s sophistry.
Do they want a blanket excommunication of everyone who’s pro-choice? And yet here is a person, a bishop, who openly proclaims a position which the Church is desperately trying to suppress in the Church itself, which is anti-Semitism.
 
In the CDF statement that accompanied your appointment, it said your experience “will facilitate the development of certain desired liturgical provisions” in the celebration of the 1962 Roman Missal, commonly known as the Tridentine rite. Could you explain this in more detail?
There are two things: In the calendar, there are a lot of saints they would like to add, but the Roman Missal is fixed. There’s got to be a dialogue between them and the Congregation for Divine Worship on how to incorporate elements of the Roman calendar and how it has developed over the last 50 years. And then the prefaces: The old Roman Missal of 1962 has a very limited number of prefaces, and they are also interested in incorporating some of the prefaces. But because it’s the 1962 edition, who can revise the 1962 edition of the Missal?
In effect the Novus Ordo, the current Roman Missal, is a revision of the 1962 Roman Missal. So the issue is: How can they do this? I don’t know, but the job has to be done. We already had two meetings, between representatives of the congregation and representatives of Ecclesia Dei, to discuss how that could be done.
 
Mention was made of your good relations with the Jewish community. How good are those relations?
I’ve had long and warm relationships with various Jewish leaders from the time I was in the United States, working at the bishops’ conference, which has continued all along. They have come to see me every year. I don’t know if they’ve said anything in public, but on the phone they’re very happy. They know I’m sensitive to their concerns.
 
Nostra Aetate (a document believed by many to have helped foster better Jewish-Catholic relations) is a problem for the SSPX.
Yes, but remember: If you take the constitution exactly, as a jurist, there’s the broad and the strict, and that’s a disagreement that can be held by two justices simultaneously. So again, if they want to take a stricter reading of those conciliar texts, they’re perfectly free to do so theologically. But it doesn’t mean they have to be outside the Church, and they should argue against people based on theology.
If they believe Nostra Aetate is being badly interpreted, then they have to get into the battle to correctly interpret it. Rather than walk away from the field, they have to play the game.
 
Could a reconciliation be timely, given the problems in the Church and culture?
It’s my instinct; remember that until Benedict said in December 2005 in his address to the Curia, in which he made his famous discourse about hermeneutic of continuity, you couldn’t even talk about these things. So Benedict has liberated us for the first time.
You can now criticize [theologians Cardinal Henri-Marie] De Lubac, [Cardinal Yves] Congar, [Father Marie-Dominique] Chenu. And many young people are writing dissertations and books that were somehow impossible before. So I would say that the dominant progressivist reading of the Council is in retreat. It’s never been in retreat before. But insistence on continuity — they have to embrace that too.
Traditionalists have to be converted from seeing the Council as rupture and discontinuity.
This is a distinction [historian Roberto] de Mattei makes. The Council was experienced as a rupture, but doctrinally and theologically it has to be read in continuity — otherwise you must just as well throw in the towel.
 
Do you think SSPX fears their concerns won’t be safeguarded if they reconcile?
How will they not be safeguarded? Who’s telling them what to do? The only thing I’m telling them is: Vatican II is not a departure from Tradition.
 
Are you optimistic or pessimistic about reconciliation?
I’m neither; I just don’t know. I think it will be an act of grace.
In fact, I’m going to ask the Dominicans to start praying. I hope it’ll happen. The Pope doesn’t want this to continue — another sect, another division. 
 
Edward Pentin is the Register’s Rome correspondent. He blogs at NCRegister.com.



Read more: http://www.ncregister.com/daily-news/archbishop-dinoia-ecclesia-dei-and-the…


Revenir en haut
Françoise Romaine


Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2012
Messages: 125

MessagePosté le: Mar 3 Juil 2012, 11:22    Sujet du message: Pour l'abbé Schimdberger la nomination de Di Noïa est un bon signe Répondre en citant

Voici un article paru sur Rorate Coeli qui rapporte une interview de l'abbé Schimdberger : pour lui la nomination de mgr Di Noïa est "un bon signe. Il fera avancer les choses selon les désirs du Pape (...) qui a approuvé la version du préambule présentée par mgr Fellay en Avril.

Schmidberger: some "people in the Vatican" have attempted to derail reconciliation


From Thursday's edition of the Frankfurter Allgemeiner Zeitung:



The district superior of Germany [of the Society of Saint Pius X (FSSPX / SSPX)], [Father Franz] Schmidberger, says to this newspaper that he knows that there are "people in the Vatican" that, against the will of the Pope, have thrown a wrench in the works. 


Yet, Schmidberger described the nomination of the American Archbishop Joseph Augustine Di Noia last Tuesday as vice-president of the Ecclesia Dei commission as a "good sign". This commission operates under the Congregation for the Doctrine of the Faith and is responsible for the dialogue with the SSPX. Schmidberger assumes that Di Noia will advance the case according to the will of the Pope. 


The Vatican spokesman Lombardi, however, told this newspaper that the Pope is indeed "in favour of reunion, but only under clear theological conditions". These conditions had not changed. The Dominican Di Noia was until recently secretary of the Congregation for the Sacraments. Thouvenot claims in his letter that circulates the internet that the pope approves of the version of the doctrinal preamble as presented by Bp. Fellay in April. 


(...) While the Pope had approved of Fellay's version, Cardinal Levada would have proposed a version to Bp. Fellay mid-June that was "rolled back a couple of months". Accepting this version is "clearly unacceptable", according to Thouvenot [in the leaked internal correspondence]. Fellay would have reported this to Levada immediately. 


(...) The Vatican demands from the Society the recognition of the doctrinal positions of the bishops and the Pope since Vatican II. This requirement retained in the (unpublished) "doctrinal preamble", which was formulated by the CDF last September as a fundament for a possible reconciliation. The Vatican has rejected the first two responses of the Traditionalists for being "insufficient". The Society does not want to profess religious freedom or ecumenism.


Revenir en haut
InDominoSperavi
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2012
Messages: 318
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 3 Juil 2012, 13:08    Sujet du message: Dans l'attente du Chapitre général, trois Hypothèses Répondre en citant

Pour Gentiloup :
Je pense en effet que les évêques seront en minorité, mais pas seuls : certains échos fiables, dont l'abbé Pfluger lui-même, disent qu'il y a plusieurs "huiles" qui les soutiennent. Ce que je voulais dire, c'est que même en cas de minorité, il est toujours possible de décider de quitter la fraternité et de fonder une nouvelle fraternité (solution 2). A moins que je ne me trompe et qu'ils soient en majorité, auquel cas, il est peut-être possible d'imposer une démission à Mgr Fellay ? Je ne sais pas. Mais il est très peu probable que cela marche.
Pour Dun Scott :
Article très intéressant qui nous montre bien l'esprit tordu et dangereux de Mgr di Noia qui s'évertue à vouloir nous faire prendre Vatican II pour un concile traditionnel dans son entier, même la liberté religieuse. Il insiste bien sur le fait qu'il va falloir accepter Vatican II dans son entier, à la lumière de la tradition. Il est clair que la fsspx ne pourra échapper à la reconnaissance de cette doctrine erronée de Benoît XVI : l'herméneutique de la continuité. C'est le passage obligé.
Cette idée de modifier le Missel de 1962 à tout prix est inquiétante. C'est à mon avis une ruse pour arriver, par des nouveaux textes, à changer la Foi des communautés Ecclesia Dei et, plus tard, de la Fsspx ralliée.

Pour Françoise Romaine :
Le fait que l'abbé Schmidberger se réjouisse de cette nomination est inquiétant, quand on voit les idées de Mgr di Noia dans l'article de Dun Scott. Cela montre que l'esprit de la Fraternité n'est vraiment plus celui de Mgr Lefebvre.

PS : j'ai des problèmes de mise en page très souvent quand j'écris des messages. ex: impossible de sélectionner le nom de Françoise romaine pour le mettre en gras, alors que pour les autres, cela marchait. Quelqu'un sait pourquoi ?


Revenir en haut
Administrateur
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juin 2012
Messages: 52

MessagePosté le: Mar 3 Juil 2012, 19:23    Sujet du message: Toujours aussi inquiétant... Répondre en citant

Après ce que nous savons des exigences incontournables de Rome, exposées très clairement par Mgr Di Noia, l'abbé Scmidberger est un danger pour la FSSPX et pour la Tradition.

Le plus grand danger vient du fait que selon l'article de Jérôme Bourbon dans Rivarol, Mgr Fellay est sous son influence, ou tout-au-moins, qu'il s'entend très bien avec lui pour la marche à suivre...

A mon avis ils vont attendre que le Chapitre passe, ensuite, ils seront mûrs pour se raller. Le risque c'est que devant la résistance de tous ceux qui se seront clairement dévoilés au chapitre, ils évincent les gêneurs qu'ils n'ont pas encore écartés.

Dun Scott a écrit:
Et 4° hypothèse : il est demandé à tous les membres du Chapitre de témoigner "de leur loyauté" envers le Supérieur Général comme pour les Dominicains et les Capucins ? Et ceux qui ne peuvent sont alors expulsés ? Tout bénéfice pour les pro-accord. Plausible ou pas ?
Mgr Di Noïa a donné hier une interview concernant uniquement la Fraternité dans laquelle il parle de la réconciliation prochaine et de l'impossibilité que Mgr Williamson en fasse partie. Tout l'article sur le lien ci-dessous (en anglais).http://www.ncregister.com/daily-news/archbishop-dinoia-ecclesia-dei-and-the…
Je crains que vous ne voyez juste, cher Dun Scott! Quant à Mgr Williamson, c'est sûr qu'il n'en veulent pas en raison de leurs amitiés avec les représentants des communautés juives.

Revenir en haut
Administrateur
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juin 2012
Messages: 52

MessagePosté le: Mar 3 Juil 2012, 19:35    Sujet du message: Je ne sais plus ce qu'il faut espérer Répondre en citant

InDominoSperavi a écrit:
Pour Gentiloup :
Je pense en effet que les évêques seront en minorité, mais pas seuls : certains échos fiables, dont l'abbé Pfluger lui-même, disent qu'il y a plusieurs "huiles" qui les soutiennent. Ce que je voulais dire, c'est que même en cas de minorité, il est toujours possible de décider de quitter la fraternité et de fonder une nouvelle fraternité (solution 2). A moins que je ne me trompe et qu'ils soient en majorité, auquel cas, il est peut-être possible d'imposer une démission à Mgr Fellay ? Je ne sais pas. Mais il est très peu probable que cela marche.
Pour Dun Scott :
Article très intéressant qui nous montre bien l'esprit tordu et dangereux de Mgr di Noia qui s'évertue à vouloir nous faire prendre Vatican II pour un concile traditionnel dans son entier, même la liberté religieuse. Il insiste bien sur le fait qu'il va falloir accepter Vatican II dans son entier, à la lumière de la tradition. Il est clair que la fsspx ne pourra échapper à la reconnaissance de cette doctrine erronée de Benoît XVI : l'herméneutique de la continuité. C'est le passage obligé.
Cette idée de modifier le Missel de 1962 à tout prix est inquiétante. C'est à mon avis une ruse pour arriver, par des nouveaux textes, à changer la Foi des communautés Ecclesia Dei et, plus tard, de la Fsspx ralliée.

Pour Françoise Romaine :
Le fait que l'abbé Schmidberger se réjouisse de cette nomination est inquiétant, quand on voit les idées de Mgr di Noia dans l'article de Dun Scott. Cela montre que l'esprit de la Fraternité n'est vraiment plus celui de Mgr Lefebvre.
Vous résumez bien par vos trois réponses, les dangers qui nous guettent.

Je n'avais pas remarquer que l'abbé Pflüger se soit inquiété des "huiles" qui au sein du chapitre, soutiennent nos évêques réduits à deux. Ce serait en effet un signe positif.

Il me semble que ce n'est pas aux loyaux évêques et prêtres de quitter la FSSPX. S'ils doivent la quitter, ce sera contraints et forcés, soit parce que l'accord les y contraindra, soit parce qu'ils seront exclus.

Et dans ce cas, évidemment, il ne leur restera plus qu'à fonder une autre fraternité avec un autre nom, parce que celui-ci est très certainement protégé.

A part la première solution de Juste de Passage, les deux autres ne sont pas réjouissantes: c'est le choix entre la mort immédiate ou la mort lente.

Néanmoins, pour ne pas désespérer de la Providence, il vaut tout-de-même mieux la troisième solution, qui par la volonté divine pourrait sortir la FSSPX de l'ornière. Comme le faisait remarquer Martin, en attendant la relève épiscopale est au point mort!


Revenir en haut
InDominoSperavi
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2012
Messages: 318
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 4 Juil 2012, 17:41    Sujet du message: Dans l'attente du Chapitre général, trois Hypothèses Répondre en citant

Je sais avec certitude qu'il y a au chapitre plusieurs autres prêtres qui sont opposés aux accords. Ils préfèrent rester discrets, par prudence. Je ne nommerai donc pas ceux que je connais, et je ne les connais pas tous.
Le danger de la solution 3 est que ces bons prêtres soient écartés prochainement et qu'ils soient remplacés par des prêtres pro-accord qui endoctrinent le petit troupeau pour mieux le rassembler ensuite sous la houlette romaine. Il n'est pas bon que les bons doivent se taire trop longtemps, car le dicton "fides ex auditu" est bien vrai. Si on se tait, le troupeau va s'affadir, sauf ceux qui iront se regonfler sur internet... mais ce n'est pas tout le monde qui surfe, dans la tradition.
La solution 2 fait peur, mais après tout, les douze apôtres sont partis de rien. Ils logeaient chez l'habitant. Pourquoi, avec la grâce de Dieu, ne pourrions nous pas faire de même ?
Oui, ce seraient injuste si nous étions obligés de faire cela, mais nous ne pouvons pas rester encore pour un temps indéterminé dans une atmosphère de ralliement. C'est malsain. Mgr Lefebvre disait de fuir les ralliés...
Donc cela me paraît mieux pour notre sécurité de faire scission maintenant si on ne peut pas renvoyer Mgr Fellay. Cependant, je me soumettrai au jugement de nos trois évêques.


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Mer 4 Juil 2012, 19:41    Sujet du message: Il faut lutter pour toute éventualité possible en gardant les yeux grands ouverts! Répondre en citant

InDominoSperavi a écrit:
Je sais avec certitude qu'il y a au chapitre plusieurs autres prêtres qui sont opposés aux accords. Ils préfèrent rester discrets, par prudence. Je ne nommerai donc pas ceux que je connais, et je ne les connais pas tous.
Le danger de la solution 3 est que ces bons prêtres soient écartés prochainement et qu'ils soient remplacés par des prêtres pro-accord qui endoctrinent le petit troupeau pour mieux le rassembler ensuite sous la houlette romaine. Il n'est pas bon que les bons doivent se taire trop longtemps, car le dicton "fides ex auditu" est bien vrai. Si on se tait, le troupeau va s'affadir, sauf ceux qui iront se regonfler sur internet... mais ce n'est pas tout le monde qui surfe, dans la tradition.
La solution 2 fait peur, mais après tout, les douze apôtres sont partis de rien. Ils logeaient chez l'habitant. Pourquoi, avec la grâce de Dieu, ne pourrions nous pas faire de même ?
Oui, ce seraient injuste si nous étions obligés de faire cela, mais nous ne pouvons pas rester encore pour un temps indéterminé dans une atmosphère de ralliement. C'est malsain. Mgr Lefebvre disait de fuir les ralliés...
Donc cela me paraît mieux pour notre sécurité de faire scission maintenant si on ne peut pas renvoyer Mgr Fellay. Cependant, je me soumettrai au jugement de nos trois évêques.
Difficile de se prononcer sur le mieux.
La première solution est à mon avis impossible en pratique, parce que même si Mgr Fellay promettait tout ce que l'on veut, personne n'y croirait.
Elle est impossible en pratique sauf, bien sûr, pour le cas où il serait remplacé.
Merci à ce sujet des bons renseignements que vous nous donnez sur ce point.

Cela fait plusieurs fois que j'émets l'hypothèse que la meilleure solution serait la 2, mais à chaque fois on me renvoie qu'il faut faire confiance à la Providence, ce qui n'est pas faux.
Je pense, non pas à nous fidèles, qui devrions repartir dans les garages, mais aux prêtres qui se retrouveraient démunis de tout. Car contrairement aux débuts de la FSSPX, c'était de jeunes-gens qui venaient de chez leurs parents, ils n'étaient pas nombreux, juste ce qu'il fallait en fonction des dons des fidèles. Et il y avait un enthousiasme immense, les médias et les foules et le charisme inouï de Mgr Lefebvre...
Aujourd'hui, certes nos courageux évêques ne manquent pas de charisme, mais auront-ils la couverture médiatique (même négative d'ailleurs) qu'eut en son temps la FSSPX? A cette époque, les médias savaient encore pourquoi Vatican II était à l'envers de la Tradition, même s'ils le couvraient de louange.

Le cas d'une scission me ferait plutôt penser aux prêtres réfractaires de la Révolution, démunis de tout et fort nombreux. L'une des principales raisons pour laquelle il y eut tant de prêtres jureurs, c'est qu'ils n'avaient absolument plus aucune ressource s'ils ne juraient pas. Évidemment, les nôtres ne risqueraient pas leur tête et les fidèles se dévoueraient

Du reste, il faudrait résister avant de remettre nos chapelles et prieurés aux "accordistes".

Par ailleurs, comme vous, je pense qu'à un certain moment il ne faut plus se taire et que tous les courageux prêtres: Pfeifer, Chazal, Fox, Moulin, Lupin, Cardozo, Koller et j'en oublie, ont raison de monter au créneau. Heureusement qu'il y a toujours eu Mgr Williamson!

Comme vous dites, l'interdiction des médias et d'Internet dans la FSSPX a joué un bien mauvais tour aux fidèles qui en obéissant se sont retrouvés comme un troupeau de brebis aveugles à la suite de Mgr Fellay qui les menait comme il voulait.

Il n'est plus que temps d'ouvrir les yeux et de cesser de faire comme si Benoît XVI était meilleur que ses prédécesseurs. En fait il poursuit leur œuvre de destruction. Et comme ses prédécesseurs, il veut la mort de la Tradition. Il n'a même plus peur de l'avouer à travers la bouche de Mgr Di Noia!


Revenir en haut
Françoise Romaine


Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2012
Messages: 125

MessagePosté le: Mer 4 Juil 2012, 21:18    Sujet du message: Dans l'attente du Chapitre général, trois Hypothèses Répondre en citant

Ce chapitre va être primordial pour la suite : prions comme nous l' a demandé l'abbé de Cacqueray le St Esprit et faisons une journée de jeûne vendredi 6 juillet, 1er vendredi du mois du Précieux Sang.
Au moins nous aurons associé la prière à notre action et la prière nous donnera et donnera aux prêtres la force de combattre. Demandons surtout le don de Force associé à la vertu de Force si nécessaire pour tenir le bon combat.
Il y a déjà presque deux ans Mgr Williamson nous disait que c'est cette vertu, ce don qu'il faut demander et que c'est sur cette vertu que les prêtres doivent prêcher bien plus que sur l'obéissance; Prémonitoire ? Vision du futur ?

Et puis "bataillons et Dieu nous donnera la victoire !"


Revenir en haut
Juste de Passage
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 4 Juil 2012, 22:20    Sujet du message: Merci à tous de vos réponses Répondre en citant

C'est la solution N° 3 qui devrait l'emporter. Celle qui maintiendra la chaloupe hors d'eau pour un temps...



Peut-être le temps de la Providence?


Peut-être le temps du diable???





En attendant, AUX ALARMES!


Revenir en haut
Saint-Thomas.
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 8 Juil 2012, 17:51    Sujet du message: OPERATION SUICIDE. Répondre en citant

La FSSPX court à sa perte par l'operation suicide menée à marche forçée. Quelle désolation!

Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Dim 8 Juil 2012, 18:52    Sujet du message: Opération suicide, oui, mais qui n'a pas abouti pour le moment! Répondre en citant

Saint-Thomas. a écrit:
La FSSPX court à sa perte par l'operation suicide menée à marche forçée. Quelle désolation!

Opération suicide, c'est exact, cher Saint-Thomas, mais cette opération n'a pas encore aboutie et nous prions très fort pour que le Saint-Esprit soit le chef d'orchestre des voix qui s'expriment au Chapitre général.

Il est certain que dans le meilleur des cas un mal profond est d'ores et déjà accompli. Néanmoins, peut-être le Seigneur veut-il tirer de ce mal un bien. Chez certains responsables, des habitudes de confort et un éloignement des principes fondateurs, pouvaient induire en erreur une partie des fidèles sans que  ni eux ni personne ne s'en rende compte.

Espérons que cette crise sera l'occasion d'une prise de conscience et d'un redressemnt des coeurs et des esprits.

Si c'est le cas, quel que soit le prix à payer, ce ne sera pas trop cher.

Tout cela est entre les mains de Notre Seigneur qui est le Chef de l'Eglise.

Nous comptons aussi beaucoup sur Mgr Lefèbvre qui, du haut du Ciel, voit tout cela.


Revenir en haut
InDominoSperavi
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2012
Messages: 318
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 8 Juil 2012, 21:05    Sujet du message: Dans l'attente du Chapitre général, trois Hypothèses Répondre en citant

Connaissez-vous Un appel à l'amour, qui est un récit des apparitions de Jésus à Soeur Josefa Menendez ?
 Ces apparitions ont été louées et la publication de ce livre a été bénie par Pie XII quand il était cardinal Pacelli.
 Le livre est en vente chez Clovis, sauf erreur de ma part. Il est aussi dans les monastères de la Tradition (au moins Avrillé et le Barroux, avant les sacres). Ce livre réconforte beaucoup. Jésus nous apprend à avoir confiance en lui.
Voici quelques paroles de Jésus pour réconforter Saint-Thomas :

A Josefa, qui craignait que son Règne n'arrive pas, à cause de l'infidélité des hommes, Il dit, le 19 juin 1923 :
"Josefa, ne crains rien. Ne sais-tu pas ce qui arrive lorsque s'ouvre un volcan ? La puissance de ce feu et si grande qu'il est capable d'arracher les montagnes et de les détruire, et l'on connaît qu'une force irrésistible a passé par là. Ainsi, Mes paroles auront une telle force et ma grâce les accompagneront de telle manière que les âmes les plus obstinées seront vaincues par l'Amour.

La société est pervertie lorsque ceux sont à sa tête n'agissent ni dans la vérité, ni dans la justice. Mais si son Chef sait la diriger, plusieurs sans doute suivront encore les voies tortueuses mais la majorité viendra en masse à la lumière et à la vérité... Je le répète, ma Grâce accompagnera mes Paroles et ceux qui les feront connaître : la Vérité triomphera, la Paix gouvernera les âmes et le monde... et mon Règne arrivera !"

Le 12 juin 1923, il avait déjà dit :
"Je veux pardonner. Je veux régner. Je veux pardonner aux âmes et aux nations. Je veux régner sur les âmes, sur les nations et sur le monde entier. Je veux répandre ma paix jusqu'aux extrémités du monde, mais, d'une manière spéciale, sur cette terre bénie [la France], berceau de la dévotion à mon Coeur. Oui, je veux être sa Paix, sa Vie, son Roi ! Je suis la Sagesse et le bonheur, je suis l'Amour et la Miséricorde, Je suis la Paix ! Je régnerai !"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:36    Sujet du message: Dans l'attente du Chapitre général, trois Hypothèses

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com