Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Lettre à nos confrères prêtres N° 3 - "Le libéralisme de nos supérieurs est un châtiment pour notre congrégation."

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> PRETRES REFRACTAIRES -> antiModernisme.info
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Sam 9 Fév 2013, 21:57    Sujet du message: Lettre à nos confrères prêtres N° 3 - "Le libéralisme de nos supérieurs est un châtiment pour notre congrégation." Répondre en citant

Posté le: Dim 6 Jan 2013 par GL à 21:53    Sujet du message: Lettre à nos confrères prêtres N° 3 - "Le libéralisme de nos supérieurs..."

Antimodernisme :
cette Lettre à nos confrères prêtres n°3 sera envoyée courant janvier à
tous les prêtres de la Fsspx. Que les fidèles qui désirent s'en ouvrir avec leurs prêtres ne se laissent pas impressionner par des réponses qui n'en sont pas, telle: ''Ils ne signent pas, ils ne sont pas courageux''. Car s' ils signaient, on dirait: ''Ils sont subversifs et désobéissants''. Tout cela est hors sujet. Peu importe qui le dit. Il s'agit de considérer ce que l'on dit. Et il faut juger de cela à la lumière des principes catholiques. Or justement, le libéral a horreur de juger selon les principes, car cela engage et c'est dur...          
          
Lettre à nos confrères prêtres          
Lettre trimestrielle de liaison entre les membres de la Fraternité Saint-Pie X        
(N° 3 – hiver 2013) 

        
Nos Statuts nous demandent d’éviter  
Citation:



« avec soin les erreurs modernes, en particulier le libéralisme et tous ses succédanés. »



Ils font aussi un devoir au Supérieur Général et aux Assistants de veiller à ce que la Fraternité ne tombe ni
 
Citation:



« dans la tiédeur » ni « dans la compromission avec l’esprit du monde. »



À la lumière des enseignements de notre fondateur, Mgr Lefebvre, et de notre Supérieur général, Mgr Fellay, nous nous proposons de travailler en ce sens. Le Conseil Général rappelait aux trois évêques, le 14 avril 2012, la nécessité de faire les
 
Citation:



« distinctions nécessaires » « au sujet du libéral » afin d’éviter « un durcissement ‘’absolu’’ ».



En effet, le libéral conciliaire veut un compromis de l’Eglise avec le monde tandis que le libéral traditionaliste veut un compromis de la Tradition catholique avec l’Eglise conciliaire amie du monde. Dans une conférence à Ecône en décembre 1973,
 
Citation:



Mgr Lefebvre remarquait que notre « drame » est aujourd’hui « infiniment plus grave » que par le passé, car « les libéraux sont maintenant répandus à travers toute l’Eglise et on se demande qui ne l’est pas ! On comptera bientôt sur les doigts ceux qui gardent vraiment la doctrine de l’Eglise ! »



Les arguments des « catholiques libéraux » étaient :
 
Citation:



« Il faut que l’Eglise s’arrange avec la société dans laquelle nous vivons, nous ne pouvons pas indéfiniment vivre en marge de la société, il faut que l’Eglise finisse enfin par accepter le monde tel qu’il est, pour pénétrer à l’intérieur et pour soi-disant le convertir… La séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’Eglise sur le pied de toutes les autres religions, la liberté de la presse, la liberté de la conscience…, on ne peut pas indéfiniment lutter contre ces choses-là. C’est des choses qui sont maintenant admises par tout le monde, même par des prêtres ! »



 
Citation:



« Mais », répondait Mgr Lefebvre, « c’est à prendre ou à laisser. C’est la fin de la religion catholique ou nous défendons vraiment Notre Seigneur Jésus-Christ et toute l’Eglise et toute la religion … Si on commence à cohabiter avec le mal, à parlementer, à faire des compromis, c’est perdu, c’est perdu. »



I) ETUDIER LE LIBÉRALISME EST UN DEVOIR PASTORAL

Le Chapitre a plusieurs fois insisté sur le grave devoir d’étude du prêtre. Parmi les sujets nécessaires à étudier, le libéralisme tient une place importante. Lors d’une retraite à Ecône, le 22 septembre 1988, Mgr Lefebvre faisait part de sa stupéfaction devant le « nombre d’encycliques sur la Franc-maçonnerie. »
 
Citation:



« Pourquoi aller parler de ces choses-là au séminaire, comme si c’était ça qu’on avait besoin de savoir au séminaire, comme si c’était ça que l’on devait enseigner à nos fidèles ? Mais si on ne connaît pas la source des erreurs, de ce qui détruit les sociétés, les âmes et l’Eglise, nous serons des pasteurs incapables … c’est une nécessité absolue d’étudier le libéralisme et de bien le comprendre et je pense que beaucoup de ceux qui nous ont quittés pour rejoindre Rome, soi-disant, n’ont pas compris ce qu’était le libéralisme et comment les autorités romaines depuis le concile sont infestées de ces erreurs. S’ils l’avaient compris, ils auraient fui et seraient restés avec nous. C’est grave, parce que, en se rapprochant de ces autorités, on est contaminé forcément. Ils sont les autorités et nous les inférieurs … Ils nous imposent leurs principes … tant qu’ils ne seront pas débarrassés de ces erreurs du libéralisme, il n’y a pas moyen de s’entendre avec eux, c’est pas possible. »




Les confrères ‘’accordistes’’ et les abbés qui ont les faveurs du directeur de DICI, qui se trouve être aussi un fondateur du GREC, ont-ils lu et compris les ouvrages recommandés par Mgr Lefebvre sur le sujet ? Si oui, comment ont-ils pu souhaiter mettre la Tradition sous l’autorité romaine ? Rome trompe le monde, humilie l’Eglise et au lieu de dénoncer cette imposture, on cherche à être reconnu par elle
 
Citation:



« tels que nous sommes »1 ?



Et cela tout en sachant que
 
Citation:



« les discussions ont manifesté un désaccord profond sur presque tous les points abordés »2



. Pourquoi un tel aveuglement, si ce n’est par ignorance du libéralisme ?

II) LE LIBÉRAL EST UN ILLOGIQUE
 
Citation:



« Nous sommes tellement tentés par l’illogisme qui est tout proche du libéralisme. Le libéral est celui qui serait tenté de ne pas suivre son intelligence dans la pratique parce que c’est difficile, parce que c’est dur. Il voit mais, dans la pratique, il compose. Il fait des compromissions avec lui-même, mais cette compromission c’est le péché. Nous sommes illogiques lorsque nous péchons… il y a toujours des raisons pour dire : ‘’c’était bien autrefois, ce sera peut-être bien plus tard, mais maintenant non… Il y a des vérités mais il ne faut pas les dire, faut pas affirmer’’. Alors cette attitude, il ne faut pas que ce soit la nôtre dans notre vie. Nous devons éviter d’être des illogiques, d’être des gens qui composent toujours, qui composent, qui composent… »3



    
   
Mgr Fellay et son Conseil écrivaient pourtant aux trois évêques :  
Citation:



« Pour le bien commun de la Fraternité, nous préférions de loin la solution actuelle du statu quo intermédiaire, mais manifestement, Rome ne le tolère plus. » (Mgr Fellay, lettre du 14 avril 2012) 



    
   
III) LA VERTU DE PRUDENCE
 
Citation:



« ‘’Les libéraux catholiques n’ont cessé de répondre qu’ils ont une volonté d’orthodoxie égale à celle des plus intransigeants. La conciliation qu’ils ont cherchée n’est pas théorique mais pratique.’’ … ils en reviennent toujours à cela. Ils nous disent : ‘’vous voyez, nous sommes des pasteurs. Nous, nous sommes dans la réalité, nous sommes des gens concrets, nous sommes des gens pratiques !’’ Qu’est-ce que la pratique ? La pratique, c’est l’application des principes par la vertu de prudence, ce n’est pas autre chose. Qu’est-ce que la pratique s’il n’y a plus les principes ? … ‘’oui oui oui, nous sommes d’accord, nous avons le même Credo que vous, etc. Oui, mais quand nous sommes dans le monde alors là, il faut se mettre au niveau des autres, se mettre avec les autres, sans quoi vous ne les convertirez jamais’’. Erreur complète ! … Les papes ont senti ce danger de ces catholiques qui sont presque insaisissables parce qu’ils affirment lorsqu’on veut les saisir : ‘’Non, non, je suis d’accord’’. Mais après, ils font des pactes avec les ennemis de l’Eglise … Ce sont des traîtres … plus funestes que des ennemis déclarés … ils divisent les esprits, déchirent l’unité, affaiblissent les forces qu’il faudrait réunir toutes ensemble contre l’ennemi... On vous le dira, c’est vous qui divisez, mais on ne peut pas diviser quand on s’attache à la vérité … ceux qui divisent sont ceux qui essayent de diminuer la vérité pour s’entendre avec tout le monde… Ceux qui sont dans l’erreur doivent se convertir à la vérité et non pas essayer de trouver un terrain d’entente entre la vérité et l’erreur… »4




Au concile, les libéraux ont endormi les catholiques en leur disant qu’on ne touchait pas aux dogmes mais qu’on faisait de la pastorale. Au Conseil de la Fraternité, les libéraux nous endorment en disant qu’on ne touche pas aux principes catholiques mais qu’
Citation:



« il s’agit non d’une prudence humaine mais » d’une prudence surnaturelle, « d’un équilibre extrêmement délicat, qui demande l’assistance du Saint-Esprit et le don de Conseil »5.



Mgr Lefebvre, dans une conférence de 1978, (assisté du Saint-Esprit ?), déclarait :

 
Citation:



« Je pense qu’à la prochaine rencontre, c’est moi qui leur poserai des questions. C’est moi qui les interrogerai, pour leur dire : ‘’Quelle Église êtes-vous ?’’ À quelle Église avons-nous affaire, moi je voudrai savoir, si j’ai affaire à l’Église catholique, ou si j’ai affaire à une autre Église, à une Contre-Église, à une contrefaçon de l’Église ?… Je crois sincèrement que nous avons affaire à une contrefaçon de l’Église et non pas à l’Église catholique. Pourquoi ? Parce qu’ils n’enseignent plus la foi catholique. Ils ne défendent plus la foi catholique. Ils entraînent l’Église dans autre chose que l’Église catholique. Ce n’est plus l’Église catholique. Ils sont assis sur le siège de leurs prédécesseurs mais ils ne continuent pas leurs prédécesseurs.»




Mgr Fellay ne pense pas ainsi :
 
Citation:



« Nous ne parlons pas d’une Eglise en l’air ! Nous parlons de l’Eglise qui est là, réelle, devant nous, avec une hiérarchie, avec un pape. Ce n’est pas le fruit de notre imagination : l’Eglise est là, elle est réelle, l’Eglise catholique romaine. Nous disons et nous devons professer cette Eglise comme étant sainte, comme étant une, car la foi nous y oblige. »6



IV) CETTE EGLISE CONCRÈTE EST-ELLE CATHOLIQUE ?

Mgr Lefebvre souhaitait « rentrer dans le cadre officiel et normal de l’Eglise ». Pourtant :

 
Citation:



« J’estime, disait-il, que nous sommes dans l’Eglise et que nous sommes les vrais fils de l’Eglise, et que les autres ne le sont pas. Ils ne le sont pas, parce que le libéralisme n’est pas fils de l’Eglise. Le libéralisme est contre l’Eglise, le libéralisme est la destruction de l’Eglise, en ce sens ils ne peuvent pas se dire des fils de l’Eglise … Il y en a qui seraient prêts à sacrifier le combat de la foi en disant : ‘’Rentrons d’abord dans l’Eglise ! Faisons tout pour rentrer dans le cadre officiel, public, de l’Eglise. Taisons notre problème dogmatique. Ne parlons plus de la malice de la messe. Ne disons plus rien sur les questions de la liberté religieuse, des Droits de l’Homme, de l’oecuménisme. Et, une fois que nous serons à l’intérieur de l’Eglise, on va pouvoir faire ceci, on va pouvoir faire cela… C’est absolument faux ! On ne rentre pas dans un cadre, et sous des supérieurs, en disant que l’on va tout bousculer lorsqu’on sera dedans, alors qu’ils ont tout en mains pour nous juguler ! Ils ont toute l’autorité. Ce qui nous intéresse d’abord, c’est de maintenir la foi catholique. C’est cela notre combat. Alors la question canonique, purement extérieure, publique dans l’Eglise, est secondaire. Ce qui est important, c’est de rester dans l’Eglise… dans l’Eglise, c’est-à-dire dans la foi catholique de toujours et dans le vrai sacerdoce, et dans la véritable messe, et dans les véritables sacrements, dans le catéchisme de toujours, avec la Bible de toujours. C’est cela qui nous intéresse. C’est cela qui est l’Eglise. D’être reconnus publiquement, ça c’est secondaire. Alors il ne faut pas rechercher le secondaire en perdant ce qui est primaire, ce qui est le premier objet de notre combat ! ‘’Une fois reconnus, nous pourrons peut-être agir à l’intérieur de l’Eglise ?’’… C’est mal connaître ceux qui nous dirigent actuellement ! Il suffit de lire cette fameuse phrase du Cardinal Ratzinger pour être bien renseignés… Je vous lis tout de suite cette phrase qui est essentielle dans son interview : ‘’Le problème des années soixante était d’acquérir pour l’Eglise les meilleures valeurs exprimées pendant deux siècles de culture libérale … Ça a été fait’’. Or les principes des deux siècles de la culture libérale sont l’oecuménisme et la déclaration des Droits de l’Homme, la liberté religieuse ! Et le Cardinal Ratzinger les admet. Il dit : ‘’C’est fait !’’ … C’est d’une gravité énorme, cela ! Ça condamne tout ce qu’il dit dans son interview, car ça, c’est le cœur de ses idées, et c’est cela que nous reprochons, et c’est cela que nous ne voulons pas. On ne peut pas se mettre sous une autorité qui a des idées libérales, qui nous conduira nécessairement, petit à petit, par la force des choses, à accepter les idées libérales et toutes les conséquences de ces idées libérales qui sont la nouvelle messe, les changements de liturgie, les changements de la Bible, les changements du catéchisme, tous les changements… On dit : ‘’Mais ils ont lutté contre le catéchisme !’’… C’est un simple coup de frein, parce que ça va tellement loin qu’il a fallu quand même donner un certain coup de frein. Les conséquences de leurs propres principes les effrayent. Alors on donne un coup de frein à droite et à gauche, mais on est bien décidé à garder les idées libérales. Pas question de changer les idées libérales ! »7



Mais Mgr Fellay déclarait :
 
Citation:



« Les prêtres ou les évêques [et le pape ?] conduisent les âmes en enfer. […] Et l’Eglise, même dans cet état, reste sainte, reste capable de sanctifier. Si aujourd’hui, mes biens chers frères, nous recevons les sacrements, la grâce, la foi, c’est par cette Eglise catholique romaine, non pas par ses défauts mais bien par cette Eglise réelle, concrète. […] Elle est aujourd’hui capable de transmettre la foi, de transmettre la grâce, les sacrements. »8



La messe bâtarde ? Les hérésies du nouveau code et du nouveau catéchisme ? Les péchés contre la foi à Assise… ? Mgr Lefebvre ne prêchait pas ainsi :
 
Citation:



« Je crois qu’il faut vous convaincre de cela : vous représentez vraiment l’Eglise catholique … ces derniers temps, on nous a dit qu’il était nécessaire que la Tradition entre dans l’Eglise visible. Je pense qu’on fait là une erreur très très grave. Où est l’Eglise visible ? … où sont les véritables marques de l’Eglise ? … Il est clair que c’est nous qui gardons l’unité de la foi, qui a disparu de l’Eglise officielle … c’est nous qui avons les marques de l’Eglise visible … Ce n’est pas nous, mais les modernistes qui sortent de l’Eglise. Quant à dire « sortir de l’Eglise visible », c’est se tromper en assimilant Eglise officielle et Eglise visible … Sortir, donc, de l’Eglise officielle ? Dans une certaine mesure, oui, évidemment. Il faut donc sortir de ce milieu des évêques, si l’on veut ne pas perdre son âme. Mais cela ne suffit pas, car c’est à Rome que l’hérésie est installée. Si les évêques sont hérétiques, ce n’est pas sans l’influence de Rome. »9




Mgr Fellay se démarque nettement de l’ecclésiologie de Mgr Lefebvre. Sous prétexte de mystère, il confond et fusionne l’Eglise catholique et l’Eglise conciliaire en une seule
 
Citation:



« Eglise très concrète... qui est dans un état lamentable. »10





V) REPRENDRE PUBLIQUEMENT LES FAUTEURS D’ERREURS DU LIBÉRALISME

Nos Statuts nous demandent d’être attachés
 
Citation:



« indéfectiblement à l’Eglise Romaine et au Successeur de Pierre agissant en vrai Successeur de Pierre »



mais pas à l’Eglise conciliaire, ni à un moderniste qui offre comme exemple de sainteté un pape sacrilège qui baise le Coran, ni à un pape qui invite Julia Kristeva, représentante des non-croyants, pour
 
Citation:



« prier pour la paix » (sic).



Celle-ci déclara, après avoir loué Jean-Paul II comme apôtre des droits de l’homme :
 
Citation:



« Merci au pape Benoît XVI d’avoir invité pour la première fois en ces lieux des humanistes parmi vous. »



Cette dame souhaitait, dans le sanctuaire,
 
Citation:



« une gouvernance mondiale, éthique, universelle et solidaire. »



Comment certains supérieurs ont-ils pu rester si silencieux et chercher un accord avec cette Eglise conciliaire alors que notre saint Patron mettait en garde l’Eglise catholique contre ce

Citation:



 « grand mouvement d'apostasie organisé, dans tous les pays, pour l'établissement d'une Église universelle. »11
« liberté » de « reprendre même publiquement les fauteurs d’erreurs du libéralisme et de ses conséquences ».




Le Chapitre veut que la Fraternité continue en toute
 
Citation:



« liberté » de « reprendre même publiquement les fauteurs d’erreurs du libéralisme et de ses conséquences ».




Or, il ne faut pas se voiler la face, si la tête de l’Eglise est moderniste, la tête de la Fraternité est aujourd’hui gravement entachée de libéralisme. Nous avons tous, et particulièrement les supérieurs, un examen de conscience à faire : ne serions-nous pas, à notre place, responsables de la montée du libéralisme dans notre propre congrégation ?
Il y a peu, Mgr Fellay nous a expliqué qu’en 2006,
 
Citation:



« les hérésies fusaient » et « les autorités propageaient l’esprit moderne et moderniste de Vatican II »



, mais qu’en 2012, 
 
Citation:



il y avait une restauration de l’Eglise, ad intra, par Benoît XVI. Et que « cela réclame de nous un nouveau positionnement par rapport à l’Eglise officielleIl s’agit d’un regard surnaturel sur l’Eglise. »12



Comment avoir pu écrire ces lignes après Assise III ? Benoît XVI restaure-t-il la foi ad intra en organisant ad extra des réunions interreligieuses condamnées par l’Eglise, avec en plus des humanistes athées pour œuvrer à « la promotion du véritable bien de l’humanité » ? Un de nos théologiens confiait à un confrère : « La tête de Mgr Fellay est pourrie mais le chapitre l’empêchera de signer. Il faut faire le dos rond pendant 6 ans. » Est-ce si sûr ? Est-ce suffisant ? Combien de capitulants sont prêts à professer publiquement la foi catholique dans toutes ces conséquences :
Citation:



« Nous n'avons jamais voulu appartenir à ce système qui se qualifie lui-même d'Église Conciliaire, et se définit par le Novus Ordo Missæ, l'œcuménisme indifférentiste et la laïcisation de toute la Société. »13




Mgr Lefebvre s’était trompé en mai 1988. En septembre 2012, malgré ses grâces d’état et son Conseil, malgré
 
Citation:



« l’assistance du Saint-Esprit et le don de Conseil »,



Mgr Fellay a avoué s’être trompé sur les intentions du pape. Mais, en réalité, l’erreur n’est pas là, car Benoît XVI n’a jamais caché ses intentions. Le problème vient d’une fumeuse conception de
 
Citation:



l’« Eglise concrète » qui est « une erreur très très grave ».




Errare humanum est, sed perseverare diabolicum ! Le libéralisme de nos supérieurs est un châtiment pour notre congrégation. N’avons-nous pas notre part de responsabilité dans ce péché par notre négligence à vivre du trésor transmis par notre fondateur, par notre laxisme, par nos attaches mondaines et par notre orgueilleuse présomption cléricale ?
Vigilate et orate.
        
La Rédaction          
1 Mgr Fellay, Cor unum, n° 102, été 2012. 2 Mgr Fellay, Cor unum, n° 101, mars 2012.

3 Mgr Lefebvre, Retraite à Ecône, 17 septembre 1981.

4 Mgr Lefebvre, Conférence spirituelle, Ecône, janvier 1974.

5 Mgr Fellay, Cor unum, n° 102, été 2012.

6 Mgr Fellay, Conférence à Flavigny, 2 septembre 2012.

7 Mgr Lefebvre, Conférence spirituelle, Ecône, 21 décembre 1984.

8 Mgr Fellay, 1er novembre 2012, Ecône.

9 Ecône, 9 septembre 1988.

10 Mgr Fellay, Conférence à Flavigny, 2 septembre 2012.

11 Pie X, Notre charge apostolique, 25 août 1910.

12 Mgr Fellay, Cor unum, n° 101, mars 2012.

13 Lettre ouverte des supérieurs de la FSSPX au cardinal Gantin, Écône, 6 juillet 1988.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 9 Fév 2013, 21:57    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> PRETRES REFRACTAIRES -> antiModernisme.info Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com