Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Le judéotest du Père Kolbe - A propos de la lettre de Mgr Di Noïa

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> PRETRES REFRACTAIRES -> antiModernisme.info
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Sam 9 Fév 2013, 22:08    Sujet du message: Le judéotest du Père Kolbe - A propos de la lettre de Mgr Di Noïa Répondre en citant


Posté le: Ven 18 Jan 2013 par Gentiloup à 22:31    Sujet du message: L
e judéotest du Père Kolbe- A propos de la lettre de Mgr Di Noïa
  
___________
  
Posted on 15 janvier 2013

http://www.antimodernisme.info/info/?author=1

Antimodernisme : Mgr Di Noia va soumettre la Fraternité à une nouvelle épreuve que l’on pourrait nommer le judéotest.  Prions spécialement le RP Kolbe pour que ce judéotest ne finisse pas en crashtest . 
    
__________________________ 
    
La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X a-t-elle changé ? A-t-elle perdu sa combativité antilibérale ? Les prêtres de ladite Fraternité sont-ils devenus judéocompatibles ? Oui, diront les uns, puisque selon La Croix, son Excellence Mgr Fellay est « l’homme du dialogue » : « Les Juifs sont nos frères aînés dans la mesure où nous avons quelque chose en commun. » (Famille Chrétienne en février 2009). Non, diront les autres puisque selon La Vie, journal « chrétien » et propriété de Louis Dreyfus, Mgr Fellay est un antisémite ayant déclaré « ennemis de l’Eglise » « les Juifs, les francs-maçons, les modernistes » ( La Vie, 7 janvier 2013) . Comment départager ces deux jugements, si ce n’est par le judéotest ? Ce test permet de vérifier si un prêtre est capable d’enseigner la doctrine catholique traditionnelle sur les Juifs à l’exemple du Père Kolbe.    

    
En 1985, le District d’Italie de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X publiait un article sur la question juive. La même année, la revue interne de ladite Fraternité livrait « ce texte à la lecture des confrères à cause de sa valeur intrinsèque ». L’article rappelait que « la question juive est une question religieuse et théologique. Peuple à la nuque raide (Deut. 9. 6 et 13) jusqu’à rejeter les prophètes et tuer le Messie, il se trouve maintenant hostile à Dieu et à son Eglise jusqu’à la fin des temps, quand il se convertira à Lui (Rom. 11.15). Son élection passée, la lutte présente et sa conversion future sont la trame de toute l’histoire humaine. »    
L’auteur, parmi de nombreux Pères, citait saint Justin (mort en 165) :   
Citation:


»Vous avez tué le juste et avant lui ses prophètes, et maintenant vous repoussez perfidement ceux qui espèrent en lui et en celui qui l’a envoyé, le Dieu Tout-Puissant auteur de l’univers. Vous les déshonorez autant qu’il est en vous, et dans vos synagogues, vous élevez des imprécations contre ceux qui croient au Christ, car vous n’avez pas le pouvoir de porter la main sur nous grâce à ceux qui maintenant nous gouvernent, mais chaque fois que vous l’avez pu, vous l’avez fait » (Saint Justin, Dial. contre Tryphon, 16. 4; PG 6.511).


    
Il était bien prouvé que « cette haine théologique de la Synagogue pour l’Eglise, on la voit à chaque page des Actes des Apôtres, jusque dans les paroles de l’Apocalypse où Jésus dit à l’Evêque de Smyrne: « Je sais que tu es calomnié par ceux qui se disent Juifs, et qui ne le sont pas; la synagogue de Satan, voilà ce qu’ils sont » ( Apo 2, 9) ». Puis, pour décrire cette lutte entre l’Eglise et la Synagogue, l’auteur citait un texte du Père Maximilien Kolbe :
  
 
Citation:


« Une partie du peuple hébreu reconnut en Jésus le Messie, les autres, surtout les pharisiens superbes, ne voulurent pas le reconnaître, ils persécutèrent ses disciples et se mirent à édicter un grand nombre de lois qui obligeaient les Juifs à persécuter les chrétiens. Ces lois, ainsi que quelques récits de rabbins antérieurs, furent recueillies en l’an 80 après le Christ par le rabbin Johanan ben Sakai et furent définitivement achevées vers l’an 200 par le rabbin Jehuda Hannasi, et ainsi naquit la « Misnah ».


 
Citation:


Les rabbins ultérieurs ajoutèrent bien d’autres choses encore à la « Misnah », de sorte que vers l’an 500 le rabbin Achai ben Huna put désormais rassembler ces appendices pour en former un volume distinct, appelé « Gemara ».La « Misnah » et la « Gemara » constituent ensemble le « Talmud ». Dans le « Talmud », ces rabbins appellent les chrétiens : idolâtres, homicides, libertins impudiques, fumier, animaux à forme humaine, pires que les animaux, fils du diable, etc. Les prêtres sont appelés « Kamarim », autrement dit devins, et « galachim » ou têtes pelées, et en particulier ils ne supportent pas les âmes consacrées à Dieu dans la vie religieuse.  Au lieu de « bejs tefila », maison de prière, ils appellent l’Eglise « bejs tifla », maison d’idiotie, de saleté. Les images, les médailles, les chapelets, etc., ils les appellent « elylym », c’est-à-dire idoles. Dans le Talmud, les dimanches et les fêtes sont dénommés « jom ejd », ou jours de perdition. Ils enseignent, en outre, qu’à un Juif, il est permis de tromper, de voler un chrétien, puisque « tous les biens des mécréants », autrement dit des chrétiens, « sont comme le désert: le premier qui les prend en devient propriétaire ». Cet ouvrage, qui rassemble douze gros volumes et qui inspire la haine contre le Christ et les chrétiens, est mis dans la tête des rabbins et ces derniers s’engagent à le prendre pour base de leur enseignement au peuple, ajoutant qu’il s’agit d’un livre sacré, plus important que l’Ecriture Sainte, au point que Dieu lui-même apprend le Talmud et consulte les rabbins experts dans le Talmud. Il n’est donc pas étonnant que ni le Juif moyen ni le rabbin n’ait, d’ordinaire, une idée exacte de la religion du Christ : nourri uniquement de haine envers son propre Rédempteur, enfoui dans les affaires d’ordre temporel, avide d’or et de pouvoir, il n’imagine même pas quelle paix et quel bonheur offre, dès cette terre, l’amour fidèle, ardent et généreux du Crucifix ! Combien il dépasse tous les « bonheurs » des sens ou de l’intelligence offerts par ce misérable monde! » (Les écrits de M. Kolbe – Ed. Citta di vita, 1978, vol. 3 p.253).


    
Le Père Kolbe faisait aussi des liens entre les Juifs et la Maçonnerie.   

Citation:


« Les chefs sont ceux qu’on appelle « maçons bleus », tandis que ce qu’on nomme « maçonnerie rouge » se réduit à un très petit nombre de personnes, en majorité des Juifs, qui, pleinement conscients de leurs buts, dirigent toute la grande masse de ceux qui sont plus ou moins « illuminés » dans les choses de l’organisation maçonnique. Ces chefs sont inconnus et ils agissent toujours en secret, pour rendre l’opposition impossible. Ce sont eux qui dressent d’avance les plans de travail. De leur « officine » sont sorties la révolution française, toute la série des révolutions de 1789 à 1815, et aussi… la guerre mondiale » (op. cit. vol.3 p.604). »


 
Citation:


En outre il est de notoriété publique que ce sont les Juifs qui dirigent le socialisme et qui gouvernent actuellement dans la Russie bolchevique » (op. cit. p.52).


    
Voilà ce que la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X faisait lire à ses prêtres et ses fidèles. Mais depuis une réunion à Ecône du 30 juin au 3 juillet 2010, les supérieurs de ladite Fraternité ont décidé que la « question juive » était un piège et que le rôle de la Fraternité devait être « de prêcher la doctrine du Christ-Roi, de garder la foi et de « transmettre le sacerdoce catholique dans sa pureté doctrinale et sa charité missionnaire » ». Mgr Fellay insistait aussi pour que le prêtre soit attentif à sa sanctification : « le domaine d’action de la Fraternité est principalement surnaturel; l’enjeu est le salut des âmes. Le fait d’éviter certains sujets controversés ne saurait empêcher le combat de la foi ou le combat pour la royauté sociale de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Etc ». Pour Mgr Fellay, la sainteté sacerdotale par l’union au Christ s’immolant à la messe ne s’oppose pas au combat de la foi. Mais alors, comment la question juive, qui est une question théologique, pourrait-elle être exclue de la prédication de la Fraternité ? Surtout quand on sait, comme le disait l’article de ladite Fraternité en 1985, que  
Citation:


« Saint Grégoire le Grand, Saint Grégoire III, Saint Nicolas I, Léon VII, Benoît VII, saint Grégoire VII, Urbain II, Célestin III, Innocent II, Grégoire IX, Innocent IV, Alexandre IV, Clément IV, Grégoire X, Martin IV, Honorius IV, Nicolas IV, Clément V, Jean XXII, Benoît II, Clément VI, Urbain V, Grégoire XI, Martin V, Paul III, Jules III, Paul IV, Saint Pie V, Clément VII, Paul V, Urbain VIII, Clément X, Innocent XI, Clément XII, Benoît XIV, Pie VI, Pie VII, Léon XII, Pie IX ont dénoncé la conspiration du Judaïsme contre notre Sainte Mère l’Eglise, prévenant les peuples chrétiens contre leurs perfides manigances ».


    
Un prêtre de la Fraternité Saint-Pie X qui veut vivre son « sacerdoce catholique dans sa pureté doctrinale et sa charité missionnaire » doit-il imiter la conception tronquée de la sainteté de Mgr Fellay et de la néo-Fraternité ou doit-il imiter celle du Père Kolbe qui interpellait ainsi maçons et juifs :     
 
Citation:


« Messieurs les maçons, réfléchissez et dites sincèrement s’il ne vaut pas mieux servir le Créateur dans la paix intérieure, dans l’amour joyeux, qu’obéir aux ordres de la cruelle « clique » juive, mystérieuse, rusée, mal connue, et qui vous hait ? Et à vous, petite poignée de Juifs, « sages de Sion », qui, dissimulés, avec la permission divine, dans le but de mettre à l’épreuve les fidèles et les vertueux, avez déjà provoqué sciemment tant de malheurs et en préparez plus encore, à vous je m’adresse et je vous demande : quel avantage en retirerez-vous ?  Supposons même que soit maintenant proche le temps de la domination de l’antéchrist qui a été prédit, supposons que vous lui prépariez le chemin ; dans ce cas, que chacun de vous se demande à soi-même : quel avantage en retirerai-je ?… Une grande accumulation d’or, de plaisirs, de distractions, de pouvoir : tout cela ne rend pas encore l’homme heureux. Et si même cela donnait le bonheur, combien de temps cela pourra-t-il durer ? Peut-être une dizaine d’années, peut-être une vingtaine, ou quelques années de plus ou de moins… Nous ne savons pas quand se rompra le fil de la vie… Et après ?… Ne vaudrait-il pas mieux que vous, maçons embobinés par un groupe de Juifs, et vous, chefs Juifs, qui vous êtes laissés séduire par Satan, l’ennemi de l’humanité, ne vaudrait-il pas mieux que, vous aussi, vous vous tourniez sincèrement vers Dieu, que vous reconnaissiez le Sauveur Jésus-Christ, que vous vous épreniez de l’Immaculée, et que, sous ses étendards, vous lui conquériez des âmes ?… Ou bien préférez-vous être une partie de la tête de ce serpent qui enserre le monde et dont il a été dit: « Elle t’écrasera la tête » (Gen.3.15)? » (Les écrits de M. Kolbe – Ed. Citta di vita, 1978, vol. 3 p.299).



    
Le judéotest est dans vos mains… C’est ce même judéotest que Mgr Di Noia utilisera : « Vatican II a répudié l’antisémitisme et présente le judaïsme de façon positive. Jean-Paul II est allé plus loin en reconnaissant l’importance du peuple juif pour la chrétienté elle-même. C’est là un concept nouveau, nous savons que les traditionalistes ne seront pas à même de l’accepter immédiatement. Les convaincre prendra du temps, et, sur ce point, nous devrons être patients. » (Catholic Family News, août 2012).    
Aujourd’hui, être traité d’antisémite est une nécessité et un honneur. Une nécessité car ceux qui nous dirigent usent à leur guise de la définition hyper-élastique de l’antisémitisme à l’encontre de quiconque ose les critiquer et nous n’avons absolument aucun moyen de les empêcher de jouer cette carte. Un honneur car combattre les ennemis du Christ, c’est combattre pour le Christ et l’Eglise.    
« Heureux serez-vous, lorsqu’on vous insultera, qu’on vous persécutera, et qu’on dira faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense est grande dans les cieux; car c’est ainsi qu’ils ont persécuté les prophètes qui ont été avant vous. » (Matth V, 12) 
    

This entry was posted in Non classé by administrateur. Bookmark the permalink.

http://www.antimodernisme.info/info/?p=200
 
  


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 9 Fév 2013, 22:08    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> PRETRES REFRACTAIRES -> antiModernisme.info Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com