Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Le G.R.E.C. ou une association très malfaisante

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> PRETRES REFRACTAIRES -> antiModernisme.info
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Dim 17 Fév 2013, 22:39    Sujet du message: Le G.R.E.C. ou une association très malfaisante Répondre en citant

P
osté le: Mer 14 Nov 2012 - 13:58    Sujet du message: Recension du livre: "La nécessaire réconciliation" - le GREC & La marche vers le ralliement

antiModernisme.info nous a fait l'honneur de reprendre notre article
_________________________________________________________________________
   
      





       

         
      
  
                          
Je viens d'achever la lecture du livre du père Michel LELONG intitulé: "Pour une nécessaire réconciliation" - Livre paru en décembre 2011.
     



       

                               
C'est un petit ouvrage de 159 pages, pas passionnant mais vite lu.
Il expose ce qu'est le GREC: Groupe de Réflexion Entre Catholiques.

Ce petit livre résume le travail accompli par le GREC, c'est une sorte de satisfecit de l'auteur qui a été  à l'origine de cette formation. Son but est d’œuvrer pour le ralliement de la FSSPX à la Rome conciliaire, en reconnaissant le Concile. Néanmoins ce petit livre clarifie sans le vouloir les dérives dans lesquelles est tombée la tête de la FSSPX et démontre pourquoi le ralliement avec la Rome conciliaire a pu gangrener tant d'esprits au sein de la FSSPX.

Ce groupe de réflexion a été fondé en 1997 dans le but d'intégrer la FSSPX à la Rome moderniste en lui faisant accepter le Concile Vatican II.

Les initiateurs sont Monsieur et Madame Pérol. Monsieur Pérol ayant été ambassadeur de France à Rome. Et le père Michel Lelong, auteur du livre et fervent défenseur du dialogue inter-religieux et du Concile.

Le but du GREC n'est pas ambigu, il est clairement défini tout au long de ce livre par différents protagonistes: "Interpréter Vatican II à la lumière de la Tradition" selon la formule que Jean-Paul II avait donnée à Mgr Lefebvre en 1978.

Le père Michel Lelong est convaincu des bienfaits du Concile et tout particulièrement des bienfaits de "Nostra aetate", lui qui est un spécialiste du dialogue avec les Musulmans.

L'idée de l'ambassadeur était de faire avec les catholiques traditionnels de la FSSPX, le dialogue qui se pratique avec les autres religions et dont il regrettait que la FSSPX soit exclue.

L'abbé Lorans, l'un des quatre fondateurs du GREC, est porte-parole du district de France. Il a obtenu de Mgr Fellay l'autorisation de dialoguer "pour une nécessaire réconciliation". Il est très attentif à tenir Mgr Fellay au courant de l'avancée de ce dialogue.

La "charte" de ce groupe a été définie par Monsieur Pérol peu avant son décès: il s'agit d"'interpréter Vatican II à la lumière de la Tradition". Ce que Benoît XVI appellera quant à lui "l'herméneutique de la continuité" en opposition à l'herméneutique de la rupture. Une herméneutique de rupture qui a été la constatation, en désespoir de cause, de Mgr Lefebvre au bout d'un long chemin de tentatives d'ententes avec cette église conciliaire. Il n'a pu que constater en fin de parcours que c'était impossible, d'où les sacres des quatre évêques en 1988.

Le groupe a démarré ses activités en petit comité autour de Madame Pérol et du père Michel Lelong, avec l'abbé Emmanuel du Chalard "qui ne cessa d'apporter au GREC un soutien aussi discret qu'attentif".                                                          
 
Citation:
"Deux autres prêtres contribuèrent de façon décisive  à la création puis à la vie de notre groupe de réflexion entre catholiques. L'un d'eux aujourd'hui retourné à Dieu était le Dominicain, le Père Olivier de La Brosse, l'autre, le père Lorans de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Je [Père [b]L'abbé Lorans était quant à lui, porte-parole du district de France. Ce dernier ayant obtenu de Mgr Fellay l'autorisation de dialoguer "pour une nécessaire réconciliation" avec ce groupe.[/list]
Nous avons donc là les quatre fondateurs du GREC:
  • Madame Pérol,
  • le père Michel Lelong,
  • l'Abbé Lorans et
  • le père de La Brosse.

Dés les mois qui suivirent, les différents protagonistes firent des émules dans leur communauté respective.
Bientôt des conférences vont être organisées, mais sans tambours ni trompettes, il fallait que tout cela restât confidentiel.                 
                      
Citation:
"Quand nous nous retrouvons dans l'amitié, écrit le père Michel Lelong, je pense souvent à Gilbert Pérol qui, tout en participant activement au dialogue islamo-chrétien, avait eu l'idée de, ce dialogue entre catholiques." Page 27


Les nonces apostoliques successifs et différentes autres personnalités de l'église conciliaire appuyèrent ce groupe. Ces personnalités informaient régulièrement le Pape de l'avancée du dialogue.
Le supérieur du district de France de la FSSP, l'abbé Ribeton vint se joindre au groupe, ainsi qu'un peu plus tard celui du Christ-Roi Souverain Prêtre etc.

Pour abréger ce résumé, il faut savoir que l'initiative de la levée des excommunication des quatre évêques de la FSSPX revient au GREC. Elle était demandée pour le jubilé de l'an 2000, déjà !!!, c'est en tout cas ce que revendique explicitement le Père Lelong dans cet ouvrage avec force citations des échanges de courriers entre ce groupe, les autorités romaines et le supérieur de la FSSPX.
Lorsqu'on nous dit à la FSSPX qu'il s'agirait d'un des points de la fameuse feuille de route issue de la FSSPX, ce n'est donc pas tout-à-fait vrai, puisque la première initiative en revient au GREC

Reviennent sans cesse les termes de "pleine communion".                  
                      
Citation:
"En ce qui me concerne, étant prêtre depuis cinquante ans et ayant consacré mon ministère aux relations entre l'Eglise et les Musulmans, je suis profondément, attaché aux enseignements du concile Vatican II et je m'efforce de les faire connaître et comprendre  à ceux de nos frères catholiques  qui ont suivi Monseigneur Lefebvre et ses successeurs." (Père M. Lelong Page 42)


Le message est donc clair, que Mgr Fellay ne vienne pas jouer les vierges effarouchées en prétendant découvrir subitement en 2012 par un courrier du Pape, l'attente de la reconnaissance par la FSSPX du concile Vatican II !
Cela était clair dés le début des pourparlers avec le GREC !

Le 6 janvier 2004 le père de La Brosse adresse un courrier au cardinal Castrillon Hoyos (Commission Ecclesia Dei) pour lui rendre compte du colloque "Tradition et Modernité" organisé par le GREC le 22 novembre 2003 à Paris:              
                      
Citation:
"Monseigneur Philippe Breton, qui sur notre demande, a été désigné par Monseigneur Ricard, Président de CEF, comme "évêque référent" de ce groupe, a participé à la réunion et assuré la prière d'ouverture, M. l'abbé Lorans, de la FSSPX présidant quant à lui, la prière finale.
(...)
Le but même du colloque semble donc acquis: des catholiques français de sensibilités diverses et même opposées ont librement accepté d'engager un dialogue qui ne préjuge en rien d'une réconciliation totale. - Domaine réservé aux supérieurs compétents - mais ouvre la possibilité, le jour venu, que les instances de dialogue trouvent devant elles des partenaires capables de compréhension  et de respect mutuel. (...)

Le nombre de participants était de 40 personnes, toutes ayant été invitées à titre individuel par les membres du groupe. (...)
Une très grande discrétion ayant été observée sur la demande expresse de Monseigneur Ricard, ce qui correspondait à nos intentions. Aucun journaliste professionnel n'était présent dans la salle. Aucune information ni commentaire n'ont filtré, les jours suivants, dans la presse catholique ou laïque." (Page 45 - 46)


          
                       
Citation:
Ainsi grâce au soutien du nonce apostolique et aussi aux démarches du Père de La Brosse et de l'abbé Barthe, le cardinal Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, fut tenu au courant de nos activités.
L'élection de Benoît XVI fut accueillie  (...) avec beaucoup d'espoir (...). On sait, en effet, comment, dés les premiers mois de son pontificat le nouveau Pape tint à rencontrer Monseigneur Fellay, puis fit des déclarations et prit des décisions qui manifestent clairement sa volonté de rétablir l'unité dans l'Eglise par une herméneutique de "la continuité" et non "de la rupture" en ce qui concerne les enseignements de Vatican II. (Pages 48-49)


Suite au Motu Proprio de 2007, les animateurs du GREC adressent de nouveau une lettre au Pape pour lui redemander la levée des excommunications.

Suit à partir de la page 55 un historique des activités du GREC et des personnalités des différents bords qui viennent s'impliquer dans ce processus.
A la suite de la rencontre du Pape et de Mgr Fellay en 2005, le GREC s'élargit, du côté FSSPX notons entre autres: l'abbé Célier très actif, très présent, Jacques-Régis du Cray et plus tôt encore, Marie-Alix Doutrebente etc.

NDLR: De nombreux prêtres de la FSSPX et pas des moindres, (en dehors de ceux cités, qui eux, sont très impliqués), ont participé aux travaux du GREC souvent au titre de conférenciers. Certains sont cités dans le livre, d'autres non, dont je connais l'implication par ailleurs. Je préfère ne pas rappeler leurs noms, ne connaissant pas précisément leur position actuelle face au ralliement.  

C'est alors que les colloques démontrent "des convergences doctrinales et spirituelles" entre les deux parties.   
                              
Citation:
Le 10 juin 2010 une réunion du GREC était destinée à apporter son soutien au pape suite "à une campagne de presse particulièrement injuste", autour de "M. l'abbé Matthieu Rougé, Recteur de la Basilique Sainte-Clotilde de Paris (...) et M. l'abbé Lorans, chargé de la communication de la FSSPX".
Ce soir-là, grâce aux exposés des deux intervenants puis au débat qui suivit, on sentit combien était attendue et espérée la réconciliation entre tous les catholiques autour du Pape Benoît XVI et grâce à lui.
C'est pour y apporter sa contribution que durant l'année universitaire 2010-2011, le GREC consacra ses réunions au concile Vatican II, à Monseigneur Lefebvre et au Motu Proprio Summorum Pontificum, avec la participation d'historiens et de théologiens ayant des points de vue différents." (Page 69)


                               
                                
Citation:
A l'heure où j'écris ces lignes, on peut espérer que ces rencontres conduiront sans tarder à un accord. Mais il faut pour cela que la FSSPX comprenne que si elle a beaucoup à apporter à l'Eglise de Rome, elle a aussi beaucoup à en recevoir. Il faut donc qu'elle cesse de rejeter en bloc Vatican II et qu'elle accepte ses grandes orientations en les interprétant comme le propose aujourd'hui le Saint-Père. (Père Michel Lelong Page 85)
Suivent les témoignages de différents acteurs du GREC, dont ceux (pour la FSSPX) de l'abbé Lorans, de Marie-Alix Doutrebente de Jacques-Régis du Cray.
Une place très importante est accordée à l'Abbé Aulagnier qui a commencé avant la fondation du GREC, dés 1992 a entamer le dialogue avec des conciliaires (notamment avec le père abbé de Randol, Dom de Lesquen), ceci, alors qu'il était supérieur du district de France. Il a poursuivi ce rôle plus tard étant devenu membre de l'IBP. Toujours très actif en faveur du ralliement, lui qui était déjà rallié et qui a obtenu une cure dans la structure conciliaire.
Citation:

J'ai été heureux d'initier, dés 1992, comme supérieur du district de France de la FSSPX, des contacts nouveaux avec les autorités ecclésiales reconnues.
Passant un jour par Randol (...) le père abbé Dom de Lesquen discutait avec un jeune sur le parvis du monastère. Sachant le rôle qu'il avait joué auprès de Dom Gérard lors de son rapprochement du 10 juillet 1988 avec Rome, je l'aborde et lui parle (...) du grand rapprochement avec Rome, d'une normalisation de la FSSPX avec Rome (...)" (Abbé Aulagnier Page 104)

Pour comprendre le processus du ralliement, il suffit de connaître le travail souterrain de ce groupe dont les membres se cooptent...

Rappel: ce livre a été publié en décembre 2011




________________________________________
  

Commentaire de Gentiloup:                   
  
                      
Ce livre est très important à connaître pour savoir dans l'avenir ce qu'il ne faut surtout pas faire: aucune discussions doctrinales à aucun niveau tant que Rome ne sera pas convertie.

Ce fut la consigne laissée par Mgr Lefebvre et celle qui a prévalue jusqu'au ralliement manqué de justesse en juin 2012:
"Pas d'accord canonique sans accord doctrinal."
Les inférieurs ne font pas les supérieurs, or la FSSPX après un accord canonique se retrouverait sous l'autorité du pape moderniste et des dicastères conciliaires.

La vérité ne supporte pas le moindre compromis avec l'erreur, or ce processus engagé par le GREC n'est rien d'autre qu'une recherche de compromis.

Voici en conclusion ce que rapporte M. l'abbé Hewko:
 
Citation:

Le père Ludovic Barrielle (si hautement vénéré par l'archevêque) a déclaré en 1982 :
 
Citation:

«J’écris ceci pour que cela serve de leçon pour tout le monde. Le jour où la FSSPX abandonnera l'esprit et les règles de son fondateur, elle sera perdue. De plus, tous nos frères qui, à l'avenir, se permettront de juger et de condamner le Fondateur et ses principes, ne montreront pas d’hésitation pour finalement écarter de la Fraternité l'enseignement traditionnel de l'Eglise et la messe instituée par Notre Seigneur Jésus-Christ. »
Cité par M.. l'abbé Hewko


 Gentiloup      
            

[/b]


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 17 Fév 2013, 22:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> PRETRES REFRACTAIRES -> antiModernisme.info Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com