Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
"Du ralliement à la séparation" Extrait du Sel de la Terre n° 81 -Juin 2012

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> VERS LE RALLIEMENT
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Lun 18 Fév 2013, 23:25    Sujet du message: "Du ralliement à la séparation" Extrait du Sel de la Terre n° 81 -Juin 2012 Répondre en citant


Posté le: Sam 4 Aoû 2012 par GL à 16:16    Sujet du message:
"Du ralliement à la séparation" -Extrait du Sel de la Terre n° 81 -Juin 2012

  
"Du ralliement à la séparation"

  
Extrait du Sel de la Terre n° 81 -Juin 2012
 
Citation:


Emile Flourens (1841-1920) qui fut ministre des Affaires étrangères, a publié dans la "Revue Catholique des Institutionset du Droit" d'avril 1914 un article intitulé "Du ralliement à la séparation". Il y rapporte une conversation qu'il a eu en 1890 (...) avec Ernest Constans, qui était alors ministre de l'Intérieur et des Cultes:



Citation:


Je fus désolé de voir mon ami Lavigerie se jeter ainsi, tête baissée dans les bras de nos pires adversaires.
Ce qui augmentait ma surprise, c'est que Lavigerie eut choisi précisément, pour cette entreprise si délicate, qui exigeait de part et d'autre une parfaite loyauté, le moment où il allait avoir comme partenaire M. Constans, dont il avait éprouvé la perfidie dans l'affaire des Congrégations. (...)
Cette confiance pleine d'un abandon, un peu naïve me confondait. Je résolus d'en avoir le cœur net et d'interviewer à ce sujet, M. Constans lui-même.
(..)
Néanmoins, je le pris un jour à l'écart, dans le désœuvrement d'une de nos séances de la Chambre des Députés, et je lui dis:
"Il paraît que vous allez vous jeter dans les bras du pape?"
Il sourit et me répondit:
"Je ne fais rien, vous le savez, que d'accord avec Brisson et avec les loges".
- "Mais alors que faites-vous?"
- "Carnot veut donner du lustre à ses réceptions à l’Élysée, et l'aristocratie du faubourg Saint-Germain, sous son prédécesseur s'y faisait plutôt rare".
- Il vit bien que je ne me paierai pas de semblables explications et il ajouta: "Jusqu'ici le clergé a été le centre autour duquel se sont groupés les partis hostiles à la République et, en dépit des dissentiments profonds qui les séparent , il leur a servi de lien. Nous en avons la conviction, s'ils se mettaient activement à l'oeuvre, ils formeraient un faisceau assez fort pour nous inquiéter!"
- "Eh bien alors?"
- Eh bien alors, il a été l'instrument de leur union, nous voulons qu'il devienne l'instrument de leur désunion. Il a servi à les relier, nous voulons qu'il serve à les disperser. Le pape commandera aux Catholiques de se rallier à la république . Parmi les royalistes et les Bonapartistes, certains obtempèreront à cet ordre. D'autres non. D'où, discorde entre eux. Ceux quii se sépareront de l'Eglise perdront leur prestige sur les électeurs ruraux. Ils iront bouder dans leur coin. Quant aux catholiques qui se rallieront , ils seront honnis par leurs anciens amis qui les traiteront de renégats et croyez-moi, les répunlicains ne leur accorderont pas plus d'estime. Ils n'auront aucun crédit dans le pays et aucune autorité dans la Chambre parce qu'ils manqueront de programme politique. Leur conduite ne sera qu'un amoncellement d'illogismes et leur vie qu'un perpétuel reniement de leur passé. Ils ne compteront pas. Ce sera une poussière qui ne saura où s'accrocher".
- "Mais quelles concessions, répliquais-je, faites-vous donc un échange d'avantages politiques, d'après vous, si appréciables?"
- "Aucune."
- "Vous arrêtez au moins la course vers la séparation [de l'Eglise et de l'Etat]?"
- "Au contraire, nous l'accélérons. Dans dix ou quinze ans d'ici ce sera chose faite".


Article extrait du Sel de la Terre N° 81 - Eté 2012 - Pages 131 et 132 (Annexe 14 de l'article intitulé: "Le drame du ralliement par Philippe Giroud)


Cet anecdote se situe dans le cours du ralliement des catholiques à la République. Lorsque nous lisons cela, nous avons l'étrange sentiment de revivre la même chose... En plus petit... Parce que depuis, il y a eu "une révolution en tiare et en chape, marchant avec la croix et la bannière", celle de Vatican II avec "un pape selon [leurs] besoins".. (Voir le complot de la Haute Vente).

Gentiloup


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 18 Fév 2013, 23:25    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> VERS LE RALLIEMENT Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com