Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Les fidèles ont le droit de savoir

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Mar 19 Mar 2013, 10:18    Sujet du message: Les fidèles ont le droit de savoir Répondre en citant

Les fidèles ont le droit de savoir
   
Les fidèles ont le droit de savoir
 

Citation:
« Les fidèles ont un droit strict à savoir que les prêtres auxquels ils s’adressent ne sont pas de la communion d’une contrefaçon d’Eglise, évolutive pentecôtiste, et syncrétiste. » (Lettre ouverte à son Eminence le cardinal Gantin, Préfet de la Congrégation des Evêques. Ecône, 6 juillet 1988 Fideliter N° 64. Juillet-Août 1988, pages 11-12.)



   
+   
Ce n’est pas du « zèle amer » ni « agir avec une dureté continuelle » que de constater un certain libéralisme dans la Fraternité. Les faits sont là et on ne peut rien contre les faits !
Il ne s’agit pas de blâmer tout ce qui ne s’accorde pas avec notre idéal mais il s’agit de constater et de s’interroger sur le fait que des prêtres de la Fraternité n’agissent plus selon l’idéal de la Fraternité. La conduite doctrinale excellente de tel supérieur ou le zèle de tel prieur peut masquer cette réalité à nos yeux, mais c’est un fait, qu’influencés par les exemples et les discours de notre Supérieur Général, certains confrères tout en ayant l’étiquette « Fraternité Saint-Pie X », se conduisent en pratique comme des ralliés, et ce avant même le ralliement à l’Eglise conciliaire.   
Les fidèles ont un droit strict à savoir qu’un prieur, lors d’une session de théologie, fit remarquer qu’il ne pouvait pas dire : « Benoît XVI est un moderniste ». Ce prieur confia aussi à un confrère ne plus pouvoir, en conscience, faire prier ses fidèles pour « la conversion de Rome et des évêques », intention qui fait pourtant partie de celles de la Fraternité (Cor Unum n° 35).   
Les fidèles ont un droit strict à savoir que deux prieurs ont confié au Supérieur d’un District important qu’ils étaient prêts à célébrer la Messe Paul VI (1er canon). Ce qui rejoint la remarque de Mgr Fellay au cardinal Cañizares après une visite d'une abbaye « Novus ordo » près de Florence :    
Citation:
« si Mgr Lefebvre avait vu la célébration de la Messe telle qu'elle se passait là-bas, il n'aurait pas pris les mesures qu'il a prises. »



   
Est-ce du zèle amer que d’être scandalisé de ces réactions ?
Les cardinaux Bacci et Ottaviani n’auraient-ils donc pas approuvé le «bref examen critique », à l’invitation de Mgr Lefebvre, s'ils avaient vu « la célébration de la Messe telle qu'elle se passait là-bas »?   
Les fidèles ont un droit strict à savoir qu’à Kansas City, un abbé a réprimandé un fidèle, Monsieur B. de qui nous tenons le fait, parce qu’il s’en prenait au « Novus ordo ». Notre abbé lui a dit : « on ne parle plus comme ça maintenant ».   
Les fidèles ont un droit strict à savoir qu’à Post Falls, un prieur a déclaré récemment que le rôle de la Fraternité n’était pas de combattre Vatican II mais de veiller à la sanctification des prêtres, comme si ces deux devoirs pouvaient s’opposer.   
Les fidèles ont un droit strict à savoir qu’à Chartres, un prieur, pour tenter de justifier la politique de Mgr Fellay, a cherché à convaincre un confrère que la béatification de Jean-Paul II n’était pas si grave car « c’est l’homme que l’on a exalté » et non sa doctrine et que l’initiative d’Assise III n’était pas si scandaleuse car « le fait que Benoît XVI ait invité des athées manifestent qu’il ne s’agit pas d’une réunion religieuse. » Est-ce aussi du zèle amer que d’être scandalisé de ces propos ?   
Les fidèles ont un droit strict à savoir qu’en Floride, un prieur a empêché une commande de livres contre le Concile Vatican II pour la procure. Dénoncé publiquement, il a du, en colère, revenir sur son choix et garnir les étagères de ces livres. Le même miracle a eu lieu sur le catalogue de l’Angelus Press grâce à la vigilance des prêtres de la Fraternité de la stricte observance. Ainsi, ‘‘J’accuse le Concile’’ et un fascicule sur la juridiction de suppléance, officiellement épuisés, sont réapparus dans le catalogue.   
Les fidèles ont un droit strict à savoir que le Supérieur de District des Etats-Unis a demandé à l’Angelus Press d’abandonner la publication anglaise de ‘‘Si si No no’’ et a veillé, lors du congrès annuel de Kansas City, à ce que les conférenciers se soumettent aux modifications imposées par la nouvelle ligne de Mgr Fellay. L’abbé Rostand a aussi demandé qu’on efface toute trace de Mgr Williamson au séminaire de Winona qui diffusait encore ses sermons, ses conférences et ses articles. Etrange attitude puisque Mgr Fellay a dit lui-même avoir pour « Mgr Williamson de l’admiration, pour ses coups de génies dans la lutte contre Vatican II »…   
Les fidèles ont un droit strict à savoir que le Père Cyprien, pourtant rescapé du Barroux, de passage à Denver a essayé de prouver en sermon que la situation dans l’Eglise officielle était en train de s’arranger, propos qui, Dieu merci, horrifièrent l’abbé de la Fraternité présent.   
Les fidèles ont un droit strict à savoir que le livre de l’abbé Troadec sur ‘‘la famille catholique’’ contient de nombreuses citations « acceptables » de Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI. Mais on a malheureusement oublié de rapporter que Benoît XVI, le 15 décembre 2010, a reçu au Vatican les pervers du « Gay Circus » afin qu’ils réalisent leur spectacle. Car comme le disait saint Pie X, chez un moderniste, une page est catholique mais la suivante est rationaliste. La page catholique ne prouve donc rien chez ces gens-là dont l’intelligence est corrompue.   
Les fidèles ont un droit strict à savoir qu’à Brignoles, une sœur titulaire a fait prier sa classe pour « notre bon pape qui démissionne » et s’inquiéta que dans des familles on puisse dire que ce pape n’était pas bon alors que c’est lui « qui a libéralisé la messe ». Ceci troubla un de ses élèves car la bonne mère lui disait auparavant que ce pape « enseignait des erreurs ».   
Les fidèles ont un droit strict à savoir que le fait d’affirmer, aujourd’hui, avec Mgr Lefebvre que : « Quant à dire ‘‘sortir de l’Eglise visible’’, c’est se tromper en assimilant Eglise officielle et Eglise visible », implique, pour de nombreux supérieurs, le -Modéré- qui pour eux représentent le péché des péchés alors qu’il s’agit d’une hypothèse qui, selon Mgr Lefebvre, pourrait être « un jour confirmée par l'Eglise. Car elle a pour elle des arguments sérieux. »
Comment toutes ces prises de position objectivement contraire à la ligne et aux principes de la Fraternité ont-ils pu se répandre parmi ses membres si ce n’est que l’exemple est venu d’en haut ?   
En effet, les fidèles ont un droit strict à savoir, qu’à Saint-Nicolas devant les prieurs de France, le 9 novembre 2012, un confrère a demandé à Mgr Fellay des éclaircissements sur des bruits qui couraient comme quoi le 13 juin il allait à Rome pour signer. Notre Supérieur Général a nié qu’une telle signature fut possible – car ce n’est pas dans sa « manière de faire » – il aurait « rapporté le texte pour étude… », puis il expliqua que « l’accord total aurait été en trois temps…. » Or les abbés Lorans, Nély, Pfluger, à l’époque et à plusieurs personnes, ont confié avec joie que le 13 juin Mgr Fellay allait à Rome pour signer. Mgr de Galaretta, lui-même mais avec tristesse et appréhension, le 15 juin, confiait à un confrère attendre l’annonce de la signature à la radio dés le 13 au soir, car « il [Mgr Fellay] allait à Rome pour signer ».   
Les fidèles ont un droit strict à savoir que les supérieur du District de Belgique et de Suisse, les abbés Wailliez et Wuilloud, avant le 13 juin 2012, ont fait exprès le voyage auprès du supérieur du District d’Espagne dans le but de le convaincre pendant deux jours du bien fondé de la politique de ralliement de Mgr Fellay. Et dans le même temps, le Secrétaire Général téléphonait au Supérieur d’Angleterre pour lui reprocher des propos tenus lors d’une conversation privée, mais dont les propos furent retransmis à Menzingen. L’abbé Thouvenot n’oublia pas lors de cet entretien téléphonique d’évoquer à ce supérieur la possibilité de son exclusion du Chapitre.   
Les fidèles ont un droit strict à savoir que pour l’abbé Pfluger « ce n’est pas seulement l’état de l’Eglise postconciliaire qui est imparfait, le nôtre l’est aussi » (octobre 2012). Et qu’en novembre 2012, Mgr Fellay confiait à un confrère que:
1°) il voulait une reconnaissance canonique,
2°) il était parfaitement d’accord avec l’abbé Pfluger.   
Les fidèles ont un droit strict à savoir que l’abbé Schmidberger, qui a travaillé plus d’un mois à Rome sur le protocole d’accord, pense d’ailleurs la même chose :   
Citation:
« Les discussions nous ont révélé une certaine faiblesse dans nos rangs. Nous devons avoir l’humilité de l’admettre. Nous avons donc également expérimenté un processus de clarification à l’intérieur. Nous ne sommes pas d’accord avec ceux qui rejettent toute discussion avec Rome. »



   
Le Supérieur du District d’Allemagne semble donc ne plus être d’accord avec Mgr Lefebvre mettant fin aux relations avec Rome en ces termes :    
Citation:
« Si vous n'acceptez pas la doctrine de vos prédécesseurs, il est inutile de parler. Tant que vous n'aurez pas accepté de réformer le concile, en considérant la doctrine de ces papes qui vous ont précédés, il n'y a pas de dialogue possible. C'est inutile. » (Fideliter sept.-oct. 1988).



   
Il est vrai cependant que la Fraternité dans sa majorité ne cherche pas le ralliement mais la commission Ecclesia Dei qui a reçu la visite de l’abbé Nély, fin décembre 2012, a bien dit : il faut de « la patience, de la sérénité, de la persévérance, et de la confiance ». La « réconciliation » n’est qu’une question « de temps ». Il serait bon que nos supérieurs nous disent que ce n’est pas une question de temps mais une question de principes. Mais exiger cela aujourd’hui est considéré comme du zèle amer.   
Les fidèles ont un droit strict à savoir que pour les empêcher de juger, on ne craindra ni le ridicule ni le sophisme. Un prieur, en France, a essayé de convaincre ses fidèles qu’ils ne pouvaient pas faire un jugement comme acte de l’intelligence qui constate la vérité d’une chose [le double langage de Mgr Fellay] en s’appuyant sur un traité de saint Thomas parlant du jugement mais comme acte du juge rendant la justice. On rappellera aussi aux fidèles que « Notre Seigneur a été compatissant, patient, condescendant » avec ses apôtres bien imparfaits, qu’il les a « repris, mais d’une manière aimable, patiente et douce, mais ferme en même temps. » Mais c’est là encore tout confondre et mépriser le « est est, non non » de Notre Seigneur.   
Les fidèles ont un droit strict à savoir que lorsqu’un prieur demanda si le refus d’ordination des dominicains et des capucins était lié à nos relations romaines, Mgr Fellay a répondu :   
Citation:
« C’est un manque de confiance personnelle que j’éprouvais vis-à-vis de ces communautés… et c’est tellement grave d’ordonner un prêtre, que j’ai préféré attendre… » (9 novembre 2012 à Paris).



   
Pour mesurer le grotesque et la superbe inhumanité de cette réponse, les fidèles doivent savoir que les diacres capucins étaient en retraite avec les diacres de la Fraternité quand on leur a signifié le refus de les ordonner. Ils peuvent maintenant comparer cette réaction de Mgr Fellay envers des communautés amies et la réaction de Mgr Lefebvre soumis à la pression romaine :   
Citation:
« Vous savez que le nonce est venu pour demander que je ne fasse pas les ordinations, alors bien sûr je lui ai dit : ce n’est pas à dix jours des ordinations qu’on peut faire une chose pareille, c’est pas possible. Je dirai même humainement parlant. Ces jeunes prêtres ont travaillé pendant cinq ans pour se préparer à l’ordination, et à dix jours de leur ordination, alors que tous les parents sont prêts à venir, alors que les premières messes sont annoncées partout, c’est à ce moment-là qu’on me demande de ne pas faire les ordinations. Des ordinations qui sont légitimes. Ces séminaristes, qui ont fait leurs études régulièrement, ont un droit naturel à avoir le résultat de la préparation qu’ils ont faite. » (Cospec 32A)



   
+   
Citation:
« On ne joue pas sur les mots. La situation actuelle de l’Eglise demande notre témoignage courageux et inéquivoque pour la cause catholique. Les manœuvres d’une diplomatie douteuse, contraire au droit ainsi qu’à la simplicité de l’Evangile, ne peuvent que nuire à notre grande cause. »
(Franz Schmidberger, 13 mai 1985)



   
La gouvernance ambiguë de Mgr Fellay a incontestablement fragilisé la Fraternité. Il est loin le temps où la Fraternité, de manière droite et charitable, disait :   
Citation:
« Ainsi lorsque l’on examine les choses de près, on s’aperçoit qu’il y a là une clique de libéraux, de modernistes, qui se connaissent tous et qui ont pris le pouvoir. Si on lit le livre du cardinal Ratzinger ‘’Foi chrétienne hier et aujourd’hui’’, on y découvre une notion de la foi, complètement acatholique. C’est même tout simplement hérétique. » (Franz Schmidberger, Supérieur général de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X. Fideliter N° 69. Mai-Juin 1989. Pages 6-7)



   
Mais dire cela aujourd’hui sera considéré comme du zèle amer.   

Kyrie eleison.   


   


Dernière édition par Gentiloup le Mer 20 Mar 2013, 00:56; édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 19 Mar 2013, 10:18    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Françoise Romaine


Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2012
Messages: 125

MessagePosté le: Mar 19 Mar 2013, 14:21    Sujet du message: Les fidèles ont le droit de savoir Répondre en citant

C'est vrai, les fidèles ont le droit de savoir car c'est de notre foi et du salut de notre âme qu'il s'agit. Nous n'avons qu'une âme à sauver et elle est plus importante que tous les sophismes, les ralliements, les abandons...les persécutions.

Dieu a infiniment gâté les fidèles de la Fraternité en leur permettant de connaître la Tradition, la vraie Messe et la saine doctrine. Aussi  Il nous demandera des comptes au jour du jugement de ce que nous avons fait de cet immense trésor et comment nous l'avons transmis à nos enfants et petits-enfants. Parce qu'Il nous a beaucoup donné Il nous demande en retour beaucoup d'amour et de courage pour conserver intacte ce dépôt de la Foi sans compromissions faciles et mondaines.

Car Notre-Seigneur nous avertit : "Que sert à l’homme de gagner l’univers s’il vient à perdre son âme.» Mat. 8, 36


Revenir en haut
Croy
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2012
Messages: 120
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 19 Mar 2013, 16:15    Sujet du message: Les fidèles ont le droit de savoir Répondre en citant

En introduction de cet article, le prêtre cite la Lettre ouverte des supérieurs de la FSSPX au cardinal Gantin, Préfet de la Congrégation des Évêques - 6 juillet 1988.


Elle n'est pas très longue, mais elle arrive après les sacres des évêques par Mgr Lefebvre, elle est donc à ranger dans l'héritage des grâces du fondateur.


Au moment où Ennemond/jacques-Régis du Cray/ Côme de Prévigny, instrumentalise au profit de l'esprit de ralliement, des citations de Mgr Lefebvre, voici un document intégral, officiel, signé et contre-signé par les abbé Schmidberger, Aulanier, Laisney, Simoulin, Couture, Pfluger etc., document qui n'est pas instrumentalisé à des fins conciliaires:



 
Citation:
Lettre ouverte des supérieurs de la FSSPX au cardinal Gantin, 
Préfet de la Congrégation des Évêques, du 6 juillet 1988  
 
Écône, 6 juillet 1988 

  
 
Éminence, 

Réunis autour de leur Supérieur général, les Supérieurs des districts, séminaires et maisons autonomes de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, pensent bon de vous exprimer respectueusement les réflexions suivantes.  
Vous avez cru devoir, par votre lettre du 1e juillet passé, faire savoir à Son Excellence Monseigneur Marcel Lefebvre, à Son Excellence Monseigneur Antonio de Castro Mayer et aux quatre évêques qu'ils ont consacrés le 30 juin dernier à Écône, leur excommunication latæ sententiæ. Veuillez vous-mêmes juger de la valeur d'une telle déclaration venant d'une autorité qui, dans son exercice, rompt avec celle de tous ses prédécesseurs jusqu'au pape Pie XII, dans le culte, l'enseignement et le gouvernement de l'Église.  
Pour nous, nous sommes en pleine communion avec tous les papes et tous les évêques qui ont précédé le Concile Vatican II, célébrant exactement la messe qu'ils ont codifiée et célébrée, enseignant le catéchisme qu'ils ont composé, nous dressant contre les erreurs qu'ils ont maintes fois condamnées dans leurs encycliques et leurs lettres pastorales. Veuillez donc juger de quel côté se trouve la rupture. Nous sommes extrêmement peinés de l'aveuglement d'esprit et de l'endurcissement de cœur des autorités romaines.  
En revanche, nous n'avons jamais voulu appartenir à ce système qui se qualifie lui-même d'Église Conciliaire, et se définit par le Novus Ordo Missæ, l'œcuménisme indifférentiste et la laïcisation de toute la Société. Oui, nous n'avons aucune part, nullam partem habemus, avec le panthéon des religions d'Assise ; notre propre excommunication par un décret de votre Éminence ou d'un autre dicastère n'en serait que la preuve irréfutable. Nous ne demandons pas mieux que d'être déclarés ex communione de l'esprit adultère qui souffle dans l'Église depuis vingt-cinq ans, exclus de la communion impie avec les infidèles. Nous croyons au seul Dieu, Notre-Seigneur Jésus-Christ, avec le Père et le Saint-Esprit, et nous serons toujours fidèles à Son unique Épouse, l'Église Une, Sainte, Catholique, Apostolique et Romaine.  
Être donc associés publiquement à la sanction qui frappe les six évêques catholiques, défenseurs de la foi dans son intégrité et son intégralité, serait pour nous une marque d'honneur et un signe d'orthodoxie devant les fidèles.Ceux-ci ont en effet, un droit strict à savoir que les prêtres auxquels ils s'adressent ne sont pas de la communion d'une contrefaçon d'Église, évolutive, pentecôtiste, et syncrétiste. Unis à ces fidèles, nous faisons nôtres les paroles du prophète (1 Rois, vii, 3) : Preparate corda vestra Domino et servite Illi Soli : et liberabit vos de manibus inimicorum vestrorum. Convertimini ad Eum in toto corde vestro, et auferte deos alienos de medio vestri.“Attachez fermement votre cœur au Seigneur et servez-le Lui Seul : et Il vous délivrera des mains de vos ennemis. C'est de tout Notre cœur que vous devez revenir à Dieu ; ôtez du milieu de vous les dieux étrangers”  
Confiants dans la protection de Celle qui a terrassé toutes les hérésies dans le monde entier, nous vous prions d'agréer, Éminence, l'assurance de notre dévouement à Celui qui est l'unique voie de salut.  
A Ecône, le 6 juillet 1988  
   
Suivent les signatures du Supérieur général, de tous les Supérieurs de districts de séminaires et maisons autonomes de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X dans le monde entier :

  
M. l'abbé Franz Schmidberger, supérieur général,

MM. les abbés Paul Aulagnier, supérieur du district de France,

Franz-Joseph Maessen, supérieur du district d'Allemagne,

Edward Black, supérieur du district de Grande-Bretagne,

Anthony Esposito, supérieur du district d'Italie,

François Laisney, supérieur du district des États-Unis,

Jacques Emily, supérieur du district du Canada,

Jean-Michel Faure, supérieur du district du Mexique,

Gérard Hogan, supérieur du district d'Australie et Nouvelle-Zélande,

Alain Lorans, directeur du séminaire d'Écône,

Jean-Paul André, directeur du séminaire de Flavigny,

Paul Natterer, supérieur du séminaire de Zaitzkofen,

Andrés Morello, supérieur du séminaire de La Reja,

William Welsh, directeur du séminaire de la Sainte-Croix en Australie,

Michel Simoulin, recteur de l'institut Saint-Pie X à Paris,

Patrice Laroche, sous-directeur du séminaire d'Écône,

Philippe François, supérieur de la maison autonome de Belgique et du Luxembourg,

Roland de Mérode, supérieur de la maison autonome des Pays-Bas,

Georg Pfluger, supérieur de la maison autonome d'Autriche,

Guillaume Devillers, supérieur de la maison autonome d'Espagne,

Philippe Pazat, supérieur de la maison autonome du Portugal,

Daniel Couture, supérieur de la maison autonome d'Irlande,

Patrick Groche, supérieur de la maison autonome du Gabon,

Franck Peek, supérieur de la maison autonome d'Afrique australe.  
   
Extrait de Fideliter N° 64 de juillet-août 1988, pages 11 et 12  






Revenir en haut
Chouanne
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2012
Messages: 259

MessagePosté le: Mar 19 Mar 2013, 21:13    Sujet du message: Les fidèles ont le droit de savoir Répondre en citant

Il y a en effet, de quoi être scandalisée! en particulier avec les témoignages qui montrent bien que la consigne de dévier vient d'en haut. Si cela se situait à la base on pourrait se dire, tiens, voilà un prêtre qui perd la boussole. Il y a toujours des gens qui dévient. Mais lorsque c'est l'application de consignes et de consignes données en catimini, on sent bien qu'il y a là-dessous un plan. Que ce n'est pas une erreur.


merci M. l'abbé de votre témoignage courageux et éclairant.


avec la lettre des 37 prêtres on avait déjà bien compris les mensonges et le double langage. Là on a le témoignage des effets de la dissimulation répercutée à tous les échelons.


Revenir en haut
Prague
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 169

MessagePosté le: Mar 19 Mar 2013, 23:38    Sujet du message: Les fidèles ont le droit de savoir Répondre en citant

Juste j'arrive, je jette un oeil sur Tradinews et je vois La Sapinière! Ca fait plaisir que la voix de nos prêtres trouve un écho!

Revenir en haut
Criton
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 249
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu 21 Mar 2013, 22:47    Sujet du message: Les fidèles ont le droit de savoir Répondre en citant

La liste énumérée n'est pas exhaustive, messieurs les abbés, aussi nous notons les faits et finissons par les banaliser (même inconsciamment). 

J'ai personnellement eu des problèmes pour avoir un ouvrage "épuisé" de Mgr Lefebvre (qui ne l'était en fait pas puisque j'ai fini par le trouver... à Saint Nicolas).  

Les prières des dominicaines de Fanjeaux pour le ralliement en mai....
Les paroles pleins de fiel vis à vis de Mgr Tissier de Mallerais de la part de parents d'une dominicaine  de Fanjeaux juste après la mini conférence de celui-ci à Saint-Nicolas. 

 


Revenir en haut
fidelis servus


Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2012
Messages: 52

MessagePosté le: Sam 23 Mar 2013, 11:46    Sujet du message: Les fidèles ont le droit de savoir Répondre en citant

Autre fait scandaleux datant de quelques années, rapporté par un de mes amis:
Dans un pélerinage de la FSSPX, le prieur laissa des hosties consacrées par le célébrant dans le tabernacle de la basilique et prit des hosties de cette basilique pour la communion des pélerins. Cla a eu lieu plusieurs fois et quand le nouveau prieur, à son arrivée, demanda la basilique pour le pélerinage, le recteur lui demanda de faire de même, ce qu'il refusa; il n'eut donc pas la basilique.
Pour ne rien gâcher, le recteur avait dit officiellement qu'il donnait la communion à des protestants !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:19    Sujet du message: Les fidèles ont le droit de savoir

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com