Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Abbé Régis de Cacqueray Editorial du n° 212 FIDELITER
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
PelagiusAsturiensis
POLSKIE TEKSTY

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2012
Messages: 136

MessagePosté le: Ven 10 Mai 2013, 08:53    Sujet du message: Abbé Régis de Cacqueray Editorial du n° 212 FIDELITER Répondre en citant

Oui, je comprend, chère Amie. Mais, pour fonder mon soupçon permettez-moi de rapporter ici le cas de la condamnation d'Assise III. Dans la fameuse lettre de 37 (41) prêtres du district de France on apprend que c'était Mgr Fellay qui a demandé ce texte à M. l'abbé de Cacqueray pour ensuite le désavouer devant d'autres confrères (on peut aussi penser que les autres supérieurs n'ont pas réagi à la demande de Menzingen???). Voici l'extrait:

Lors de la conférence du 9 novembre 2012 à Paris, un prieur vous a demandé : « à la sortie de la retraite sacerdotale deux confrères m’ont accusé d’être en révolte contre votre autorité parce que je manifestais de la satisfaction au sujet du texte de l’abbé de Caqueray contre Assise III. Qu’en est-il ? » Votre réponse fut : « J’ignorais qu’il y avait des choses pareilles dans la Fraternité. C’est moi qui ai demandé cette déclaration. D’ailleurs elle a été publiée avec mon autorisation. Je suis tout à fait d’accord avec l’abbé de Cacqueray. » Or pendant la retraite des sœurs à Ruffec, vous avez confié à six confrères que vous n’étiez pas d’accord avec le texte de l’abbé de Cacqueray. Vous vous êtes d’ailleurs plaint à lui des reproches que le cardinal Levada, pendant 20mn, vous avait fait à ce sujet. Si vous lui avez donné l’autorisation de la publication c’était, expliquiez-vous, pour ne pas paraître partial… mais que personnellement vous désapprouviez le contenu que vous jugiez excessif.

Ensuite, comment a-t-il réagi à cette lettre elle-même. Le supérieur du district aurait-pu soutenir ses prêtres ou au moins ne rien faire. Je pense que cela peut justifier une simple probabilité que dans le cas présent M. l'abbé de Cacqueray, doctrinalement bon, puisse être aux ordres de Menzingen pour appaiser l'élément subversif parmi les prêtres et les fidèles de la FSSPX en dénonçant timidement Papa Buongiorno. Je ne le critique pas en disant tout ceci, remarquez-le bien, c'est un soupçon fondé sur un fait déjà établi.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 10 Mai 2013, 08:53    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
AupiedelaCroix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2012
Messages: 285

MessagePosté le: Ven 10 Mai 2013, 09:46    Sujet du message: Abbé Régis de Cacqueray Editorial du n° 212 FIDELITER Répondre en citant

 
Citation:
pour fonder mon soupçon permettez-moi de rapporter ici le cas de la condamnation d'Assise III. Dans la fameuse lettre de 37 (41) prêtres du district de France on apprend que c'était Mgr Fellay qui a demandé ce texte à M. l'abbé de Cacqueray - Pelagius



Je sais, Pelagius que le français n'est pas votre langue natale, aussi je ne crois pas que votre explication est de la mauvaise foi.


En effet, ainsi que vous le citez dans la lettre des 37 prêtres, Mgr Fellay "a confié à six confrères" qu'il n'était "pas d'accord avec le texte de l'abbé de Cacqueray". (...) Il s'est plaint à lui  de  l'autorisation  qu'il lui avait donnée, parce que  "l’autorisation de la publication c’était, (...), pour ne pas paraître partial… mais que personnellement [il désapprouvait]  le contenu qu' |[il jugeait] excessif."


Et en effet l'abbé de Cacqueray en publiant sa condamnation d'Assise III, mentionne bien en tête de son texte qu'il a l'autorisation de mgr Fellay, ainsi: "Ce texte a reçu l'approbation de Monseigneur Bernard Fellay," comme vous pouvez le lire ci-dessous:


 

 
Citation:
Ce texte a reçu l'approbation de Monseigneur Bernard Fellay,
 
 
Supérieur Général de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X  

Abbé Régis de Cacqueray,
Supérieur du District de France
 
Le renouvellement du scandale d'Assise 
Errare humanum est, perseverare diabolicum
Abbé Régis de Cacqueray  

 






Il me semble au contraire que l'abbé de Cacqueray est tout-à-fait transparent dans cette histoire, il a demandé l'autorisation qui lui a été accordée, sans doute par mégarde, et ensuite Mgr Fellay a regretté cette autorisation et la lui a reprochée. 


D'ailleurs pour l'éditorial  de Fideliter avant le Chapitre et après le Chapitre sur La Porte Latine, il a pris ses risques tout seul:


"Vers de nouvelles sanctions?" 


Et pour cet éditorial courageux et unique dans la Fraternité, selon toute apparence, il a été puni durant tout le mois d'août d'une retraite alors qu'il était prévu qu'il préside l'Université d'été!


Il est possible, aussi, que Mgr Fellay ait tenté de manipuler l'abbé de Cacqueray à propos du scandale d'Assise III, en se servant de sa publication parce que vis-à-vis des fidèles cela l'arrangeait, mais je ne vois pas ce qui autorise à soupçonner la sincérité de l'abbé de Cacqueray.


Une fois de plus, tout ce qui va dans le bon sens est systématiquement retourné en sens contraire, pour condamner définitivement la Fraternité à disparaître comme si tous ceux qui en font encore partie étaient tous retords, hypocrites, manipulateurs etc. Et que tous ceux qui l'ont quitté étaient des purs et parfaits qui voient toujours le mal dans la Fraternité, peut-être parce qu'ils ont envie, maintenant qu'eux-mêmes sont partis, que tous les autres les rejoignent? 


Le soupçon systématique nous fait apparaître comme des complotistes invétérés. 


Il est évident que Mgr Fellay joue un double-jeu et qu'il est en pleine dérive intellectuelle libérale. Mais étendre ce défaut à tous sans distinction, sans aucune preuve, cela devient de la paranoïa.


D'autant plus que de toute évidence l'abbé de Cacqueray ne plonge pas du tout, jusqu'à présent, dans cette dérive libérale ainsi que le montre, que vous le vouliez ou non, son dernier éditorial.


L'avenir nous dira si l'abbé de Cacqueray tiendra dans cette position équilibriste, ou bien s'il finira par pencher définitivement dans un sens ou dans l'autre, mais de grâce, laissons à la Fondation de Mgr Lefebvre la chance d'être sauvée avec la majorité de ses fidèles. Au lieu de vouloir précipiter la Fraternité dans les mains des conciliaires!


N'oubliez pas que c'est presque un miracle, que c'était inespéré, en tout cas que Benoît XVI rejette la déclaration de mgr Fellay. Alors au lieu de saboter le travail de la Providence il faudrait essayer de se servir de ce qu'Elle nous offre.


N & S


Revenir en haut
Pie
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 50

MessagePosté le: Ven 10 Mai 2013, 14:51    Sujet du message: Abbé Régis de Cacqueray Editorial du n° 212 FIDELITER Répondre en citant

Cher N et S, votre réponse à Pélagius est disproportionnée.

Si nous devons essayer de garder espoir concernant l'abbé de Cacqueray, malheureusement notre confiance s’émousse avec le temps  : d'un côté il y cet éditorial, de l'autre un terrible communiqué ( http://www.laportelatine.org/district/france/bo/cacqueray_37_pretres_anonym… ) qui condamnait fortement  3 prêtres parmi les 37 signatiares de la lettre ouverte à Mgr Fellay, communiqué qui osait dire:
 
Citation:
 "Nous exprimons  notre peine d’autant plus profonde de cette attitude qu’elle ne se fonde sur rien d’objectif (*). Ces prêtres se sont laissés emporter par une méfiance irraisonnée contre l’autorité de la Fraternité lorsque celle-ci ne fait que continuer son rôle de maintien et de défense de la foi dans la grave crise que traverse l’Eglise. " 
Aussi il semble bien normal que les fidèles soient un peu méfiant envers l'abbé de Cacquerauy malgré ce bel éditorial. Cette méfiance ne veut pas dire pour autant que nous n'avons plus aucun espoir en lui, loin de là. Mais nous attendons des gestes plus concrets que des éditoriaux à répétition qui n'ont pas de suite dans les faits : la situation continue de pourrir lentement et cela est fort dommageable pour tous, prêtres et fidèles ! Et cette considération ne veut pas dire non plus que tous dans la FSSPX sont pourris, retords, manipulateurs etc ! Et les considérations de Pélagius ne voulaient pas dire cela non plus ! Il ne faut pas nous faire dire ce que nous ne disons pas !

Le mieux reste donc de continuer à prier pour notre supérieur de district qui a une lourde charge sur les épaules afin qu'il se décide à agir pour le bien en tout premier de la sauvegarde de la doctrine de la Sainte Eglise avant tout autre considération, c'est-à-dire avant également la considération qu'est la survie de la FSSPX à qui nous espérons cependant encore une longue vie mais pas au détriment du vrai combat de la Foi.

Pélagius ne sabote pas le travail de la Providence ni ne la devance, c'est plutôt Mgr Fellay qui agit ainsi. Pélagius ne fait qu'exprimer ses doutes et ses craintes de façon claire et charitable, doutes et craintes qui ne sont pas injustifiés même si comme il le dit il espère "ne pas avoir raison ici."


Revenir en haut
AupiedelaCroix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2012
Messages: 285

MessagePosté le: Ven 10 Mai 2013, 15:29    Sujet du message: Abbé Régis de Cacqueray Editorial du n° 212 FIDELITER Répondre en citant

Mais nous sommes d'accord Pie. Je ne dis pas que la partie est gagnée avec l'abbé de Cacqueray, je dis tout le contraire. Par contre reconnaissez que dire que l'abbé de Cacqueray a écrit le scandale d'Assise III pour servir la fourberie et le libéralisme ralliériste de Mgr Fellay est très exagéré aussi!


Je n'attaque pas Pélagius, je précise un point important. Si j'ai tort qu'on me l'explique.


Je comprends qu'"il espère avoir tort', laissez-moi espérer 'avoir raison d'espérer', ainsi que je le dis aussi: "L'avenir nous dira si l'abbé de Cacqueray tiendra dans cette position équilibriste, ou bien s'il finira par pencher définitivement dans un sens ou dans l'autre".


Mais je suis bien d'accord avec vous que si des éditoriaux à répétition sont quand même quelque chose de mieux que rien, c'est loin d'être assez! Là il n'y a pas de doute! J'espère beaucoup plus, parce que des éditoriaux, si bons soient-ils, ne sauveront pas la Fsspx. Bien sûr, bien sûr, il faut beaucoup plus!


La survie de la Fraternité ne m'importe que dans le sens où elle permettrait de sauver le maximum d'âmes... C'est pour cela qu'elle a été fondée, c'est pour cela que j'espère qu'elle survivra! J'espère qu'elle restera "l'Eglise visible" (Mgr Lefebvre).
 
Je prie pour l'abbé de Cacqueray tous les jours. Continuons en effet à prier pour lui!


Revenir en haut
axel thienpont
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2013
Messages: 93
Localisation: marne

MessagePosté le: Ven 10 Mai 2013, 21:43    Sujet du message: Abbé Régis de Cacqueray Editorial du n° 212 FIDELITER Répondre en citant

Chers tous,

le débat ne doit pas tourner sur les personnes, mais sur une critique positive des mots... et des NON-DITS!!!!
par exemple commencer par dire "nous devons obéissance au pape parce qu'il est le pape", c'est faire abstraction du cas de nécessité, soit qu'on l'écarte par principe d'obéissance aveugle, soit que la situation aurait changé, que Rome "revienne vers la Tradition sans faux semblant", ou encore que l'église conciliaire ne soit plus "qu'une tendance DE NOTRE Eglise", et non pas un état dans l'état....
Tous ses prétextes sont fallacieux uniquement pour obtenir une "reconnaissance canonique conciliaire"!

Ensuite Mgr Lefebvre devient "il a été dit que", ou "il a été fait mention" d'un dilemme entre foi et obéissance, sans plus avoir le courage de citer QUI a eu ce dilemme à résoudre, ni COMMENT ce dilemme a été correctement résolu de manière très catholique!

Ces "amnésies" frisent l'a-postasie silencieuse par omission: si la désobéissance est une caractéristique de schisme (non applicable à notre cas car il n'y a pas désobéissance à l'Eglise, mais seulement à cette "église"), si l'erreur est la caractéristique de l'hérésie, on ne peut certes dire ni l'un ni l'autre de cet éditorial.

Par contre, il y a suffisamment de NON-DITS doctrinaux pour pouvoir hélas dire de cet éditorial que ces "amnésies volontaires ou non" peuvent conduire à une forme d'a-postasie, "a" privatif-apostolat, étymologiquement donc une absence d'enseignement doctrinal!

Voilà hélas l'essentiel de mon propos, à savoir que les hommes qui ont besoin vital de vérité, ne la trouvent plus énoncée soit correctement, soit entière.....

prions pour que nos prêtres et évêques retrouvent cette intrépidité qu'on leur a connue en matière de profession de foi, plus ou moins baillonnée par "obéissance déplacée", à savoir menant à une apostasie silencieuse....

kyrie eleison


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:33    Sujet du message: Abbé Régis de Cacqueray Editorial du n° 212 FIDELITER

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com