Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES!
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Sam 1 Juin 2013, 11:16    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

Numéro CCCVII (307)

1 juin, 2013


L’AUTORITÉ PARALYSÉE.
Plusieurs bonnes âmes souhaiteraient voir fonder aujourd’hui une Congrégation qui prenne la relève de la Fraternité St Pie X. Mais tout en craignant comme eux que la FSPX ne soit en train de défaire sa défense autrefois glorieuse de la foi et de la vie catholiques, et tout en sympathisant donc avec leur désir de voir surgir une Congrégation de remplacement, je ne crois pas que ce soit possible, et je crois qu’il vaut la peine d’expliquer pourquoi.     
Lorsqu’en 1970 Mgr. Lefebvre a rédigé la charte des principes de la fondation et opération de la future FSPX, à savoir ses Statuts, il lui tenait très à cœur d’obtenir pour eux l’approbation officielle par l’évêque du diocèse où se trouvait la maison mère à l’origine de la FSPX. Pour ce qui le concernait, obtenir ou non cette approbation signifiait toute la différence entre fonder une Congrégation de l’Église catholique et lancer une association privée de son propre cru. Autant il tenait à fonder une Congrégation officielle, autant il s’intéressait peu à une institution privée.     
De fait lorsqu’il est allé trouver Mgr Charrière, Évêque du diocèse de Genève, Lausanne et Fribourg pour obtenir cette approbation, il n’espérait pas trop qu’il y arrivât. La Révolution Conciliaire battait son plein à ce moment-là, et elle heurtait de plein front ce que projetaient les Statuts de Mgr Lefebvre. Mais la Providence a fait que Mgr Charrière les a approuvés, peut-être parce qu’il savait qu’il partait bientôt en retraite. De toute façon c’est un Mgr Lefebvre exultant qui est revenu à Écône, même il aurait brandi en l’air les Statuts fraîchement approuvés.     
En effet ce que cela signifiait pour lui, c’est qu’à partir de ce moment-là il jouissait de toute l’autorité de l’Église pour bâtir une Congrégation de l’Église, et quelques années plus tard Rome aurait beau essayer de reprendre cette autorisation, cet essai était tellement injuste selon le Droit de l’Église que jamais Mgr Lefebvre n’a hésité à exercer à l’intérieur de la FSPX toute l’autorité d’un Supérieur de Congrégation classique. Cette autorité catholique est tellement forte qu’il a suffi aux papes conciliaires de l’atteler aux mensonges du Concile pour détruire virtuellement l’Église entière, et attelée maintenant à un accord pratique entre Rome et la FSPX elle est en train de mettre par terre la FSPX. Par contre sur les prêtres, Sœurs et fidèles à l’extérieur de la Fraternité, Mgr Lefebvre ne s’est jamais arrogé aucune autorité qui dépassât celle d’un père, conseiller et ami.     
Mais les temps d’un Mgr Charrière ont depuis longtemps évolué. Combien d’évêques bien pensants y a-t-il encore dans l’Église ? Et parmi eux combien pourraient se permettre d’approuver des Statuts Traditionnels et anti-Conciliaires ? C’est comme si, juste après que Mgr Lefebvre se fût échappé de la forteresse catholique avec ses Statuts catholiques en main, la herse Conciliaire s’abattit derrière lui. « Ce sont des malades mentaux, mais ils ont l’autorité », a dit un des quatre théologiens de la FSPX à propos des Romains qui ont participé en face aux Discussions Doctrinales de 2009 à 2011. Assurément la FSPX est la dernière en ligne des Congrégations classiques à être fondées, au moins de ce côté-ci du Châtiment qui s’approche.      
Voilà pourquoi, à mon avis, selon le proverbe anglais, « Il faut subir ce qu’on ne peut guérir.» Et voilà aussi pourquoi j’envisage moi-même de n’être guère plus dans les circonstances actuelles que père, conseiller et ami pour les âmes qui chercheront la direction et le soutien d’un évêque. Rien que cela est une tâche plus que suffisante. Que Dieu soit avec nous tous.     
Kyrie eleison.      

     


Dernière édition par Gentiloup le Lun 3 Juin 2013, 09:57; édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 1 Juin 2013, 11:16    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 1 049
Localisation: montagne

MessagePosté le: Sam 1 Juin 2013, 12:14    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

 Donc nous subirons.

Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Sam 1 Juin 2013, 12:24    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

Cette déclaration de Mgr Williamson semble donc confirmer, contrairement à ce que j'avais compris, que Mgr Williamson n'est pas prêt à sacrer un ou des nouveaux évêques. Il reste donc complètement sur la ligne de la CONFÉRENCE qu'il avait donnée EN FRANCE le 5 janvier 2013.

Ce Commentaire Eleison mérite grandes réflexions. Déjà sur les autorités de l'actuelle église, qui sont à la fois à la tête de l'Eglise catholique pour le monde et par rapport à la transmission (autant qu'on sache), mais qui agissent surtout comme autorités de la "secte conciliaire" ainsi que l'appelle à juste titre Mgr Tissier de Mallerais.
Il y a également un sérieux doute sur la validité du pontificat de François, doute qui s'est amplifié depuis la réponse de Mgr Tissier de Mallerais à l'abbé Schonbroodt, en raison de l'ordination et du sacre de François dans les nouveaux rites "pour le moins douteux" pour reprendre le terme de Mgr Lefebvre.

Mais tous ces doutes pourraient être balayés, - même s'ils sont encore plus grands avec François -, ainsi que le dit Mgr Tissier de Mallerais:
      
       
Citation:
j’admets très bien qu’un prêtre, que des fidèles, aient des doutes sur la validité d’un pape tel que Jean-paul II ou Benoît XVI ; Mgr Lefebvre n’en a-t-il pas eu parfois ? Mais pas plus que notre vénéré fondateur, je ne veux faire de ce doute légitime un cheval de bataille ou une justification de mon action. Mon action se fonde toute entière sur le devoir du combat de la foi, selon saint Paul. Quant à celui qui siège à Rome, puisqu’il y a doute, puisque la présomption est en faveur du possidens, puisque les arguments sédévacantistes ne sont pas admis par la grande majorité des catholiques de tradition, il faut appliquer le canon 209 « in dubio positivo… juridictionem supplet Ecclesia pro fors tum externo tum interno« . C’est pourquoi la FSSPX entretient des relations avec Benoît XVI, certes pas pour embrasser ses erreurs, mais pour le convertir.


Tout cela apporte encore plus de confusion à notre situation actuelle, que le désir de ralliement de Mgr Fellay n'arrange pas. Néanmoins, pourrait-on objecter à Mgr Williamson:  que Mgr Lefebvre se soit senti l'autorité pleine et entière d'un supérieur de congrégation, ne lui permettait pas de sacrer quatre évêques sans l'autorisation du pape. On peut donc penser (comme c'est évident me semble-t-il) que Mgr Lefebvre avait beaucoup évolué quant à l'autorité de cette hiérarchie qu'il appelait "une contre-Eglise" et autres qualificatifs du genre d'"Antéchrist" etc.

Reste que la Fraternité tire sa légitimité de Mgr Charrière, dont on ne pouvait pas douter qu'il était évêque de l'Eglise catholique et avec pleine juridiction. Si on admet la juridiction de suppléance, Mgr Williamson n'est-il pas lui aussi apte à sacrer des évêques? Mgr Tissier l'a dejà fait en sacrant Mgr Rangel en 1991.
Mais là surgit un autre problème puisque Mgr Williamson a été exclu de la Fraternité dont il reconnaît ici le bienfondé de l'autorité.

Si Mgr Williamson ne se reconnaît pas le droit de fonder une nouvelle congrégation, cela implique-t-il forcément qu'il ne se reconnaît pas non plus le droit  de sacrer des évêques? Cela semble découler de ce commentaire. Mais peut-être est-ce conclure trop vite?

Reste, que même en mettant de côté les réserves de Mgr Williamson sur la fondation d'une nouvelle congrégation, comment une Fraternité Bis pourrait-elle prendre le relais de la Fraternité actuelle pour le cas où celle-ci s’effondrerait complètement, soit par une amplification de la dérive libérale, soit par un ralliement pur et simple comme celui auquel nous avons échappé en juin 2012? Ou pour mieux dire, où une Fraternité Bis trouverait-elle les troupes pour se créer?
 
En effet les circonstances de la fondation de la Fraternité par Mgr Lefebvre ont complètement changé. nous ne sommes plus au lendemain du Concile, alors que les catholiques en grand nombre, les évêques et les prélats, savaient encore faire la différence entre la Tradition au sens apostolique et la tradition à la sauce hégélienne. De plus Mgr Lefebvre était archevêque et bénéficiait d'une aura et d'amitiés qui n'existent plus pour  Mgr Tissier de Mallerais et moins encore si c'était possible pour
Mgr Williamson.
C'est pourquoi il importe, pour chaque fidèle, chaque prêtre, supérieur et évêque conscient de ce grand danger, de lutter pour maintenir la foi et la vérité dans la Fraternité, malgré son supérieur, en pesant autant qu'il est possible sur les autorités actuelles. Exercice périlleux et sans aucune garantie de réussite et au risque de la rupture. A la grâce de Dieu!

Nous n'avons qu'une certitude, avec ou sans la Fraternité, "les portes de l'Enfer ne prévaudront pas contre l'Eglise".
   
  


Dernière édition par Gentiloup le Dim 2 Juin 2013, 06:26; édité 3 fois
Revenir en haut
Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 1 049
Localisation: montagne

MessagePosté le: Sam 1 Juin 2013, 13:39    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

 Oui, la situation parait difficile à gérer pour nous simples résistants! Aucun prêtre réfractaire ne se fait vraiment connaitre en France, il faut pas mal de courage pour résister. Nous n'avons aucun conseil, donc nous (je) ne savons pas comment lutter contre le libéralisme ambiant puisque nous nous trouvons isolés par rapport aux forces libérales toujours plus nombreuses dans nos chapelles!
Quels sont les convertis de Mgr Lefebvre qui pensaient, après la lutte qu'ils durent mener au sein de leurs famille et de leurs amitiés, qu'ils devraient de nouveau, combattre, mais au sein de la fraternité cette fois?
Le Bon Dieu nous en demande beaucoup: nous nous sommes isolés de nos proches et maintenant nous nous isolons de ceux qui étaient devenus nos proches!


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Sam 1 Juin 2013, 21:38    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

Il ne s'agit pas de critiquer Mgr Williamson après l'avoir encensé, simplement parce qu'il ne se plie pas à nos désirs. Mais les raisons qu'ils donnent ne me semblent pas probantes, ou alors je les ai mal comprises. Mais la fin de son commentaire, à elle seule, pourrait expliquer sa position: 
   
Citation:
C’est comme si, juste après que Mgr Lefebvre se fût échappé de la forteresse catholique avec ses Statuts catholiques en main, la herse Conciliaire s’abattit derrière lui. « Ce sont des malades mentaux, mais ils ont l’autorité », a dit un des quatre théologiens de la FSPX à propos des Romains qui ont participé en face aux Discussions Doctrinales de 2009 à 2011. Assurément la FSPX est la dernière en ligne des Congrégations classiques à être fondées, au moins de ce côté-ci du Châtiment qui s’approche. CE Mgr Williamson

Le côté apparitioniste de Mgr Williamson se voit assez bien dans ce dernier paragraphe. Mgr Williamson attend sans doute la date charnière de 2017. En effet en 2017 cela fera 100 ans que Notre-Dame est apparue à Fatima. Elle avait demandé la consécration de la Russie qu'aucun pape ne s'est décidé à lui donner. Elle avait demandé la publication de son dernier message qui a finalement été truqué.

Par Sainte-Marguerite-Marie Notre Seigneur avait demandé à Louis XIV en 1689: 
   
Citation:
la consécration qu'il fera de lui-même à mon Cœur adorable qui veut triompher du sien et, par son entremise, de relui des grands de la terre. Il veut régner dans son palais, être peint dans ses étendards et gravé dans ses armes, pour les rendre victorieuses de tous ses ennemis Source




Nous savons que les Rois ne firent rien de ce que Notre Seigneur avait demandé et 100 ans après exactement commençait la Grande Révolution qui n'est pas encore terminée comme nous le voyons avec les abominations actuelles.
     
Beaucoup pensent qu'il en sera de même en 2017, 100 ans après Fatima et les demandes non respectées. Cela semble être le cas de Mgr Williamson, si on considère l'ensemble de ses sermons, commentaires et conférences.

Mgr Williamson semble considérer que pour surseoir au châtiment il faudrait que le pape avec les évêques du monde entier consacrent la Russie mais que dans l'état actuel de la hiérarchie ecclésiale, il n'y a plus aucun espoir que cela ne soit accompli. Il faut reconnaître qu'il a peu de chances de se tromper, même s'il ne faut pas abandonner la lutte, ni se résoudre à la fatalité.

Personnellement, il ne me semble pas qu'il faille attendre comme une fatalité le châtiment divin. Mais le fait que Mgr Williamson ne veuille pas établir une FSSPX Bis, me semble assez réaliste. C'est pourquoi il faut, avec l'aide de Dieu, que la Fraternité soit sauvée. Ou tout au moins que fidèles, prêtres et évêques (les convaincus) nous fassions sans relâche pression sur Mgr Fellay. Ainsi que l'a récemment fait l'abbé Pivert avec la publication de son livre sans imprimatur préalable de Menzingen, ce qui est l'un des plus beaux actes de résistance de ces derniers temps. Sans compter le non possumus de l'abbé de Cacqueray et sans oublier le très énergique sermon de Mgr Tissier de Mallerais.

Si Dieu veut, il faut que la Providence trouve des volontés sur lesquelles s'appuyer, l’œuvre existe déjà.     


Dernière édition par Gentiloup le Dim 2 Juin 2013, 14:45; édité 1 fois
Revenir en haut
Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 1 049
Localisation: montagne

MessagePosté le: Dim 2 Juin 2013, 04:53    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

 Je suis étonnée que les intervenants habituels ne s'expriment pas  sur ce kyrie eleison, très important pour notre avenir!
Car moi, j'ai l'impression d'un abandon.


Revenir en haut
Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 1 049
Localisation: montagne

MessagePosté le: Dim 2 Juin 2013, 05:18    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

 Si Mgr venait à mourir, que deviendrons nous?
 Je ne pense pas que, même sans l'autorité et l'aval de l'évêque diocésain, Mgr Lefebvre eut abandonné la  fondation de la FSSPX. Lui-même étant sacré par un évêque valide, son œuvre était d'Eglise, et quand nous regardons l'église conciliaire, la seule Eglise visible est, pour le moment, la tradition dans son intégrité.


Revenir en haut
Aurore
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 15 Oct 2012
Messages: 191

MessagePosté le: Dim 2 Juin 2013, 13:41    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

Je ne vois pas où est l'abandon, mais je suis très surprise également du peu de réactions sur cette importante prise de position de Mgr Williamson.
Premièrement Mgr Williamson ne s'exprime pas concernant les sacres. même si on peut se douter qu'il reste sur ce qu'il avait déjà dit le 5 janvier en France.
 
Citation:
Par contre sur les prêtres, Sœurs et fidèles à l’extérieur de la Fraternité, Mgr Lefebvre ne s’est jamais arrogé aucune autorité qui dépassât celle d’un père, conseiller et ami.    

C'est ce que les soeurs de Brilon Wald ont expliqué. Elles ont repris leur indépendance vis-à-vis de la Fraternité comme elles en ont le droit.


En fait le seul évêque non-accordiste, qui a dit à Albano "Je sacrerai quand je veux sans l'avis de Rome" (sous-entendu sans celui, non plus, de Mgr Fellay), c'est Mgr Tissier de Mallerais. Le seul aussi qui a déjà sacré un évêque en la personne de Mgr Rangel.


Mgr Lefebvre avançait très prudemment en se fiant aux signes de la Providence. Nous devons aussi considérer que la position de mgr Williamson qu'il n'a pas dû adopter sans prière, recueillement et consultation du Saint-Esprit etc. est aussi un signe par lequel La Providence nous dirige. 



 


Revenir en haut
Françoise Romaine


Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2012
Messages: 125

MessagePosté le: Dim 2 Juin 2013, 16:27    Sujet du message: Nous ne sommes pas abandonnés Répondre en citant

Chère Alix,

Ne vous sentez pas abandonnée. Mgr W. fait une claire mise au point par rapport à différentes demandes insistantes qu'il reçoit de la part de prêtres et de fidèles résistants de fonder une nouvelle congrégation et en même temps il cloue le bec aux bruits calomnieux qui voudraient le faire passer pour un "protestant", un "excentrique" éloigné du vrai esprit catholique, du vrai esprit d'Eglise.

Ce Kyrie Eleïson démontre avant tout chose que Mgr est un vrai homme d'Eglise qui connait les règles canoniques et ce que l'état de nécessité lui permet et ne lui permet pas : l'importance pour une Congrégation, pour qu'elle soit d'Eglise, est d'être reconnue "officiellement". Mgr W. à nouveau nous montre qu'il est un vrai fils spirituel de Mgr Lefebvre dont il a médité et compris les grands actes fondateurs. Il nous montre aussi les limites que s'était imposée Mgr Lefebvre vis-à-vis des membres extérieurs de la Fraternité et qui sont d'une certaine façon notre survie :

Citation:

 Par contre sur les prêtres, Sœurs et fidèles à l’extérieur de la Fraternité, Mgr Lefebvre ne s’est jamais arrogé aucune autorité qui dépassât celle d’un père, conseiller et ami.

Aussi réjouissons-nous de voir cette âme profondément "d'Eglise", profondément catholique, profondément fille de mgr Lefebvre !

D'ailleurs il faut différencier la création d'une nouvelle Congrégation du sacre d'un évêque. Si l'état de nécessité le demande Mgr W. peut sacrer un autre évêque car là il en a le droit par l'Eglise. Là encore en suivant l'exemple lumineux de Mgr Lefebvre, ce sera à lui d'estimer à quel moment cet état de nécessité est flagrant. S'il ne l'est pas encore aujourd'hui, cela pourrait être demain...Car, si la dérive libérale de la Fraternité continue, il va bien nous falloir d'autres évêques un jour ou l'autre pour confirmer, ordonner, transmettre !

Et comme nous allons vers des temps de persécutions et de châtiment, (ce qui se passe envers les opposants au mariage pour tous nous en donne un petit aperçu de la dictature laïque vers laquelle nous allons !et ces lois iniques provoquent la colère de Dieu!) c'est en étant petits que nous pourrons être préservés en partie ! Aussi il nous faut prendre exemple sur les premiers temps christianisme : tout en reconnaissant la primauté du siège romain, les églises locales étaient  indépendantes les unes des autres  avec à leur tête des évêques locaux : ce morcellement permettait si une église locale tombait de ne pas entraîner avec elle les autres églises. C'est ce morcellement qui a permis au christianisme de se maintenir et de se répandre malgré les siècles de persécutions. Les fondations de monastères sont venues plus tard vers le 5e siècle à la fin des persécutions. Au temps du communisme en URSS les choses se passaient de la même façon. C'est donc ce morcellement en îlots de résistance qui nous permettra de durer et de survivre. Mgr W. avait déjà exprimé cette pensée dans un de ses Commentaires où il expliquait pourquoi il ne fonderait pas.

Pour sacrer, il faudrait aussi que Mgr est un évêque assistant si cela est possible car c'est ainsi qu'il faut procéder selon les règles de l'Eglise : lors du sacre de Mgr Rangel, Mgr Tissier était assisté de Mgr W. et de Mgr de G. Que Mgr W. attende avant de sacrer est donc prudent et peut-être ce sera lui l'évêque assistant de Mgr Tissier dont on connait la volonté de sacrer un jour ! Un tel jour serait certainement un grand jour d'union pour lequel il faut prier.

Je vous édite une assez bonne analyse parue sur le Metablog sur ce Kyrie Eleïson :
 
Citation:
  Mgr Williamson ne fondera pas, et ne sacrera pas.
par le webmestre

Dans sa lettre hebdomadaire du 1er juin, Mgr Williamson explique pourquoi il ne fondera pas: c’est une question d’autorité. En 1970 Mgr Lefebvre a trouvé Mgr Charrière pour approuver les statuts sa Fraternité naissante, ce qui en a fait une œuvre d’Eglise.

(Mgr Williamson rappelle aussi que si Mgr Lefebvre avait toute autorité dans le cadre de la FSSPX, il n’en avait formellement aucune en dehors. Et puisque l’évêque britannique écrit souvent cum grano salis contre l’actuel supérieur de la FSSPX, on peut y voir un reproche, face aux exigences exorbitantes de ce dernier vis-à-vis des communautés «amies»).

Le problème, nous dit Mgr Williamson, est qu’il n’y a sans doute plus d’évêque dans l’Eglise pour approuver les statuts d’une hypothétique «Fraternité bis» regroupant les transfuges de la FSSPX. Paradoxalement, si l’on prolonge la pensée de Mgr Williamson, le seul à pouvoir approuver les statuts d’une telle congrégation anti-fellaysienne serait… Mgr Fellay.
(...)

De plus Mgr Williamson a une conscience forte de la dignité de l’épiscopat, et de la gravité d’un sacre. Il ne sacrera donc pas n’importe qui ni dans n’importe quelles conditions, du moins pas tant qu’il aura des forces.



Revenir en haut
Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 1 049
Localisation: montagne

MessagePosté le: Dim 2 Juin 2013, 17:05    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

 L'Eglise en est arrivée à un tel point de non retour dans la corruption des âmes, qu'elle n'est plus l'Eglise mais une secte, la conciliaire!
Donc avoir l'aval d'un évêque (ce qui ne se fera jamais plus) ne représente rien. Ce n'est pas d'Eglise. Mgr Williamson est un excellent théologien mais pas un "battant" et nous avons besoin d'un chef il me semble.
Les prêtres qui sont maintenant hors de la fraternité ont, eux aussi, besoin d'un chef!


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Dim 2 Juin 2013, 18:06    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant


Mgr Williamson n'a jamais prétendu être un chef, chère Alix, au contraire. Voyez sa conférence du 5 janvier 2013 en Français: 
 
Citation:

Primo: honnêtement, je n'aime pas me mettre en avant. Honnêtement! 


Et il poursuit:

 

Citation:
je crois que la résistance doit rester assez souple et pas trop se structurer. Je comprends bien cette nécessité d'un cadre pour qu'un jeune prêtre franchisse le pas, c'est sûr, mais une structure sera-t-elle nécessaire pour le ministère de demain? Ou l'éventualité de la clandestinité exigera-t-elle davantage que l'on reste sans trop de contacts, sans trop de structures et un maquis plutôt qu'une congrégation? Honnêtement je pense davantage à un maquis.         

(...)Si ce n'est pas contradictoire ce que j'envisagerais ce serait une structure sans autorité, mais avec paternité, avec paternité, oui! Ça c'est indispensable! Et si c'est possible, si les gouvernements de demain permettront encore une paternité. Et c'est pour cela, pour qu'ils permettent, il ne faut pas donner trop dans l'œil, sortir trop dans la publicité me semble-t-il. Il faut que tout reste discret. Tant que tout reste discret je pense que cela agacera moins les gouvernements. Les gens dans les gouvernements redouteront sûrement les gens fidèles qui restent fidèles. Le reste du reste sera observé par les plus intelligents dans les gouvernements. Mais pas tous dans les gouvernements sont intelligents, me semble-t-il. Mais pour cela il ne faut pas trop annoncer qu'on lance une nouvelle structure, à mon avis il faut... piano, piano!  

  
On constate que Mgr Williamson n'a pas changé d'un iota dans son analyse, ce qui est rassurant quand on le compare à Mgr Fellay. Lui au moins ne change pas en fonction du vent, de son auditoire, ou des événements. Il n'est donc pas une girouette, en d'autres termes il n'est pas atteint de libéralisme.
 
Mgr Williamson donne des explications dans sa conférence qu'il ne donne pas dans son Commentaire Eleison. Il explique pourquoi il ne pense pas que "le reste du reste" doit se structurer en congrégation.
 

Citation:

"Mgr Lefebvre était fier et très heureux d'avoir cette autorité de l'Eglise officielle qui a approuvé officiellement ce qu'il faisait, la structure qu'il érigeait".          

(...)"J'ai l'épiscopat, c'est sûr, mais de juridiction, je n'en ai pas! Et je ne peux pas me la donner, ce que je n'ai pas je ne peux pas me le donner."         

Paul Chaussée lui a posé la question de la transmission de l'épiscopat, mais Monseigneur n'y semble pas prêt pour le moment.  


Mgr Williamson dans ce dernier commentaire Eleison dit ce qu'il a déjà dit en janvier. Il n'y a donc aucune raison de subitement s'affoler, ni de voir là un abandon ou même un recul. Au contraire Mgr Williamson affiche une belle stabilité dans la tempête. Dieu merci, il ne change pas d'avis tous les jours!

Les interrogations que l'ont peut émettre sur sa position sont les mêmes qu'en janvier. La question de la juridiction ne me convainc pas plus que vous Alix. Je comprends que d'après lui la Fraternité tire sa juridiction de Mgr Charrière, ce qui lui donne l'autorité de la juridiction de suppléance. Mgr Williamson ayant été exclu de la Fraternité en dépit des règles, il demeure un évêque de la Fraternité exactement comme la Fraternité, pour Mgr Lefebvre, restait dans l'Eglise, malgré les fulminations et autre excommunication de la hiérarchie conciliaire.

Pour ce qui est d'une Fraternité Bis, Mgr Williamson dans son Commentaire ajoute une précision:
 
Citation:
C’est comme si, juste après que Mgr Lefebvre se fût échappé de la forteresse catholique avec ses Statuts catholiques en main, la herse Conciliaire s’abattit derrière lui.
En expliquant que Mgr Lefebvre a obtenu les statuts de l'Eglise, juste avant que la herse ne se referme, il reconnaît à la Fraternité une création providentielle. En ce sens il rejoint par un autre biais l'analyse de Mgr Tissier de Mallerais dans sa Conférence du 16 septembre 2012 à Gastines, même si ce que j'ai appelé son côté apparitioniste, lui fait penser qu'elle est sur une pente fatale et inexorable, ce qui est très discutable.

C'est pourquoi, il ne faut pas rejeter cette œuvre de Mgr Lefebvre, comme dépassée avant même que ses forces vives ne soient éteintes. La conférence sur la Crise dans la Fraternité de l'abbé Rioult, le livre de l'abbé Pivert, la réaction de l'abbé de Cacqueray et le sermon de la Pentecôte de Mgr Tissier de Mallerais (pour ne parler que des signes parfaitement visibles), le montrent bien. La Fraternité mérite d'être sauvée, non par les mérites de ses membres ou de ses fidèles, mais pour abonder dans le sens de la Providence.


Revenir en haut
Françoise Romaine


Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2012
Messages: 125

MessagePosté le: Dim 2 Juin 2013, 19:28    Sujet du message: Prophétie du Cardinal Pie Répondre en citant

Voilà ce que disait le célèbre et vénérable Cardinal Pie :
«l'Église, société sans doute toujours visible, sera de plus en plus ramenée à des proportions simplement individuelles et domestiques».





"Le commentaire du Cardinal Pie fait présager ce que sera le grand mystère d’iniquité qui réduira l’Église à sa plus simple expression : un petit reste dispersé de par le monde et réfugié dans le désert, sans pasteurs ou presque. Cela signifie que la grande persécution ou tribulation – telle qu’il ne s’en sera jamais vu et qu’il ne s’en verra plus jamais ensuite – consistera en ce rapetissement de l’Église, que nul ne pourrait sauver si ces temps n’étaient abrégés en faveur des élus, de ceux que Dieu aime."(http://www.meramo.net/AmigosdeMeramo/Francais_files/LanuIgSinFR.pdf)

Les explications données par Mgr dans sa conférence de janvier semble être inspirée par cette prophétie du grand cardinal et théoricien de la Doctrine sociale de l'Eglise. De même cettte phrase de son Commentaire :
Citation:

Assurément la FSSPX est la dernière en ligne des Congrégations classiques à être fondées, au moins de ce côté-ci du Châtiment qui s’approche.    

Si je comprends la pensée constante de Mgr, le châtiment qui arrive et qui sera accompagné de persécutions ne permet pas de fonder des Congrégations. Le gouvernement mondial, avec les gouvernements à sa botte, empêchera de toute façon toute fondation durable : la Fraternité a été la dernière et voyons comme elle est attaquée afin qu'elle meure. 
Mais après les chatiments, comme après la fin des persécutions romaine ou communiste, la Foi refleurira, et il sera temps de fonder à nouveau.  On sera de l'autre côté du châtiment.

Il me semble aussi que quand Mgr dit :
Citation:

 Primo: honnêtement, je n'aime pas me mettre en avant. Honnêtement ! 

Mgr est aussi conscient qu'il est un homme complètement grillé médiatiquement et que tout ce qu'il fondera ou entreprendra sera décrié automatiquement et poursuivi...jusqu'à 7 générations ! Peut-être attend-il quelqu'un de plus libre que lui, moins marqué.


Revenir en haut
Eusèbe
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 18 Aoû 2012
Messages: 213

MessagePosté le: Dim 2 Juin 2013, 20:14    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

Pour moi rien de surprenant dans ces paroles de Mgr. Williamson, que je trouve sensées. (Mais je comprends que cela doit être très décevant pour l'Abbé Pfeiffer et co.)
Comme je l'ai dit dans d'autres messages, l'action que peuvent entreprendre Mgr. Williamson et Mgr. TdM. est de sacrer une nouvelle génération d'évêques, mais tout en veillant à ce que ces nouveaux évêques soient suivis au maximum. Avec François, le temps joue pour eux, mais pas leur âge (Mgr. Williamson) ni leur santé (Mgr. TdM). Je pense qu'ils espèrent qu'avec François Mgr. Fellay va finir par moins s'opposer au bon chemin étroit (d'oeuvrer pour NSJC) et moins tirer vers le chemin large de ses ambitions et de ses soifs de pouvoirs et de gloriole.


Revenir en haut
Mariana
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juin 2012
Messages: 107

MessagePosté le: Lun 3 Juin 2013, 12:04    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

Très bonnes analyses des intervenants ci-dessus. Il n'est pas interdit de défendre nos évêques et nos prêtres lorsqu'ils sont systématiquement soupçonnés, par des gens qui ne voient ou ne veulent voir que ce qu'ils veulent ou ce qui les arrange.

 
Citation:
Pour moi rien de surprenant dans ces paroles de Mgr. Williamson. que je trouve sensées. (Mais je comprends que cela doit être très décevant pour l'Abbé Pfeiffer et co.)

Vous visez juste, Eusèbe, aux réactions ça ne semble pas être une bonne nouvelle pour les partisans d'une Fsspx Bis. Pourtant Mgr Williamson ne dit rien de plus qu'en janvier de cette année. Je viens de relire sa conférence, il dit bien la phrase que Gentiloup a citée (il y avait le lien): 
 
Citation:
 Primo: honnêtement, je n'aime pas me mettre en avant. Honnêtement!

Tout le monde devrait la relire (cette conférence) elle détaille bien le sujet qui nous occupe. En la lisant on comprend parfaitement ce qu'il veut dire. C'est bizarre, cette conférence n'avait choqué personne au moment où elle a paru sur le forum. Pourtant elle avait été traduite dans la plupart des langues.
 
Citation:
«l'Église, société sans doute toujours visible, sera de plus en plus ramenée à des proportions simplement individuelles et domestiques». Cl Pie

Les expressions "d'individuelles et domestiques"  sont chères à Mgr Williamson, il semble bien y avoir un lien avec le cardinal Pie. Pour moi qui ait entendu sa conférence, il y a en effet certaines résonances
La pensée du cardinal Pie est très intéressante. Il dit d'une autre façon ce que dit Jésus dans l'Evangile, lorsqu'il s'interroge sur la quantité de monde qui aura encore la foi lors de sa Parousie. Et puis ses paroles sur les faux prophètes "qui tromperaient même les élus si c'était possible" à la fin des temps.


Revenir en haut
Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 1 049
Localisation: montagne

MessagePosté le: Lun 3 Juin 2013, 13:50    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

 J'ai lu le papier de Mgr Williamson, je sais ce qu'il dit.
J'avais espéré que ses intentions avaient évoluées, on peut changer d'avis ou se rendre aux avis des autres.
Les fidèles réactionnaires s'endorment tranquillement dans leur ronron quotidien: le combat ayant été mené il y a 40 ans, ils se fatiguent (même ceux qui ont bénéficié du combat des parents)
Sans chef, nous partons en déliquescence et nous perdons confiance, cette société qui était la notre peut devenir une société domestique mais pas individuelle, cela me parait impossible (ce que dit le Cal Pie n'est pas parole d'évangile!) Pour donner de la force et de l'énergie à un groupe de résistance, il nous faut un chef, et vous pourrez toujours me démontrer le contraire... pour que vive la fraternité (et qu'elle se transforme à l'intérieur en éliminant les libéraux et autres modernistes qui y sévissent) il faut qu'un prêtre ait le courage de se lever, qu'il affronte les supérieurs, le seul moyen de réveiller les petites troupes est là! Le temps joue contre nous, Mgr Fellay le sait bien, il attend. quelques prêtres sont partis ici et là? Et après c'était prévu n'est-ce pas? Les autres se lasserons!


Revenir en haut
Françoise Romaine


Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2012
Messages: 125

MessagePosté le: Lun 3 Juin 2013, 15:20    Sujet du message: Quand Mgr Lefevbre changeait d'avis... Répondre en citant

L'article ci-dessous bien documenté donnera de l'espoir à ceux qui pensent que Mgr W. les abandonne ou ne remplit pas son rôle de chef. Comme je l'ai déjà dit je pense sincèrement que Mgr W. se voit trop marqué "politiquement incorrect" et peut donc s'estimer être un frein au développement d'une résistance. Mais comme Mgr Lefebvre, il peut avec le temps changer d'avis, face à un ralliement effectif dans la pratique de la Fraternité à la Rome conciliaire, face peut-être à l’absence d'un chef charismatique qui se lève, face à la demande de jeunes aspirant à la prêtrise et ne sachant où aller...Comme pour Mgr Lefebvre il faut laisser du temps à Mgr W., les idées mûrissent lentement et doivent toujours coller au réel : par exemple, combien de jeunes demandent la création d'un séminaire ? Peut-être aucun !

Et puis en réfléchissant sur la création d'une congrégation, j'arrive toujours à sa conclusion que les gouvernements mondiaux à la botte de l'ordre mondial ne permettront pas la création d'une FSSPX Bis. Plus nous serons souples et plus chaque structure sera indépendante avec des évêques paternels comme conseillers, plus nous aurons de chance d'exister, de durer et de nous développer : c'est en ça que "l'Eglise aura des proportions individuelles et domestiques" il me semble.




http://aveclimmaculee.blogspot.fr/

 

QUAND MGR LEFEBVRE CHANGEAIT D’AVIS…
 

 
Pélage des Asturies 
(NB : Il s'agit d'un autre Pélage que notre ami polonais, Pelagius Asturiensis) 

 

 
On vient d'envoyer à Avec l'Immaculée un bon article qui répond à des objections soulevées par Mgr Fellay et... à « L’autorité paralysée » de Mgr Williamson.



Mgr Lefebvre a certainement été un homme suscité par la Providence pour répondre à la crise de l’Eglise.
Il répondit à cette mission avec une fidélité et une constance héroïques.
Mais parfois il a dû changer d’avis, non pas dans les principes, mais lorsque les circonstances changeant lui montraient que, puisque la crise de l’église s’aggravait, il ne pouvait plus considérer l’église « conciliaire » comme étant l’église « visible ».
Mgr Lefebvre, il faut se le rappeler, avait grandi et avait été formé dans une Eglise pour ainsi dire « normale », et il essaya toujours de garder après le Concile, même lorsqu’il était persécuté, l’idée d’une Eglise telle qu’il l’avait connue avant Vatican II.
Mais il lui faudra du temps, surtout jusqu’en 1988, l’année des sacres, pour se convaincre, qu’il avait à faire à une « contre-église » avec des « anti-christs », et que par conséquence il ne pouvait plus faire confiance aux autorités conciliaires.
Mais Mgr Lefebvre, comme parfois les saints, a aussi appris à voir la main de Dieu dans les évènements et corrigea ses erreurs ou ses manques de jugement.
Ainsi donc, si on relève des faits de sa vie dans lesquels il s’est parfois trompé ou a dû changer d’avis, ce n’est pas pour le déprécier ou pour le critiquer, mais seulement pour montrer que ce n’est pas toujours facile de prendre des décisions d’ordre pratique quand les circonstances changent.


- A la fin des années soixante, Mgr Lefebvre pensait que ce n’était pas son devoir de fonder une congrégation religieuse et encourageait plutôt des séminaristes traditionnels à résister à l’intérieur de leurs séminaires, mais il changea d’avis, car cela s’avéra impossible, et il préféra les réunir à Fribourg.
- Au début de la Fraternité, Mgr Lefebvre pensait que ses prêtres seraient  accueillis par des évêques conservateurs dans leurs diocèses et qu’ils aideraient dans les paroisses, mais il changea d’avis, car aucun ne les accepta, et il abandonna cette idée.
- Au début du séminaire Mgr Lefebvre pensait que, pour la formation de ses séminaristes, l’Université de Fribourg était encore bonne et il les envoya y étudier, mais il changea d’avis, car cette université était aussi atteinte par les nouveautés conciliaires, et il décida de les former lui-même en créant son propre séminaire.
- Puisqu'au début de la Fraternité un ou deux évêques acceptèrent par amitié d’incardiner certains de ses membres, Mgr Lefebvre pensait que d'autres évêques le feraient aussi, mais il s'est trompé, car une fois la pression mise par Rome, plus aucun évêque n'accepta de le faire, et il décida d'incardiner dans la Fraternité.
- Mgr Lefebvre pensait au début d'Ecône que Mgr Adam, l’évêque de Sion (Suisse), grâce à son amitié personnelle, soutiendrait le séminaire d’Ecône jusqu'au bout, mais il s'est trompé, car une fois que la Fraternité et Mgr Lefebvre furent condamnés en 1975 et en 1976, Mgr Adam l'a lâché; et Mgr Lefebvre ne cherchera plus l'appui d'aucun évêque diocésain.
- Mgr Lefebvre, lorsque la Fraternité fut injustement supprimée en 1975, interposa un recours canonique à Rome en espérant qu'il pouvait obtenir justice, mais il s'est trompé, et puisque son recours fut bloqué et que personne à Rome ne le soutint, il abandonnera cette idée…
- Mgr Lefebvre pensait, au début des années soixante-dix, que ses séminaristes pouvaient encore assister, pendant leurs vacances, à la nouvelle Messe des prêtres conservateurs, mais il changea d’avis, car il a fini par se rendre compte que cela était une erreur et plus tard il déconseillera l'assistance à tout le monde.
- Mgr Lefebvre évita toujours d’être condamné par Rome, et pensait parfois qu'il ne serait pas condamné du tout, mais il s'est trompé, car Rome le sanctionna deux fois, en 1976 et en 1988, mais il ne tiendra aucun compte de ces "condamnations", car invalides, venant de l’église conciliaire.
- Mgr Lefebvre envoya des lettres à certains cardinaux, certaines publiques et avec Mgr de Castro Mayer, en espérant que certains le soutiendraient dans son combat contre les erreurs modernes, mais il s'est trompé, car aucun ne le soutiendra, et alors il ne leur écrivit plus après les sacres.
- Mgr Lefebvre accepta souvent d'aller, d’écrire et de discuter avec Rome, en espérant qu’il obtiendrait peut-être que les autorités, y compris les papes, changeraient ou qu'au moins comprendraient les causes de la crise de l’Église, mais il s'est trompé, et après les sacres il ne chercha plus de contact avec eux, se limitant à appeler à la conversion de Rome.
-Mgr Lefebvre, au début ne refaisait pas les confirmations faites par des évêques modernistes, mais il changea d'avis plus tard, et il n’hésitait pas à les refaire sous-condition, car il considérait que certaines étaient douteuses.
- Mgr Lefebvre au début ne réordonnait pas sous-condition les prêtres ordonnés avec le nouveau rite, mais il changea d'avis et, sans l'imposer à tous les prêtres, il le faisait volontiers.
- Mgr Lefebvre au début acceptait les nullités de mariage des tribunaux canoniques conciliaires, mais il changea d'avis et il décida l'ouverture d’une Commission canonique et des Tribunaux de suppléance dans la Fraternité pour juger  des cas de nullité de mariage.
- Mgr Lefebvre écrivit à la fin de son livre « Lettre ouverte aux catholiques perplexes », qu’il n’envisageait pas de consacrer des évêques, mais il changea d’avis, surtout après le scandale d’Assise en 1986, et il décida de consacrer les évêques en 1988 afin de réaliser « l’Opération Survie » de la Tradition.
- Mgr Lefebvre pensait jusqu'en 1988 qu'il pouvait arriver à un accord pratique avec Rome en confiant dans leur honnêteté et sans faire de concessions, mais il changea d’avis, car le Card. Ratzinger voulait seulement le piéger et ainsi amener la Fraternité à se rallier à l’église conciliaire, et jusqu’à sa mort il n'essayera plus cette voie, mais espérait seulement que Rome se convertirait.
- Mgr Lefebvre disait qu'il n'aurait pas voulu constituer la Fraternité sans autorisation « officielle » pour qu'elle soit une œuvre « d’Église », et cependant il changea d’avis, et non seulement il n'a pas hésité à poursuivre cette œuvre malgré sa « suppression officielle », mais aussi il encouragea d’autres communautés traditionnelles dans leur fondations, et cela bien qu’elles fussent « en rupture » avec leur Ordres respectifs (Dominicains, Capucins, Bénédictins) et en disant qu’elles auraient été approuvées par l’Eglise en temps normal.


Quand certains voudraient faire un parallèle entre Mgr Lefebvre et Mgr Fellay en disant que tous les deux ont changé selon les circonstances, et qu’il n’a rien de condamnable  pour  ce dernier d’avoir cherché ces dernières années un accord pratique avec Rome, ce parallèle n’est qu’apparent… car ces deux évêques ont agi d’une façon totalement opposée.
Il n’a rien de plus condamnable chez un supérieur religieux que de voir qu’il ne tire pas les leçons des événements et qu’il refuse de rétracter ses erreurs.
Mgr Lefebvre a toujours montré une grande humilité « en changeant le cap » quand il fallait, car il ne cherchait pas son avantage, mais le bien commun de la Fraternité et de l’Eglise, comme nous l’avons vu dans les faits précédents. Il acceptait aussi d’écouter l’avis des siens et parfois changeait même son jugement s’il n’obtenait pas le consensus sur de points essentiels.
Par contre, Mgr Fellay a dit publiquement qu’il chercherait un accord pratique avec Rome, même au risque de sacrifier « le bien commun de la Fraternité », et il refusa d’écouter ses trois confrères dans l’épiscopat et beaucoup de prêtres de la Tradition qui lui déconseillaient de faire un accord pratique avec Rome en 2012.
Un deuxième aspect, c’est que si Mgr Lefebvre changea d’avis, c’était pour rendre plus ferme sa position, car l’église conciliaire changeait pour le pire, ou montrait ses vraies intentions, il fallait aussi « durcir » nos positions.
Au contraire, Mgr Fellay, pour plaire à Rome, a voulu manipuler tout le monde en essayant de faire croire que la situation dans l’église conciliaire était en train de changer pour le mieux, afin de justifier un accord pratique avec elle.
Finalement, et c’est le plus important, Mgr Lefebvre n’a jamais fait de compromis dans les principes, alors que la Déclaration doctrinale du 15 avril 2012 de Mgr Fellay est une preuve accablante contre lui, qui montre clairement qu’il a cédé dans les principes doctrinaux, en acceptant les doctrines les plus mauvaises de Vatican II (collégialité, liberté religieuse et œcuménisme), a reconnu la « licéité » de la nouvelle Messe et a promis de suivre le nouveau Code de droit canon.
Et le comble c’est que Mgr Fellay continue de manipuler « son monde », en affirmant qu’il a « retiré » sa Déclaration doctrinale.
Ceci n’est pas suffisant pour réparer le mal qu’il a fait avec sa Déclaration, car «  retirer » un document n’est pas le « rétracter » !
Et surtout, c’est insuffisant car il donne comme raison pour retirer sa Déclaration « l’opposition » rencontrée dans les rangs de la Tradition, et non pas les erreurs doctrinales intrinsèques au document !
Le mieux qu’il pourrait faire, ce serait de démissionner.



Pélage des Asturies


Revenir en haut
Mariana
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juin 2012
Messages: 107

MessagePosté le: Lun 3 Juin 2013, 17:29    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

 
Citation:
 Comme pour Mgr Lefebvre il faut laisser du temps à Mgr W., les idées mûrissent lentement et doivent toujours coller au réel : par exemple, combien de jeunes demandent la création d'un séminaire ? Peut-être aucun ! 



D'autant plus que Mgr Williamson n'est pas du tout favorable à la création de séminaires ainsi qu'il l'a expliqué en détail dans sa Conférence de janvier 2013.


Il faut aussi penser que Mgr Williamson est cerné. On peut se mettre à sa place; il était attendu avant même d'avoir été exclu de la Fraternité. Il est notoire que Mgr Williamson n'a pas quitté la Fraternité de son plein gré. Et maintenant on peut aisément imaginer que si les prêtres ne sont pas très nombreux dans la Résistance, il doit y en avoir plus qu'il n'en faut comme candidats à l'épiscopat et peut-être pas ceux que Mgr Jugerait ses dignes successeurs... Et puis n'est pas fondateur qui veut, il faut des grâces spéciales pour cela, et que la Providence se manifeste. C'est Dieu qui appelle pas les fidèles! 








 


Revenir en haut
frère Thomas


Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2013
Messages: 38
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 3 Juin 2013, 22:07    Sujet du message: Il faut se battre jusqu'au bout Répondre en citant

Chers amis,
Il faut se battre pour que notre FSSPX se relève de cette terrible tentation du ralliement. Il nous faut plus que jamais prier et faire pénitence, la pénitence de notre devoir d'état !
Certains prêtres hésitants n'attendent que votre soutien pour faire définitivement le bon choix.
Allons parler à nos prêtres avec respect, déférence, amitiés surnaturelle et accompagnons nos démarches de chemins de croix par exemple.
Donnons leur le livre de l'Abbé Pivert par exemple si ils ne l'ont pas encore sur leur bureau...
Dieu nous garde.


Revenir en haut
tom
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2012
Messages: 199

MessagePosté le: Lun 3 Juin 2013, 22:14    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

Bonsoir


On peut penser que Mgr W coupe ainsi l'herbe sous le pied de ceux qui voudraient provoquer une scission de la FSSPX, dont elle ne se remettrait pas. 
Il nous dit par là que rien n'est perdu, et que la FSSPX n'est pas condamnée (on doit subir pour l'instant...)
Il rappelle ainsi que les 4 évêques tirent leur légitimité d'une situation particulière, et qu'ils doivent ensemble remettre leur épiscopat entre les mains d'un pape vraiment catholique. C'est la volonté de Mgr Lefebvre ! On peut bien parler d'obéissance à qui mieux mieux, mais s'il y a bien un point où l'obéissance est requise...il en va d'un serment moral que les 4 ont fait devant Dieu en acceptant que Mgr Lefebvre les sacre sous cette condition. 
En ne posant pas d'acte fort, il montre ainsi qu'il respecte l'ordre des choses, et gagne à mon sens en légitimité morale.
J'ai le sentiment qu'il se pose ainsi en véritable fils spirituel de Mgr Lefebvre, rassembleur qui plus est, et en ne faisant pas de son épiscopat autre chose que ce qu'il lui a été dit d'en faire. 


Après je prends peut être mes désirs pour des réalités, désolé si tel est le cas. 


Revenir en haut
Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 1 049
Localisation: montagne

MessagePosté le: Lun 3 Juin 2013, 22:35    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES! Répondre en citant

 La fraternité est déjà coupée en deux, ne nous cachons pas derrière un mirage, les supérieurs majeurs suivent tous Mgr Fellay, comment pourrait-elle se remettre et redevenir l'œuvre de Mgr Lefebvre? Les prêtres réfractaires aux accords se taisent et les fidèles sont abandonnés et naviguent seuls, sans soutien, nous en sommes réduits à un semblant d'alliance, entre nous, sur un forum. Les prêtres que l'on aime bien, nous écoutent, ne disent pas non, mais c'est tout, on en reste là. Si les" sièges vacants" n'étaient pas aussi hostiles à Mgr Lefebvre et  Mgr Williamson, ce serait pour moi une porte de sortie! Mais non ! Je suivrai toujours le saint fondateur. Mais où va nous mener la Fraternité?

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:02    Sujet du message: L’AUTORITÉ PARALYSÉE - Mgr WILLIAMSON FIDELE A SES PRINCIPES!

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com