Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Sermon de François à Lampedusa

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> EGLISE CONCILIAIRE - LES FRASQUES DE FRANCOIS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Mer 24 Juil 2013, 18:52    Sujet du message: Sermon de François à Lampedusa Répondre en citant

Posté le: Mar 9 Juil - 18:15    VOIR LES COMMENTAIRES AVEC LE Sujet du message: Sermon de François à Lampedusa


○ Traduzione in lingua francese 




François à Lampedusa

http://attualita.vatican.va/sala-stampa/bollettino/2013/07/08/news/31374.ht…  
honte sur nous d'avoir mérité ce fléau de Dieu!
  


  
 
Citation:
Immigrés morts en mer, dans ces bateaux qui au lieu d’être un chemin d’espérance ont été un chemin de mort. Ainsi titrent des journaux. Il y a quelques semaines, quand j’ai appris cette nouvelle, qui malheureusement s’est répétée tant de fois, ma pensée y est revenue continuellement comme une épine dans le cœur qui apporte de la souffrance. Et alors j’ai senti que je devais venir ici aujourd’hui pour prier, pour poser un geste de proximité, mais aussi pour réveiller nos consciences pour que ce qui est arrivé ne se répète pas. Que cela ne se répète pas, s’il vous plaît ! Mais tout d’abord, je voudrais dire une parole de sincère gratitude et d’encouragement à vous, habitants de Lampedusa et Linosa, aux associations, aux volontaires et aux forces de sécurité, qui avez montré et montrez de l’attention aux personnes dans leur voyage vers quelque chose de meilleur. Vous êtes une petite réalité, mais vous offrez un exemple de solidarité ! Merci ! Merci aussi à l’archevêque Mgr Francesco Montenegro pour son aide, son travail et sa proximité pastorale. Je salue cordialement le Maire, Mme Giusi Nicolini, merci beaucoup pour ce qu’elle a fait et fait. Je désire me tourner en pensée vers les chers immigrés musulmans qui commencent, ce soir, le jeune du Ramadan, avec le vœu d’abondants fruits spirituels. L’Église vous est proche dans la recherche d’une vie plus digne pour vous et vos familles. A vous : (oshià) !
  

  
Ce matin, à la lumière de la Parole de Dieu que nous avons écoutée, je voudrais proposer des paroles qui surtout provoquent la conscience de tous, poussent à réfléchir et à changer concrètement certaines attitudes.
  

  
« Adam, où es-tu ? » : c’est la première demande que Dieu adresse à l’homme après le péché. « Où es-tu, Adam ? ». Et Adam est un homme désorienté qui a perdu sa place dans la création parce qu’il croit devenir puissant, pouvoir tout dominer, être Dieu. Et l’harmonie se rompt, l’homme se trompe et cela se répète aussi dans la relation avec l’autre qui n’est plus le frère à aimer, amis simplement l’autre qui dérange ma vie, mon bien-être. Et Dieu pose la seconde question : « Caïn, où est ton frère, ». Le rêve d’être puissant, d’être grand comme Dieu, ou plutôt d’être Dieu, génère une chaîne d’erreurs, qui est une chaîne de mort, porte à verser le sang du frère !
  

  
Ces deux questions de Dieu résonnent aussi aujourd’hui, avec toute leur force ! Beaucoup de nous, je m’y inclus aussi, nous sommes désorientés, nous se sommes plus attentifs au monde dans lequel nous vivons, nous ne soignons pas, nous ne gardons pas ce que Dieu a créé pour tous et nous ne sommes plus capables non plus de nous garder les uns les autres. Et quand cette désorientation assume les dimensions du monde, on arrive à des tragédies comme celle à laquelle nous avons assisté.
  

  
« Où est ton frère ? », la voix de son sang crie vers moi, dit Dieu. Ce n’est pas une question adressée aux autres, c’est une question adressée à moi, à toi, à chacun de nous. Ceux-ci parmi nos frères et sœurs cherchaient à sortir de situations difficiles pour trouver un peu de sérénité et de paix ; ils cherchaient un rang meilleur pour eux et pour leurs familles, mais ils ont trouvé la mort. Combien de fois ceux qui cherchent cela ne trouvent pas compréhension, ne trouvent pas accueil, ne trouvent pas solidarité ! Et leurs voix montent jusqu’à Dieu ! Une fois encore, je vous remercie vous habitants de Lampedusa de votre solidarité. J’ai récemment écouté un de ces frères. Avant d’arriver ici, ils ont passé par les mains des trafiquants, ceux exploitent la pauvreté des autres, ces personnes pour qui la pauvreté des autres est une source de revenu. Quelle souffrance ! Et certains n’ont pas pu arriver à destination.
  

  
« Où est ton frère ? » Qui est le responsable de ce sang ? Dans la littérature espagnole, il y a une comédie de Lope de Vega qui raconte comment les habitants de la ville de Fuente Ovejuna tuèrent le Gouverneur parce que c’est un tyran, et le font de façon à ce qu’on ne sache pas qui l’a exécuté. Et quand le juge du roi demande : « Qui a tué le Gouverneur ? », tous répondent : « Fuente Ovejuna, Monsieur ». Tous et personne ! Aujourd’hui aussi cette question émerge avec force : qui est le responsable du sang de ces frères et sœurs ? Personne ! Tous nous répondons ainsi : ce n’est pas moi, moi je ne suis pas d’ici, ce sont d’autres, certainement pas moi. Mais Dieu demande à chacun de nous : « Où est le sang de ton frère qui crie vers moi ? ». Aujourd’hui personne dans le monde ne se sent responsable de cela ; nous avons perdu le sens de la responsabilité fraternelle ; nous sommes tombés dans l’attitude hypocrite du prêtre et du serviteur de l’autel, dont parlait Jésus dans la parabole du Bon Samaritain : nous regardons le frère à demi mort sur le bord de la route, peut-être pensons-nous « le pauvre », et continuons notre route, ce n’est pas notre affaire ; et avec cela nous nous mettons l’âme en paix, nous nous sentons en règle. La culture du bien-être, qui nous amène à penser à nous-même, nous rend insensibles aux cris des autres, nous fait vivre dans des bulles de savon, qui sont belles, mais ne sont rien ; elles sont l’illusion du futile, du provisoire, illusion qui porte à l’indifférence envers les autres, et même à la mondialisation de l’indifférence. Dans ce monde de la mondialisation, nous sommes tombés dans la mondialisation de l’indifférence. Nous sommes habitués à la souffrance de l’autre, cela ne nous regarde pas, ne nous intéresse pas, ce n’est pas notre affaire !
  

  
Revient la figure de l’Innommé de Manzoni. La mondialisation de l’indifférence nous rend tous "innommés", responsables sans nom et sans visage.
  

  
« Adam où es-tu ? », « Où est ton frère ? », sont les deux questions que Dieu pose au début de l’histoire de l’humanité et qu’il adresse aussi à tous les hommes de notre temps, à nous aussi. Mais je voudrais que nous nous posions une troisième question : « Qui de nous a pleuré pour ce fait et pour les faits comme celui-ci ? » Qui a pleuré pour la mort de ces frères et sœurs ? Qui a pleuré pour ces personnes qui étaient sur le bateau ? Pour les jeunes mamans qui portaient leurs enfants ? Pour ces hommes qui désiraient quelque chose pour soutenir leurs propres familles ? Nous sommes une société qui a oublié l’expérience des pleurs, du « souffrir avec » : la mondialisation de l’indifférence nous a ôté la capacité de pleurer ! Dans l’Évangile nous avons écouté le cri, les pleurs, la longue plainte : « Rachel pleure ses enfants… parce qu’ils ne sont plus ». Hérode a semé la mort pour défendre son propre bien-être, sa propre bulle de savon. Et cela continue à se répéter… Demandons au Seigneur d’effacer ce qui d’Hérode est resté également dans notre cœur ; demandons au Seigneur la grâce de pleurer sur notre indifférence, de pleurer sur la cruauté qui est dans le monde, en nous, aussi en ceux qui dans l’anonymat prennent les décisions socio-économiques qui ouvrent la voie à des drames comme celui-ci. « Qui a pleuré ? » Qui a pleuré aujourd’hui dans le monde ?
  

  
Seigneur, en cette Liturgie, qui est une Liturgie de pénitence, nous demandons pardon pour l’indifférence envers beaucoup de frères et sœurs ; Père, nous te demandons pardon pour celui qui s’est accommodé et s’est enfermé dans son propre bien-être qui porte à l’anesthésie du cœur, nous te demandons pardon pour ceux qui par leurs décisions au niveau mondial ont créé des situations qui conduisent à ces drames. Pardon Seigneur !
  

  
Seigneur, que nous entendions aujourd’hui aussi tes questions : « Adam où es-tu ? », « Où est le sang de ton frère ? ».   
[01027-03.01]  
Le 08 juillet 2013


Site du Vatican
Voir à ce sujet les photos et commentaires de ce fil de discussion
  


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 24 Juil 2013, 18:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Ven 30 Aoû 2013, 10:16    Sujet du message: Parmi les commentaires Répondre en citant

Posté le: Dim 14 Juil par AupiedelaCroix - 12:13    Sujet et commentaires du message: Sermon de François à Lampedusa
_______________________


http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/migrants-le-pape-francois-fustige…
 
Citation:
Italie: le pape fustige "l'indifférence" face à la mort des migrantsPar AFP, publié le 08/07/2013 à 11:03, mis à jour à 17:27
Lampedusa (Italie) - Le pape François a fustigé lundi à Lampedusa "l'indifférence" du monde face à la mort de centaines de migrants venus d'Afrique qui tentaient de traverser la Méditerranée en quête d'"une vie meilleure".



Le pape François réalise une messe, depuis un lutrin fabriqué à partir d'un gouvernail et de rames, le 8 juillet 2013 sur l'île de Lampedusa


afp.com/Andreas Solaro



"La culture du bien-être nous rend insensibles aux cris d'autrui" et "aboutit à une mondialisation de l'indifférence", a déploré le pape lors d'une messe devant 10.000 personnes sur le stade de l'île sicilienne, qui agitaient des fanions aux couleurs (jaune et blanc) vaticanes avec en arrière plan des épaves d'embarcations de migrants. 
"Prions pour avoir un coeur qui sache embrasser les immigrés. Dieu nous jugera sur la base de comment nous traitons ceux qui sont dans le besoin", a ajouté le pape sur Twitter. 
Depuis un lutrin symboliquement fabriqué à partir d'un gouvernail et de rames, François a expliqué avoir décidé ce voyage sans précédent -et sa première sortie hors de Rome- pour "accomplir un geste de proximité et réveiller les consciences afin que ce qui s'est produit ne se répète plus". 
Selon le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés, 40 migrants sont morts au premier semestre en tentant de gagner l'Italie depuis l'Afrique du nord après un bilan encore plus lourd de 500 victimes en 2012. 


"Qui est responsable du sang de ces frères et soeurs ' (...) nous avons perdu le sens de la responsabilité fraternelle", a dénoncé le pape en demandant "pardon" pour toutes ces victimes. 


Devant une statue de la vierge, il a aussi réclamé "la conversion de ceux qui génèrent la guerre, la haine, la pauvreté, exploitent leurs frères et font commerce indigne de la vie humaine". 
Au cours de sa visite de près de cinq heures, le pape a à plusieurs reprises remercié les 6.000 habitants de Lampedusa, les organisations humanitaires et les forces de police: "un exemple de solidarité". 
Lampedusa doit être "un phare du monde entier pour que partout on ait le courage d'accueillir ceux qui cherchent une vie meilleure", selon le pape. 
Avant la messe, le pontife avait été conduit en vedette des garde-côtes devant la Porte de l'Europe, un monument dressé à la mémoire des victimes des naufrages. 
Sur ce bateau qui a secouru 30.000 personnes en huit ans, le pape a dit une prière puis jeté une couronne de chrysanthèmes tandis que les autres embarcations faisaient retentir leurs sirènes. 
Le pape s'est rendu aussi sur le quai où les réfugiés sont débarqués après des périples exténuants qui commencent le plus souvent dans des zones ravagées par des conflits en Afrique (Somalie, Ethiopie) et au Moyen-Orient (Irak, Syrie, Afghanistan). 
"Prions pour ceux qui aujourd'hui ne sont pas là", a dit le pape à des migrants africains arrivés récemment. "Nous avons fui notre pays pour deux motifs économique et politique", a répondu l'un d'eux en demandant "l'aide du Saint Père après nos longues souffrances". 
En ce moment en raison d'une météo favorable, les arrivées de migrants sont incessantes. 166 ont encore été secourus à Lampedusa juste avant l'arrivée du pape. Depuis le début de l'année, 4.000 ont débarqué à Lampedusa, trois fois plus qu'en 2012. 
Toutes les cérémonies étaient marquées par la sobriété, sans personnalités politiques. C'est une vieille jeep fournie par un habitant qui a fait office de papamobile. 
Lampedusa, confetti de 20 km2, est plus proche des côtes nord-africaines situées à environ 100 km que de la Sicile (plus de 200 km). 
En 2011, avec les printemps arabes, près de 50.000 migrants et réfugiés avait déferlé sur Lampedusa et les autorités s'étaient retrouvées débordées. 
Ils sont initialement accueillis dans un petit centre souvent surpeuplé, avant d'être renvoyés dans leur pays ou transférés vers un centre pour demandeurs d'asile. 
La présidente de la Chambre des députés, Laura Boldrini et ex-porte-parole du HCR en Italie, a souhaité que la visite du pape se traduise par des lois plus claires pour qu'aider un bateau en détresse "soit un devoir juridique et éthique". 
A l'inverse, Matteo Salvini, un dirigeant de la Ligue du nord, parti anti-immigrés a clamé son "non à une mondialisation de la clandestinité": "aider les migrants chez eux est la seule réponse juste". 
Par http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/migrants-le-pape-francois-fustige…






Photo en prime: tout un symbole, drapeau du Vatican flottant au-dessus d'une barque échouée d'immigrés musulmans



 

 
A quand une croisade contre le dhimmi en chef? 



Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Ven 30 Aoû 2013, 10:18    Sujet du message: Parmi les commentaires Répondre en citant

Posté le: Mar 16 Juil 2013 par Gentiloup - 23:40    Sujet et commentaires du message: Sermon de François à Lampedusa
__________________


frère Thomas a écrit:
Rome perdra la Foi et deviendra le siège de l'Antéchrist...

On peut penser que nous y sommes et d'ailleurs François ne s'en cache pas:

L'ouverture au monde est un fruit pourri qui se vérifie sans problème. Pas besoin d'autres signes pour comprendre à moins d'être aveugle.

L'emblème de François avec ses barques échouées est très symbolique. Il a mis son autel idolâtre dans une barque percée et son gouvernail/lutrin est celui d'une embarcation coulée. Il est même allé mettre le drapeau du Vatican sur une barque éventrée couvertes de lettres arabes... Bref les symboles ne manquent pas pour montrer que la barque a pris eau de toutes parts et qu'elle est même allée dans des eaux si troubles, qu'elle a disparu... Impossible qu'il ne soit pas conscient de tous ces symboles. Sans doute son but est-il justement de noyer la Tradition... D'ailleurs n'avait-il pas mis des habits violets?
champoiseau a écrit:
L'horreur est installée au vatican et nous allons avoir en plus ces deux canonisations sacrilèges. Satan est arrivé au plus haut degré, nous savons qu'il perdra mais que de souffrances avant la gloire de Dieu. Et le calice utilisé par le pape était ....en bois.
Peut-être est-ce lui l'Antéchrist dont parle l'abbé Beauvais?


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Ven 30 Aoû 2013, 10:23    Sujet du message: Parmi les commentaires Répondre en citant

Posté le: Mer 17 Juil 2013 par InNomineDomini - 15:29    Sujet et commentaires du message: Sermon de François à Lampedusa
____________________


D'après l'Apocalypse, rappelé par M. l'abbé Beauvais, c'est à ses fruits qu'on le reconnaîtra: 
Citation:
Au contraire il nous faut la regarder avec une certaine suspicion puisque dans l'Apocalypse sont annoncés les faux miracles de l'Antéchrist., lesquels ressemblent singulièrement aux miracles, entre guillemets, de la science actuelle. L'Apocalypse parle de la Bête de la terre habilitée à faire des prodiges extraordinaires  jusqu'à faire descendre le feu du Ciel sur la terre. Nous ne savons pas qui sera cette bête de la terre, mais nous savons, nous savons que le Prophète la décrit comme ayant pouvoir de faire des prodiges, d'une part, et, à caractère religieux, trompeurs aussi, d'autre part, puisque l'Apocalypse parle de cette bête qui a deux cornes semblables à celles d'un agneau et qui parlait comme un dragon. Ce pouvoir, de cette personne particulière qui sera l'alliée de l'Antéchrist  et qui le fera triompher, sera le dernier pseudo prophète. Et par ses fruits, par ses fruits, il faudra le reconnaître, car ses apparences seront celles d'un agneau. Alors il faut demander ce soir, Seigneur nous vous le demandons dans notre prière aujourd'hui, délivrez-nous des faux-prophètes!  Donnez-nous l'acuité suffisante pour les reconnaître à  leurs mauvais fruits. Des falsificateurs et des charlatans qui pullulent dans l'Eglise et dans la société, délivrez-nous Seigneur!
 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:30    Sujet du message: Sermon de François à Lampedusa

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> EGLISE CONCILIAIRE - LES FRASQUES DE FRANCOIS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com