Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Pour François les couvents vides sont « pour la chair du Christ que sont les réfugiés ».

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> EGLISE CONCILIAIRE - LES FRASQUES DE FRANCOIS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Mer 11 Sep 2013, 23:25    Sujet du message: Pour François les couvents vides sont « pour la chair du Christ que sont les réfugiés ». Répondre en citant

Posté le: Mercredi 11 sept. 2013 par Gentiloup à 14:13    Sujet et commentaires: François: " Les couvents sont pour la chair du Christ : les réfugiés"
__________________________________


Suite au message de InNomineDomini  Aujourd’hui à 13:49    Sujet du message: l'Abbé Beauvais : La réponse à Lampedusa!

________________________
Voici l'article complet de La vie:


Italie          
         
 
Citation:
Les couvents vides doivent servir ”pour les réfugiés”, affirme le pape
     

Aymeric Christensen
Créé le 10/09/2013 / modifié le 10/09/2013 à 20h16



         
         



    
         


Une visite strictement « privée », voilà comment a été présentée la visite, mardi 10 septembre, du pape François au Centre Astalli de Rome. En réponse à une invitation du père Giovanni La Manna, directeur de ce centre administré par le Service des jésuites pour les réfugiés, le pape est allé à la rencontre des migrants qui viennent chercher une aide dans ce lieu.         

         
Durant son discours, il a insisté sur le fait que « la charité qui laisse le pauvre tel qu’il est ne suffit pas ». Estimant que « la vraie miséricorde demande justice, veut que le pauvre puisse trouver la voie pour ne plus l’être », François a notamment lancé un appel aux ordres religieux et à l'Eglise toute entière : « Les couvents vides ne servent pas à l’Eglise pour qu’elle les transforme en hôtels pour gagner de l’argent. Les couvents vides ne sont pas à nous, ils sont pour la chair du Christ : les réfugiés ».         

         
« Bien sûr, a-t-il ajouté, ce n’est pas si facile... Il faut du discernement et de la responsabilité, mais il faut aussi du courage. Nous faisons déjà beaucoup de chose. Peut-être sommes-nous appelés à faire davantage, en accueillant et en partageant ce que la Providence nous a donné pour servir les autres, avec détermination. »         

         
« C'est important pour l'Eglise toute entière de ne pas laisser seulement aux ”spécialistes” l'accueil des pauvres et la promotion de la justice. Les pauvres ont besoin d'être pris en compte dans les programmes pastoraux de l'Eglise, dans la formation des futurs prêtres et religieux, dans l'action quotidienne de chaque paroisse, mouvement et groupe ecclésial. »         

         
Après s'être rendu, le 8 juillet dernier, sur l'île de Lampedusa, qui accueille des flux ininterrompus de migrants en provenance d'Afrique et du Moyen-Orient ainsi que ses visites d'un hôpital et d'une favéla en marge des Journées mondiales de la jeunesse au Brésil, François confirme sa volonté d'aller à la rencontre des « périphéries existentielles », selon ses mots, non seulement de l'Eglise mais de nos sociétés. Même quand il n'est pas précédé de centaines de caméras, il sait que ces déplacements permettent d'attirer l'attention sur eux et de dénoncer la « mondialisation de l’indifférence ».         

         
Dans la droite ligne de ce premier déplacement hors de Rome, c'est donc sans escorte ni délégation officielle que le pape est arrivé en milieu d'après-midi au Centre Astalli. Après avoir salué ceux qui étaient venus y chercher un repas, il est entré dans le réfectoire et a écouté longuement des migrants lui raconter leur histoire. Il a aussi passé un moment avec une famille syrienne.         

         
Fondé en 1981, le Centre Astalli procure aussi bien des repas et des douches qu'une assistance sociale, ou encore des soins. Plus de 450 personnes viennent chaque jour trouver de quoi manger dans le centre, et parmi eux de plus en plus de Syriens et d'Egyptiens, notamment des chrétiens coptes, bien que la plupart des réfugiés qui viennent y trouver secours sont majoritairement musulmans. L'an dernier, ils étaient plus de 21.000 à être accueillis à Rome, sachant que 34.000 personnes étaient elles aussi aidées dans les différents autres centres italiens du Service des jésuites pour les réfugiés.         

         
Dans une interview donnée à Radio Vatican, Giovanni La Manna déclare : « Le premier fruit de cette rencontre est l’expérience humaine, spirituelle, qui vise à garder intact l’espoir des réfugiés d’avoir une vie pleine de paix et de sérénité. Mais c’est aussi un signal pour ceux qui ont la responsabilité de gouverner nos pays, de ramener la paix dans les pays de provenance des réfugiés. Enfin cette visite est aussi une façon de garder l’enthousiasme d’être au service des pauvres ».         


  


  
    


Dernière édition par Gentiloup le Mer 16 Oct 2013, 00:08; édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 11 Sep 2013, 23:25    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Jeu 12 Sep 2013, 01:12    Sujet du message: Pour François les couvents vides sont « pour la chair du Christ que sont les réfugiés ». Répondre en citant

Posté le: Jeudi 12 sept 2013 par GL à 02:00    Sujet et commentaires: Pour François les couvents vides sont « pour la chair du Christ que sont les réfugiés ».
___________________


Voici l'article tel qu'il est présenté sur Zénit:

Ouvrez vos couvents vides aux réfugiés! Visite du pape François au Centre Astalli de Rome Rome, 10 septembre 2013 (Zenit.org) Anne Kurian | 648 clics
Le pape François invite les chrétiens à « vivre avec plus de courage et de générosité » l’accueil des réfugiés « dans les communautés, dans les maisons »: les couvents vides ne doivent pas « être transformés en hôtels pour gagner de l'argent » car ils sont « pour la chair du Christ que sont les réfugiés ». Il souligne que l'accueil du pauvre et la promotion de la justice ne sont pas seulement l'affaire des “spécialistes”. 

 

 

Le pape a rendu une visite privée au Centre Astalli, centre d'accueil des réfugiés et demandeurs d'asile du Service des jésuites pour les réfugiés (JRS - Jesuit Refugee Service) à Rome, près de l'église du Gesù, ce mardi 10 septembre 2013. 

Le pape a rejoint le centre à 15h30, aux heures d'ouverture de la structure. Il s'est rendu au réfectoire, saluant les réfugiés et bénévoles qui étaient en train de servir le repas. Puis il s'est entretenu avec un groupe d'une vingtaine de personnes. 

 

Après une brève halte dans la chapelle du Centre, le pape a rejoint, à travers un couloir interne, l'église du Gesù, où l'attendaient quelque 500 personnes, hôtes, employés, bénévoles et amis du centre. 

Le cardinal-vicaire Agostino Vallini et Mgr Matteo Zuppi, évêque auxiliaire, le P.Carlo Casalone S.J., provincial d’Italie des jésuites, le P. Joachin Barrero S.J., assistant du père général des jésuites pour l’Europe méridionale, et le P. Peter Balleis S.J., responsable du JRS international, étaient présents. 

Après le mot d'accueil du P. Giovanni Lamanna S.I., responsable du Centre, et le discours d'Adam et Carol, réfugiés du Soudan et de la Syrie, le pape a prononcé à son tour une allocution. 

 

Ne pas avoir peur des différences
 

 

« Chacun de vous, chers amis, porte une histoire qui parle de drames, de guerres, de conflits... mais chacun de vous porte surtout une richesse humaine et religieuse, une richesse à accueillir, non pas à craindre », a-t-il déclaré. 

« Nous ne devons pas avoir peur des différences ! La fraternité nous fait découvrir qu'ils sont une richesse, un don pour tous ! Vivons la fraternité ! ». 

Le pape a souhaité que Rome soit « la ville qui permette de retrouver une dimension humaine, de recommencer à sourire », remerciant les employés, bénévoles, bienfaiteurs du Centre et de tous les services d'accueil, « qui ne donnent pas seulement du temps, mais qui cherchent à entrer en relation avec les demandeurs d'asile et les réfugiés en les reconnaissant comme personnes, en se consacrant à trouver des réponses concrètes à leurs besoins ». 

« Gardez vive l'espérance ! » les a-t-il exhortés : « Aidez à retrouver la confiance ! Montrez que l'accueil et la fraternité peuvent ouvrir une porte sur l'avenir ». 

 

Ne pas avoir peur de se salir les mains 

 

Le pape a donné aux jésuites et à leurs collaborateurs trois mots d'ordre : servir, accompagner, défendre. 

Servir, a-t-il expliqué, c'est «  accueillir la personne qui arrive avec attention... tendre la main sans calcul, sans crainte... établir des relations humaines, de solidarité ». 

Le pape a appelé à cet examen de conscience : « est-ce que je me penche sur les personnes en difficulté ou bien ai-je peur de me salir les mains ? Suis-je fermé sur moi-même ou est-ce que je vois celui qui a besoin d'aide ? Est-ce que je sers moi-même ou bien les autres ? » 

Les pauvres, a-t-il poursuivi, sont des « professeurs privilégiés de notre connaissance de Dieu ; leur fragilité et simplicité démasquent nos égoïsmes, nos fausses sécurités... et nous conduisent à l'expérience de la tendresse de Dieu ». 

Dans l'accompagnement – deuxième mot d'ordre – l'accueil ne suffit pas : « il ne suffit pas de donner du pain s'il n'est pas accompagné de la possibilité d'apprendre à marcher avec ses propres jambes. La charité qui laisse le pauvre comme il est n'est pas suffisante. La vraie miséricorde exige que le pauvre trouve la voie pour ne plus l'être ». 

Le pape a plaidé pour « le droit à vivre et à travailler, à être pleinement personne » et « le droit à l'intégration », à « être une part active de la société » d'accueil. 

 

« Je suis là : comment puis-je aider ? » 

 

"Défendre" enfin, le troisième terme du programme, signifie « se mettre du côté de celui qui est plus faible ». « Combien de fois, a déploré le pape, nous élevons la voix pour défendre nos droits, mais nous sommes indifférents aux droits des autres ! » 

« Il est important que dans l’Église, l'accueil du pauvre et la promotion de la justice ne soient pas confiés seulement à des “spécialistes” », mais bénéficient de l'attention de « toute la pastorale, de la formation des futurs prêtres et religieux, de l'engagement normal de toutes les paroisses et mouvement ecclésiaux », a-t-il souligné. 

Le pape a invité « de tout son cœur » les instituts religieux à lire « avec responsabilité » ces signes des temps : « le Seigneur appelle à vivre avec plus de courage et de générosité l’accueil dans les communautés, dans les maisons, dans les couvents vides… Très chers religieux et religieuses, les couvents vides ne servent pas à l’Église pour être transformés en hôtels et gagner de l'argent. Les couvents vides ne sont pas à nous, ils sont pour la chair du Christ que sont les réfugiés ». 

 

Pour cela il faut du « courage », a-t-il poursuivi, encourageant à « faire plus » et « dépasser la tentation de la mondanité spirituelle pour « être des communautés solidaires qui vivent l'amour de façon concrète ». 

Les files de personnes qui attendent des repas disent à tous « qu'il faut faire quelque chose, maintenant, c'est possible : il suffit de frapper à la porte et de dire: “je suis là : comment puis-je donner un coup de main ?” », a conclu le pape. 

La rencontre s'est conclue aux environ de 17h, par une prière composée par le P. Alfonso Nicolas, général des jésuites, et par un hommage au P. Pedro Arrupe, fondateur du JRS, qui repose dans l'église du Gesù. C'est la seconde visite à la tombe du père Arrupe, après sa venue au Gesù pour la fête de saint Ignace de loyola, le 31 juillet dernier. 

 

(10 septembre 2013) © Innovative Media Inc.  


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:00    Sujet du message: Pour François les couvents vides sont « pour la chair du Christ que sont les réfugiés ».

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> EGLISE CONCILIAIRE - LES FRASQUES DE FRANCOIS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com