Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Les Cristeros et Pie XI

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> DOSSIERS DIVERS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Lun 14 Oct 2013, 22:26    Sujet du message: Les Cristeros et Pie XI Répondre en citant

Posté le: Lun 16 Sep 2013 par GL - 18:11    Sujet du message: L'Eglise et les TROIS ralliements"...
_______________

Je ne vais pas ouvrir un fil nouveau sur le ralliement de Pie XI avec le pouvoir maçonno-marxiste du Mexique, mais il y aurait de quoi faire.


Les Cristeros et Pie XI
          


Le cas des Cristeros du Mexique a été occulté par l'Eglise de 1926 à 1968 nous dit Philippe Provost. Et lorsqu'il en a été question dans les années 70 c'était uniquement pour parler de leur obscurantisme.
Venant de l'Eglise conciliaire, cela ne nous étonne pas qu'elle emploie le même vocabulaire militant que les ennemis de l'Eglise. Mais qu'Elle soit restée silencieuse de 1926 jusqu'après le Concile, montre le malaise dans lequel elle était plongée dés Pie XI.

On pourrait même dire qu'un voile pudique fut jeter sur cette... trahison.


Le Président du Mexique, Plutarque Calles au centre, dans une loge maçonnique avec tous ces insignes.
          

Mgr Lara y Torres, évêque de Tacambaro, dans un mémoire au cardinal Pacelli, le 25 mars 1932 écrivait:

 
Citation:



"Il meurt plus de chefs [cristeros] aujourd'hui, après les areglos [accords de ralliement Vatican/gouvernement maçonnique], que sur les champs de bataille.
Une chose est assurée: les maux qui ont suivi la suspension du culte furent très inférieurs à ce qu'entraîne aujourd'hui l'acceptation du modus vivendi....
La faute la plus monumentale, dans la signature des accords de 1929, celle qui est à l'origine de tous nos malheurs présents, parce qu'elle nous a laissé sans défense possible, fut d'accepter - même sans y souscrire, même en le condamnant - que l'Eglise ne soit pas reconnue dans sa personnalité juridique et ne jouisse d'aucun droit au sein de la législation mexicaine.
Conséquence de tous ces maux: la destruction de la conscience catholique"
(L'Eglise et le ralliement, Philippe Prévost pages 212)






Profanation religieuse
            

Témoignage confirmé par celui d'un des deux signataires pour le Vatican des areglos, Mgr Ruiz y Flores:

 
Citation:



L'expérience de deux années a montré clairement que le modus vivendi signé en juin 1929 avec l'approbation du saint-Siège est incapable d'assurer aux Catholiques et à l'Eglise la liberté qu'ils requièrent et à laquelle ils ont pleinement droit." (L'Eglise et le ralliement, Philippe Prévost pages 212)




En décembre de la même année, les fêtes du quatrième centenaire des apparitions de ND de Guadalupe attirèrent un million de personnes. Cela provoqua la colère du terrible chef de gouvernement maçonnique du Mexique, Calles; des lois et des décrets limitèrent le nombre de prêtres par Etats (le Mexique étant une confédération d'Etats comme les USA). Mgr Diaz pour protester suspendit alors le culte dans son diocèse.
 
Citation:



"Pas pour longtemps: Rome lui demanda aussitôt d'abandonner toute résistance, et précisa qu'il était interdit aux catholiques d'avoir recours à la lutte armée. Dans le même temps Pie XI cassait les deux évêques qui avaient osé protester et insinuer que le Vatican n'était peut-être pas bien informé." (L'Eglise et le ralliement, Philippe Prévost pages 213).






Meurtres et profanations
            
En dépit de toutes ces complaisances pontificales, les persécutions redoublèrent à tel point qu'une deuxième Cristiade surgit.  Alors Rome n'hésita pas, elle excommunia ces combattants de la foi tout comme elle l'avait fait quelques années auparavant avec les simples lecteurs de l'Action Française.

A signaler encore que la Cristiade n'a pas surgi sans raison mais après des persécutions inimaginables de la part des fonctionnaires, de la police, de l'armée et du gouvernement maçonnique, qui violait, tuait, rançonnait, torturait en toute liberté les villageois et tous ceux qui tombaient à leur merci. Seule l'Eglise leur offrait un refuge humain et un enseignement tel que le fit Saint-Louis Marie Grignon de Montfort pour la Vendée. C'est donc vers Elle tout naturellement que se retournaient ces pauvres gens pour chercher de la consolation. Cela était intolérable à ce pouvoir de criminels qui voyait en l'Eglise un contre-pouvoir.

La révolte des Cristeros est exactement la même que celle des Vendéens durant la Révolution de 1789, lorsqu'on a voulu les priver de leur liberté de pratiquer leur religion et de leurs prêtres.

Ces gens n'avaient strictement rien, ni armes, ni connaissances militaires, ni appuis, ils avaient contre eux la haine de la secte au pouvoir qui elle, avait des crédits et un armement quasiment illimité grâce à l'appui des USA, à leur renfort logistique et humain.


Cristeros pendus le long de la voie ferrée
      

Malgré cela, les Cristeros, aidés par toute la population et avec l'appui capital des femmes et des jeunes-filles des villes et des campagnes qui surveillaient l'armée, assuraient les liaisons et l'intendance, transmettaient les messages, prélevaient et transféraient les munitions, gagnèrent du terrain.
Après les premières tueries de 1927, les insurgés s'étaient réfugiés dans les montagnes tandis que l'armée détenait les villes, avec forte artillerie et aviation (fournie par les Américains, avec souvent les pilotes...).
Mais dans ce pays sans infrastructure routière suffisante, l'armée se déplaçait avec difficulté contrairement aux Cristeros, qui faisaient des attaques éclairs en emportant les armes et munitions avant que les renforts n'arrivent. Renforts qui fondaient sans cesse en raison des désertions.
Les cartes publiée par J. Meyer sont révélatrices; en 1929 le gouvernement mexicain était dans une situation désespérée. Il ne lui restait plus comme espoir que le Vatican qui avait imposé le silence aux évêques qui auraient voulu soutenir les Cristeros. Le Vatican savait que rien ne se passait au Mexique sans l'accord des Américains qui soutenaient les Francs-maçons. Et le Vatican croyait faire oeuvre de grande diplomatie en s'arrimant aux Américains.

C'est pourquoi lorsqu'en 1926 Calles prit des mesures qui visaient à rendre impossible tout culte catholique, Rome prit cela avec beaucoup de philosophie. Et pour cause, c'est ainsi qu'elle avait déjà agi partout depuis Léon XIII, si on excepte la courte mais ferme exception du pontificat de Pie X. Contre-exemple magitrale!

Lorsqu'en 1932 Mgr Diaz dénonça le viol répété des accords de 1929, le Vatican le désavoua et le cardinal Pizzaro, secrétaire pour les Affaires Ecclésiastiques extraordinaires, reprocha à l'épiscopat d'avoir provoqué la guerre de 1926!

Exécution d'un prêtre cristero (Ils furent nombreux!)
            
Ceux qui comme Jean Meyer et Hugues Kéraly, ont voulu écrire l'histoire de la Cristiade au Mexique, se sont trouvés devant les mêmes difficultés que ceux qui ont cherché les documents de l'affaire de l'Action Française, l'Eglise avait renié son passé, soit pour mettre pardessus un voile pudique soit pour accuser les victimes d'obscurantisme.

Enfin, si la Cristiade est si tragique en raison des pertes humaines et des persécutions inouïes, elle n'est pas à isoler des autres ralliements de Rome à des gouvernements plus ou moins de même type et notamment de celui de la république française et de la République espagnole. J'aurai l'occasion d'y revenir.

Je tire tous ces renseignements du livre: L'Eglise et le ralliement de Philippe Prévost.

A chacun de les recouper ou au contraire de les dénoncer argument contre argument. Mais de ce que j'en connais par ailleurs, cette narration des faits me semble assez juste, voire même pudique.    
   
   


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 14 Oct 2013, 22:26    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> DOSSIERS DIVERS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com