Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Du Père Calmel au Père Cardonnel, entre sainteté et révolution

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Sam 2 Nov 2013, 20:02    Sujet du message: Du Père Calmel au Père Cardonnel, entre sainteté et révolution Répondre en citant

Du Père Calmel au Père Cardonnel, entre sainteté et révolution             
 
Pour comprendre où nous devons aller, il faut savoir d'où nous venons, c'est pourquoi je vous invite à faire de petites incursions dans un passé encore si proche et pourtant si peu connu.            
Merci Eusèbe d'avoir attiré notre attention sur la révolution qui s'est propagée à l'un des bastions de la Tradition: la Revue Thomiste.            

___________________
 
         
L'abbé Dulac et la Revue Thomiste             

Parmi les très nombreuses figures éminentes qui ont collaboré à la Revue Thomiste, on peut noter celle de l'abbé Dulac dont j'ai déjà parlé à propos de la réaction suscitée à la suite du procès en canonisation de Saint-Pie X.            

            
Pour rappel:             
Lors du procès en canonisation,  le cardinal Gasparri, auteur sous Pie X du Code de Droit canonique, nommé Secrétaire d'Etat à la suite de Merry del Val par Benoît XV et maintenu par Pie XI à ce poste, fera une déposition d'une extrême sévérité contre Pie X en raison de ses liens avec Mgr Benigni et le Sodalitium Pianum(*). Le père Antonelli fut chargé d'enquêter sur cette objection. Ses conclusions (la Disquisitio) furent sans équivoque en faveur de Saint Pie X, et quoique plus nuancées, également en faveur de Mgr Benigni et du Sodalitium pianum (La Sapinière).             

En 1952, dans "la Pensée Catholique"  - où il venait de publier un "éloge de l'intégrisme" - l'abbé Raymond Dulac, ancien élève du séminaire français de Rome (comme Mgr Lefebvre)  et avocat à l'officialité du diocèse de Versailles, utilisait la Disquisitio pour deux articles dont il était ainsi le premier à  divulguer et à vulgariser les conclusions.              
En rendant hommage à Mgr Benigni, l'abbé Dulac rouvrait l'affaire de La Sapinière qui avait pu paraître jugée sans appel.  Les catholiques intégraux reprenaient ainsi un peu du poil de la bête dans ces années cinquante sous Pie XII (Voir ici les détails avec l'affaire du cardinal Ferrari).            

            
Raymond Dulac naquit à Sète en 1903. Il fut ordonné en 1926, l'année du Deuxième ralliement à la République par, notamment, l'excommunication de l'Action Française.            
Docteur en philosophie et en en théologie, licencié en Droit canonique et en Lettres, l'abbé Dulac collabora à la Pensée catholique, Il est l'auteur des quarante premiers numéros du Courrier de Rome. (Janvier 1967-Janvier 1971)             
Il collabora à de nombreuses autres revues, notamment, comme le père Calmel à Itinéraires, ce qui, avec sa collaboration à la Revue Thomiste, faisait deux points communs entre le père Calmel et l'abbé Dulac. Il y en avait un troisième puisqu'il était également un grand ami de l'abbé Berto. Il mourut à Draguignan en 1987.             
L'abbé Dulac et le père Calmel eurent des rapports assidus et très amicaux. Ils se retrouvèrent notamment après que le père Calmel eut composé les nouvelles constitutions de la congrégation des Dominicaines du saint-Nom de Jésus. C'est lui qui accéléra la procédure de leur approbation par Rome.             

            
Les Dominicains            

            
Le père Marie-Thomas Calmel            

            
            

            
Quant au père Calmel Né le 11 mai 1914, prêtre de l'Ordre des Frères prêcheurs, il est mort le 3 mai 1975. Il a été inhumé le 5 mai, en la fête du pape dominicain saint Pie-V, dans le jardin des Dominicaines enseignantes de Saint-Pré du Coeur Immaculé, à Brignoles (Var), où l'on peut aller vénérer son tombeau.             

            
Les Dominicaines de Saint-Pré sont de la même congrégation que les soeurs du Saint-Nom de Jésus dont le père Calmel avait rédigé les nouveaux statuts et dont il avait été longtemps l'aumônier.            
Bien qu'approuvés par Rome ces statuts allaient apporter la disgrâce au père Calmel dont le catholicisme intégral était fort mal vu par les supérieurs de l'Ordre auquel il appartenait.            

            
Pour comprendre l'atmosphère qui régnait chez les Dominicains de France à l'époque du père Calmel, il faut savoir que le père Jean Cardonnel , était diacre au couvent de Saint-Maximin, le couvent du père Calmel, en 1950 !            

            
Le père Jean Cardonnel            

            
Né à Figeac, Jean Cardonnel entre chez les dominicains en 1940 et est ordonné prêtre en 1947.             
En 1951 il est élu supérieur au couvent de Marseille. C'est à cette époque et dans cette même ville que le père Loew, dominicain de Saint-Maximin, prend en charge la Mission de Franceproche du mouvement des prêtres ouvriers.              
L'abbé Cardonnel démissionne de sa charge de supérieur en 1954 pour protester contre la condamnation par l'Église du mouvement des prêtres ouvriers. En 1958 il est professeur de théologie à Rio de Janeiro. Il fait scandale par son exaltation tiers-mondiste et l'épiscopat brésilien exige son départ. Il adhère à la théologie de la libération d'un autre dominicain scandaleux, le père Guttierez que François a récemment reçu           

 
           
En 1968 à Paris, il prêche un carême révolutionnaire, préconisant la grève générale pour remplacer le jeûne, l’aumône et la pénitence. Il prêche à la Mutualité sur le thème « Évangile et Révolution ». Il devient le prêtre rouge. Il est alors interdit de parole et d'écriture hors des revues très spécialisées en théologie, malgré le contexte post-Vatican II, interdiction dont il ne tient pas compte.
En 2002,  au retour d'un voyage, il retrouve ses affaires déménagées de sa cellule du couvent de Montpellier. Il porte plainte contre son ancien prieur pour violation de domicile et il obtient gain de cause. C'est la première fois qu'un tribunal français reconnaît que la cellule d’un religieux est un domicile privé. Il est mort en 2009. 
          
Pour se soumettre à l'autorité il faut y croire!            

 
           
Il est à noter que tandis que les Cristeros pour s'être soumis au pape Pie XI se sont fait massacrer par les Francs-maçons, et que l'Action Française a été fortement déstabilisée par les excommunication dont le même Pie XI a frappé ses adhérents, au contraire, les prétendus théologiens, vrais révolutionnaires, ne se sont jamais soumis. De Marc Sangnier au père Cardonnel, ils se moquent de l'autorité. Ainsi les pères dominicains, Chenu et Congar, interdits par Pie XII, n'en ont tenu aucun compte et ont poursuivi leur chemin jusqu'à être les manœuvriers du Concile Vatican II.             
Quels interdits auraient pu toucher des révolutionnaires qui attaquaient ouvertement Saint-Pie X? Le père Chenu aurait même enseigné leur religion aux musulmans pendant la guerre d'Algérie!            

            
Conclusion             

            
Saint Pie X a tenté de juguler la Révolution dans l'Eglise qui pointait dangereusement son nez avec le Sillon de Marc Sangnier dénoncé par Notre charge apostolique.            
Ses deux successeurs ne l'ont pas suivi, au contraire, ils sont revenus à la politique de ralliement inaugurée maladroitement par Léon XIII. Pie XI avec sa volonté de renouer des relations avec la République française et avec tous les gouvernements du monde, quelles que soient leurs tendances, a mis en place les structures qui allaient favoriser les libéraux dans l'Eglise. C'est cette vague de prêtres, évêques, cardinaux et supérieurs généraux que Pie XII n'a pas pu contenir malgré des efforts certains. 

Gentiloup
          
            
          
Sources principales:            
Le père Roger-Thomas Calmel par le père Jean-Dominique Fabre            
Intégrisme et catholicisme intégral par Emile Poulat   
________________
 
Note (*)  Voir à ce sujet le bulletin N° 60 de Sodalitium P. 7 à 35
        


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 2 Nov 2013, 20:02    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mariana
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juin 2012
Messages: 107

MessagePosté le: Dim 3 Nov 2013, 13:05    Sujet du message: Du Père Calmel au Père Cardonnel, entre sainteté et révolution Répondre en citant

Le plus stupéfiant dans cette histoire c'est que le Père Calmel soit resté doctrinalement rigoureux et surnaturellement charitable dans un environnement aussi délétère.

Revenir en haut
Vladimir
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2012
Messages: 105

MessagePosté le: Mar 5 Nov 2013, 01:15    Sujet du message: Du Père Calmel au Père Cardonnel, entre sainteté et révolution Répondre en citant

Une citation du père Calmel que j'aime beaucoup:
"Le plus grand mal que puisse nous faire le monde ce n'est pas de souffrir, mais c'est de nous mettre à son niveau, de nous rendre méchant s'il est méchant."




Bonne nuit!


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:39    Sujet du message: Du Père Calmel au Père Cardonnel, entre sainteté et révolution

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com