Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Le "progrès" des apprentis-sorciers

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Sam 16 Nov 2013, 16:08    Sujet du message: Le "progrès" des apprentis-sorciers Répondre en citant

Posté le: 16 novembre 2013 par Gentiloup à 14:44   dans le Sujet :

______________________________


     


Au risque d'en prendre encore plein la tête je vais développer mes interrogations; vaste sujet en vérité, qui nous dépasse de très loin, mais qui n'empêche pas quelques modestes réflexions.               

   
                
Abordons donc la question de l'imprimerie. Voilà un média qui ment et qui par ailleurs dit aussi la vérité, comme Internet. Que ferions-nous sans l'imprimerie? Peut-on encore imaginer un monde sans imprimerie?               
                
Ces outils sont des moyens, ils sont neutres. Ils sont ce qu'on en fait. Cela C'est le principe.  Le principe commode qui est sensé résoudre toutes difficultés. Mais essayons sans prétention aucune de regarder la réalité en face. Parce que, n'est-ce pas, Saint-Thomas d'Aquin nous enseigne de regarder la vérité objective et non pas de lui plaquer nos idéaux.               

               
L'imprimerie a servi la Révolution sous toutes ses formes dés l'origine, malgré la censure, l'imprimatur, les encycliques, les démentis, la Parole de Dieu Elle-même.... C'est l'imprimerie qui a littéralement donné au Luthéranisme, le moyen de son succès. C'est encore  l'imprimerie qui a permis la Révolution de 1789 (Libelles, colporteurs, placards, diffamations, etc).                
Jusqu'à Vatican II, L'imprimerie, même si elle n'est pas seule en cause, a largement suscité cette révolution ecclésiale inouïe.                

               
C'est l'imprimerie qui a fait éclore malgré les papes, le modernisme et le libéralisme depuis le sein de l'Eglise.                
Les papes des XIXè et XXè siècle ont eu beau publier motu proprio, lettres encycliques, rendre obligatoire le serment anti-moderniste, allant même jusqu'aux excommunications, ils étaient toujours en retard d'un train. L'imprimerie les devançait toujours, relayée par les rotatives des journaux et leur diffusion à grande vitesse. Relayés par la radio et plus tard la télévision.               
Bref, la Révolution était à l'offensive et l'Eglise sur la défensive. L'imprimerie sans la diffusion est paralysée. L'imprimerie a toujours eu la diffusion révolutionnaire à sa botte. C'est un fait.               

               
Que nous donne l'imprimerie aujourd'hui? Des affiches, des photos scandaleuses à tous les coins de rue. Les images pieuses sont maintenant reléguées dans les églises et les monastères, quelques demeures privées et surtout... dans les musées.               

               
Dans un ordre chrétien l'imprimerie pourrait-elle être génératrice de christianisme?                

               
Alors voilà LA question: Avec l'imprimerie un ordre chrétien est-il objectivement envisageable? Le libéralisme n'est-il pas une conséquence inéluctable du système généré par l'imprimerie? Le système et ses dérives, (imprimerie-diffusion-révolution) conçu comme la démocratie, est neutre en principe, mais révolutionnaire en réalité. La malheureuse tentative de subversion de la République-démocratique par le ralliement de Léon XIII démontre amplement que le système est intrinsèquement révolutionnaire.               
                
Et l'imprimerie poursuit son chemin, avec quelques bonnes choses: la Bible, la vie des saints, les encycliques ante-conciliaires, de sains ouvrages qui paraissent tous les jours.... Mais leur diffusion est-elle à égalité avec la diffusion des livres révolutionnaires? Bien sûr que non! La vérité n'est même plus à armes égales avec le mensonge (et cela, depuis la Renaissance!).               
                
Depuis l'invention de l'imprimerie, un autre instrument neutre, en principe, est apparu: la télévision!               

               
La télévision a-t-elle jamais seulement, donné autant de place à la vérité qu'à l'erreur? Qui, depuis l'origine, est le maître de la télévision, Dieu ou Satan?                
De temps en temps une petite vérité pointe extrêmement timidement le bout de son nez dans une émission, et toutes les bonnes gens de crier au miracle.... Ce n'est en réalité que la maigre caution nécessaire à l'enfumage des esprits.               
                
Évidemment, la télévision est au service de ceux qui commandent, ceux qui dirigent le monde. C'est logique.                

               
Et si le commandement du monde passait aux mains pieuses de l'Eglise?               

               
Imaginons: La télévision avec des gouvernants catholiques et une Eglise traditionnelle serait-elle, malgré tout encore libérale? Plutôt que poser comme principe que l'imprimerie et la télévision sont neutres par nature, posons-nous la question inverse: dans un monde catholique, la télévision pourrait-elle ne pas être libérale? La dérive libérale n'est-elle pas inhérente au système?               
Je laisse la réponse, si vous en avez une, à votre sagacité.               

               
Et maintenant revenons à Internet; dans un monde catholique idéal fort improbable aujourd'hui, Internet pourrait-il se concevoir sans pornographie ? Imagine-t-on Internet respectant les intervenants comme des personnes et non comme des consommateurs? Imagine-t-on Internet sans la société de consommation? Imagine-t-on Internet sanctifiée, refusant en bloc (c'est-à-dire tous les acteurs occultes) la récolte anarchique ou étatique des données fournies à foison par les internautes? Imagine-t-on Internet refusant d'instrumentaliser les données fournies avec les intérêts colossaux qu'elles génèrent et l'idéologie qui en découle ?               

         
Peut-on imaginer à la place des marionnettistes que sont les banquiers et à leur remorque les Etats, l'Eglise contrôlant ce système ?         
Dit autrement: Un ordre chrétien pourrait-il générer un  Internet moral dépourvu de dérives ?         

        
Et le pire pour la fin: Internet pourrait-il fournir, dans un ordre chrétien, autre chose que des esprits formatés binaires ? Surtout en ce qui concerne les jeunes cerveaux si vulnérables?         

         
En fait, certes l'Eglise n'est pas contre le progrès scientifique. Voilà une bonne donnée massue qui désarme. L'Eglise est  SEULEMENT contre la mauvaise utilisation du progrès scientifique! Bon!         

        
Mais lorsque le progrès scientifique génère bien plus souvent le pire que le meilleur, n'y aurait-il pas là une question globale à se poser sur les bienfaits du "progrès" et de ses innombrables dérèglements qui s'accumulent les uns se juxtaposant aux autres de façon exponentielle..? Je pense notamment à la génétique, à la chimie etc.        

        
C'est étonnant que jamais l'Eglise n'ait abordé, à ma connaissance, la question du progrès et de ses conséquences sur la Foi, dans sa globalité.         

        
Ne parlons que de Magistère catholique évidemment. D'ailleurs sous Pie XII, la question des manipulations génétiques et de la robotique n'étaient encore qu'en gestation. L'Eglise s'est toujours contentée d'apporter des réponses au coup par coup à chaque "progrès" technique ou scientifique, se réfugiant derrière le principe global que le progrès en lui-même est neutre, seule son utilisation mauvaise serait coupable.        

        
Il est vrai que la question a de quoi effrayer par son ampleur. D'autant plus que le "progrès" est devenu complètement incontrôlable aujourd'hui, le progrès se génère de lui-même par des systèmes robotisés. Le progrès échappe à l'homme devenu l'"apprenti sorcier" du dessin animé Fantasia de Walt Dysney.

        
Attention, ceci est une réflexion sans aucune prétention, juste une façon d'essayer de regarder en face une réalité qu'on préfère ignorer. Une réalité qui nous ramène sans étape, des lumières révolutionnaires du XVIIIè siècle (chères à Benoît XVI)  aux ténèbres de ce Moyen-Âge obscurantiste, où la médecine chimique et la chirurgie n'existaient pas, où les gens se gelaient en hiver, où la nourriture dépendaient des récoltes, où l'avortement était un crime mais où le taux de mortalité infantile était très élevé et où, malgré cela,  les gens passaient leur temps libre et leur argent à bâtir des cathédrales en dentelle orientée vers Dieu.         
         
Ce n'est pas sur un forum binaire par sa nature que nous allons résoudre la question. Mais il n'est pas interdit de réfléchir au progrès, même lorsqu'il risque d'être rétrograde, n'est-ce pas?    

Il nous faudrait un Saint-Thomas pour entrevoir une réponse sur la question du "progrès" devenu fou, qui n'existait pas au Moyen-Âge. Mais peut-être mon ignorance m'empêche-t-elle de voir clair dans ces questions?    
   
Pour terminer par où tout a commencé:  la tentation du fruit de l'arbre de la connaissance dans la Genèse n'est-il pas inhérent au péché originel ? 
     
   

Gentiloup
       
 



Dernière édition par Gentiloup le Sam 16 Nov 2013, 22:07; édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 16 Nov 2013, 16:08    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lucile


Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2013
Messages: 65

MessagePosté le: Sam 16 Nov 2013, 16:45    Sujet du message: Illustration Répondre en citant

Illustration du sujet en images Okay


 



 


Revenir en haut
Aurore
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 15 Oct 2012
Messages: 191

MessagePosté le: Sam 16 Nov 2013, 20:03    Sujet du message: Le "progrès" des apprentis-sorciers Répondre en citant

C'est pas moi qui vais apporter une réponse toute faite à ce vaste sujet très intéressant.


La différence qui me saute aux yeux entre le Moyenâge et la Renaissance où tout a commencé de s'inverser, c'est Léonard de Vinci, c'est-à-dire lorsque les hommes ont commencé à croire à la science plutôt qu'à Dieu. Léonard de Vinci est l'archétype. Il s'est mis à rêver de faire voler les hommes avec des machines. Il s'est mis à anticiper sans rien demander à Dieu, comme s'il n'en avait plus besoin.


C'est la science qui les a fait rêver, ils ont pensé pouvoir se passer du Bon Dieu.


Au Moyenâge les gens attendaient tout du Bon Dieu, les récoltes, la pluie, la guérison, les enfants et surtout le Paradis. Ils acceptaient aussi la volonté de Dieu. Ils acceptaient la mort comme le plan de Dieu.


Revenir en haut
InNomineDomini
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2013
Messages: 142

MessagePosté le: Dim 17 Nov 2013, 18:37    Sujet du message: Le "progrès" des apprentis-sorciers Répondre en citant

Est-il possible de rendre la science catholique? Ou la science peut-elle être au service de Dieu, sans servir davantage le diable?


Quelqu'un connaît-il une grande découverte qui a servi la foi plutôt que le monde?


Revenir en haut
le sommelier
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 07 Oct 2012
Messages: 78

MessagePosté le: Lun 18 Nov 2013, 00:54    Sujet du message: Le "progrès" des apprentis-sorciers Répondre en citant

 
L'étude scientifique du Saint Suaire peut être une voie de conversion .


Revenir en haut
InNomineDomini
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2013
Messages: 142

MessagePosté le: Lun 18 Nov 2013, 13:50    Sujet du message: Le "progrès" des apprentis-sorciers Répondre en citant

Vous avez raison ami Sommelier, dans le même ordre d'idée il y a aussi l'étude du poncho de Notre-Dame de Guadalupe.


Pourtant c'est la science qui a mis en doute la véracité du Linceul du Christ. Avant que les scientifiques contestent sa vérité avec le test au carbone 14, personne ne doutait que le Saint-Suaire était bien celui du Christ.


Maintenant on croit plus en la science qu'en Dieu puisqu'il faut la bénédiction de la science (les preuves scientifiques) pour se réconforter sur la véracité du Linceul.


C'est surtout le triomphe du scepticisme en fait. 


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2013
Messages: 48
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Lun 18 Nov 2013, 14:40    Sujet du message: Le "progrès" des apprentis-sorciers Répondre en citant

Internet est un bien!

Ni Dieu, ni NSJC, ni Notre Eglise ne sont contre les progrès dela science, et de la technique!

Qu'est-ce qui rend tout cela mauvais? le éché originel et ses suites dans la nature déchue, y compris chez les baptisés, dont le foyer de concupiscence n'est pas effacé par le baptême.

L'imprimerie de Gutemberg, la vapeur, l'électricité, le pétrole, l'automobile, l'avion, le téléphone, et même l'énergie nucléaire sont des biens: ils ne provoquent des "maux" que utilisés sans maîtrise suffisante, et surtout utilisés par des impies, pour la puissance du mal au lieu de la force des bons.

Les apprentis-sorciers se trouvent aussi surtout dans la génétique. S'ils sont eux condamnables, ne condamnons pas la génétique, celle de nos Jérôme Lejeune!

"Recherchez d'abord le Royaume des cieux" n'a jamais signifié que le surcroît que Dieu donne en plus est mauvais. Le christianisme, que dis-je le catholicisme fut un véritable moteur de progrès, aussi bien culturel que de civilisation, envié par tous les impies qui veulent les fruits sans les racines: la Révolution décapita Lavoisier, et la plupart es inventions modernes sont le fait de catholiques, mais exploitées ensuite par des impies à tort et à travers! C'était déjà le cas de la Renaissance impie et naturaliste pour l'invention catholique de Gutemberg.

Ne mélangeons donc pas svp ce qui est bien, et même un bien matériel, avec son utilisation pécheresse: même un simple caillou, une création du bon Dieu, "devient criminel" uniquement dans la main d'un Caîn...

Mais il est absurde de dire: les cailloux sont mauvais!
Le catholique ne craint pas le progrès, mais son utilisation impie. C'est vrai aussi d'Internet, qui dans notre société diabolique sert surtout les intérêts du diable.

Mais Dieu merci, Internet nous laisse encore accès à des faits et documents qui rétablissent la vérité, contre les mensonges officiels, y compris dans nos rangs.... suivez mon regard....


Revenir en haut
parvulus


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2013
Messages: 48
Localisation: Taissy

MessagePosté le: Lun 18 Nov 2013, 14:51    Sujet du message: Le "progrès" des apprentis-sorciers Répondre en citant

addendum:

pour le Linceul, ceux qui le contestent ne sont pas des scientifiques! N'appelons pas science l'anti-science de ceux qui disent: "tout prouve que cette pièce est un fait miraculeux... Mais le miracle ni Dieu n'existent, donc nions les résultats de la science!". On ne demande pas à un scientifique de prouver la foi, mais il n'a pas le droit de nier les motifs de crédibilité tout-à-fait scientifiques de la foi.


Revenir en haut
Pierre-Jean


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2013
Messages: 12
Localisation: La Sainte Eglise

MessagePosté le: Mar 19 Nov 2013, 00:24    Sujet du message: Le "progrès" des apprentis-sorciers Répondre en citant

Parvulus,
Je pensais intervenir sur ce sujet mais après vos deux messages, je n'ai vraiment rien à ajouter. Vous avez traité la question bien mieux que je ne l'aurais fait. 
Bravo et merci pour cette réponse si limpide !


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:34    Sujet du message: Le "progrès" des apprentis-sorciers

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com