Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Mgr Lefebvre, Écône, juin 1988

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
laudetur Jesus Christus
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2012
Messages: 327
Localisation: Pologne

MessagePosté le: Ven 22 Nov 2013, 13:36    Sujet du message: Mgr Lefebvre, Écône, juin 1988 Répondre en citant

« Nous sommes excommuniés par des modernistes, par des gens qui ont été condamnés par les Papes précédents.
« Alors, qu’est-ce-que ça peut bien nous faire ! nous sommes condamnés par des gens qui sont condamnés ! par des gens qui devraient être excommuniés publiquement ! » Mgr Lefebvre, Écône, juin 1988

 http://www.youtube.com/watch?v=scEaplQt0Z4


 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 22 Nov 2013, 13:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Ven 22 Nov 2013, 13:40    Sujet du message: Mgr Lefebvre, Écône, juin 1988 Répondre en citant

Pardon Laudetur, Il ne s'agit pas  de la même conférence, celle que vous citez est, je crois, du 30 juin 1988 à Ecône, celle que je cite est beaucoup moins connue, elle est du 11 juin 1988 au séminaire de Flavigny.

Mais l'esprit est exactement le même.

J'ai déjà transcrit une bonne partie de cette conférence qui met les pendules à l'heure afin de ne pas se tromper d'ennemis, je livre cette partie, brute:


   
http://www.laportelatine.org/mediatheque/audiotheque/MgrLefebvre/880611mgrl…

Mers chers amis,

votre cher père directeur m'a demandé de venir dire placer quelques mots dans ces circonstances graves, importantes, que nous traversons pour notre fraternité et pour l'Eglise, car enfin nous sommes je le pense, j'en suis bien persuadé, et vous en êtes bien persuadés vous-mêmes aussi, je l'espère, un rameau puissant de la Sainte Eglise Catholique et Romaine. Nous ne nous voyons pas travailler en dehors de ce lien. Et peut-être que l'histoire de la Fraternité a été marquée, comme ça, à certaines époques, voyez, par des moments particuliers, difficiles, où il fallait prendre des décisions graves et alors ça a été l"'occasion, pour moi, de parler de manière plus particulière aux séminaristes pour les encourager, les fortifier. Et dites-vous bien que ce combat ne commence pas aujourd'hui. Que les difficultés que nous trouvons aujourd'hui, dans lesquelles nous nous trouvons, ne sont pas nouvelles. 
Ce serait bien mal comprendre notre histoire et notre combat que de croire que nous nous trouvons tout-à-coup devant une situation extraordinaire et tout-à-fait nouvelle...
C'est pas vrai, hein, c'est absolument faux. Cette situation, on peut dire a commencé déjà depuis le Concile. Je vais refaire l'histoire du Concile pour montrer que dans le Concile il y a eu quand même une résistance. L'invasion des idées libérales et modernistes dans le Concile n'a pas été sans provoquer une réaction, heureusement! Il y a tout de même eu parmi les pères du Concile, un certain groupe de pères qui ont dit ça va pas,  on ne peut pas continuer comme ça, on ne peut pas admettre ces principes de 89, on peut pas admettre cette collégialité, on peut pas admettre cette collégialité, et on peut pas admettre cet œcuménisme, on peut pas admettre cette liberté religieuse.

Alors, eh bien ils ont combattu, ils étaient environ 250. Malheureusement en face d'eux il y avait environ aussi 250 pères qui étaient réunis pour faire triompher ces idées libérales et le drame ça a été que les papes ont soutenu les libéraux plus que les conservateurs. Voilà tout le drame qui s'est passé dans ce Vatican II et comment nous nous trouvons maintenant dominés par un pape et par une curie romaine et par des évêques qui ont des idées libérales, qui ont adopté les idées de 89. Simplement, faut pas se cacher les choses, elles sont ce qu'elles sont! Comment le Bon Dieu a-t-il pu permettre ça ? Ecoutez, demandez-Lui! Moi je suis pas le Bon Dieu! Il sait tout, il connaît tout, il est tout-puissant. Puisque le Bon Dieu permet cela, il le permet parce qu'il ne peut pas vouloir le mal, mais s'Il le permet, c'est qu'Il a sans doute un plan, que nous ne connaissons pas parfaitement mais que nous connaissons tout-de-même un peu  dans ses grandes lignes, nous savons très bien par l'Apocalypse et par toute l'Histoire de l'Eglise, que cette histoire de l'Eglise est un combat gigantesque entre Satan et Notre Seigneur Jésus-Christ, nous le savons bien. Les deux cités qui luttent l'une contre l'autre.

Alors bon, à travers cette histoire, nous sommes maintenant à l'époque où il semble que Satan triomphe. C'est bien ce qui était prévu aussi dans les lettres de Saint Paul, dans l'Apocalypse, dans les apparitions que la Vierge Marie a faites ces derniers temps qui ont été approuvées par l'Eglise, La Salette en particulier et Fatima, N'est-ce pas, des temps terribles ont été prévus. Les papes eux-mêmes ont prévu dans les prédits, dans leurs encycliques. Les  derniers papes on prédit que  si on ne les écoute pas, si on ne lutte pas contre les erreurs du modernisme et du libéralisme eh bien des temps terribles vont arriver, et l'Eglise risque bien, presque,  de disparaître, ce sont les termes mêmes de ces papes... Donc nous nous trouvons dans cette période-là! Dans cette période invraisemblable de quasi disparition de l'Eglise, de disparition de la foi dans l'Eglise.
   
   
Alors on en était au Concile! Après le Concile les libéraux ayant pris les places, et bien ils font ce que font les socialistes  quand ils arrivent au pouvoir, ils envoient promener les gens de la droite, ceux qu'on appelle de la droite. Ils ont les ministères, mais ils prennent la place dans  les ministères, on prend la place dans toutes les organisations de l'Etat, on chasse tous les braves gens et on y met les gens du socialisme, normal!    
   
A Rome ils ont fait pareil! Ils ont pris la place! Ils ont chassé tout le monde! Ils ont chassé tous les conservateurs, ils ont mis leurs hommes en place. Les évêques? Ils les ont chassé aussi. Ils leur ont fait comprendre qu'il fallait donner leur démission. Ils ont donné leur démission. Les 250 qui avaient résisté pendant le Concile, beaucoup ont donné leur démission, beaucoup se sont retirés d'eux-mêmes. Les quelques-uns qui sont restés, il faut bien le dire, il y a eu Mgr de Castro Mayer et moi-même à résister publiquement. C'est invraisemblable, mais c'est comme ça! Que voulez-vous que j'y fasse, moi? C'est pas de la faute à Mgr Castro Mayeur non plus, c'est comme ça! Le bon dieu a permis que nous nous sommes trouvés dans une position où nous avons résisté publiquement.
Et puis les autres, eh bien, malheureusement, il y en a pour citer l'exemple de mgr Adam, l'évêque de Sion, qui a quitté le Concile pendant un an. Qui a pas voulu assister aux séances du Concile tellement il était excédé par la situation du Concile où on voyait les idées libérales prendre la place de la foi, de la foi catholique. Alors il disait, moi je ne reste plus, je m'en vais! Je le connaissais bien, je lui disais, faut pas partir, faut lutter! C'est pas en partant que vous allez faire gagner la bonne cause! Faut rester! Ah non, non, non, je ne peux plus supporter ça, j'en deviens malade! Il a donc quitté pendant un an. Et puis après  il revient dans son diocèse et c'est lui qui instaure toutes les réformes  du Concile Vatican II! Voilà, c'est comme ça! Invraisemblable! Le cardinal Siri, la même chose! Grand  Cardinal conservateur... Eh bien c'est lui qui a pratiquement installé toutes les réformes dans son diocèse!
Vous me direz: Comment ça se fait? Comment ça se fait? Moi j'en sais rien! J'en sais pas plus que vous, c'est comme ça! Les faits sont comme ça! Est-ce que c'est une raison pour nous aussi de laisser tomber les bras et de dire, ben alors ya  rien à faire, quoi! Y a qu'à tout laisser aller! Ben non! Faut pas laisser aller, au contraire, faut lutter! Alors, On a lutté et le problème est toujours le même il faut faire revenir la foi, la foi catholique les principes catholiques, là où sont les principes libéraux. Là où sont les principes modernistes il faut faire revenir les principes  catholiques!

  
   
Les principes libéraux sont contre le règne de Notre-Seigneur Jésus-Christ! Ils sont pour la religion universelle, ils sont pour la liberté de toutes les religions,  l'égalité de toutes les religions. Et donc pour la disparition de ce qu'est l'Eglise! Car l'Eglise étant la seule vraie religion, par le fait même qu'on la mette sur le pied des fausses religions, elle disparaît. Voilà! Elle n'est plus la seule vraie, et si elle n'est plus la seule vraie, l'Eglise catholique disparaît. C'est ce que dit explicitement Léon XIII.    
   
Alors on a combattu, combattu tout en gardant le lien, un lien officiel avec Rome; il ne s'agit pas de se séparer de Rome et vous savez bien que lorsqu'il y a eu la première visite, un an après que le séminaire a été fondé, le séminaire a été reconnu par Rome, mais gardant les idées traditionnelles, mais gardant la foi catholique, mais gardant, pour garder la foi catholique, gardant la Tradition catholique particulièrement dans la lithurgie, l'ancienne messe   
   
(11:29)   
   
et les sacrements et le catéchisme, et que sais-je moi? Et toutes les bonnes études du séminaire traditionnel. Nous nous sommes trouvés, évidemment, ça devait arriver, il devait y avoir un conflit, c'est pas possible! Pas possible que nous continuions exactement dans la ligne conservatrice et traditionnelle avec des chefs qui étaient tous modernistes et libéraux et qui voulaient    
   
12:00   
   
instaurer le modernisme et le libéralisme partout. Un conflit devait naître et un conflit est naît. Alors visite,  visite qui est favorable, conclusions qui sont défavorables! On nous a  dit maintenant vous n'avez plus qu'à fermer votre séminaire! 6 mai 1974, 75, je reçois une lettre de Mgr Mammy: vous devez fermer votre séminaire. Vous devez renvoyer tous vos professeurs et renvoyer tous vos séminaristes chez eux. Qu'est-ce que vous auriez fait? (...) Voilà! C'était facile de dire ben Mgr ya qu'à se débrouiller. De débrouiller c'est facile à dire, ça. Au matin moi j'ai dit, non, c'est pas possible. On ne peut pas abandonner le combat. On combat pour le règne de notre Seigneur, les autres combattent contre le règne de Notre Seigneur, ceux qui combattent contre le règne de Notre Seigneur ne peuvent que vouloir notre mort, notre disparition, eh bien non, on continue!    
   
Et donc suspens a divinis, Mgr Lefebvre séparé de Rome, on a eu à entendre ça depuis 1975 jusqu'à aujourd'hui, c'est-à-dire depuis 13 ans, dans les journaux, partout, quand je passe à droite, à gauche, donner une confirmation, faire une conférence, faire une bénédiction d'église etc. Cet évêque suspens, cet évêque schismatique, cet évêque rebelle, cet évêque dissident, cet évêque... Ouf, non! (rires) Alors devant ça qu'est-ce qui faut faire? Certains vous dirons on abat les armes, on met les armes bas et puis on rentre dans le courant de Rome? Eh bien, non, non! 
  
   
Alors vous voyez c'est le même combat. La réflexion qui est faite à propos des discussions   (14:16) qui avaient déjà lieu en 76, en 77, parce que j'ai toujours gardé le lien avec Rome quand même, avec l'espoir de faire bousculer les idées modernistes et libérales de Rome et y implanter les idées de la Tradition. Parce qu'il n'y a pas moyen que l'Eglise puisse continuer sans sa Tradition, coupée de Sa Tradition, c'est pas possible ça. Mgr Lefebvre à cette étape des discussions constate que  chaque camp reste sur ses positions. Ca c'est en 77. Une solution de conflit par des entretiens doctrinaux semble impossible. Ben on en est encore là maintenant! Eh oui... Pourquoi? Parce qu'ils sont libéraux et que nous sommes conservateurs, c'est tout! On s'entend pas, y a rien à faire! Ils sont pour la liberté religieuse et on est contre la liberté religieuse, ils sont pour le modernisme, on est contre le modernisme, ils sont pour la foi moderniste, une foi sentimentale, une foi qui vient des profondeurs de leur subconscient comme le dit le pape lui-même, il dit ma foi vient des profondeurs de ma subconscience, il l'a écrit dans le livre de Frossard, sur le pape, le pape répond ça et le pape va examiner toutes les réponses et donc c'est bien sa pensée, c'est sa foi! On peut pas admettre ça, c'est contraire à la définition de la foi et au serment antimoderniste! C'est pas possible!   
   
16:03   
   
Alors la seule solution c'eut été de renvoyer à une commission les discussions théoriques, n'est-ce pas? C'est possible et d'avoir un modus vivendi pour nous. Un modus Vivendi pratique. C'est toujours ce qu'on a cherché pendant les 11 ans, depuis 77. Les 11 ans ont été des discussions, où ils ont toujours voulu, n'est-ce pas, à signer une formule dogmatique, doctrinale, par laquelle nous acceptions le Concile. Le nouveau pape vient et parle de Concile interprété à la lumière de la Tradition. Bon c'est encore ambigu. Moi je trouvais la formule pas mal, mais bon, si on peut s'en reporter à la Tradition, donc ça fait sauter la liberté religieuse puisqu'elle est contraire à la Tradition. Mais il ne comprenait pas ça comme ça! C'est pas dans leur esprit! Pour eux il faut intégrer le Concile Vatican II dans la Tradition. En définitive dans l'esprit du cardinal Ratzinger par exemple, Vatican II c'est la Tradition! (17:21) C'est la Tradition! C'est la Tradition aujourd'hui, Vatican II, voyez! La Tradition c'est l'Eglise aujourd'hui. Regardez pas le passé, n'allez pas  vous référer au passé, pourquoi aller tout le temps dans le passé? La Tradition elle est devant vous, la Tradition c'est l'Eglise aujourd'hui, voilà la Tradition! (17:45)   
   
Ca c'est l'esprit de ces gens qui disent la vérité et change avec le temps. La vérité s'adapte au temps. Le temps a une influence sur la vérité  sur la foi. Alors faut pas chercher la foi qu'on professait y a 100 ans ou 200 ans, oui, mais à plus forte raison y a 1000 ans. La foi c'est ce qui se professe aujourd'hui dans l'Eglise. Voilà! 18:11 Pas de référence maintenant au passé. L'Eglise porte en elle-même quelque sorte en elle ce passé (18:20) n'est-ce pas ? Et alors si vous dites ça c'est fini! C'est pas possible l'Eglise, justement, quand elle définit quelque chose se rapporte toujours au passé, toujours parce que le dépôt de la foi est terminée après la mort du dernier des apôtres. Le dépôt de la foi a été clos avec la mort du dernier des Apôtres. Donc ce que définit l'Eglise, elle ne définit que ce qui est contenu dans le dépôt de la foi qui a été terminée après la mort du dernier des Apôtres.   
   
Donc elle se réfère toujours à ça, toujours, toujours, toujours, donc c'est une erreur profonde ça, de leur part, mais ça ils sont comme ça!  Alors nous nous heurtons vraiment  là à une théologie qui n'est pas la nôtre, qu'est-ce que vous voulez... Parce qu'elle n'est pas catholique. C'est pas parce que c'est pas la mienne, c'est parce qu'elle n'est pas catholique.   
 
  
   
20:12 C'est pourquoi j'avais fait cette déclaration que vous connaissez, j'ai pas de mal à la redire, elle n'est pas tellement longue, parce que je trouve  que c'est quand même un peu ceux qui représentent le combat qu'il a fallu mener depuis le Concile et qu'il faut mener depuis 1974, date à laquelle j'avais fait cette déclaration après la visite des deux Belges qui sont venus à Ecône et qui avaient dit des choses invraisemblables, qu'on ne pouvait pas affirmer que Notre Seigneur était ressuscité avec le même corps, n'est-ce pas? C'est pas une chose qu'on pouvait affirmer... Ensuite ils m'ont dit à moi-même, je ne sais plus à quelle occasion on est arrivé à parler du célibat sacerdotal et ils m'ont dit, mais Mgr le célibat sacerdotal vous savez que ça ne va pas durer, c'est une affaire de quelques années encore mais ça va être terminé, ça, c'est une chose qui peut pas durer.  Quoi? vous vous venez de Rome et vous me dites ça ici à Ecône? Le célibat ça va se terminer? Alors que le pape à ce moment-là, le pape était , le pape Paul VI lui-même était contre ces loubards si vous voulez, mais alors  il avait accordé des dispenses invraisemblables, n'est-ce pas, dans le monde entier, pour combien de mariages de prêtres, on ne les compte plus! Puisqu'ils ont une association de 70 000 prêtre mariés. C'est énorme! Beaucoup avec dispense du Saint-Siège! 21:53    
   
Et ils ont dit d'autres choses encore dont je ne me souviens plus très bien, des choses absolument ahurissantes, Non! Alors c'est Rome qui vient nous visiter avec des idées comme ça, nous à Ecône qui gardons la foi catholique? Eh bien, non, ça c'est pas possible! Alors j'ai fait cette déclaration: « Nous adhérons de tout cœur, de toute notre âme à la Rome catholique, gardienne de la Foi catholique et des traditions nécessaires au maintien de cette foi, à la Rome éternelle, maîtresse de sagesse et de vérité. »   
   
« Nous refusons par contre et avons toujours refusé de suivre la Rome de tendance néo-moderniste et néo-protestante qui s'est manifestée clairement dans le concile Vatican II et après le concile dans toutes les réformes qui en sont issues. »
« Toutes ces réformes, en effet, ont contribué et contribuent encore à la démolition de l'Eglise, à la ruine du Sacerdoce, à l'anéantissement du Sacrifice et des Sacrements, à la disparition de la vie religieuse, à un enseignement naturaliste et teilhardien dans les Universités, les Séminaires, la catéchèse, enseignement issu du libéralisme et du protestantisme condamnés maintes fois par le magistère solennel de l'Eglise. »
   
   
« Aucune autorité, même la plus élevée dans la hiérarchie ne peut nous contraindre à abandonner ou à diminuer notre foi catholique clairement exprimée et professée par le magistère de l'Eglise depuis dix-neuf siècles. »
« S'il arrivait, dit saint Paul, que nous-mêmes ou un Ange venu du ciel vous enseigne autre chose que ce que je vous ai enseigné, qu'il soit anathème. (Gal. 1:8) »
« N'est-ce par ce que nous répète le Saint-Père aujourd'hui ? Et si une certaine contradiction se manifestait dans ses paroles et ses actes ainsi que dans les actes des dicastères, alors nous choisissons ce qui a toujours été enseigné et nous faisons la sourde oreille aux nouveautés destructrices de l'Eglise. »
« On ne peut modifier profondément la 'lex orandi' sans modifier la 'lex credendi.' A messe nouvelle correspond catéchisme nouveau, sacerdoce nouveau, séminaires nouveaux, universités nouvelles, Eglise charismatique, pentecôtiste, toutes choses opposées à l'orthodoxie et au magistère de toujours. »
« Cette Réforme étant issue du libéralisme, du modernisme, est tout entière empoisonnée ; elle sort de l'hérésie et aboutit à l'hérésie, même si tous ses actes ne sont pas formellement hérétiques. Il est donc impossible à tout catholique conscient et fidèle d'adopter cette Réforme et de s'y soumettre de quelque manière que ce soit. »
   
   
« La seule attitude de fidélité à l'Eglise et à la doctrine catholique, pour notre salut, est le refus catégorique d'acceptation de la Réforme. »
« C'est pourquoi sans aucune rébellion, sans aucune amertume, aucun ressentiment nous poursuivons notre œuvre de formation sacerdotale sous l'étoile du magistère de toujours, persuadés que nous ne pouvons rendre un service plus grand à la Sainte Eglise Catholique, au Souverain Pontife et aux générations futures. »
   
   
« C'est pourquoi nous nous en tenons fermement à tout ce qui a été cru et pratiqué dans la foi, les mœurs, le culte, l'enseignement du catéchisme, la formation du prêtre, l'institution de l'Eglise, par l'Eglise de toujours et codifié dans les livres parus avant l'influence moderniste du concile en attendant que la vraie lumière de la Tradition dissipe les ténèbres qui obscurcissent le ciel de la Rome éternelle. »
« Ce faisant, avec la grâce de Dieu, le secours de la Vierge Marie, de saint Joseph, de saint Pie X, nous sommes convaincus de demeurer fidèles à l'Eglise Catholique et Romaine, à tous les successeurs de Pierre, et d'être les fidèles dispensateurs des mystères de Notre Seigneur Jésus- Christ dans le Saint-Esprit. Amen. »
   
   
26:25   
   
Eh bien en attendant que la vraie lumière de la Tradition dissipent les ténèbres qui obscurcissent le ciel de la Rome éternelle. C'est ce que nous faisons encore, nous attendons. Tant que la Tradition n'aura pas remplacé le modernisme, c'est impossible de nous entendre!    
   
Alors nous avons essayé, nous avons fait un essai loyal. Devant la nécessité de continuer ce que nous faisons, pour le bien de l'Eglise, pour l'honneur de Notre-Seigneur Jésus-Christ, pour le règne de Notre-Seigneur Jésus-Christ, n'est-ce pas? Pour la continuation de l'Eglise, nous avons besoin des évêques, il n'y a rien à faire, nous ne pouvons pas continuer 26:45 courageusement fortement et bien organisés dans la protection de la foi et avec tous les moyens dont nous avons besoin, il faut les moyens pour faire des prêtres, n'est-ce pas? L'œuvre essentielle de la Fraternité, nous ne pouvons pas le faire si nous n'avons pas des évêques. Alors le 29 juin dernier j'ai annoncé, devant l'impossibilité de pouvoir trouver une solution avec Rome qui nous donne satisfaction au sujet de la consécration des évêques, j'ai l'intention de consacrer des évêques. 27:29 C'est alors que Rome a  ouvert les portes et à dire, on va s'entendre, on va s'entendre! On va s'entendre. Alors on a renoué les conversations avec une fréquence plus grande, n'est-ce pas? On nous a dit vous pouvez garder la liturgie du pape Jean XXIII, vous pouvez garder vos séminaires avec le charisme spécial qu'ils ont, vous pouvez aussi avoir un visiteur. C'était une petite ouverture, on a donc essayé de voir si vraiment y avait moyen, mais en prenant ce principe dans les colloques, nous accepterons une solution à la condition formelle et absolument radicale que nous soyons protégés absolument de toute influence moderniste évidemment. Ca nous n'en voulons à aucun prix! A aucun prix, donc il faut que nous soyons protégés. Il s'agit pas de rentrer dans Rome et de dire à ces autorités romaines qui sont libérales, ben voilà, nous sommes dans vos mains, nous sommes à votre disposition, faites de nous ce que vous voulez.   
   
On a combattu pendant 20 ans, 25 ans contre ces idées puis d'un coup on se met dans les mains de ces modernistes? Et on leur dit, ben voilà, ben nous sommes à votre disposition? C'est pas possible ça! C'est fini de toute notre action et de toute notre foi. C'est mettre notre foi à leur disposition. Alors il fallait absolument voir cela! Alors colloques, discussions, discussions. A ce moment-là il semblait qu'ils ne voulaient plus nous demander quelque chose au sujet de la doctrine.29:29 Mais au moment des colloques, ils ont quand même remis devant nous une feuille qui concernait la doctrine. Bon, elle était un peu plus facile à signer parce qu'il y avait ce fameux N° 3 des 5 paragraphes. Donc le N° 3 qui nous disait: Sur certains points qui concernent le Concile, la liturgie et le droit canon, nous devons constater qu'il y a des points qui sont difficilement conciliable avec la Tradition. C'est peu dire! Nous étions bien bons! Nous aurions du dire qui sont contraires à la Tradition. Bon, enfin, ils nous lâchent ça, mais pour nous bien sûr, c'est contraire à la Tradition! 30:28 Alors étant donné ce point qui nous permettait de critiquer, et même de rejeter ces points, qui sont pas compatibles avec la Tradition30:42   

Ceci n'est qu'une citation de cette longue conférence, je ne sais pas si je pourrai écrire la suite. Mais je la conseille vivement elle a été publiée sur La Porte Latine  en audio.
 


Revenir en haut
capucine


Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2013
Messages: 31
Localisation: beau pays

MessagePosté le: Ven 22 Nov 2013, 19:00    Sujet du message: Mgr Lefebvre, Écône, juin 1988 Répondre en citant

ah, quelle bonne respiration de fin de journée, merci.

Revenir en haut
laudetur Jesus Christus
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2012
Messages: 327
Localisation: Pologne

MessagePosté le: Ven 22 Nov 2013, 20:01    Sujet du message: Mgr Lefebvre, Écône, juin 1988 Répondre en citant

Monseigneur Lefebvre ora pro nobis!
Merci Gentiloup pour cette conférence!
A quand la canonisation de Mgr Lefebvre????


Revenir en haut
Chouanne
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2012
Messages: 259

MessagePosté le: Ven 22 Nov 2013, 20:29    Sujet du message: Mgr Lefebvre, Écône, juin 1988 Répondre en citant

J'espère que vous pourrez achever la transcription de cette conférence qui n'est pas connue, c'est vrai! 
 
 
Citation:

 
  
Ça c'est l'esprit de ces gens qui disent la vérité et change avec le temps. La vérité s'adapte au temps. Le temps a une influence sur la vérité  sur la foi. Alors faut pas chercher la foi qu'on professait y a 100 ans ou 200 ans, oui, mais à plus forte raison y a 1000 ans. La foi c'est ce qui se professe aujourd'hui dans l'Eglise. Voilà!  Pas de référence maintenant au passé. L'Eglise porte en elle-même quelque sorte en elle ce passé n'est-ce pas ? Et alors si vous dites ça c'est fini! C'est pas possible l'Eglise, justement, quand elle définit quelque chose se rapporte toujours au passé, toujours parce que le dépôt de la foi est terminée après la mort du dernier des apôtres. Le dépôt de la foi a été clos avec la mort du dernier des Apôtres. Donc ce que définit l'Eglise, elle ne définit que ce qui est contenu dans le dépôt de la foi qui a été terminée après la mort du dernier des Apôtres.   
    
Donc elle se réfère toujours à ça, toujours, toujours, toujours, donc c'est une erreur profonde ça, de leur part, mais ça ils sont comme ça!  Alors nous nous heurtons vraiment  là à une théologie qui n'est pas la nôtre, qu'est-ce que vous voulez... Parce qu'elle n'est pas catholique. C'est pas parce que c'est pas la mienne, c'est parce qu'elle n'est pas catholique.    

 


Revenir en haut
AupiedelaCroix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2012
Messages: 285

MessagePosté le: Ven 22 Nov 2013, 20:38    Sujet du message: Mgr Lefebvre, Écône, juin 1988 Répondre en citant

Oui, la suite SVP Gentiloup! J'imprime et je distribue!

Revenir en haut
Prague
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 169

MessagePosté le: Ven 22 Nov 2013, 21:48    Sujet du message: Mgr Lefebvre, Écône, juin 1988 Répondre en citant

    Si possible, écouter, puis lire ensuite! Dommage que je puisse pas aider Gentiloup à transcrire, en ce moment je n'ai pas une minute. Enfin si je peux, on verra! Peut-être d'autres?
Parce qu'après avoir écouter, lire ça fixe les idées.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:47    Sujet du message: Mgr Lefebvre, Écône, juin 1988

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com