Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Analyse de l'entretien de Mgr Fellay (Nov. 2013) sur la situation actuelle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 885

MessagePosté le: Ven 6 Déc 2013, 13:36    Sujet du message: Analyse de l'entretien de Mgr Fellay (Nov. 2013) sur la situation actuelle Répondre en citant

Posté le: jeudi 05 dec 2013 à 16:01    Dans le sujet:  entretien de nov 2013 de Mgr Fellay

__________________

Quelques réflexions rapides:

A première vue, il y a beaucoup de bonnes choses dans cet état de la situation actuelle, mais hélas percent toujours ça et là les faiblesses de Mgr Fellay qui ont failli nous mener à la catastrophe en 2012.

- Toujours beaucoup d'illusions sur le règne de Benoît XVI dont il dit en introduction que François "peut faire oublier le pontificat précédent et c’est un peu ce qui s’est passé, en tout cas au niveau de certaines lignes conservatrices ou restauratrices intimées par le pape Benoît XVI.", même si par ailleurs il dit que la situation de l'Eglise "elle, n’a pas changé. On est passé d’un pontificat à l’autre, et la situation de l’Eglise est restée la même. Les lignes de fond restent les mêmes. Il y a, à la surface, des variations : on peut dire que ce sont des variations sur un thème connu ! Les affirmations de fond, on les a par exemple sur le Concile. Le Concile qui est une relecture de l’Evangile à la lumière de la civilisation contemporaine ou moderne, – le pape a utilisé les deux termes."
Et il reconnaît comme à regret mais tout-de-même, la continuité conciliaire entre le règne de Benoît XVI et celui de François à propos des Franciscains de l'Immaculée dont il dit qu'une dizaine d'entre eux "ont protesté à Rome en disant : « On veut nous imposer l’ancienne messe, on attaque le Concile ». Ceci a provoqué une réaction très forte de la part de Rome, déjà sous le pontificat de Benoît XVI – il faut préciser cela – néanmoins les conclusions, les mesures ont été prises sous le pape François."

- La confusion entre la Rome éternelle est la Rome conciliaire n'est pas levée non plus même s'il précise le sens du "modernisme" du pape: "il n’est pas le moderniste au sens pur, théorique, un homme qui développe tout un système cohérent, il n’y a pas cette cohérence." Certes! Bravo, mais alors comment n'a-t-il pas vu le modernisme, très cohérent, lui, de Benoît XVI ? Ou bien alors doit-on croire qu'il était prêt à livrer la Fraternité saint Pie X, consciemment, à une autorité moderniste, dont le modernisme a été condamné par Pascendi de Saint-Pie X? (Lire l'étrange théologie de Benoît XVI par Mgr Tissier de Mallerais)

- J'ai bien apprécié sa tirade sur les portes de l'Enfer qui ne doivent pas prévaloir sur l'Eglise :     
Ces paroles, j’en suis convaincu, ont été la source pour la plupart des théologiens d’affirmations sur l’impossibilité de voir dans l’Eglise précisément ce que nous voyons. Considérant que c’est absolument impossible, à cause de cette promesse de Notre Seigneur. Alors, on ne va pas nier les promesses de Notre Seigneur, on va essayer de dire comment ces promesses qui sont infaillibles, sont encore possibles dans une situation qui nous semble contraire. Il nous semble que cette fois-ci, les portes de l’enfer ont fait une fameuse entrée dans l’Eglise. (...) Quand on pense à saint Paul qui parle du Fils de perdition, qui se fera adorer comme Dieu, donc ce n’est pas seulement un antéchrist militaire, (...) c’est une personne religieuse, une personne qui se fait adorer(...). 
mais alors, cette indéfectibilité, ces promesses de Notre Seigneur ? La Sainte Vierge… les fameuses paroles de La Salette, qui sont reprises presque mot à mot par Léon XIII, là ce ne sont pas des révélations, c’est l’Eglise, et l’Eglise même on peut dire dans un acte : Léon XIII rédige un exorcisme, ce fameux exorcisme de Léon XIII, mais plus tard, on a rayé la parole la plus solennelle de cet exorcisme, qui annonce que Satan va régner, mettre son trône à Rome. Tout simplement. Donc le siège de l’Eglise va se retrouver tout à coup siège de l’Antéchrist. Ce sont les paroles mêmes de la Sainte Vierge : « Rome deviendra le siège de l’Antéchrist ». Ce sont les paroles de La Salette. De même que « Rome perdra la foi », « l’éclipse de l’Eglise », donc des paroles très fortes et contrastant avec la promesse. Cela ne veut pas dire que la promesse est caduque, il est évident qu’elle reste, mais qu’elle n’exclut pas pour l’Eglise un moment de douleur telle qu’on pourra la considérer comme une mort apparente.
Mais il aurait pu préciser, pour être juste, que c'est le cardinal Ratzinger lui-même qui a "rayé la parole la plus solennelle de cet exorcisme" de Léon XIII, ce cardinal Ratzinger devenu Benoît XVI à qui il a tenté de livrer la Fraternité à son corps défendant!

- Sa critique de François et de son saint-concile est assez juste, il n'est que temps : "Je pense qu’on devrait commencer par demander très sérieusement une définition de ce que c’est que la civilisation contemporaine, moderne. Pour nous et pour le commun des mortels, c’est le rejet de Dieu tout simplement, c’est la mort de Dieu. C’est Nietzsche, c’est l’Ecole de Francfort, c’est une rébellion à peu près généralisée contre Dieu."

- Il rappelle à juste titre l'importance de la messe tridentine dans la sauvegarde de la foi, l'importance de la formation des prêtres, mais il ne met pas suffisamment l'accent, à mon sens, sur la préservation de la pureté doctrinale qui doit sous-tendre la liturgie. Les deux étant indissociables, même s'il affirme avec force à propos de François: "lors d’une interview aux jésuites, le pape attaque ceux qui veulent la clarté. C’est invraisemblable ! Il n’utilise pas le mot clarté ; il utilise le mot certitude, ceux qui veulent la sécurité doctrinale. Évidemment on la veut ! Avec les paroles de Dieu lui-même, Notre Seigneur qui dit qu’il n’y a pas un seul iota qui doive être abandonné, il vaut mieux être précis !"
Mais cette intégrité de la doctrine n'est pas présentée comme la priorité indissociable de la vraie messe pour une restauration de la Tradition.
C'est pourtant parce que ces deux pendants de la Tradition ont été dissociés dans les discussions du GREC, dans l'esprit des fidèles et dans son propre esprit qu'il s'est contenté du Motu Prorprio de 2007 de Benoît XVI, pour en faire la base d'accords qui auraient été mortels s'ils avaient été jusqu'au bout. Il dit en parlant du rôle de la Fraternité, qu'il faut restaurer l'Eglise par la messe. Et là, me semble-t-il, perce cette néfaste prétention (source de la tentative du ralliement de 2012), à vouloir sauver l'Eglise , alors que la Fraternité n'a pour vocation que de préserver la Tradition en attendant le retour des papes à la foi. (Voir la lettre de Mgr Lefebvre aux 4 futurs évêques)

- Sa tirade sur la charité me semble juste et bienvenue : "Il ne suffit pas de faire de grandes déclarations de foi, il ne suffit pas d’attaquer ou de condamner les erreurs ;(...)  mais la foi dont parlent saint Paul et l’Ecriture Sainte, c’est la foi informée, c’est-à-dire qui est imbibée de charité. C’est la charité qui donne la forme à la foi. La charité, c’est l’amour de Dieu et par conséquent l’amour du prochain. Il s’agit donc d’une foi qui se tourne vers ce prochain qui est certainement dans l’erreur et qui lui rappelle la vérité mais d’une manière telle que, grâce à ces rappels, le chrétien pourra semer la foi, remettre dans la vérité, amener cette âme vers la vérité. Ce n’est donc pas un zèle amer, c’est au contraire une foi rendue chaleureuse par la charité. "

Conclusions:
Belle déclaration dans son ensemble, malgré les tares propres à l'esprit de Mgr Fellay, qui percent ici ou là, - notamment sa prétention à restaurer l'Eglise par la messe, sa fable de Benoît XVI restaurateur ou l’imprécision quant à l'Eglise - Une déclaration qui semble confirmer qu'au moins grâce à l'incurie de François, la Fraternité s'éloigne d'un accord canonique.

Déclaration qui n'est pas suffisante, néanmoins, pour rétablir la confiance. Mgr Fellay est un petit peu à l'image de François dont il reconnaît qu'il dit tout et son contraire. Lui aussi, il dit tantôt une chose et tantôt l'autre. Ce n'est donc pas avec une déclaration qui a de belles résonances qu'il pourra ramener la confiance et la sérénité dans la Fraternité.

Il nous faudrait plus. Il nous faudrait autre chose que la sentence scandaleuse du procès de l'abbé Pinaud, il nous faudrait un vrai mea culpa, il nous faudrait le rétablissement de la justice, il nous faudrait un retour aux chapitres de 2006 et de 2011 d' Albano, par lesquels était proclamé qu'il n'y aurait pas d'accord doctrinal sans accord préalable sur la foi.
  

Gentiloup
     
lire voir ou écouter l'entretien intégral de Mgr Fellay sur Dici           


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 6 Déc 2013, 13:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vladimir
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2012
Messages: 105

MessagePosté le: Ven 6 Déc 2013, 19:59    Sujet du message: Analyse de l'entretien de Mgr Fellay (Nov. 2013) sur la situation actuelle Répondre en citant

Oui GL , il nous faudrait un retour officiel aux conclusions du chapitre de 2006 que Mgr Fellay a bafouées. Et il n'a pas tenu compte non plus de celles de 2011 qui confortaient celles de 2006 .  
Vous avez raison de rappeler ce chapitre d'Albano qui avait été consulté pour une première tentative de ralliement fin 2011. Ce chapitre avait rejeté avec une très grande fermeté le préambule doctrinale proposé par Rome. Mgr Tissier de Mallerais avait même tonné qu'il allait sacré des évêques quand il voudrait!   
Mais Mgr Fellay avait atermoyé longtemps avant de rendre ses conclusions officielles. Il avait fallu que l'abbé Morgan du district d'Angleterre, les publie sur son site , comme par mégarde, pour qu'enfin on les connaisse officiellement. D'ailleurs l'abbé Bouchacourt lui aussi avait fait une fuite, avant ou après l'abbé Morgan, je ne me rappelle plus.  
C'est à partir d'Albano qu'on a senti une division dans la Fraternité entre la tête et le corps. 

 
Malgré les reproches qu'on peut faire à Mgr Fellay pour cet entretien, je le trouve quand même très rassurant. Dommage qu'il ait fallu un triste sire comme François Imbroglio 1er, pour qu'il reconnaisse que le Concile est mauvais. Puisse-t-il se rappeler qu'il est mauvais à 100% et non pas à 5% comme il l'avait dit... Dans un moment d'égarement ou d'euphorie, sans doute...  

 
C'est la religion nouvelle, la religion conciliaire qui est mauvaise, comme le dit Parvulus, et pas seulement François. 


Revenir en haut
Prague
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 169

MessagePosté le: Ven 6 Déc 2013, 22:42    Sujet du message: Analyse de l'entretien de Mgr Fellay (Nov. 2013) sur la situation actuelle Répondre en citant

Bien vu cher ami! 

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:50    Sujet du message: Analyse de l'entretien de Mgr Fellay (Nov. 2013) sur la situation actuelle

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com