Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Les Incas étaient des socialistes totalitaires effroyables et sanguinaires

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
AupiedelaCroix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2012
Messages: 285

MessagePosté le: Jeu 9 Jan 2014, 16:41    Sujet du message: Les Incas étaient des socialistes totalitaires effroyables et sanguinaires Répondre en citant


  
  

  
L’Empire Inca couvrait l’ouest de l’Amérique du Sud et possédait, pense-t-on, 12 millions d’habitants. Ses édifices et ses routes étaient admirablement construits. En revanche, il ne connaissait ni l’écriture ni la roue ; tous les transports se faisaient à dos d’homme et les travaux à l’aide d’outils de bois ou de pierre.

La population se divisait en 3 groupes :


- les Incas proprement dits, issus de la tribu fondatrice de l’empire, mais parmi lesquels pouvaient accéder des personnages de valeur. L’Inca, chef suprême de l’Etat, leur appartenait, ainsi que tout le corps des fonctionnaires, des officiers et des prêtres. C’était la Nomenklatura avec ses privilèges tarifés selon les rangs.


la masse de la population, formant une classe de paysans,


- un certain nombre d’esclaves. On observera que, si l’égalité socialiste s’accommode volontiers d’une classe supérieure de dirigeants, elle admet très souvent aussi, en théorie comme en pratique, une catégorie inférieure d’individus inadaptés à son système : esclaves, délinquants, étrangers inassimilables, forçats des goulags.


La terre appartenait à l’Etat. Des portions héréditaires en étaient attribuées aux Incas qui en percevaient les revenus. L’Etat confiait à titre viager à chaque paysan un lopin minimum destiné à son entretien et augmenté à la naissance de chaque enfant.

Les paysans cultivaient le reste des terres au profit de la collectivité. La culture était planifiée et contrôlée par des fonctionnaires qui donnaient chaque jour le signal du début des travaux. Il revenait aussi aux paysans d’accomplir un service militaire, d’exécuter tous les travaux de construction et de voirie et d’exploiter les mines. Les travaux artisanaux incombaient aussi aux paysans : l’Etat fournissait les matières premières et reprenait les travaux finis.

La vie du paysan était divisée en 10 périodes à chacune desquelles correspondait une tâche déterminée ; par exemple, on était berger de 9 à 16 ans, messager ou domestique de 16 à 20. Il y avait des travaux pour les vieillards, les infirmes, les femmes. L’oisiveté était interdite : les femmes devaient filer la laine en marchant ; s’il n’y avait pas de travail pour les paysans, on en inventait d’inutile.

Toute la vie était réglée de manière uniforme. La capital, Cuzco, était découpée en quartiers égaux, composés de maisons semblables. D’ailleurs, construire une maison plus belle, en ville ou à la campagne, constituait un délit ; de même que posséder des chaises au lieu de bancs. Les paysans devaient laisser leur porte ouverte pendant les repas pour faciliter le contrôle des fonctionnaires, car la loi fixait jusqu’à l’heure des repas et au nombre des plats.

Les familles paysannes se trouvaient incorporées dans une pyramide de groupes s’étageant de 10 familles jusqu’à 10 000. Chaque groupe ou sous-groupe dépendait d’un fonctionnaire dont les plus modestes, comme en URSS, n’appartenaient pas à la Nomenklatura.

Chaque paysan recevait 2 vêtements, l’un pour le travail, l’autre pour les fêtes ; il devait les porter jusqu’à usure complète sans leur apporter la moindre modification. Coupe et couleur des vêtements, coiffure des cheveux étaient uniformes dans chaque province. Cela permettait de repérer les paysans qui voyageaient sans autorisation hors de leurs villages ; des fonctionnaires contrôlaient les passages aux ponts et aux barrières.

Ces réglementations ne s’appliquaient pas aux Incas. Mais il en existait d’autres à leur usage, fixant leurs droits en fonction de leur rang. La quantité et la dimension de leur vaisselle d’or ou d’argent dépendaient aussi de leur place dans la hiérarchie/ Le nombre des femmes également : 20, 30, 50, sans limite pour l’Inca. Toutes les femmes célibataires appartenaient en principe aux Incas.
 
 

  

Francisco Pizarro, conquérant de l’Empire Inca idolâtre
 

Les paysans d’âge nubile devaient se marier. Chaque année, un fonctionnaire procédait d’office au mariage des célibataires, sans leur demander leur avis.

Chose étonnante, l’Etat ne prenait pas directement en charge les enfants, si ce n’était un contingent de fillettes destinées au service des dieux, aux harems des Incas ou aux sacrifices humains. Il n’y avait d’écoles que pour les enfants d’Incas ; l’histoire objective y était enseignée, les paysans n’ayant droit qu’à une version expurgée.

Tout cela reposait sur une hiérarchie administrative minutieuse qui répertoriait tout avec précision. Un système pénal très complexe couronnait l’édifice. Tout crime contre l’Etat, comme le vol d’un fruit, dans un verger public, méritait la mort ; aux paysans du moins, car les Incas s’en tiraient avec un blâme.

L’Etat marchait fort bien ainsi. Mais quand en 1532 survinrent 180 Espagnols, cet énorme empire s’effondra, car personne ne fut capable de la moindre initiative.

Daniel Raffard de Brienne – Lecture et Tradition n°115 (sept 1985)
  


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 9 Jan 2014, 16:41    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Henryk


Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2013
Messages: 150
Localisation: Velay

MessagePosté le: Ven 10 Jan 2014, 22:52    Sujet du message: Les Incas étaient des socialistes totalitaires effroyables et sanguinaires Répondre en citant

Les conquistadores se sont vite trouvés de nouveaux alliés. Les squelettes des batailles étudiés par des légistes prouvaient que les soldats incas avaient été frappés non par des armes espagnoles mais par celles des rebelles provinciaux de Lima.

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:11    Sujet du message: Les Incas étaient des socialistes totalitaires effroyables et sanguinaires

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com