Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ?
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chat-Huant
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2012
Messages: 130
Localisation: Sologne du 41

MessagePosté le: Sam 11 Jan 2014, 09:33    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Pierre-Julien a écrit:

Aristote disait même que c'était un devoir moral d'abattre le tyran.


Aristote dit bien abattre le tyran...si le bon Dieu nous envoie une nouvelle Jeanne, pas de soucis, je répondrai présent pour
le grand nettoyage


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 11 Jan 2014, 09:33    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Pierre-Julien
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2012
Messages: 91
Localisation: York

MessagePosté le: Sam 11 Jan 2014, 10:14    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Pour ce qui est des dominicains ils ont perdu toute crédibilité en politique depuis la publication de l'abominable "Politique chrétienne" de l'a. Devillers

Pour le cas "Vaquier" il s'agit d'un apparitioniste, d'un surnaturaliste doublé d'un augustiniste. Je préfère de loin Saint Thomas désolé. A ce sujet il serait bon de se souvenir que l'argument d'autorité (attribué allez savoir pourquoi en dernière instance à ce M. Vaquier...) est le plus faible en philosophie et en politique.

Maintenant lorsque l'on compare la position que j'essaie d'expliquer avec la crise dans la FSSPX il me semble que pour le coup, c'est aller carrément contre le plus élémentaire des bons sens. N'est-ce pas justement le sens politique telle que je viens de l'exposer (révolte légitime, tyrannicide...) qui fait défaut chez les gentils petits soldats tradis ? Pire encore : c'est exactement ce qui fait défaut chez ceux qui poussent les prêtres et les fidèles à quitter la FSSPX en ordre dispersé. C'est ce qui fait défaut aux donneurs de leçon qui s'en prennent à l'abbé de Caqueray ! Ils sont dans l'incapacité pratique de comprendre ce qu'impliquent ses responsabilités ! Et aussi quelle est le type d'action qu'il peut mener pour la préservation de ce qui peut être préserver. Laissons-le faire. Il sait mieux que nous, il a justement un sens politique pratique qui n'est pas fondé sur du blabla de surnaturaliste en mal de prophétie et de fin du monde. Il a acquis une expérience de terrain. Et c'est exactement ce qui caractérise la science politique, une science pratique à l'épreuve du terrain.

Pour terminer, cessons de faire les saintes ni touche dès qu'un intervenant hausse un peu le ton. C'est sur que "grincheux", est une terrible insulte !


Revenir en haut
laudetur Jesus Christus
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2012
Messages: 327
Localisation: Pologne

MessagePosté le: Sam 11 Jan 2014, 11:37    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Les deux approches du problème sont-elles vraiment incompatibles?

Personnellement, ce n'est vraiment pas ma "tasse de thé" d'aller manifester et toutes les fois que j'y suis allée c'était vraiment en me faisant violence!
Mais bon pour une fois (pardon!!) je trouve que Pierre-Julien n'a pas tout à fait tort!
C'est une façon de montrer son désaccord avec l'état républicain tyrannique et pervers!
Une école est en effet très importante...mais, croyez-vous qu'elles vont continuer longtemps à être tolérées?

Cela dit, il faut être clair!

Sans la prière, de toutes façons, c'est foutu!
Le chapelets a remporté bien d'autres victoires!

Enfin, prenons l'exemple des ordres religieux dans l'Eglise Catholique!

Il y a les missionnaires et il y a les cloîtrés!
Faut-il  supprimer un de ces ordres?



Pour finir, je trouve que les arguments employés par Pierre-julien, à savoir:


"Nulle part il n'est écrit qu'il ne soit pas légitime de se révolter. Nulle part il n'est écrit que la violence soit interdite en soi.
Bien au contraire. Tout tiens en une seule question. Le pouvoir est-il légitime ?

La réponse : un seul et unique critère énoncé par Saint Thomas dans le De Regno : la légitimité tient à la poursuite du Bien Commun par le détenteur du pouvoir. Dans le cas contraire il est moralement permis de lui résister et de le combattre.

Et quelle autre moyen aujourd'hui que de tenter de faire chanceler le système en manifestant ? On attend les proposition comme le disait Bordelais.
Je ne dis pas de faire tomber ce système. Pour cela il faut autre chose. Il faut une réponse politique.
Par contre manifester fait partie des "gains de temps", c'est un moyen de troubler les plans du système, un moyen de réveiller nos concitoyens (pas besoin d'être catho pour être lucide politiquement ! La politique n'est pas surnaturelle).

Il serait peut-être bon de se remettre à l'étude de la question du Tyrannicide chez St Thomas et ses commentateurs.

Aristote disait même que c'était un devoir moral d'abattre le tyran. Mais nous, nous préférons dormir devant nos écrans (ou prier le chapelet chez soi : même efficacité politique), plutôt que de mouiller le maillot !
"

C'est vraiment très intéressant !
Ce que je ne comprends pas en revanche, c'est que les mêmes arguments pourraient être utilisés pour la FSSPX!
Pierre-Julien vous tirez toujours sur la résistance extérieure mais dites moi....ils ne mouillent pas le maillot eux?????
Mgr Williamson n'est-il pas "un moyen de troubler les plans" d'un Mgr Fellay?????


Revenir en haut
Henryk


Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2013
Messages: 150
Localisation: Velay

MessagePosté le: Sam 11 Jan 2014, 12:41    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

D'abord avant le 26 il y a le 21 Janvier. Et ce roi est mort parce qu'il à refusé la constitution civile du clergé. Nous avons aussi d'autres devoirs pour le royaume parce que nous aimons nos Évêques comme nos Rois. Les prochaines sorties seront des pèlerinages.

Revenir en haut
Pierre-Julien
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2012
Messages: 91
Localisation: York

MessagePosté le: Sam 11 Jan 2014, 14:22    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

L.J.C. vous mélangez ordre naturel et surnaturel. Certes dans l'église il y a missionnaires et religieux, mais là nous sommes dans l'ordre naturel et politique. Ordre régit par des lois Divines et qu'il convient d'utiliser. Jamais je n'ai dit qu'il ne faut pas prier. Par contre il ne faut pas faire que prier. La prière doit accompagner toute action (d'ailleurs il existe une prière naturelle comme il existe une religion naturelle : Dieu n' est pas objet de croyance mais de certitude rationnelle naturelle accessible à chacun). Mais la plus grande des prières dans l'ordre naturel c'est de faire la volonté de Dieu par amour pour lui, qui se réalise précisément dans l'utilisation des lois voulues par Dieu.
 

Pour ce qui est de la "Résistance" extérieure, mis à part un héros comme l'abbé Pinaud, il faut convenir que la sortie de la FSSPX des autres abbés loin d'encombrer Mgr F et compagnie, leur rende un merveilleux service : laisser les âmes des fidèles démunies, laisser sans résistance physique les chapelles, créer des dissensions au sein de la Résistance interne (attaque ignoble contre l'abbé de Caqueray par exemple) etc.
Ils mouillent peut-être leur maillot, mais bien mal.
Pour faire un parallèle entre cette manifestation du 26 janvier et la FSSPX, que dirait Mgr F si les fidèles se rassemblaient en masse un 29 juin par exemple pour manifester leur désapprobation du ralliement ? Verrions-nous une objection à cela ? Un père de famille doit-il simplement quitter une paroisse qui part à la dérive ou doit-il se battre et protester jusqu'à prendre physiquement l'église s'il le peut ? 


Revenir en haut
laudetur Jesus Christus
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2012
Messages: 327
Localisation: Pologne

MessagePosté le: Sam 11 Jan 2014, 15:00    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Mais, ne croyez-vous pas que Dieu intervient dans l'ordre Naturel?

Saint Louis, sainte Jeanne d'Arc et bien d'autres.....priaient ET agissaient!
Et ils agissaient juste car ils priaient bien!

Et, si vous pensez que ce sont les manifestations "uniquement" qui vont changer quelque chose!!!!!

Par pitié! Pas de mauvaise foi (dans les deux sens du terme!)


Revenir en haut
Pierre-Julien
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2012
Messages: 91
Localisation: York

MessagePosté le: Sam 11 Jan 2014, 15:51    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Dieu n'a pas créé l'ordre naturel pour intervenir dedans tout le temps (un miracle permanent n'est plus un miracle et rendrait le monde inintelligible) en le contredisant.
Effectivement lorsqu'il le juge bon il intervient  (Jeanne d'Arc par exemple). Il ne nous faut pas espérer le miracle comme seule solution possible.
En fait nous sommes d'accord : il faut prier et agir.
Ensuite j'ai déjà exposé dans ce fil ce qui me parait pouvoir être produit par ces manifestations. Je n'ai jamais dit que c'était la clé absolue du retour à un pouvoir légitime poursuivant le bien commun.


Revenir en haut
Franravel
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2012
Messages: 36
Localisation: Monts du Lyonnais

MessagePosté le: Sam 11 Jan 2014, 16:50    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Toutes ces interventions pertinentes m'amènent à vous communiquer une correspondance très intéressante que j'ai eu avec un ami qui lui a fait part d'un texte de moi à une personnalité du mouvement des veilleurs, qui au fond de lui même est d'accord sur une grande partie des analyses de "Gentiloup".


Texte Monsieur Daguet:
Crime d’État ? (tiré du site "France-Catholique" par Dominique Daguet)
samedi 14 décembre 2013
   
Analyse de Franravel sur le texte:
  


Cher Ami,
Merci pour les informations et votre pièce jointe de Dominique Daguet qui a le mérite de mettre en évidence le bon sens et les grandes lignes morales jusqu'à enfin parler de la transcendance divine, ce qu'évitent systématiquement de faire les politiciens de tous bords ; ne parlons pas de la gauche pour qui c'en est le point d'honneur alors que c'est une honte, et parlons de la droite qui ne fait que mentir dans ce domaine et trahir, puis l'extrême droite qui n'en est plus une de Marine Le Pen qui est entrain de rejoindre aussi cette trahison sous couvert d'un populisme revu et corrigé s'inspirant de Jean Jaurès franc-maçon.
Je vais plus loin dans mon analyse que Dominique Daguet qui cherche encore à penser et à croire, en s'y faisant violence, à ce système en pleine décomposition, car il y a bien des phrases dans sa lettre où son bon sens transparaît et perce en se résignant à ne plus faire confiance en la république. j'ose vous dire, car je suis sûr que vous le comprenez, eu égard à la confiance que vous m'avez faite,et je vous en suis reconnaissant aussi, la république n'a apporté que des malheurs dans notre pauvre pays depuis deux siècles, et c'est l'essence de ce système révolutionnaire que d'aboutir à ce que nous voyons dans l'application du projet de désintégration de la famille, de l'invasion programmée qui détruit l'identité française mais aussi celles des pays européens, d'une fiscalité qui bat la campagne et qui va bientôt nous plonger dans la misère, des arts dévoyés où le sens du bon, du beau, du bien et du vrai se perdent [Pensons au mouvement expressionniste né à Berlin entre 1918 et 1933, fourrier de la révolution bolchevique, profitant de la misère d'un pays devenu exsangue après 4 années de guerre exceptionnellement meurtrière, pour propager le communisme dans toute l'Europe (la guerre civile espagnole de 1936 fut une tentative)] etc... Voilà le vrai visage de la république, ce n'est pas, comme on nous l'a fait croire depuis des lustres, un type de gouvernement parmi d'autre, au sens où Saint Thomas d'Aquin l'envisageait d'après la république chez les Grecs ou les Romains, c'est une sorte de nouvelle religion qui concorde parfaitement à ce qu'en dénonçait à la fin du XIXème siècle, Charles Maurras dans son ouvrage "la démocratie religieuse". Cette phrase : <> est le cri du cœur de son auteur. Ces gouvernements provisoires ne sont que des représentations fictives des la maçonnerie et de l'illuminisme qui tirent les ficelles en achetant les marionnettes qui les composent et nous donnent la fausse illusion que nous vivons en liberté, et que sans eux nous basculerions dans les pires tyrannies. Ces gouvernements sont menteurs dans leur essence, et quand bien même y en aurait-il qui voudraient dire la vérité, ils sont soit limogés, soit ramenés publiquement à l'ordre, soit assassinés (pensons à l'affaire Boulin, l'affaire Bérégovoy où la version officielle parlait simplement de suicide). Il faut que l'auteur ouvre entièrement la porte d'acier qu'il a réussi à débloquer, mais dont les ressorts sont tellement puissants qu'elle peut se refermer implacablement écrasant les doigts et les membres, en récusant le terme de " nouveau type de république ". Non ,"Il n'y a pas de nouveau type républicain", et il n'y en aura jamais: la République est. Oui c'est la fille de la révolution au sens transcendant du terme, et c'est là que ces paroles de Mgr Gaume peuvent être méditées:

Mgr Gaume, La Révolution, Recherches historiques, t. I, p. 18, Lille. Secrétariat Société Saint-Paul, 1877
<< Si, arrachant son masque, vous lui demandez : qui es-tu ? Elle vous dira :

Je ne suis pas ce que l’on croit. Beaucoup parlent de moi et bien peu me connaissent. Je ne suis ni le carbonarisme... ni l’émeute... ni le changement de la monarchie en république, ni la substitution d’une dynastie à une autre, ni le trouble momentané de l’ordre public. Je ne suis ni les hurlements des Jacobins, ni les fureurs de la Montagne, ni le combat des barricades, ni le pillage, ni l’incendie, ni la loi agraire, ni la guillotine, ni les noyades. Je ne suis ni Marat, ni Robespierre, ni Babeuf, ni Mazzini, ni Kossuth. Ces hommes sont mes fils, ils ne sont pas moi. Ces choses sont mes œuvres, elles ne sont pas moi. Ces hommes et ces choses sont des faits passagers et moi je suis un état permanent.

Je suis la haine de tout ordre que l’homme n’a pas établi et dans lequel il n’est pas roi et Dieu tout ensemble. Je suis la proclamation des droits de l’homme sans souci des droits de Dieu. Je suis la fondation de l’état religieux et social sur la volonté de l’homme au lieu de la volonté de Dieu. Je suis Dieu détrôné et l’homme à sa place (l’homme devenant à lui-même sa fin). Voilà pourquoi je m’appelle Révolution, c’est-à-dire renversement...>>

C'est une réécriture de l'histoire qu'il faut opérer, c'est vers la constitution de l'ancienne France échafaudée depuis le baptême de Clovis à Reims en 496 qu'il faut se retourner, c'est la proclamation de Christ-Roi dans les institutions qu'il faut souhaiter de tout cœur: "Si le moment du règne de la royauté du Christ n'est pas encore venu, alors Sire, n'est pas encore venu le moment des gouvernements de durer".
(Cardinal Pie, évêque de Poitiers en audience auprès de Napoléon III).
C'est la conversion des cœurs qu'il faut implorer au ciel, car effectivement notre pays, avec l'occident chrétien, est en train de disparaître, et c'est notre salut individuel qu'il faut faire: <<cherchez d'abord le royaume de Dieu et le reste vous sera donné par surcroît>>.
Voilà, cher Jean Paul, ce que m'a inspiré ce texte, et il me semble que vous êtes à la hauteur d'en saisir les réflexions. Mais je voudrais terminer ce mot avec cette note d'espérance de St Pie X, et qui doit illuminer nos cœurs pour terminer cette année et commencer la suivante:




Saint-Pie X: Allocution Vi ringrazio aux nouveaux cardinaux, 29 novembre 1911
<< Que vous dirai-je maintenant à vous, chers Fils de France, qui gémissez sous le poids de la persécution ? Le peuple qui a fait alliance avec Dieu aux fonds baptismaux de Reims se repentira et retournera à sa première vocation . Les mérites de tant de ses fils qui prêchèrent la vérité de l’Évangile dans le monde presque entier et dont beaucoup l’ont scellée de leur sang, les prières de tant de saints qui désirent ardemment avoir pour compagnons dans la gloire céleste les frères bien aimés de leur patrie, la piété généreuse de tant de ses fils qui, sans s’arrêter à aucun sacrifice, pourvoient à la dignité du clergé et à la splendeur du culte catholique, et, par-dessus tout, les gémissements de tant de petits enfants qui, devant les tabernacles, répandent leur âme dans les expressions que Dieu met sur leurs lèvres, appelleront certainement sur cette nation les miséricordes divines. Les fautes ne resteront pas impunies, mais elle ne périra jamais, la fille de tant de mérites, de tant de soupirs et de tant de larmes. Un jour viendra, et nous espérons qu’il n’est pas très éloigné, où la France, comme Saül sur le chemin de Damas, sera enveloppée d’une lumière céleste et entendra une voix qui lui répétera : «Ma fille, pourquoi me persécutes-tu ? »
Et sur sa réponse : «Qui es-tu Seigneur ?» la voix répliquera : «Je suis Jésus, que tu persécutes. Il t’est dur de regimber contre l’aiguillon, parce que, dans ton obstination, tu te ruines toi-même.» Et elle, tremblante et étonnée, dira : « Seigneur, que voulez-Vous que je fasse ?» Et Lui : «Lève-toi, lave-toi des souillures qui t’ont défigurée, réveille dans ton sein les sentiments assoupis et le pacte de notre alliance, et va, fille aînée de l’Église, nation prédestinée, vase d’élection, va porter, comme par le passé, Mon nom devant tous les peuples et devant les rois de la terre.»



L'auteur fait un commentaire rapide très élogieux de ce texte et je lui renvoie celui-ci:


Cher Ami,


Quelle consolation et quel encouragement devant la réponse de Monsieur Dominique Daguet. je vous remercie profondément de me l'avoir fait parvenir; c'est quelqu'un que j'aimerais bien rencontrer car nous avons incontestablement des choses à nous dire.
Lui avez-vous fait parvenir l'ouvrage sur le Grand-Monarque que j'ai traduit l'année dernière? Il en existe maintenant une édition définitive en PDF.

Je pense que l'avenir est là maintenant, et toute tentative humaine de reconstruction restera vaine. Effectivement, comme le dit Dominique Daguet, en évoquant hélas, les crimes commis par nos rois très chrétiens qui devaient garantir la foi et l'intégrité du royaume de France par les grâces d'état concédées par Dieu dans leurs sacres, par ces mêmes fautes ont permis l'abattement des calamités, qui doivent être interprétées comme des châtiments venant du ciel. Cela avait été déjà prédit par Saint Rémy le jour du baptême de Clovis avec ses soldats de retour de Tolbiac (Zülpich_Eiffel) à Reims, qui était aussi le jour de Noël. Ce royaume franc serait frappé très sévèrement s'il venait à prévariquer. C'est ce qui s'est passé après l'affaire d'Anagni et de la finance des templiers sous Philippe le Bel, même si les templiers avaient de grands tords. La branche directe capétienne fut pour la première fois privée de descendance directe, et suscita les intérêts anglais déjà très puissants. Ce fut la guerre de 100 ans, et le prétendant à la couronne de France n'était même plus convaincu qu'il était fils de Charles VI. Il fallut une intervention toute particulière du ciel, inédite dans l'histoire de l'ère chrétienne, par sainte Jeanne d'Arc, pour révéler que Charles VII était bien Roi de France. Le royaume de France en étant à sa dernière extrémité, et sans cette intervention, il n'avait humainement plus de raisons politiques d'exister, et Henry V de Lancastre d'Angleterre, monarque très brillant, semblait être la seule solution de continuité et pouvait par conséquent apporter la paix en construisant un grand royaume d'Angleterre.

C'est ce que J... L.. S......, que vous connaissez très bien et avec qui nous sommes retrouvés ensembles chez lui après cette mémorable audition à Annonay sous le thème de la musique traditionnelle chinoise en juin 2006, avec qui j'ai eu de nombreuses conversations, regrettait, mais je ne peux être d'accord avec lui, car c'est pécher contre l'espérance et manquer de foi, et heureusement qu'il n'en n'a pas été ainsi, car en venant, Sainte Jeanne d'Arc a permis, non seulement à ce que la France ne bascule pas dans l'anglicanisme, un siècle après, anglicanisme dont les idées sous-jacentes se faisaient sentir par le césarisme d'état, et qui influençaient les théologiens dans le schisme d'Avignon, mais aussi l'ensemble de l'Europe et du monde. Ainsi Sainte Jeanne d'Arc, par son œuvre et son sacrifice a retardé de 5 siècles le processus mondialiste en herbe directement inspiré plus tard par l'osmose anglicano-maçonnique qui est en passe de s'achever dans les années qui viennent et dont nous sommes malgré nous les témoins. (cf: les conférences remarquables du professeur en sciences politiques de Pierre Hillard, consultables sur internet).

Ces calamités resurgissent progressivement à partir de la réforme, et se développent particulièrement au XVIIIème siècle après le décès de Louis XIV. Sous son règne , il y eut beaucoup de scandales: financiers, moraux, maîtresses à la cour, intelligence avec le Grand-Turc (ce qui était devenu à tord une tradition politique depuis François Ier), refus ou en tous cas négligence d'arborer sur les armes de France le signe du sacré cœur demandé spécialement par Notre Seigneur Jésus Christ à sainte Marguerite Marie Allacoque, encouragements à Jean Sobievsky à ne pas participer au siège de Vienne contre les Ottomans qui campaient aux porte de cette ville et attendaient le moment favorable pour déferler sur l'Autriche, la Pologne, la Bohême et l'Allemagne et peut-être la France. A nouveau la descendance royale directe est mise à mal. Louis XIV perd ses enfants et petits enfants dans des épidémies. Le roi en est le seul survivant (notons sa naissance quasiment miraculeuse d'Anne d'Autriche, qui n'était plus en âge de procréer, et le règne de Louis XIV de loin le plus long de tous les règnes en France). Succession chaotique avec louis XV, privé aussi du règne de son fils, le grand dauphin, mort prématurément dans une épidémie de variole, scandalisé par l'attitude de son père avec les femmes concubines à la cour. Le petit fils Louis XVI, héritera de tout ce terrible passif, et terminera sacrifié comme l'on sait, ainsi que le dauphin Louis XVII dont les circonstances de sa disparition restent énigmatiques. Les héroïques Vendéens et Chouans tenteront l'impossible pour empêcher l'irréparable, malheureusement, ils ne réussirent à fédérer l'ensemble des chouanneries constituées de façon erratiques de par tout le royaume, ils furent abandonnés par le Comte d'Artois (futur Charles X, frère de Louis XVI) ne débarquant toujours pas d'Angleterre dans la presqu'île de Quiberon, qui aurait dû prendre la tête de cette armée. Etait-il au courant de la marche des Vendéens? Fut-il influencé par les Anglais pour ne pas intervenir? Ils furent défaits impitoyablement par les troupes de Hoche et massacrés. il est curieux de constater que la providence n'a pas garanti les Chouans-Vendéens de la victoire comme elle avait garanti Charles VII. La réponse, je pense, réside, en ce que les Français ne méritaient plus cette assistance. C'est un châtiment que nous vivons depuis deux siècles, et à en mesurer l'ampleur qui en est aujourd'hui presque à son paroxysme, il faut réaliser que de très graves péchés ont été commis de part et d'autre pendant au moins ces deux siècles, à commencer par le mépris de la mission posthume de Sainte Jeanne d'Arc. Ce ne sont pas les démonstrations cocardières du 1er mai qui peuvent lui être agréables, pas plus que celles du 8 mai correspondant à sa fête, qui est en définitive une véritable imposture fondée sur des intérêts laïcistes, athées et mondialistes le tout enrobé dans des mensonges criant vengeance vers le ciel, mais la conversion intime des cœurs. Le prix en est là avec prières et pénitences publiques. Mais le clergé aussi est devenu tiède, et il ne faut pas attendre grand chose de lui en l'état actuel. Il a lui aussi pactisé avec l'esprit du monde, et beaucoup de membres parmi lui vivent aveuglés. C'est ce que Notre Dame confiait à Maximin et Mélanie Calvat en 1854 à la Salette en disant que les prêtres deviendraient des cloaques d'impureté et que Rome deviendrait le siège de
l'Antéchrist.
   


Bonne soirée et bonne fête de l'Epiphanie dont la journée du 6 janvier devrait être fériée dans tout pays chrétien.
Bien amicalement.


Franravel


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Dim 12 Jan 2014, 13:22    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Merci cher Franravel pour cet échange qui remue de nombreux thèmes.

Interpréter les signes de l'Histoire n'est pas toujours aisé. Si l'épopée providentielle de Jeanne d'Arc est facile à comprendre du fait du dialogue évident qu'elle a eu avec le Ciel, il n'en est pas de même du reste.
Ainsi dire que dés Philippe Le Bel la France aurait payé la conduite de ses rois ne me semble pas aussi évident. Certes il y eut des successions difficiles, des dauphins périrent, la branche directe des Capétiens s'arrête, mais que dire de Louis, le fils aîné de Saint-Louis, éduqué pour le trône, qui meurt brusquement d'une dysenterie, laissant la place à son frère cadet, Philippe Le Hardi? Un roi médiocre.
La famille de Saint Louis connaît une véritable hécatombe qui n'épargne pas son successeur.
Quant à Philippe Le Bel, il est le petit-fils de Saint-Louis.
Si on dit que les malheurs de la France sont dus à la mauvaise conduite de ses rois, pourquoi la sainte conduite de Saint Louis, n'apporta-t-elle pas les récompenses qu'on aurait pu espérer ?
   
Il me semble que les voies de Dieu sont plus mystérieuses que cela.
   

On peut penser par contre que le royaume de France a été béni de Dieu jusqu'au XVIIIè siècle malgré d'importants remous, mais ensuite, la France, dans ses élites surtout, a choisi de se passer de Dieu et de ce fait, Dieu s'est retiré. En ce siècle les nobles et la bourgeoisie ont préféré délaisser la Religion pour se tourner vers la philosophie nouvelle et la Franc-maçonnerie. C'était très chic ! Même Louis XVI n'a pas fait appliquer la bulle du pape Clément XII "In Eminenti Apostolatus Specula" parue en 1738, condamnant la Franc-maçonnerie. On dit même qu'il aurait lui-même été initié. Je ne sais pas si c'est vrai. Louis XIV par contre a toujours défendu la religion catholique contre le protestantisme...

On peut spéculer beaucoup, l'Histoire est riche.

Pour en revenir à la manifestation du 26 janvier, j'ai trouvé très intéressantes les références à Saint-Thomas d'Aquin de Pierre-Julien. Il ne me semble pas que la conduite active en matière de politique puisse être codifiée avec précision, c'est un domaine qui dépend de son contexte. L'avantage de Saint-Thomas est d'être intemporel. Ses principes sont applicables à toutes les époques.

Mais comme le rappelle Henrick, avant le 26 janvier il y a le 21 janvier, date, non seulement de la mort de Louis XVI, mais surtout, mort du père, contestation de toute autorité transcendante.
Plus que le 14 juillet 1789, qui n'est qu'une émeute, le vrai début sans retour en arrière de la Révolution c'est la décapitation du Roi.
   


Dernière édition par Gentiloup le Dim 12 Jan 2014, 20:58; édité 1 fois
Revenir en haut
Pierre-Julien
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2012
Messages: 91
Localisation: York

MessagePosté le: Dim 12 Jan 2014, 20:31    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Cher Franravel

Comme je l'ai écrit plus haut dans ce file, on ne peut pas penser l'histoire à la manière dont la concevaient les grecs ou les romains. Je veux dire par-là qu'on ne peut la penser comme si Dieu était assis devant sa table de jeu d'échec à déplacer les pions représentant les acteurs de l'histoire.

L'ordre naturel du monde est conçu pour se suffire à lui-même et Dieu n'a pas normalement à y intervenir de manière miraculeuse, même s'il peut le faire. (En fait Dieu ne cesse jamais d'agir en maintenant l'ordre du monde dans l'Existence, ce qui réfuterait ceux qui penserait que je défendrai un certain "déïsme pseudo-philosophique" et non catholique. Il n'en est rien bien sur ! ).

Des auteurs comme Mgr Gaume ou pire encore, le Marquis de la Franquerie, sont exactement l'exemple d'une conception fidéïste et surnaturaliste de l'Histoire. Ils prétendent de fait que sans une intervention "surnaturelle" de Dieu, l'ordre naturel est incapable de "réussir". Pourtant l'ordre naturel et donc l'ordre politique (l'homme est naturellement un animal social et politique - st Thomas, De Regno) émanent directement de la volonté du Créateur. Cet ordre est divin : "il y a un ordre divin naturel et un autre surnaturel" - Julio Meinvielle (Conception catholique de la politique).

Nous parlons bien d'ordre naturel et d'ordre surnaturel. Nier que le premier se suffise à lui-même c'est dire que l'ordre naturel exige de par sa nature d'ordre naturel, un secour de l'ordre surnaturel.

Soit. Mais alors c'est nier la gratuité du surnaturel ! Puisque ce qui est exigé par une nature DOIT LUI ETRE CONFÉRÉ PAR DIEU :

« Quant à la créature, il lui est dû d’avoir ce qui est ordonné à elle, comme à l’homme d’avoir des mains… et ici encore Dieu accomplit la justice, quand il donne à chacun selon ce qui lui est dû selon ce que comporte sa nature. »[1]

C'est donc en substance une hérésie niant la gratuité de la Grâce. Au reste les fidéïstes ont été condamnés par l'Eglise : S. 3, c. 4 ; Denz., 1796


Revenir en haut
Quousque


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2013
Messages: 33

MessagePosté le: Dim 12 Jan 2014, 21:47    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Cher Pierre-Julien,


pensons que sainte Jeanne d'Arc (une apparitionniste et une surnaturaliste ?) faisait se confesser ses soldats avant la bataille. C'était bon pour leur salut éternel (ordre surnaturel) mais c'était aussi pour gagner les batailles: en cela, elle était surnaturaliste...


Je crois qu'il y a une omission dans ce qui est dit: le péché originel. Saint Thomas dit que nul ne peut avoir toutes les vertus sans la grâce: l'une d'entre elles, plusieurs, oui, mais pas toutes. L'ordre naturel est défectueux! L'ordre naturel ne se suffit plus, même s'il n'est pas entièrement détruit. Cependant, il faut bien user de tous les moyens naturels à notre disposition. Le Père Calmel reprend souvent ce point.


En politique, comment l'ordre naturel pourrait-il subsister quand le Prince de ce monde le gouverne et que la loi du grand nombre fait que le vice l'emporte sur la vertu? La loi du grand nombre est une loi de la nature, certes aléatoire par définition, mais qui régit nos démocrassies.


Je ne crois pas une seconde que le Bon Dieu permettra un redressement de la situation sans que l'on fasse appel à lui. Mais on peut faire appel à lui d'un point de vue naturel, en reconnaissant officiellement son existence et sa souveraineté et Dieu peut très bien accorder ses grâces actuelles, ses bénédictions temporelles. Je crois cependant qu'en France il faut demander plus: c'est mon avis et je le partage!


En ce temps de Noël, n'oublions pas que pour rétablir l'ordre naturel, il a fallu l'incarnation de Notre-Seigneur. Mais d'accord avec Pierre-Julien, l'ordre naturel conserve ses lois propres.


Revenir en haut
Stageiritès


Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2013
Messages: 19

MessagePosté le: Dim 12 Jan 2014, 22:02    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Les vertus ou la sainteté des protagonistes historiques ou politiques sont-ils la garantie de la pérennité du Bien Commun d’une nation ?



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Franravel
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2012
Messages: 36
Localisation: Monts du Lyonnais

MessagePosté le: Dim 12 Jan 2014, 22:15    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Cher Pierre Julien,
Je comprends bien ce que vous dites, mais dans mon intervention je faisais état d'un fait exceptionnel indéniable qui est l'intervention de sainte Jeanne d'Arc, comme fait unique dans l'histoire de l'aire chrétienne, d'ailleurs j'ai bien insisté la dessus.
J'ai bien conscience du problème surnaturaliste dans le milieux de la tradition qui conduit presque toujours vers l'apparitionisme, c'est à dire vers une théologie fondée sur les révélations privées et peut aboutir à une spiritualité qualifiée de mystico-dingo. Sur ce sujet, vous avez peut-être entendu parler du philosophe Joseph Mérel qui aborde très sérieusement le surnaturalisme dans "fascisme et monarchie" ainsi que dans le "manifeste de l'alliance St Michel" publié vers 2005-2006. Il a le grand mérite de mettre le naturel et le surnaturel à leur place. C'est ce que je m'efforce de faire, même si dans mes deux interventions, cet aspect d'équilibre ne saute pas aux yeux. Je crois qu'il faut effectivement bien le garder à l'esprit pour lire les auteurs que vous qualifiez peut-être à raison, mais sévèrement de surnaturalo-fideistes. Joseph Mérel évoque le Marquis de la Franquerie, que j'ai connu personnellement et qui est figure attachante tout comme celle de Jean Vaquié dont j'ai eu l'honneur de voiturer qui était un modèle d'équilibre, et parle de conception augustinienne du pouvoir, qui consiste à penser que la nature humaine étant très entachée des séquelles du péché originel, il vaut mieux laisser à Dieu les questions politiques. Il explique par là que le risque de cette pensée peut dériver vers l'esprit de démocratie chrétienne, c'est à dire vers un but complètement opposé à ce que nous pensons qui consiste à supporter puis à s'accommoder de l'intolérable. Il développe ensuite, à partir d'Aristote la conception que l'homme est un animal social, et considère que naturellement parlant, toute société humaine a besoin d'un chef, et que c'est Dieu en dernier lieu qui l'agrée. Il suppose le cas qui n'a jamais existé mais qui s'envisage virtuellement par l'absurde, de la pure nature humaine, c'est à dire conçu comme n'étant pas destinée à jouir dans l'éternité de la vision béatifique (ce cas est aussi abordé par le Cardinal Journet dans un ouvrage destiné à la grâce) pour montrer que toute société se structure naturellement d'elle-même. Cependant, cette idée que St Thomas d'Acquin connaissait, n'est pas retenue par lui; certainement par prudence, étant donné la grande propension de l'homme à glisser dans le naturalisme, et du scandale pouvant être déclenché auprès des âmes faibles. Je suis entièrement d'accord avec l'analyse de Joseph Mérel, mais aussi avec celle de Jean Jacques Stormay dans un opuscule qu'il avait consacré à la polémique très véhémente et très houleuse qui avait eu court entre Paul Sernine et Etienne Couvert entre 2003 et 2006. D'ailleurs par rapport à ce que vous venez de me dire, je crois que, à moins de ne pas avoir compris, vous l'êtes aussi par rapport à ce que l'ai lu de vos interventions.
C'est donc dans cette restriction mentale que je me suis exprimé.
Surnaturel oui, surnaturaliste pas plus que naturaliste, non. 


Revenir en haut
Stageiritès


Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2013
Messages: 19

MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014, 10:35    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Permettez-nous de revenir sur plusieurs points.
Citation de Franravel :
Voilà le vrai visage de la république, ce n'est pas, comme on nous l'a fait croire depuis des lustres, un type de gouvernement parmi d'autre, au sens où Saint Thomas d'Aquin l'envisageait d'après la république chez les Grecs ou les Romains, c'est une sorte de nouvelle religion qui concorde parfaitement à ce qu'en dénonçait à la fin du XIXème siècle, Charles Maurras dans son ouvrage "la démocratie religieuse".

On peu répondre :

Thomas d'Aquin n'est pas disciple d'Aristote. Sa science politique est un jugement universel et permanent sur le politique à travers les âges. Par contre il faut savoir traduire en vocabulaire politique (qui, rappelons-le, n'est pas fixé) de notre époque ce qu'il dit. Et plutôt que de partir des formes de gouvernement, mieux vaut partir de la finalité générale de la Cité, la Vie selon la Vertu. Actuellement c'est la Vie selon le Vice. Ceci dit, la dégénérescence des formes politiques est une conséquence obligée de la non-poursuite du bien commun politique. Et dans les trois formes de dégénérescence on trouve la "democratia", l'oligarchie et la tyrannie. Encore qu'aujourd'hui, la "démocratie religieuse" serait plutôt une oligarchie (ie les 4 ou 5 Etats confédérés).

Quousque écrit quant à lui :

Pensons que sainte Jeanne d'Arc (une apparitionniste et une surnaturaliste ?) faisait se confesser ses soldats avant la bataille. C'était bon pour leur salut éternel (ordre surnaturel) mais c'était aussi pour gagner les batailles: en cela, elle était surnaturaliste...
Je crois qu'il y a une omission dans ce qui est dit: le péché originel. Saint Thomas dit que nul ne peut avoir toutes les vertus sans la grâce: l'une d'entre elles, plusieurs, oui, mais pas toutes. L'ordre naturel est défectueux! L'ordre naturel ne se suffit plus, même s'il n'est pas entièrement détruit. Cependant, il faut bien user de tous les moyens naturels à notre disposition. Le Père Calmel reprend souvent ce point.
En politique, comment l'ordre naturel pourrait-il subsister quand le Prince de ce monde le gouverne et que la loi du grand nombre fait que le vice l'emporte sur la vertu? La loi du grand nombre est une loi de la nature, certes aléatoire par définition, mais qui régit nos démocrassies.

On peut répondre :
+ Jeanne d'Arc : Il n'y a pas si longtemps, par exemple avant le combat en Indochine française, les soldats se confessaient et assistaient à la Messe. Donc brandir ce genre d'argument en faveur de Jeanne est idiot. Du même genre : Elle chassait du camp les ribaudes. Belle affaire. Vous croyez que le légionnaire romain qui faisait ses trente bornes par jour, avec tout son matériel, emportait aussi sa concubine ?
+ L'ordre naturel n'est pas défectueux. Même Dieu ne peut le changer, c'est une doctrine élémentaire chez les catholiques :

« Donc, si l’ordre des choses est considéré comme dépendant de la cause première, alors Dieu ne peut rien faire contre cet ordre, car en ce cas il agirait contre sa prescience, ou sa volonté, ou sa bonté.[1] »

Par voie de conséquence, Dieu agit dans l’ordre naturel, indirectement, par les causes secondes :

Dieu « peut, par exemple, produire les effets des causes secondes sans leur concours, ou produire certains effets qui dépassent la puissance des causes secondes.[2] »

Par voie de conséquence, on peut dire que Quousque a une vision  jansénisante des conséquences du péché originel. 

+ Quousque : "Saint Thomas dit que nul ne peut avoir toutes les vertus sans la grâce: l'une d'entre elles, plusieurs, oui, mais pas toutes."

En ce qui concerne les vertus naturelles, ça tombe bien parce que justement le politique n'a pas en charge, quand on parle de la Vie selon la Vertu, de toutes les vertus . Il s'agit uniquement des vertus sociales dites aussi politiques (dixit l'aquinate : Ia IIae, q. 96, a. 2.) : force, tempérance, justice, prudence . Donc l'argument ne porte pas.


[1] Thomas d’Aquin st, ST, Ia, q 105, a 6.

[2] Thomas d’Aquin st, ST, Ia, q 105, a 6.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Quousque


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2013
Messages: 33

MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014, 11:06    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Pardon d'être idiot en défendant Jeanne avec ses propres arguments. Etre idiot, c'est aller contre l'ordre naturel: vous voyez bien qu'il est défectueux!


C'est paradoxal: Stageiritès se bat contre nos intelligences défectueuses... il risque d'en devenir janséniste! Bon courage!


Je crois qu'il y a confusion: l'ordre naturel pris comme l'ensemble des lois de la nature créée est voulu par Dieu. Dieu ne peut le changer. L'ordre naturel détourné de sa fin à cause de l'ignorance et de la malice, c'est le désordre, contre lequel Stageirirès ne cesse de se battre et que Dieu peut faire cesser.


Comprenez la distinction:
Le fonctionnement de notre intelligence et de notre volonté est dans l'ordre naturel.
Le fonctionnement de notre intelligence et de notre volonté est dans le désordre.


Revenir en haut
Stageiritès


Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2013
Messages: 19

MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014, 12:06    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Quousque,

Nous entendons bien que notre propos puisse paraitre complexe. Mais c'est parce que le Réel est complexe.
Lorsque vous tournez en calembour notre rapide exposé de certaines difficultés dogmatiques, le problème c'est que vous portez atteinte à une doctrine qui n'est pas une invention de Stageiritès.
Le Magistère s'est en effet régulièrement exprimé sur ce sujet. Sa complexité en fait l'un des points favoris des attaques hérétiques au cours de l'histoire de l'Eglise.
Nous vous encourageons donc à étudier d'avantage le sujet.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Quousque


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2013
Messages: 33

MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014, 14:28    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Stageiritès,


je ne tourne pas en calembour votre exposé: je veux qu'on s'entende sur l'ordre naturel. Comment rangez-vous la malice de la volonté qui est une conséquence du péché originel? N'entend-on pas parler de la nature déchue? Est-ce une mauvaise façon de parler? Quelle est donc la doctrine que je nie?


Je ne nie pas qu'un gouvernement qui aurait la science de la chose politique et la prudence aurait les effets bons escomptés (sauf impondérable), de rendre les hommes vertueux. Un saint n'est pas nécessaire pour gouverner et on entend souvent que la canonisation de saint Louis a pris en compte les vertus de chef qu'il a exercées: il n'est pas déclaré saint parce qu'il a été constaté qu'il disait tous les jours le rosaire.


Quand je dis que je ne crois pas que le Bon Dieu ne permettra pas un retour à l'ordre (de la vertu) sans une victoire de la grâce, ce n'est pas de foi, c'est ma conviction. Hollande, sans se convertir, embrasse la vertu (au lieu de la dernière...). A supposer qu'il ait réellement le pouvoir, il pourrait alors renverser la vapeur (et finies la voile et la vapeur... là ce sont des calembours, pardon). Ce qui me fait dire cela, c'est la pensée de la gloire de Dieu; mais peut-être que pour sa gloire, Dieu choisira l'ordre naturel seul pour renverser la Révolution. J'en doute et j'ai l'impression que c'est ce que vous me reprochez. Je crois que cet honneur sera réservé à Notre-Seigneur, vrai homme et vrai Dieu. Pour l'honneur final, il n'y a pas de doute, mais peut-être que Dieu rendra justice aussi à l'ordre naturel que vous défendez avec tant d'assiduité.


J'apprécie cependant ces rappels que vous nous faites, si ce n'est donc que vous me donnez parfois l'impression que vous regrettez les interventions divines.


De plus je suis surpris par votre dernière réponse: je voulais comprendre, et vous m'envoyez un argument d'autorité (avec certes un appel à l'étude: c'est entendu!).


(NB: Par ailleurs, s. Thomas dit que la loi peut prescrire les actes de n'importe quelle vertu, considérée dans son rapport au bien commun).


Revenir en haut
Pierre-Julien
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2012
Messages: 91
Localisation: York

MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014, 15:45    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Juste une remarque en passant rapidement.

Quelle joie de voir les interventions de Stageiritès ! Et merci à Franravel et Quosque pour ce débat !

Pour ce qui est d'un salut de la France par intervention divine c'est une idée valable, un futur possible. Mais, vu que cela est loin d'être certain, il faut agir comme si Dieu voulait se servir de nous, il faut agir en homme vertueux prêt à se sacrifier pour le Bien Commun Politique, prêt à "mouiller le maillot"
A très bientôt !


Revenir en haut
Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 1 049
Localisation: montagne

MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014, 21:24    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Pour la poursuite du bien commun: Rendez-vous à la Bastille!!!!!! Evil or Very Mad

Revenir en haut
Volmar


Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2014
Messages: 24

MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014, 22:04    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ? Répondre en citant

Pour apporter un petit éclairage à ce fil passionnant, voici un extrait du De Regno de Saint Thomas d'Aquin au sujet du tyran :

Il faut enfin se soucier, au cas où le roi tomberait dans la tyrannie, de la manière de s’y opposer.

Et certes, s’il n’y a pas excès de tyrannie, il est plus utile de tolérer pour un temps une tyrannie modérée, que d’être impliqué, en s’opposant au tyran, dans des dangers multiples, qui sont plus graves que la tyrannie elle-même. Il peut en effet arriver que ceux qui luttent contre le tyran ne puissent l’emporter sur lui, et qu’ainsi provoqué, le tyran sévisse avec plus de violence. Que si quelqu’un peut avoir le dessus contre le tyran, il s’ensuit souvent de très graves dissensions dans le peuple, soit pendant l’insurrection contre le tyran, soit qu’après son renversement, la multitude se sépare en factions à propos de l’organisation du gouvernement.

Il arrive aussi que parfois, tandis que la multitude chasse le tyran avec l’appui d’un certain homme, celui-ci, ayant reçu le pouvoir, s’empare de la tyran nie, et craignant de subir de la part d’un autre ce que lui-même a fait è autrui, il opprime ses sujets sous une servitude plus lourde. Il se produit en effet habituellement dans la tyrannie, que le nouveau tyran est plus insupportable que le précédent, puisqu’il ne supprime pas les anciennes charges, et que, dans la malice de son coeur, il en invente de nouvelles. C’est pourquoi, comme jadis les Syracusains désiraient tous la mort de Denys, une vieille femme priait continuelle ment pour qu’il reste sain et sauf et qu’il survive. Quand le tyran connut ceci, il lui demanda pourquoi elle agissait ainsi."Quand j’étais jeune fille, répondit celle-ci, comme nous avions à supporter un dur tyran, je désirais sa mort; puis, celui-ci tué, un autre lui succéda un pue plus dur; j’estimais aussi que la fin de sa domination serait d’un grand prix; nous t’eûmes comme troisième maître beaucoup plus importun. Ainsi, si tu était supprimé, un tyran pire que toi te succéderait."
 
Il n’appartient pas à une initiative personnelle de pouvoir tuer le tyran.
Mais, si cet excès de tyrannie est intolérable, il a paru à certains qu’il appartenait à la vertu d’hommes courageux de tuer le tyran et de s’exposer à des risques de mort pour la libération de la multitude 1; il y a même un exemple de ceci dans l’Ancien Testament (Juges III, 15 et suiv.). En effet un certain Aioth tua, en lui enfonçant son poignard dans la cuisse, Eglon, roi de Moab, qui opprimait le peuple de Dieu d’une lourde servitude, et il devient juge du peuple. Mais cela n’est pas conforme à l’enseignement des Apôtres. Saint Pierre, en effet, nous enseigne d’être respectueusement soumis non seulement aux maîtres bons et modérés, mais aussi à ceux qui sont difficiles (I Pierre II, 18): "C’est, en effet, une grâce, si, pour rendre témoignage à Dieu quel qu’un supporte des afflictions qui l’atteignent injustement." C’est pourquoi, alors que beaucoup d’empereurs romains persécutaient la foi du Christ d’une manière tyrannique, et qu’une grande multitude tant de nobles que d’hommes du peuple se convertissaient à la foi, ceux qui sont loués ne le sont pas pour avoir résisté, mais pour avoir supporté avec patience et courage la mort pour le Christ, comme il apparaît manifestement dans l’exemple de la sainte légion des Thébains. Et l’on doit juger qu’Aioth a tué un ennemi, plutôt qu’un tyran, chef de son peuple. C’est aussi pourquoi on lit dans l’Ancien Testament (IV, Rois XIV, 5-6) que ceux qui tuèrent Joas, roi de Juda, furent tués, quoique Joas se fût détourné du culte de Dieu, et que leurs fils furent épargnés selon le précepte de la loi.

Il serait, en effet, dangereux pour la multitude et pour ceux qui la dirigent, si, présumant d’eux-mêmes, certains se mettaient à tuer les gouvernants, même tyrans. Car, le plus souvent, ce sont les méchants plutôt que les bons qui s’exposent aux risques d’actions de ce genre. Or le commandement des rois n’est habituellement pas moins pesant aux méchants que celui des tyrans, parce que selon la sentence de Salomon (Prov. XX, 26): "Le roi sage met en fuite les impies." Une telle initiative privée (praesumptio) menacerait donc plus la multitude du danger de perdre un roi qu’elle ne lui apporterait le remède de supprimer un tyran.
 
C’est l’autorité publique qui doit supprimer le tyran.
Mais il semble que contre la cruauté des tyrans il vaut mieux agir par l’autorité publique que par la propre initiative privée de quelques-uns.
D’abord s’il est du droit d’une multitude de se donner un roi, cette multitude peut sans injustice destituer le roi qu’elle a institué ou réfréner son pou voir, s’il abuse tyranniquement du pouvoir royal. Et il ne faut pas penser qu’une telle multitude agisse avec infidélité en destituant le tyran, même si elle s’était auparavant soumise à lui pour toujours, parce que lui- même, en ne se comportant pas fidèlement dans le gouvernement de la multitude, comme l’exige le devoir d’un roi, a mérité que ses sujets ne conservassent pas leurs engagements envers lui.
Ainsi les Romains chassèrent de la royauté Tarquin le Superbe, qu’ils avaient pris pour roi, à cause de la tyrannie que lui et ses fils faisaient peser, et lui substituèrent un pouvoir moindre, le pouvoir consulaire. Ainsi encore comme Domitien, qui avait succédé à des empereurs très modérés, son père Vespasien et son frère Titus, exerçait la tyrannie, il fut mis à mort sur ordre du sénat romain, et par un sénatus-consulte toutes les lois que dans sa perversion, il avait décrétées pour les Romains furent justement et salutairement gouvernés. Ceci eut pour conséquence que le Bienheureux Jean l’Evangéliste, le disciple bien-aimé de Dieu, qui avait été relégué en exil dans l’île de Pathmos, par Domitien lui-même, fut renvoyé à Ephèse par un sénatus-consulte.
 
Il faut recourir à une autorité supérieure, s’il y a lieu.
Mais si le droit de pourvoir d’un roi la multitude revient à quelque supérieur, c’est de lui qu’il faut attendre un remède contre la perversion du tyran. Ainsi Archélaüs, qui avait commencé à régner en Judée à la place d’Hérode son père, imitait la méchanceté de celui-ci. Comme les Juifs avaient porté plainte contre lui auprès de César-Auguste, on diminua d’abord son pouvoir en le privant du titre de roi, et en divisant une moitié de son royaume entre ses deux frères; ensuite, comme, même ainsi, il ne faisait pas cesser sa tyrannie, il fut relégué en exil par Tibère Auguste à Lyon, cité de Gaule.
 
Il faut recourir à Dieu, qui a pouvoir sur le tyran.
Que si l’on ne peut absolument pas trouver de secours humain contre le tyran, il faut recourir au roi de tous, à Dieu, qui dans la tribulation secourt aux moments opportuns. Car il est en sa puissance de convertir à la mansuétude le coeur cruel du tyran, selon la sentence de Salomon (Prov. XXI, 1): "Le coeur du roi est dans la main de Dieu qui l’inclinera dans le sens qu’il voudra." C’est Lui, en effet, qui changea en mansuétude la cruauté du roi Assuérus qui se préparait à faire mourir les Juifs. C’est Lui qui a converti le cruel Nabuchodonosor au point d’en faire un héraut de la puissance divine. "Maintenant donc, dit-il, moi Nabuchodonosor, je loue, je magnifie et je glorifie le roi du ciel, parce que ses oeuvres sont vraies et parce que ses voies sont justes et qu’il peut humilier ceux qui marchent dans l’orgueil." (Daniel IV, 34). Quant aux tyrans qu’il juge indignes de conversion, il peut les supprimer ou les réduire à un état très bas, selon cette parole du Sage, dans l’Ecclésiastique (X, 17): "Dieu a détruit le trône des chefs orgueilleux et à leur place, il a installé des hommes doux." C’est Lui, en effet, qui, voyant l’affliction de son peuple en Egypte et entendant sa clameur, jeta à la mer le tyran Pharaon et son armée. C’est Lui qui, non seulement chassa du trône royal ce même Nabuchodonosor mentionné plus haut, auparavant plein d’orgueil, mais encore, l’ôtant de la société des hommes, Il le rendit semblable à une bête. Car son bras ne s’est pas raccourci, au point qu’Il ne puisse libérer son peuple des tyrans.

Il promet en effet à son peuple, par la voix d’Isaïe, qu’Il lui donnera le repos, en le retirant de la peine, de la confusion et de la dure servitude à laquelle il était auparavant soumis. Et il dit, par la voix d’Ezéchiel (XXXIV, 10): "Je délivrerai mon troupeau de leur gueule", c’est-à-dire de la gueule des pasteurs qui se paissent eux-mêmes. Mais, pour que le peuple mérite d’obtenir ce bienfait de Dieu, il doit se libérer du péché, parce que c’est pour la punition des péchés que les impies, par une permission divine, reçoivent le pouvoir, comme le dit le Seigneur par la bouche d’Osée (XIII, 11): "Je te donnerai un roi dans ma fureur", et., au livre de Job (XXXIV, 30), il est dit que Dieu "fait régner l’homme hypocrite à cause des péchés du peuple". Il faut donc ôter le péché, pour que cesse la plaie de la tyrannie. 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:38    Sujet du message: Et vous, vous faites quoi le 26 janvier prochain ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Page 2 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com