Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Pauvreté du pape et pauvreté du culte - Abbé Régis de Cacqueray

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aurore
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 15 Oct 2012
Messages: 191

MessagePosté le: Jeu 16 Jan 2014, 14:25    Sujet du message: Pauvreté du pape et pauvreté du culte - Abbé Régis de Cacqueray Répondre en citant

   Fideliter 217 - Pauvreté du pape et pauvreté du culte, abbé Régis de Cacqueray




Accès à Fideliter 217 de janvier-février 2014




Editorial du n° 217
   

   
Pauvreté du pape et pauvreté du culte,   
abbé Régis de Cacqueray   

   
   

   
L'esprit religieux a soif de la glorification de Dieu. La sainte Église catholique, qui possède à la perfection cet esprit de religion, en témoigne à travers ses cérémonies, ses messes solennelles et pontificales et toute sa liturgie où elle déploie des trésors de beauté. Tous les arts s'inclinent devant la face de Dieu, déversant ce qu'ils possèdent de plus ravissant. Rien n'est trop précieux pour Dieu et les dépenses élevées qui sont engagées pour concourir à la majesté du culte divin ne sont jamais là que pour rappeler aux hommes la grandeur infinie de celui à qui ils s'adressent.   

   
S'il est vrai que Notre-Seigneur Jésus- Christ lui-même a vécu dans une extrême pauvreté et dans le dépouillement, il nous a laissé, au cours de ses trois années de vie publique, de saisissantes exhortations pour nous apprendre la munificence qui convient au culte. Lorsque Judas murmure contre le geste de sainte Marie-Madeleine qui verse sur sa tête du Verbe incarné un parfum luxueux au prétexte qu'on aurait pu le vendre et en céder le prix aux pauvres, Notre-Seigneur prend la défense de l'ancienne pécheresse en déclarant qu'elle a bien fait, car il y aura toujours des pauvres sur la terre, tandis que lui ne se trouvera pas toujours visiblement parmi nous.   

   
Il est remarquable de considérer que le pape saint Pie X, humble fils du facteur de Riese et exemple de pauvreté tout au cours de son existence, ne s'est nullement trouvé incommodé par la pompe des ornements pontificaux qu'il revêtait et par les hommages qu'il recevait de toute la terre. Il savait distinguer entre sa personne privée et l'éminente dignité papale qui était la sienne. C'est en réalité sa grande humilité qui se réjouissait des fastes et des ors romains. Il renvoyait vers celui dont il n'était que le vicaire ces acclamations et cette vénération universelle.    

   
Dans son encyclique Pascendi, c'est avec justesse qu'il a dénoncé la confusion des modernistes. Ils prétendent que « L'autorité religieuse doit se dépouiller de tout cet appareil extérieur, de tous ces ornements pompeux par lesquels elle se donne comme en spectacle. » « Ils oublient – dit saint Pie X – que la religion, si elle appartient à l'âme proprement, n'y est pourtant pas confinée, et que l'honneur rendu à l'autorité rejaillit sur Jésus- Christ, qui l'a instituée.»   

   
Il est fort possible que le pape François, dans son existence quotidienne, vive dans la pauvreté et dans l'ascétisme. Nous ne le savons pas mais si tel est le cas, nous nous en réjouissons, mais ce n'est guère son mode de vie privée qui nous intéresse finalement. Le successeur de Pierre commet un terrible contresens de ne pas comprendre que les honneurs publics qu'il reçoit ne sont pas orientés vers sa personne mais vers le vicaire de Jésus-Christ, car « il est de l'essence du vicaire qu'il ne fasse qu'une seule et même personne hiérarchique avec celui qu'il représente, qu'il en exerce toute l'autorité sans la diviser et sans former au-dessous de lui un degré distinct » (dom Gréa).    

   
Ce n'est donc jamais à la papauté de s'accommoder aux hommes qui occupent successivement le trône de Pierre, mais c'est aux papes qu'il revient de l'épouser. Hélas, il est à craindre que le pape François, méconnaissant l'éminente dignité à laquelle il a été élevé, ne puisse en conséquence comprendre le déploiement des honneurs qui la célèbrent, et qui n'ont rien à voir avec la qualité personnelle du pontife. La papauté n'est pas à réinventer, mais à se perpétuer comme le Christ l'a établie.   

   
Abbé Régis de Cacqueray †, Supérieur du District de France                         


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 16 Jan 2014, 14:25    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Ven 17 Jan 2014, 11:43    Sujet du message: Les odeurs de la Rome Occupée Répondre en citant

   Les odeurs de Rome occupée - Editorial du Sel de la Terre n° 87 de l'hiver 2013-2014
Accès aux archives du Sel de la Terre sur La Porte Latine
Accès aux archives du Sel de la Terre n° 87 de l'hiver 2013-2014

Accès aux pages consacrées aux lectures proposées par La Porte Latine
Accès aux pages consacrées aux communautés religieuses traditionnelles
Accès aux archives des "notes de lecture" de La Porte Latine
Accès aux archives des revues de presse du monde de la Tradition
Accès aux bulletins et revues du monde de la Tradition

Vatican II - Rome et la FSSPX : sanctions, indults, Motu proprio, levée des excommunications, discussions doctrinales...


  

  
Les odeurs de Rome occupée
Editorial du Sel de la Terre n° 87 de l'hiver 2013-2014
  

Ce numéro du Sel de la terre rend hommage à Louis Veuillot, pour le bicentenaire de sa naissance (11 octobre 1813) et la cent trentième année de sa mort (7 avril 1883).   
Avant d'évoquer la figure et l'oeuvre du grand polémiste catholique et afin de les situer à leur juste place, nous voudrions indiquer brièvement ce qui nous paraît en être le fil directeur, l'idée centrale et dominante.  
J'ai abordé bien des sujets, j'ai essayé bien des formes : je n'ai eu qu'une idée, qu'un amour et qu'une colère, écrivait Veuillot en rééditant ses Libres-Penseurs (1). […] J'ai aimé l'Église qui est la suprême justice et j'ai haï l'impiété qui est la suprême iniquité, l'iniquité sociale. […] Quant aux haines personnelles, je les ignore. […] Toute espèce de haine me semble totalement ridicule, sauf une, qui est totalement abominable : la haine du bien !   
Tout Veuillot est dans cette déclaration. Il a voué sa vie à la vérité catholique, « la vraie vérité bien claire, bien authentique et bien pure de tout soupçon », comme il écrit à son frère. Si l'on veut comprendre son oeuvre, c'est avec ces phrases à la main qu'il faut y entrer.  
   
    
« On m'a enterré journaliste, je repousse brochurier »  

  
Pendant les sept ans où L'Univers fut interdit (1860-1867), Louis Veuillot ne resta pas inactif. Le gouvernement avait brisé sa plume de journaliste, il se tourna vers la brochure militante : « On m'a enterré journaliste, je repousse brochurier », écrivait-il à un de ses amis. Mais la brochure, genre intermédiaire entre l'article de journal et l'ouvrage achevé, ne satisfaisait en lui ni l'homme de presse, ni l'homme de lettres. Il se mit donc à écrire de vrais ouvrages et cette période marque l'apogée de l'écrivain.  
Quatre ouvrages dominent tous les autres, dans lesquels se résument le talent de l'écrivain et les convictions du lutteur catholique : la Vie de Notre-Seigneur Jésus-Christ (1864), où Veuillot a mis toute sa foi et sa ferveur pour répondre à l'impiété de la Vie de Jésus de Renan ; Le Parfum de Rome (1861), où s'exprime son amour de l'Église ; Les Odeurs de Paris (1866), satire des milieux parisiens dans laquelle il donne libre cours à sa verve et à son courroux ; Çà et Là (1859-1860), recueil de ses souvenirs et de ses amitiés, où Veuillot nous dévoile le meilleur de son coeur.  

  
De ces oeuvres maîtresses, c'est Le Parfum de Rome qui eut les préférences de l'écrivain : « Ce Parfum me plaît tant, et je l'ai toujours trouvé si bon qu'il m'a toujours paru digne d'être refait (2). » Il le refit deux fois en effet. Mais ce sont Les Odeurs de Paris qui connurent le plus grand succès, au point même que l'auteur en fut agacé et presque mécontent (3). En réalité, ces deux ouvrages s'opposent et se répondent, comme Veuillot l'explique lui-même dans la préface des Odeurs de Paris :  
J'ai fait un livre intitulé Le Parfum de Rome. Il m'a donné l'idée de ces Odeurs de Paris. Rome et Paris sont les deux têtes du monde, l'une spirituelle, l'autre charnelle. Paris, la tête charnelle, pense que le monde n'a plus besoin de Rome et que cette tête spirituelle, déjà supplantée, doit être abolie.  

  
Rome, Paris : c'est la transposition moderne du couple biblique Jérusalem-Babylone ; c'est le combat des deux cités, la cité de Dieu et la cité du Diable, la cité céleste et la cité terrestre. Chacune a son arôme : de Rome s'exhale un parfum suave, celui de la vérité, de la foi, de la grâce et de la sainteté ; de Paris montent les odeurs pestilentielles de la révolution orgueilleuse et sacrilège (4).  
Pendant que le parfum de Rome s'exhalait de mon âme embrasée d'admiration, de reconnaissance et d'amour, les odeurs de Paris me poursuivaient, me persécutaient, m'insultaient. Je voyais l'impudence de l'orgueil ignorant et triomphant, j'entendais le ricanement de la sottise, l'emportement plus stupide du blasphème, les odieux balbutiements de l'hypocrisie. Je méditais de mettre en présence la ville de l'esprit, qui va périr, et la ville de la chair qui la tue (5).  

  
Le livre parut en 1866, alors que se précisait le dessein gouvernemental de retirer les troupes françaises stationnées à Rome pour défendre les États Pontificaux. « C'est tout à l'heure que, par l'abandon de Rome aux bêtes farouches de l'Italie, lupi rapaces, l'apostasie des nations catholiques tacitement opérée, sera officiellement proclamée.»  
   
    
Respirons quelques instants le parfum de Rome.  

  
Respirons quelques instants le parfum de Rome.  
Veuillot, par la bouche de Fra Gaudenzio, personnage qu'il a imaginé pour le guider, lui et son lecteur, dans sa visite de Rome, évoque les grandes heures de Rome… et de la France, quand celle-ci était soumise à la papauté et tenait sa place de fille aînée de l'Église :  

  
Vous savez, dit Fra Gaudenzio, que nous sommes sur le cirque de Néron. Ici ont retenti les aboiements des chiens de Néron, poursuivant les chrétiens couverts de peaux de bête ; ici Néron a guidé son char à la lueur que projetaient les martyrs brûlés vivants. Ainsi Néron amusait son peuple et servait ses dieux. Ce pavé recouvre une terre aussi sainte que les autels. Un jour, notre Pie V ramassa une poignée de cette poussière et la remit à un ambassadeur qui lui demandait des reliques. Lorsque l'ambassadeur ouvrit le linge où il croyait n'avoir apporté que de la poussière, il y trouva du sang. Troublé de joie, il vint en informer le pape. Le saint, dont la foi avait ressuscité ce sang desséché depuis quinze siècles, répondit qu'il savait que le sol du Vatican était saturé du sang des martyrs. A cause de cela, il en avait banni les jeux publics.  

  
Pierre a été crucifié dans le cirque de Néron, non loin du lieu où les fidèles ont creusé sa tombe. Je le crois par des raisons qui ne relèvent pas des archéologues. Le bourreau qui a planté le gibet de l'apôtre a posé la première pierre du Vatican. Oh ! que cette terre est précieuse ! Oh ! que d'ardentes prières d'ici se sont envolées vers Dieu !  

  
Il a vécu là, notre Pie V, cet homme fait à la taille de la croix royale, ce dernier de la race des géants. D'une fenêtre de ce palais, dans cet espace de l'azur, Pie V lut le bulletin de Lépante. Ses conseillers étudiaient les chances menaçantes de la guerre ; il regardait le ciel. — « Dieu, dit-il, nous a donné la victoire. » En ce moment la flotte catholique dispersait la flotte ennemie, et l'islamisme perdait la mer.  

  
Dans ce palais furent réglées les destinées de la France, lorsque notre Sixte-Quint, exigeant l'abjuration de Henri IV, empêcha que la France ne devînt protestant ou espagnole. Et si Henri avait été digne de Sixte, il n'y aurait plus d'Angleterre.  
Ici notre Innocent XI lutta contre Louis XIV et mourut victorieux. Sans lui, l'hérésie royale envahissait la France ; le but de la Révolution était atteint de la main de vos rois, du consentement de vos évêques. Vous glissiez dans le schisme, vous deveniez je ne sais quoi, mais vous n'étiez plus la France.  

  
De ce seuil fut enlevé Pie VI, et il ne revint pas ; mais Pie VII revint trois fois sur les bras de la force incrédule. Il vit Dieu appliquer le talion : pour les cinq années de Fontainebleau, les cinq années de Sainte-Hélène. Or, Fontainebleau n'était qu'une prison, mais Sainte-Hélène fut une tombe.  

  
Ici est revenu Pie IX. Nous voyons quelles conjurations se nouent pour l'enlever de nouveau. Il restera, ou il reviendra, ou le Vatican croulera et broiera le monde. Les pierres du Vatican détruit rouleront par le monde renversant les trônes, les maisons et les tombeaux. De ces débris, Dieu lapidera la race humaine.  

  
Car la révolution veut détruire Rome et l'Église et, à l'heure où Veuillot écrit, il semble qu'elle soit sur le point de réussir. En rédigeant ces lignes, Veuillot pensait évidemment à la prise de Rome et des États Pontificaux par les Garibaldiens et les Piémontais. Mais on ne peut s'empêcher de penser qu'il est en quelque manière prophète, car ce qu'il dit de la ruine matérielle de Rome s'applique encore mieux à la Rome spirituelle. Sans doute, avec un pontife comme Pie IX, il pouvait difficilement imaginer la crise dans l'Église, Vatican II et ses réformes, un pape servant les desseins de la franc-maçonnerie, une révolution « en tiare et en chape » venue de l'intérieur… Pourtant, moins de quinze ans auparavant, Notre-Dame n'avait-elle pas prédit à La Salette : « Rome perdra la foi » ? Quoi qu'il en soit, avec le recul du temps, la conjuration garibaldienne contre Rome et le pape nous apparaît comme une préfiguration du bouleversement conciliaire actuel, et nous faisons nôtre la prière ardente qui monte des lèvres de Fra Gaudenzio :  
Quand cette demeure [c'est-à-dire Rome] périra, il n'y aura plus de demeures. Il restera des casernes, des prisons, des bouges pompeux ; mais plus de foyers, plus de lieu où l'homme possède une couche honorée et puisse abriter un berceau : et bientôt les asiles immondes où se sera réfugiée une humanité avilie s'affaisseront sur elle. C'est alors que les hommes se disputeront l'abri des rochers  et s'entretueront à l'entrée des tanières ; mais les rochers tomberont pour les écraser et les tanières les vomiront dehors ; et ceux qui auront trouvé une sépulture seront vomis du sépulcre. La terre est la créature de Dieu : elle ne voudra plus abriter cette race qui aura rejeté le Fils de Dieu.  

  
Quoi ! Celui qui a racheté l'humanité au prix de la croix, le Maître de toutes choses sera banni de ce monde qu'il a créé ! Quoi ! pas un coin de terre qui soit à lui, pas une pierre où reposer sa tête ! Ils auront fait cela ; ils lui auront dit : — Va-t'en de notre domaine ! va-t'en dans ton ciel, si tu es Dieu ! […]  

  
Déjà toutes les créatures gémissent du péché de l'homme qui a détruit leur beauté première : elles élèveront la voix vers Dieu unanimement. Elles lui diront : — Seigneur, c'est assez ! mettez fin à notre honte. Car nous sommes les oeuvres de vos mains, et nous avons été créées pour vous rendre témoignage, et vous nous avez donné une voix qui publie vos grandeurs, et que l'espèce humaine a entendue longtemps ; mais voici que notre langage n'est plus écouté. […]  

  
Seigneur, pourquoi le pain et le vin sur cette terre, où désormais vous n'avez plus de sacrifices ? Pourquoi l'huile, lorsqu'il n'y a plus d'onctions ? Pourquoi l'encens et la cire, quand les feux du sanctuaire sont éteints ! Pourquoi des fleurs, quand Marie n'a plus de fêtes ? Pourquoi la terre, quand vous n'y habitez plus ? Pourquoi les hommes, quand le ciel ne recueille plus de saints ? Maintenant que la prière légitime ne traverse plus en chantant les sphères inférieures pour monter jusqu'à vous, toute cette vaste machine du monde, que vous aviez créée si parfaite, n'est plus consolée du désordre qu'y a jeté l'ennemi. Elle souffre et se lamente et crie vers vous. Seigneur, vos créatures sont fatiguées et vous demandent leur repos ! […]  

  
Écoutez vos anges désolés et qui reviennent les mains vides ; écoutez vos saints indignés qui ont jugé le monde ; écoutez Marie qui demande à écraser la tête du serpent ; écoutez le peu de justes, tremblants, qui restent encore dans ce creux d'infâmes misères et qui demandent à mourir !  
   
Les « odeurs de Rome », ou plutôt, des odeurs de Rome occupée  

  
C'est la même plainte frémissante, ce sont les mêmes accents indignés et suppliants qui nous viennent au spectacle de la « Rome de tendance néo-moderniste et néo-protestante » qui occupe aujourd'hui l'Église, et qui a chassé « la Rome catholique, gardienne de la foi catholique […], la Rome éternelle, maîtresse de sagesse et de vérité (6) ».  

  
En plagiant les expressions de Veuillot, on pourrait parler désormais des « odeurs de Rome », ou plutôt, des odeurs de Rome occupée. Le présent numéro du Sel de la terre en donne encore maints exemples. Le combat des deux cités s'est transporté dans Rome.  

  
Mgr Lefebvre, le 4 septembre 1987, dans une conférence pathétique donnée au séminaire d'Écône, le disait à ses prêtres en ces termes :  

  
Alors, je lui ai dit : « Pour nous, le Christ c'est tout ; Notre-Seigneur Jésus-Christ c'est tout, c'est notre vie. L'Église, c'est Notre-Seigneur Jésus-Christ, c'est son épouse mystique. Le prêtre, c'est un autre Christ ; sa messe, c'est le sacrifice de Jésus-Christ et le triomphe de Jésus-Christ par la croix. Notre séminaire : on y apprend à aimer le Christ, et on est tout tendu vers le règne de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Notre apostolat, c'est le règne de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Voilà ce que nous sommes. Et vous, vous faites le contraire. Vous venez de me dire que la société ne doit pas être chrétienne, ne peut pas être chrétienne ; que c'est contre sa nature ! Vous venez de vouloir me prouver que Notre-Seigneur Jésus-Christ ne peut pas et ne doit pas régner dans les sociétés !  

  
  

  
En veut-on un témoignage récent ? Il se passe de commentaires, il parle de lui-même. Recevant des jeunes mariés (et en quelle tenue !), le pape François s'est abaissé à faire le clown avec eux, à la grande joie des médias qu'une telle vulgarité (c'est le mot juste) fait jubiler. Que reste-t-il de la dignité du vicaire de Notre-Seigneur Jésus-Christ ? On a honte de montrer cela, et pourtant ce sont les faits. Ce sont les « odeurs » de Rome occupée (7)…  
   
C'est de Rome, c'est par Rome et c'est à Rome que viendra le salut  

  
Et pourtant, c'est de Rome, c'est par Rome et c'est à Rome que viendra le salut. Quand, comment ? C'est le secret de Dieu.  
Mais Veuillot le notait déjà : « Ici est le noeud de tout… Il faudra rebâtir le Vatican démoli, ou périr. »  

  
J'arrive d'une longue course à travers le monde, civilisé et barbare. Je reviens du Midi et du Nord, du Levant, et du Couchant. Je crois savoir ce qu'il y dans le monde à l'heure qu'il est. Ici tout m'est apparu. Ici est le noeud de tout. Ils ourdissent bien des complots, par là-bas. Il y a des têtes infernales, auxquelles obéissent des masses dégradées. Ce que les chefs se proposent, je le sais. Tous leurs efforts convergent ici. Ce qu'ils obtiendront, Dieu le sait ; mais c'est ici qu'est Dieu.  

  
Il est ici, il n'est qu'ici ; et j'atteste que, s'il se laisse chasser d'ici, il pourra consentir à passer, mais non à s'établir ailleurs. Il a choisi ce lieu ; il n'acceptera pas plus une autre demeure que ses adversaires ne réussiront à créer un autre Dieu. Il y aura – ne donnez à mes paroles qu'un sens compatible avec la foi – il y aura vacance, interruption visible du règne visible de Dieu.  
Et ce que je veux dire, – car je ne prétends rien savoir de la durée ou de la fin du monde, et l'on peut voir un jour descendre de cheval, sur cette place, un Charlemagne aussi bien qu'un Attila ; – ce que je veux dire, c'est qu'il faudra rebâtir à cette place le Vatican démoli, ou périr (8).  

  
Sources : Le Sel de la Terre n° 87/LPL pour les intertitres  
   
  
   
Citation:
Avertissement



Ces articles sont parus dans la revue Le Sel de la terre nº 87 (Hiver 2013-2014).
La revue paraît 4 fois par an (200 et quelques pages pour chaque numéro) et contient des articles de doctrine, de vie spirituelle, de civilisation chrétienne, des recensions, des « Nouvelles de Rome », des informations et commentaires, etc.
L’abonnement est modique : 48 euros pour la France.


Pour vous abonner : seldelaterre@wanadoo.fr
ou par courrier :

Le Sel de la terre
6, Allée Saint-Dominique
49240 Avrillé
 02 41 69 20 06
 09 72 14 46 17


Vous pouvez aussi commander des numéros par internet à :

http://www.seldelaterre.fr/CT-1170-revue.aspx

  

La Porte Latine


Revenir en haut
Cadoudal
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2012
Messages: 542
Localisation: ILE DE FRANCE

MessagePosté le: Ven 17 Jan 2014, 11:56    Sujet du message: Pauvreté du pape et pauvreté du culte - Abbé Régis de Cacqueray Répondre en citant

pauvreté du pape ?


pauvre pape déguisé en Coluche, en pitre professionnel.


pauvre peuple chrétien dirigé par cette nullité  mal élevée.


Revenir en haut
Vladimir
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2012
Messages: 105

MessagePosté le: Ven 17 Jan 2014, 17:47    Sujet du message: Pauvreté du pape et pauvreté du culte - Abbé Régis de Cacqueray Répondre en citant



 
Citation:
 Les pierres du Vatican détruit rouleront par le monde renversant les trônes, les maisons et les tombeaux. De ces débris, Dieu lapidera la race humaine.  Louis Veuillot - Les odeurs de Rome



Aïe! Ça fait mal!   les débris du Vatican!


Louis Veuillot à la verve si plaisante a été un peu prophète. Pie IX est revenu mais d'autres ont chassé la religion catholique du Vatican et Dieu lapide la pauvre humanité pécheresse avec les débris du Vatican, même si les pierres sont toujours à leur place, la pierre d'angle spirituelle a sauté.


Ces odeurs de la Rome de la deuxième partie du XIXè siècle sont sensiblement contemproraines de la prophétie de Léon XIII:


"Mais il fut jeté, ce grand dragon, l'antique serpent, celui qu'on appelle le diable et Satan, celui qui égare le monde entier ; et il fut jeté sur la terre, et ses anges furent jetés avec lui (Apoc. 12, 8-9). Voilà que cet antique ennemi et homicide s'est dressé avec véhémence. Déguisé en ange de lumière, avec toute la horde des mauvais esprits, il parcourt et envahit la terre profondément, afin d'y effacer le nom de Dieu et de Son Christ, et de voler, tuer et perdre de la mort éternelle les âmes destinées à la couronne de la gloire éternelle. 


Le poison de sa malice, comme un fleuve répugnant, le dragon malfaisant le fait couler dans des hommes à l'esprit dépravé et au cœur corrompu ; esprit de mensonge, d'impiété et de blasphème ; et souffle mortel de la luxure et de tous les vices et iniquités. - L'Église, épouse de l'Agneau immaculé, des ennemis très rusés l'ont saturée d'amertume et abreuvée d'absinthe ; ils ont porté leurs mains impies sur tout ce qu'elle a de plus précieux. Là où a été établi le Siège du bienheureux Pierre et la Chaire de la Vérité pour la lumière des nations, là ils ont posé le trône de l'abomination de leur impiété ; de sorte qu'en frappant le Pasteur, ils puissent aussi disperser le troupeau."


Revenir en haut
Laudate Mariam


Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2013
Messages: 11

MessagePosté le: Ven 17 Jan 2014, 19:35    Sujet du message: Pauvreté du pape et pauvreté du culte - Abbé Régis de Cacqueray Répondre en citant

François économise sur l'apparat liturgique, mais il ne compte pas pour tout le reste, surtout pas de cathos!  (article de Sandro Magister)

Revenir en haut
le sommelier
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 07 Oct 2012
Messages: 78

MessagePosté le: Ven 17 Jan 2014, 22:36    Sujet du message: Pauvreté du pape et pauvreté du culte - Abbé Régis de Cacqueray Répondre en citant

Voila une réponse au "guignol au nez rouge " , expert en cinéma , théâtre , farces et attrapes nigauds , cotillons et confettis :


Une petite cloche, qu'on ne voyait pas, vint à tinter tout près de là. Ce n'était pas la faible clochette d'une de ces mousseuses chapelles d'ermite, bâties jadis dans les profondeurs des bois, car les églises ne se rouvraient point encore. C'était la tinterelle de quelque hutte de sabotier qui marquait les heures et la fin du travail et de la journée. Mais pour Marie Hecquet, cette femme antique, restée ferme de cœur dans la religion de ses pères et dans les souvenirs de son berceau, ces sept heures sonnant, n'importe où, étaient demeurées l'heure bénie qui descendait autrefois des clochers, à présent muets, dans les campagnes, et qui conviaient à la prière du soir. Aussi, dès qu'elle les entendit, elle laissa retomber au fond du baquet les linges qu'elle tordait et qu'elle allait étendre au noisetier voisin, et portant sa vieille main mouillée à ce front jaune comme le buis aux yeux des hommes, mais pur comme l'or aux yeux de Dieu, elle se mit, la noble bonne femme, à réciter son Angélus.


Jules Barbey d'Aurevilly, L'Ensorcelée


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:12    Sujet du message: Pauvreté du pape et pauvreté du culte - Abbé Régis de Cacqueray

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com