Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
InDominoSperavi
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2012
Messages: 318
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 28 Juil 2012, 16:49    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ? Répondre en citant


Qui est l’abbé Luigi Villa ? 
 
extraits de l’article de l’ingénieur Franco Adessa. 

La vie de ce prêtre est un véritable roman-feuilleton : chasse à l’homme, mission spéciale reçue du ciel et validée par Padre Pio et Pie XII, enquêtes policières, sept tentatives d’assassinat sur sa personne... Cet article contient de larges extraits du document suivant (64 pages) que vous pouvez télécharger ici : 

 
 J’ai découvert l’existence de l’abbé Villa en préparant mes articles sur les papes. C’est un spécialiste de Paul VI et des papes qui ont suivi. Je m’inspirerai abondamment de ses écrits. J’ai vu que l’un de ses livres était conseillé par Avrillé et j’ai vu également qu’Epiphanius écrivait parfois avec lui dans sa revue.


Il est indispensable de connaître ce prêtre pour ensuite considérer le poids de ses avis sur les papes que nous allons étudier...


NB : J’ai ajouté des intertitres pour faciliter la lecture.


« [L'abbé Luigi Villa est ] né à Lecco, le 3 février 1918, Luigi Villa, après avoir accompli ses études de gymnase, lycée et de théologie, fut ordonné prêtre le 28 juin 1942. Il s’occupait avec succès de la formation des jeunes. »


Pourchassé pendant la guerre :

« Ce fut justement son lien avec les jeunes et l’influence qu’il exerçait sur eux qui lui valut une condamnation à mort. En effet, le hiérarque fasciste Ministre de la Justice, Roberto Farinacci, émit une condamnation à mort contre lui. La motivation était la suivante: «Le Père Luigi Villa, on ne sait pas trop qui c’est; il semble envoyé par le temps pour soulever les jeunes contre la République». L’exécution de la fusillade n’eut pas lieu grâce à un “mouchardage” fait par un employé du Ministère de la Justice qui, en secret et en toute hâte, avertit un confrère de l’abbé Villa, le Père Ceccarini – qui vivait auprès de l’Institut Combonien de Crema avec l’Abbé Villa – pour qu’il s’enfuie.

Ainsi, l’abbé Villa passa par une fenêtre et se sauva, au moment même où arrivait la jeep avec les six soldats en armes du peloton d’exécution. Cette condamnation pesa sur l’abbé Villa pendant toute la durée de la République de Salò; il eut toujours autour de lui une atmosphère de situation provisoire et une menace permanente qui seulement avec la fin de la guerre, le 25 juillet 1945, marqua sa libération de ce cauchemar! Pendant la guerre, l’abbé Villa se prodigua aussi pour libérer des familles entières de juifs. En effet, en obéissance aux dispositions de Pie XII, l’abbé Villa mit à l’abri 57 juifs, en trois voyages sur les montagnes à la frontière entre l’Italie et la Suisse, risquant la vie à chaque voyage. »


Un ange lui apparaît :


«  Un de ses amis, l’abbé Berni voulut que l’abbé Villa l’accompagnât à San Giovanni Rotondo. Arrivés sur place, l’abbé Berni lui demanda de l’attendre, tandis qu’il allait à l’hôtel “Santa Maria” commander le déjeuner. L’abbé Villa alla alors prier dans la petite église du Couvent. L’église était vide et il s’agenouilla dans un des bancs. Tout à coup, il perçut une présence et se retourna. À côté de lui, il y avait un jeune homme, extraordinairement beau qui lui demanda: «Voulez-vous rencontrer Padre Pio?». «Non!» répondit l’abbé Villa, mais l’autre insista: «Allez, allez seulement, Padre Pio vous attend!». L’abbé Villa se tourna vers la personne qui venait de lui parler, mais à côté de lui, il n’y avait plus personne. La personne qui avait prononcé ces mots avait disparu! 

Padre Pio lui confie une mission : défendre l’Eglise contre la Franc-maçonnerie écclésiastique :

 « Alors, il entra dans le couvent et monta vers l’endroit où est la cellule de Padre Pio, il sentit un parfum intense de fleurs et le communiqua à un moine qui passait et qui lui dit: «Bon signe, bon signe!» ajoutant que Padre Pio serait vite de retour dans sa cellule. Pendant l’attente, l’abbé Villa écrivit sur un calepin 12 questions qu’il entendait poser au moine. Peu après, il vit s’ouvrir la porte qui était au fond de l’escalier de la sacristie. À peine entré, Padre Pio le regarda (il était au fond du couloir étroit, à une vingtaine de mètres) et dit: «Que faites-vous ici, père Villa?», puis il s’achemina jusqu’à sa petite chambre, N° 5, où il entra avec les deux médecins qui le suivaient. Mais au bout de quelques minutes, les médecins une fois sortis, Padre Pio appela l’abbé Villa et le fit entrer dans sa cellule. Et là, il répondit aux 12 questions et lui parla pendant plus d’une demi-heure, lui donnant une tâche à accomplir: dédier toute sa vie à défendre l’Église du Christ contre l’oeuvre de la Francmaçonnerie, surtout  écclésiastique. L’abbé Villa demeura perplexe et dit: «Mais je ne suis pas préparé pour une telle tâche; en outre, je devrais être protégé par un évêque. Padre Pio l’interrompit et lui dit: «Va trouverl’évêque de Chieti et lui te dira ce qu’il faut faire». Deux jours plus tard, l’abbé Villa partit de Bari et se rendit chez Mgr Giambattista Bosio. L’évêque lui demanda: «Pourquoi es-tu ici?». L’abbé Villa répondit: «Padre Pio m’a dit de venir vous trouver» et lui expliqua les motifs. À la fin Mgr Bosio lui dit: «C’est impossible parce qu’un évêque n’a d’autorité que dans son diocèse et ton programme est bien plus ample! De toutes manières, puisque c’est Padre Pio qui te l’a dit, lui que je n’ai jamais vu ni connu, j’irai à Rome pour un éclaircissement».


Une mission approuvée par Pie XII :


«  En effet, Mgr Bosio se rendit chez le Secrétaire d’État, le cardinal Domenico Tardini pour lui parler de la mission que l’abbé Villa avait reçu de Padre Pio. Le cardinal se montra tout de suite contraire, disant qu’une telle tâche n’était réservée qu’aux hauts  niveaux de l’Église et non à un simple prêtre. Toutefois, ayant entendu dire qu’un tel projet venait de Padre Pio, il dit qu’il en parlerait au Saint Père. Ce qu’il fit. Lorsque Mgr Bosio revint chez le cardinal Tardini, ce dernier lui référa que Pie XII avait approuvé la mission confiée par le Padre Pio à l’abbé Villa, mettant cependant deux conditions: l’abbé Villa devait se licencier en théologie dogmatique et en outre il devait être confié à la direction du card. Alfredo Ottaviani, Préfet du Saint Office, du card. Pietro Parente et du card. Pietro Palazzi. Ces Cardinaux devaient le guider et le mettre au courant de tant de secrets de l’Église se rapportant à ce mandat papal.


Mise en garde de Mgr Bosio :


«  Mgr Bosio transmit à l’abbé Villa les “conditions” de Pie XII, mais pour sa part, il en ajouta une: «J’accepte la charge d’être ton évêque, mais je te dis: n’aie jamais rien à faire avec Montini!»[ndlr : futur Paul VI]. Frappé par la dureté de ces paroles, l’abbé Villa demanda: «Mais qui est Montini?». Mgr Bosio répondit: «Je te donne un exemple: je suis de ce côté de la table et toi de l’autre. De ce côté, il y a Mgr Giambattista Montini; de l’autre, le reste de l’humanité!». Notons que les familles Montini et Bosio étaient toutes les deux résidentes à Concesio (près de Brescia). Donc la famille Bosio connaissait bien Montini. Après cela, Mgr Bosio, par un décret du 6 mai 1957, incardina secrètement l’abbé Villa dans le diocèse de Chieti. L’abbé Villa s’inscrivit alors à l’Université de Fribourg en Suisse, où il se “licencia” en théologie en juillet 1963. Par la suite il se licencia à  l’Université du Latran, à Rome le 28 avril 1971.


Deuxième rencontre avec Padre Pio :

 Pendant la  seconde moitié de 1963, l’abbé Villa eut la deuxième  rencontre avec Padre Pio. À peine il le vit, Padre Pio lui dit: «Ça fait bien longtemps que je t’attendais! » et il se plaignit de la lenteur avec laquelle l’abbé Villa procédait dans la mission qui lui avait été confiée. À la fin de la rencontre, Padre Pio embrassa l’abbé Villa et lui dit: «Courage, courage, courage! parce que l’Église est déjà envahie par la Franc- maçonnerie», ajoutant: «La Franc-maçonnerie est déjà arrivée aux pantoufles du Pape». (c’est à dire Paul VI à l’époque).[ndlr : Padre Pio affirme donc que Paul VI est franc-maçon.]


Agent secret


Durant toute ces années, l’abbé Villa travailla comme agent secret du card. Ottaviani, avec la spécialité de documenter l’appartenance à la Francmaçonnerie de hauts Prélats de  l’Église Catholique et de s’occuper de certaines questions délicates de l’Église. Ce rôle fit de l’abbé Villa une personne

familière et très connue des Bureaux de la Police, des  Préfectures de Police et d’autres Agences d’Investigation

Générales et d’Opération Spéciales. Lorsqu’en septembre 1978, pendant le bref pontificat du Pape Luciani, la “Liste Pecorelli” apparut sur “OP” (Osservatore Politico), la Revue de l’avocat Mino Pecorelli, l’abbé Villa ne fut certes pas beaucoup surpris d’y lire bien des noms de ces hauts Prélats

que déjà auparavant, il avait fait éloigner de leurs sièges, ayant fourni au Saint Office les documents de leur appartenance

à la Franc-maçonnerie. L’un des cas les plus illustres fut celui

du card. Joseph Suenens, chassé de son siège de Bruxelles parce que franc-maçon, avec une amante et un fils qui s’appelait Paul! »


Premier attentat physique :

« Un autre cas “douloureux” fut celui du card. Achille Liénart. À Paris, tandis qu’il attendait tout près d’une Loge maçonnique, l’homme qui devait lui confirmer l’existence de documents

qui attestaient l’appartenance du card. Liénart à la Franc-maçonnerie, l’abbé Villa vit tout à coup venir à sa rencontre un jeune homme qui, l’attaquant, lui décocha un coup de poing “ferré” en plein visage, en criant: «Il existe un diable sur cette terre!». L’abbé Villa se réveilla dans une pharmacie,

la bouche en sang, la mâchoire brisée et sans plus une dent dans la bouche.

(...)

L’amitié de Pie XII :

« Un jour, l’abbé Villa demanda et obtint tout de suite une audience avec le Saint Père, l’Angélique Pie XII. Elle se passa dans une salle grandiose comble. Ayant fait appeler l’abbé Villa

et se trouvant face à face avec lui, après un bref échange de paroles, Pie XII lui prit les mains dans les siennes et l’embrassa devant tout le monde comme pour signifier sa prédilection pour ce Prêtre auquel, en secret, il avait confié une tâche si lourde que jamais il n’en fut confiée de telle à un autre Prêtre. »


L’ aversion de Paul VI :

« Comme elle fut différente au contraire quelques années plus tard, la rencontre entre l’abbé Villa et Paul VI. Le 14 juillet 1971, une Religieuse de son Institut “Ouvrières de Marie Immaculée”, soeur Natalina Ghirardelli, fut reçue en “audience privée” par Paul VI qui voulait se féliciter avec elle, du portrait que la soeurpeintre avait réalisé et qui fut offert

au Pape, à l’occasion de son 50ème anniversaire de sacerdoce (1970). L’abbé Villa accompagna soeur Natalina en tant que son Père Supérieur. À l’entrée du salon des réceptions au milieu duquel était assis le Pape, l’abbé Villa remarqua que Paul VI regarda aussitôt sa soeur-peintre avec des yeux presque d’amoureux, et continua ensuite à la regarder fixement,

lui serrant et lui tenant les mains pendant tout le temps de  l’audience. L’abbé Villa, à côté de la soeur, n’eut jamais l’honneur d’un regard de la part de Paul VI, pas même un instant. Au geste de l’abbé Villa de vouloir offrir au Pape

quelques uns de ses livres, Paul VI, toujours sans le regarder, fit un geste de la main gauche à son secrétaire, Mgr Pasquale Macchi qui s’approcha et prit les livres, sans que le prêtre puisse dire un seul mot. À la fin du colloque, Paul VI bénit la

soeur et lui donna un chapelet, tandis qu’à l’abbé Villa, il donna le sachet du chapelet, toujours sans le regarder.

Et il continua à ne pas le regarder, pas même lorsque, avec la soeur, il se dirigea vers la sortie. À cette occasion, l’abbé Villa comprit que ce geste inconcevable de Paul VI était comme le signal du début de son « Chemin de Croix ». C’est ce qui se passa. »
 

La Revue “Chiesa viva”


« Pour combattre la bataille que Padre Pio lui avait confiée,  l’abbé Villa avait besoin d’une Revue qui soit cependant

libre de pressions ou suppressions ecclésiastiques. Mgr Bosio lui suggéra de s’inscrire à l’Ordre des journalistes et de fonder

une Revue personnelle, de façon à ce que les Autorités ecclésiastiques ne puissent en aucune  manière la faire échouer. L’abbé Villa s’inscrivit alors à l’Ordre National des Journalistes, prenant la carte n° 0055992. En ce temps-là, il avait déjà à son actif une trentaine de publications  théologiques, ascétiques, littéraires, politiques) et plus d’un millier d’“articles” déjà publiés sur des revues et des quotidiens. En 1971, l’abbé Villa fonda sa Revue “Chiesa viva”, munie de correspondants et de collaborateurs dans

tous les continents. Le premier Numéro sortit avec la date de “Septembre 1971”. »


L’approbation du cardinal Mindszenty :

 « Quelques mois plus tard, le 14 décembre  1971 à Vienne, l’abbé Villa eut une rencontre personnelle avec le card. Joseph Mindszenty qui, après avoir été humilié et dégradé par Paul VI pour ne pas avoir voulu tendre la  main au communisme, avait quitté Rome. Le Cardinal lut entièrement le premier numéro de “Chiesa viva” et il en fut si enthousiaste qu’il mit sa signature sur la copie qu’il avait lue et  à la fin de la rencontre, au bout de deux heures et demie d’un colloque passionné et illuminant, il dit à l’abbé Villa: «Croyez-moi: Paul VI a livré des Pays chrétiens entiers aux  mains du communisme!»...(...) 


La guerre d’intimidation :

« Mais la guerre contre l’abbé Villa continuait. Ce fut le Pro- secrétaire d’État de Paul VI, le franc-maçon Mgr Giovanni

Benelli, à forger officiellement la nouvelle stratégie de la guerre contre l’abbé Villa. Dans les réunions avec ses collaborateurs,

au sujet de l’abbé Villa, Benelli avait l’habitude de dire: «Il faut faire taire cet abbé Villa!». Mais lorsque quelqu’un objectait: «Éminence, il faudrait encore démontrer qu’il se trompe!», le Cardinal, irrité, répondait: «Et alors ignorez-le et faites-le

ignorer!». Mais cela ne suffisait pas. La voix de l’abbé Villa était sa Revue “Chiesa viva” et il fallait faire taire cette “voix”.

Si la Revue ne fut pas attaquée tout de suite frontalement, on le doit au fait que le sous-Directeur de “Chiesa viva” était le fameux philosophe allemand et juif converti, le prof. Dietrich von Hildebrand que  Paul VI connaissait bien et qu’il craignait tout autant. On commença alors par les collaborateurs- théologiens que l’abbé Villa tenait déjà à son actif pour “Chiesa viva”. Mgr Benelli écrivit une lettre à chacun d’eux pour qu’ils cessent leur collaboration avec l’abbé Villa qui n’apprit cette intervention du Saint Siège que parce que un de ses  collaborateurs l’informa aussitôt de cet ordre reçu d’en haut. C’est ainsi qu’on fit terre brûlée autour de “Chiesa viva”! »


Les injures :

« Les ennemis de l’abbé Villa, avec la complicité de ce clergé qui préfère la vie tranquille aux tracas pour qui ne s’adapte pas tout de suite à la “ligne de pensée” qui leur est “suggérée” ou “imposée” d’en haut, commencèrent une autre stratégie: la calomnie. Et alors, l’abbé Villa devint une “canaille”, un “fou”, un “fasciste”, un “antisémite”, “hors de l’Église”, “hérétique”,

“prêtre aux tendances conservatrices et préconciliaires  exaspérées”, “un déchireur de la charité qui ouvre la voie à la diffamation”, “une régurgitation d’orgueilleuse arrogance de se sentir détenteur de la vérité”… et plus récemment, “auteur d’écrits infâmants” et “digne de mesures punitives”, mesures qui cependant “ne sont pas prises uniquement pour ne pas humilier un prêtre de plus de quatre-vingt-douze ans”. “Chiesa viva” continuait cependant à vivre!

 Alors, pour le démoraliser furent  inventés les coups de téléphone tard dans la nuitfaits d’insultes, de calomnies, de blasphèmes, de menaces! Et cela pendant longtemps! »

 
Quelques tentatives d’assassinat

« Pour réduire au silence un Prêtre comme l’abbé Villa, il n’y avait cependant qu’une seule méthode sûre: l’élimination physique. Sa vie fut en effet constellée de sept tentatives d’assassinat.

J’en cite trois, brièvement.

L’abbé Villa rentrait de Rome à Brescia en voiture. Peu avant Arezzo, la route rasait sur la droite un à-pic d’au moins 100 mètres. Sur ce trajet, il s’aperçut qu’il était suivi par une voiture qui ensuite s’accosta, l’obligeant peu à peu à s’approcher du bord de la route. Que faire? L’abbé Villa voyait désormais la mort devant lui. À ce moment-là, survint une voiture de la police. L’abbé Villa klaxonna pour l’appeler et la voiture qui était à son côté accéléra et disparut. Le Seigneur l’avait sauvé d’une mort certaine!.. Cet accident, l’abbé Villa le raconta par la suite au card. Palazzini en présence du Prof. Luigi Gedda qui s’exclama: «Mais alors, nous sommes en guerre!».

 
L’abbé Villa se rendait en voiture chez un ami prêtre, l’abbé Berni, curé à Corlanzone, près de Lonigo, (Vicenza). Il sortit du poste de péage de l’autoroute et s’achemina vers la nationale  qui devait le mener à destination. À l’improviste ses membres,  mains et jambes, se bloquèrent et il se sentit paralysé. Qui lui avait donné des narcotiques? À un virage de la route, l’abbé Villa, les yeux bien ouverts, vit la voiture s’en aller tout droit dans un pré qui côtoyait un canal de 6 ou 7 mètres de largeur et de deux mètres de profondeur, plein d’eau et de vase. Il voyait tout comme dans un rêve, sans être en mesure d’agir. Ses membres restaient paralysés. Désormais, poursuivant sa

course, la voiture se trouvait à peu de mètres du canal… mais à quelques centimètres du bord, à l’improviste le moteur de la voiture se bloqua. Ce fut un grand miracle! Quelques  secondes encore et il serait tombé dans le canal et aurait  disparu au fond, avec la voiture pour cercueil. Au blocage improviste de la voiture, l’abbé Villa eut comme un réveil et il

sortit de la voiture. Il se vit entouré d’une grande foule et un gardien de ville lui proposa de l’accompagner à l’hôpital. L’abbé Villa refusa, remonta en voiture et repartit.

 
Quelques mois après, l’abbé Villa rendit visite à un “ami” prêtre et, après le repas, terminé par un café, il revint chez lui. Pendant le voyage toutefois, il commença à se sentir mal.  Une fois à la maison, il était dans un tel état de santé qu’on appela aussitôt son médecin. Le diagnostique fut: “empoisonnement”. Le médecin lui dit: «Vous a-t-on donné un café empoisonné? ». Mais enfin, au bout dequelques jours, le médecin réussit à faire sortir l’abbé Villa du péril de mort. »


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 28 Juil 2012, 16:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Louis
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 282
Localisation: Rome Éternelle

MessagePosté le: Sam 28 Juil 2012, 17:17    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ? Répondre en citant

La vie de l'abbé Villa ferait un excellent film  Okay  Un Da Vici Code Catholique Mr. Green

Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Dim 29 Juil 2012, 18:36    Sujet du message: Bravo! Répondre en citant

Félicitation, chère InDominoSperavi, pour cet excellent ouvrage sur la vie et l’œuvre de cet abbé Villa, fondateur de "Chiesa viva".
J'ai tout imprimé et j'en ai presque terminé la lecture.

Je l'avais imprimé en "brouillon rapide" mais en raison des documents qu'ils contient je le réimprime en meilleure qualité.

J'avais déjà acheté le numéro de "Chiesa viva" sur le temple satanique érigé pour Padre Pio.... Beaucoup d'autres choses, dont la liste Pecorelli m'étaient passés entre les mains, mais l'avantage de cet ouvrage c'est qu'il rassemble tout jusqu'à ces derniers temps avec Benoît XVI, avec l'enchainement logique de toutes choses.

Je m’unis à vous pour en recommander vivement la lecture. C'est même un ouvrage à imprimer à garder à portée de main.


Revenir en haut
Le Précurseur
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 146
Localisation: Ploermel

MessagePosté le: Mar 31 Juil 2012, 07:25    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ? Répondre en citant

Moi également, je l'ai téléchargé et je vais me le faire relier de manière à pourvoir le conserver et le faire lire autour de moi afin que les gens soient éclairés. C'est un dossier explosif à faire connaître absolument car trop de gens n'ont pas du tout connaissance de ce qui s'est réellement passé dans l'Eglise après Pie XII et ne savent plus trop où ils en sont dans la position a adopter vis à vis de l'Eglise conciliaire. Merci beaucoup de nous avoir mis celà en ligne et continuez votre excellent travail d'information.  LP

Revenir en haut
Martin
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2012
Messages: 247
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Mar 31 Juil 2012, 09:29    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ? Répondre en citant

 
Chère InDominoSperavi,

J’apprécie beaucoup les écrits de l’abbé Villa en général, mais je suis fort surpris par l’affirmation selon laquelle le cardinal Joseph Suenens aurait été “chassé de son siège de Bruxelles parce que franc-maçon”. Franc-maçon il l’était fort probablement (la revue du prieuré de Bruxelles avait même fourni quelques détails à ce sujet) et c’était peut-être l’intention de Jean-Paul Ier de le chasser de son siège, mais le fait est que le cardinal est demeuré archevêque de Malines-Bruxelles jusqu’en 1979, sous Jean-Paul II, à qui il a remis sa démission conformément à la nouvelle limite d’âge de 75 ans, pour être aussitôt remplacé par Mgr Danneels, qui ne valait pas mieux que lui, même s’il n’a heureusement pas joui de la même désastreuse influence que son prédécesseur !

M.


Revenir en haut
InDominoSperavi
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2012
Messages: 318
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 31 Juil 2012, 11:42    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ? Répondre en citant

Merci pour cette précision, Martin. C'est probablement une petite erreur de l'ingénieur Adessa.

Revenir en haut
Criton
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 249
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mer 1 Aoû 2012, 16:07    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ? Répondre en citant

Merci InDominoSperavi pour m'avoir fait connaître ce prêtre hors du commun.
Je viens de lire et imprimer en couleur les 64 pages du document pdf.
(Dès ma rentrée de vacances ce document aura une belle reliure en toile)

Un prêtre m'avait dit il y a 25 ans que Mgr Montini avait fait l'objet de plusieurs rapports de police au sujet de ses moeurs contre-nature avant son élévation au pontificat.


Un tel personnage pouvait être ensuite facilement l'objet de chantages étant devenu Pape.
Il paraît que Paul VI ne pouvait rien refuser au Cal Annibal Bugnini (l'inventeur de la messe normative ou messe Paul VI), or Annibal Bugnini était franc-maçon (il apparaît d'ailleurs dans la liste publiée en 1978).


Revenir en haut
Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 1 049
Localisation: montagne

MessagePosté le: Dim 5 Aoû 2012, 21:03    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ? Répondre en citant

Je reviens sur ce fil parce que j'ai appris que Mgr Williamson avait eu un entretien avec Don Villa, grâce à des soeurs amies de ce prêtre extraordinaire, qui reste presque cloîtré chez lui en écrivant beaucoup, deux religieuses se charge de sa maison l'une des deux est cardiologue.

Revenir en haut
Louis
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 282
Localisation: Rome Éternelle

MessagePosté le: Dim 5 Aoû 2012, 21:25    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ? Répondre en citant

L'entretien de Mgr Williamson et de l'abbé Villa est recent?

Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Dim 5 Aoû 2012, 22:03    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ? Répondre en citant

Au ton de la biographie je n'avais pas compris que le père Villa était toujours vivant.
C'est fort intéressant qu'il ait rencontré Mgr Williamson, à eux deux ils ont dû se compléter! Okay


Revenir en haut
Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 1 049
Localisation: montagne

MessagePosté le: Lun 6 Aoû 2012, 08:06    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ? Répondre en citant

Don Luigi Villa est toujours vivant, il habite Brescia 121 via Galileo galilei- Mgr Williamson l'a rencontré il y a quelques années, je n'arrive pas à savoir exactement, on me dit 2 ans mais ça doit faire un petit peu plus longtemps.

Revenir en haut
InDominoSperavi
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2012
Messages: 318
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 7 Aoû 2012, 15:04    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ? Répondre en citant

Merci pour cette information, Alix !

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:58    Sujet du message: LE PAPE EST-IL VICTIME (3)? Article intermédiaire obligatoire pour mieux saisir la suite : QUI EST L'ABBE VILLA ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com