Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
L’Assomption et la Tradition

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Martin
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2012
Messages: 247
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Jeu 16 Aoû 2012, 07:24    Sujet du message: L’Assomption et la Tradition Répondre en citant


Dans un article publié dans la revue Itinéraires (n° 276, septembre-octobre 1983), Louis Salleron affirmait que le peuple chrétien avait toujours cru à l’Assomption, et il ajoutait :


Louis Salleron a écrit:

Ce dogme est le seul qui est exclusivement fondé sur la tradition. Elle le proclame. Il la confirme. Sola traditio.

L’Assomption n’a même pas son fondement premier dans l’Ecriture sainte. Les Evangiles l’ignorent. Les épîtres également. Est-elle mentionnée par les pères de l’Eglise ? Pas à ma connaissance. Elle ne fait son apparition qu’au VIe et au VIIe siècle. On parle d’ailleurs plutôt de « dormition », mot pratiquement synonyme, qui était en usage en Orient (où il l’est peut-être encore).


Paradoxalement, Salleron reconnaissait que l’Assomption paraît aussi absente des écrits des Pères que de l’Écriture Sainte. Or, l’unanimité des Pères de l’Église est à juste titre considérée comme le signe le plus probant de l’appartenance d’une croyance à la Tradition remontant aux apôtres. Comment Pie XII a-t-il dès lors eu la certitude de pouvoir définir l’Assomption comme un “dogme divinement révélé” à ceux-ci ? C’est lui-même qui nous l’explique dans sa Constitution apostolique Munificentissimus Deus définissant le nouveau dogme (1er novembre 1950) :

Pie XII a écrit:

11. Mais comme il s’agissait d’une chose particulièrement grave et importante, Nous jugeâmes opportun de demander directement et officiellement à tous les vénérables Frères dans l’épiscopat de bien vouloir Nous exprimer ouvertement chacun son sentiment à ce sujet. C’est pourquoi, le 1er mai de l’année 1946, Nous leur adressâmes la lettre Deiparæ Virginis Mariæ, dans laquelle se trouvait ce qui suit : « Est-ce que vous, vénérable Frère, dans votre grande sagesse et prudence, vous pensez que l’Assomption corporelle de la Bienheureuse Vierge puisse être proposée et définie comme Dogme de foi et est-ce que vous, votre clergé et vos fidèles, vous désirez cela ? »

12. Et ceux que « l’Esprit-Saint a établis évêques pour gouverner l’Eglise de Dieu » [Act. 20, 28] donnèrent à l’une et à l’autre question une réponse presque unanimement affirmative. Ce « singulier accord des évêques et des fidèles catholiques » (Bulle Ineffabilis Deus, Acta Pii IX, pars 1, Vol. 1, p. 615), qui estiment que l’Assomption corporelle au ciel de la Mère de Dieu peut être définie comme un dogme de foi, comme il nous offre l’accord de l’enseignement du magistère ordinaire de l’Eglise et de la foi concordante du peuple chrétien — que le même magistère soutient et dirige — manifeste donc par lui-même et d’une façon tout à fait certaine, et exempte de toute erreur, que ce privilège est une vérité révélée par Dieu et contenue dans le dépôt divin, confié par le Christ à son Epouse, pour qu’elle le garde fidèlement et le fasse connaître d’une façon infaillible (Concile du Vatican, Constitution Dei Filius, c. 4), le magistère de l’Eglise, non point certes par des moyens purement humains, mais avec l’assistance de l’Esprit de vérité [Jean 14, 26] et à cause de cela sans commettre absolument aucune erreur, remplit la mission qui lui a été confiée de conserver à travers tous les siècles, dans leur pureté et leur intégrité, les vérités révélées ; c’est pourquoi il les transmet, sans altération, sans y rien ajouter, sans y rien supprimer. « En effet, comme l’enseigne le Concile du Vatican, le Saint-Esprit ne fut pas promis aux successeurs de Saint-Pierre pour que, Lui révélant, ils enseignent une doctrine nouvelle, mais pour que, avec son assistance, ils gardent religieusement et exposent fidèlement la révélation transmise par les Apôtres, c’est-à-dire le dépôt de la foi » (Concile du Vatican, Constitution Pastor Æternus, c. 4). C’est pourquoi, de l’accord universel du magistère ordinaire de l’Eglise, on tire un argument certain et solide servant à établir que l’Assomption corporelle au ciel de la Bienheureuse Vierge Marie — laquelle, en ce qui concerne la « glorification » céleste elle-même du corps virginal de la Mère de Dieu, ne pouvait être connue par les forces naturelles d’aucune faculté de l’âme humaine — est une vérité révélée par Dieu, et par conséquent elle doit être crue fermement et fidèlement par tous les enfants de l’Eglise. Car, ainsi que l’affirme le même Concile du Vatican, « on doit croire de foi divine et catholique toutes les choses contenues dans la parole de Dieu écrite ou transmise, et que l’Eglise propose à notre foi par son magistère ordinaire ou universel, comme des vérités révélées par Dieu » (Ibid., Dei Filius, c. 3).


Ce n’est donc pas par une inspiration soudaine de l’Esprit-Saint que Pie XII s’est prononcé infailliblement, ni en établissant que l’Assomption avait toujours été crue partout dans l’Église (ce que l’absence de référence scripturaire ou patristique rendait difficile à prouver) : comme il l’affirme lui-même au moment de proclamer le dogme, il est arrivé à sa certitude en constatant le consensus “presque unanime” du pape et des évêques vivants, autrement dit, explique-t-il, l’accord du Magistère ordinaire entendu au sens de Dei Filius.

M.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 16 Aoû 2012, 07:24    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
InDominoSperavi
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2012
Messages: 318
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 16 Aoû 2012, 08:01    Sujet du message: L’Assomption et la Tradition Répondre en citant

Je ne sais plus où,(mgr Gaume ? Martyrologe ? ) en lisant une vie de de l'apôtre St Thomas, j'ai vu qu' il avait traîné avant de se mettre en route pour aller faire un dernier adieu à la sainte Vierge avant sa mort. En effet, tous les apôtres, disséminés aux 4 coins du monde, avaient reçu la révélation surnaturelle de la mort prochaine de la Sainte Vierge et le Saint-Esprit leur avait intimé l'ordre de tout lâcher pour aller l'entourer à ses derniers moments. Mais Thomas, qui je crois, était déjà en Inde (je ne me rappelle plus cela avec certitude) avait voulu finir certains travaux d'apostolat auparavant. Quand il est arrivé, bon dernier, la sainte Vierge venait d'être mise au tombeau depuis 1 ou 3 jours, je ne sais plus. Il a alors éclaté en sanglots. Il était tellement inconsolable d'être arrivé trop tard, que St Jean, pris de compassion, lui proposa de rouvrir le tombeau pour qu'il puisse la voir une dernière fois. Et là, ils ont trouvé le tombeau vide. Du coup, ils ont compris que la sainte Vierge était montée au ciel. Je crois qu'il y a un document ancien (?) qui raconte cela...

Revenir en haut
Louis
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 282
Localisation: Rome Éternelle

MessagePosté le: Jeu 16 Aoû 2012, 12:25    Sujet du message: L’Assomption et la Tradition Répondre en citant

Anne-Catherine Emmerich dans ses visions raconte la même chose

Revenir en haut
Louis
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 282
Localisation: Rome Éternelle

MessagePosté le: Jeu 16 Aoû 2012, 13:10    Sujet du message: L’Assomption et la Tradition Répondre en citant

 

 
     
 

 

 
     
     
Assomption : institution de la fête
et Voeu de Louis XIII   
  
(D’après « Manuel historique du culte de la très
sainte Vierge » paru en 1861 et « Origine et raison de la
liturgie catholique sous forme de Dictionnaire » paru en 1859)   
  
Publié le mercredi 15 août 2012, par LA RÉDACTION  
  
  
  
 

 
Si Baronius soutient que, selon d’anciens manuscrits, la fête de l’Assomption fut instituée vers le Ve siècle, tant en Occident qu’en Orient, nous savons que Clovis Ier, roi des Francs, fit bâtir, en 504, à Strasbourg, une magnifique église sous le titre de l’Assomption de la sainte Vierge, et que selon Grégoire de Tours elle avait cours au moins dès le VIe siècle, prenant une dimension particulière au XVIIe lorsque Louis XIII place le royaume de France sous la protection de la Vierge.
Saint Grégoire de Tours rapporte que, de son temps (VI>sup>e siècle, on croyait, tant en Occident qu’en l’Orient, que la sainte Vierge, aussitôt après sa mort, avait été enlevée au ciel, en corps et en âme. Cette croyance, s’écrie-t-il, au concile de Paris, en 577, est universelle : d’anciennes et vénérables traditions l’attestent, nous ne pouvons nullement en douter.
    
     
    
     
Les Grecs célèbrent cette fête sous le nom de Transition, ou Passage de la Mère de Dieu à l’immortalité ; les Latins, sous le nom de l’Enlèvement ou de l’Assomption. Saint Jean Damascène la nomme le Sommeil de Marie ; les Cophtes, les Moscovites, les Maronites :  le Repos de la sainte Vierge. D’autres peuples l’appellent la Déposition, le Couronnement, le Triomphe, la Résurrection de la Vierge Mère de Dieu. Benoît XIV prouve que toutes ces différentes dénominations ne signifient qu’une et même chose : l’Assomption de la Mère de Dieu. Saint Ildefonse et saint Jean Damascène, suivant d’anciens calendriers, assurent que cette fête fut célébrée, aux six premiers siècles, le 18 janvier. On lit aussi, au martyrologe de saint Jérôme, de saint Cyriac, de Willebrord, de saint Vandregégile etc., qu’elle était universellement chômée le 18 janvier, sous le titre de Dormition ou Sommeil de la Mère de Dieu. Il est certain aussi que, vers la fin du VIe siècle, cette fête fut, dans quelques églises, transférée du 18 janvier au 15 août : Maurice, empereur d’Occident, approuva cette translation, et ordonna de la célébrer ce jour dans toutes les églises de son empire. Ce qui bientôt fut imité par plusieurs évêques de l’Occident. Les capitulaires de l’empereur Louis le Débonnaire, de l’an 817, mettent le jour de l’Assomption au 15 Août, et, dès le commencement du Xe siècle, elle fut presque universellement célébrée ce jour.
L’octave de l’Assomption ne se célébrait pas encore à Rome, en 847. Au début de son pontificat, Léon IV l’institua en 847 à l’occasion d’un fait légendaire : tout près de l’église de Saint-Luc, il y avait dans un repaire sombre et humide un basilic qui tuait par son souffle empesté tous ceux qui en approchaient ; le pape, au jour même de l’Assomption, accompagné de tout son clergé et précédé de l’image de la sainte Vierge, se rendit auprès du gîte de cet animal dangereux ; là il se mit en prières et ordonna à tout le monde de l’imiter : sa prière fut exaucée, et depuis ce jour le basilic disparut totalement, sans que jamais on ait entendu parler de nouveaux malheurs. Un très ancien Ordre romain rapporte qu’aux Vêpres de la Vigile de l’Assomption on porte sur un brancard préparé à cet effet, dans l’église de Saint-Laurent-de-Latran, une image du Christ, et qu’à minuit on part en procession pour se rendre à Sainte-Marie. Les rues sont nettoyées, les maisons illuminées ; le concours du peuple est immense. Dès qu’on est arrivé aux marches de l’église on y dépose la statue ; une foule d’hommes et de femmes, fléchissant le genou et se frappant la poitrine, viennent aux pieds de cette image, chantant en cadence, per numerum, cent fois Kyrie eleison, cent fois Christe eleison, et cent fois encore Kyrie eleison ; puis la procession s’avance vers l’église de Sainte-Marie-Majeure, où la Messe est célébrée.
Durand de Mende dit que de son temps on bénissait des herbes et des fleurs recueillies en ce jour même de l’Assomption, parce que dans la légende de la fête, la bienheureuse Marie est comparée àla rose et au lys. Les Grecs, selon le chevalier Ricaut, sont persuadés que le jour de l’Assomption « toutes les rivières du monde se rendent en Egypte pour faire hommage au Nil, comme au roi des fleuves... Ils croient que les débordements du Nil sont une continuelle bénédiction du ciel sur l’Egypte, en récompense de la protection dont le Sauveur du monde et sa sainte Mère y jouirent contre la persécution de l’impie et perfide Hérode. »
En France, la solennité de l’Assomption prit un caractère de fête plus grande lorsque Louis XIII choisit ce jour pour mettre sa personne et son royaume sous la protection de Marie, par sa déclaration donnée à Saint-Germain-en-Laye le 10 février 1638. Ce pieux monarque débute ainsi : « Dieu qui élève les rois au trône de leur grandeur, non content de nous avoir donné l’esprit qu’il départ aux princes de la terre pour la conduite de leurs peuples, a voulu prendre un soin si spécial et de notre personne et de notre Etat, que nous ne pouvons considérer le bonheur du cours de notre règne, sans y voir autant d’effets merveilleux de sa bonté que d’accidents qui pouvaient nous  perdre. »
Après avoir rappelé les bienfaits dont il se reconnaît humblement reconnaissant envers Dieu, par l’intercession de la Vierge, il termine ainsi : « A ces causes nous avons déclaré et déclarons que prenant la très sainte et glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et nos sujets, la suppliant de vouloir nous inspirer si sainte conduite et défendre avec tant de soin ce royaume contre l’effort de tous ses ennemis, que soit qu’il souffre le fléau de la guerre, ou jouisse de la douceur de la paix, que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce, qui
conduisent à celles de la gloire
.
« Nous admonestons le sieur archevêque de Paris, et néanmoins lui enjoignons que tous les ans, le jour et fête de l’Assomption, il fasse faire commémoration de notre présente déclaration à la grand’messe qui se dira en son église cathédrale, et qu’après les Vêpres dudit jour il soit fait une procession en ladite église, à laquelle assisteront toutes les compagnies souveraines et les corps de ville, avec pareilles cérémonies que celles qui s’observent aux processions générales les plus solennelles. »
Même injonction est faite à tous les prélats du royaume, afin que dans toute la France il soit fait une procession semblable. La déclaration se termine par les paroles suivantes, qui méritent une mention textuelle : « Et d’autant qu’il y a plusieurs églises épiscopales qui ne sont point dédiées à la Vierge, nous exhortons lesdits archevêques, en ce cas, de lui dédier la principale chapelle desdites églises pour y faire ladite cérémonie, et d’y élever un autel avec un ornement convenable à une action si célèbre, et d’admonester tous nos peuples d’avoir une dévotion particulière à la Vierge, d’implorer en ce jour sa protection, etc. ». Le vœu de Louis XIII a été renouvelé, en 1738, par Louis XV.
    
     
http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article4615


Revenir en haut
Louis
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 282
Localisation: Rome Éternelle

MessagePosté le: Jeu 16 Aoû 2012, 13:16    Sujet du message: L’Assomption et la Tradition Répondre en citant





Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Jeu 16 Aoû 2012, 14:47    Sujet du message: Versé aux archives! Répondre en citant

Ce fil est classé ici:    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> Page d'accueil -> ARCHIVES A CONSULTER -> ARCHIVES JUSQU'EN 1958
Cela, évidemment ne ferme pas le sujet!


Revenir en haut
Cadoudal
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2012
Messages: 542
Localisation: ILE DE FRANCE

MessagePosté le: Jeu 16 Aoû 2012, 14:54    Sujet du message: dogme de l' Assomption Répondre en citant

ce dogme semble surtout fondé par les nombreuses et importantes apparitions de la sainte Vierge, accompagnées de miracles,


qui font partie maintenant  du trésor  catholique.


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Jeu 16 Aoû 2012, 15:10    Sujet du message: L’Assomption et la Tradition Répondre en citant

Cadoudal a écrit:
ce dogme semble surtout fondé par les nombreuses et importantes apparitions de la sainte Vierge, accompagnées de miracles,


qui font partie maintenant  du trésor  catholique.
Pourriez-vous apporter des précisions, car votre remarque est intéressante, mais elle n'est pas argumentée. Nous ne demandons qu'à apprendre!


Revenir en haut
DEO GRATIAS
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 03 Juil 2012
Messages: 214

MessagePosté le: Jeu 16 Aoû 2012, 19:59    Sujet du message: L’Assomption et la Tradition Répondre en citant

J'espère que Cadaoudal répondra... Ce sujet m'intéresse aussi

Revenir en haut
Cadoudal
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2012
Messages: 542
Localisation: ILE DE FRANCE

MessagePosté le: Ven 17 Aoû 2012, 09:01    Sujet du message: dogme de l' Assomption Répondre en citant

on me demande développer, je le fais ( simple opinion personnelle)


ce qui fonde ce dogme n'est pas une donnée des Écritures Saintes , puisqu'il n'y a aucun texte à ce sujet.


or la doctrine de l' Eglise est normalement formulée au moyen d' interprétations  des Écritures, où se trouve la Révélation divine;


cette expression   trouve son autorité dans  l 'exposé qu'en font les Docteurs ;


cette doctrine est en général exprimée en réaction à des propositions  erronées faites par des hérétiques.


il n'en est pas ainsi dans le cas de l 'Assomption ,car  il s' agit d'une ancienne tradition populaire commune à tout le peuple chrétien, dépourvue de références écrites.


les nombreuses et véritables apparitions mariales du XIX° et du XX°,
 après le déclenchement de la diabolique révolution maçonnique,
ont poussé l' Eglise à se prononcer sur les privilèges de notre Reine:
assomption corporelle, couronnement au Ciel, privilège de l 'immaculée conception.


les papes contre-révolutionnaires ont acté ces faits en faisant valoir leur infaillibilité en matière de dogmes.


ceci est conforme à un vieil adage de théologie: "tout n'est pas écrit."


 


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Ven 17 Aoû 2012, 14:07    Sujet du message: L’Assomption et la Tradition Répondre en citant

D'accord! Je ne comprenais pas ce que vous vouliez dire à propos de miracles. J'avais cru en vous lisant que suite à cette proclamation des miracles s'en étaient suivis pour l'approuver.
En fait vous rejoignez l'exposé de Martin!

La conception immaculée de Marie a été précédée de deux apparitions, celle de la rue du Bac (Médaille miraculeuse: "Ô Marie conçue sans péché...") et de l'Apparition de La Sallette. Et elle a été suivie de l'apparition de Lourdes ("Je suis l'Immaculée Conception").

Pour l'Assomption il y a eu en plus Fatima. A chaque apparition, la Vierge est apparue en chair... Mais je ne vois rien de comparable avec le dogme de l'immaculée conception pour l'Assomption. A ma connaissance il n'y a pas eu demande du Ciel avec Apparitions précédent le dogme, ni confirmation par une autre apparition.

Je ne pense pas que Fatima démontre l'Assomption de la Vierge. mais peut-être y a-t-il eu d'autres apparitions auxquelles je ne pense pas? Les raisons données par Martin me semblent néanmoins bien suffisantes.


Merci de vos explications.


Revenir en haut
tropdenoms
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juin 2012
Messages: 277

MessagePosté le: Ven 17 Aoû 2012, 21:51    Sujet du message: L’Assomption et la Tradition Répondre en citant

Merci Cadoudal

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:36    Sujet du message: L’Assomption et la Tradition

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com