Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Ven 24 Aoû 2012, 17:56    Sujet du message: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire Répondre en citant

 
Citation:

"L'auteur anglois, qui a publié un essai historique sur la révolution française, ne connaît pas la foi des catholiques, quand il prétend que cette attention à suivre les nouveaux pasteurs, provenait de ce que les catholiques romains croient que tous les sacrements administrés par les schismatiques sont invalides, que leur consécration n'est point consécration, que leur baptême n'est point baptême, & ne donne point la grâce du salut. L'invalidité de ce baptême est précisément une hérésie condamnée par l'Eglise romaine. Il est de foi pour elle, qu'un enfant baptisé par un Juif même, ou par un païen n'en reçoit pas moins le vrai baptême & la grâce sanctifiante. Elle croit à la validité de la consécration faite par un prêtre apostat, de la confirmation donnée par un évêque hérétique ou schismatique, pourvu qu'il ait été validement sacré lui-même; mais les catholiques croient aussi, ce qui est évident, que l'administration des choses saintes peut être valide, sans être licite; qu'un prêtre en état de péché consacre validement, qu'il n'en commet pas moins un sacrilège. Ils croient de plus que pour absoudre, il faut au prêtre une juridiction, que l'Eglise seule peut donner, & qu'elle refusait aux intrus [prêtres jureurs] de la révolution.. Ils craignent enfin, qu'assister ou participer aux cérémonies religieuses pratiquées par des prêtres hérétiques ou schismatiques, ce ne soit au moins  extérieurement adhérer aux erreurs de ces prêtres. Voilà ce qui portaient les fidèles à fuir les faux pasteurs, que les décrets seuls de l'Assemblée nationale substituaient  aux véritables évêques et curés."

Abbé Barruel - Histoire du Clergé pendant la Révolution française - Edition de 1801 - Notes P. 59 et 60




Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 24 Aoû 2012, 17:56    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Louis
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 282
Localisation: Rome Éternelle

MessagePosté le: Ven 24 Aoû 2012, 20:03    Sujet du message: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire Répondre en citant

La question qu'il faudrait fouiller pour préciser encore plus le parralèlle est: les prêtres et évêques jureurs de la Révolution ont-ils modifié les rites des sacrements comme les modernistes l'ont fait en 1968?  Mr. Green

Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Ven 24 Aoû 2012, 21:24    Sujet du message: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire Répondre en citant

Louis a écrit:
La question qu'il faudrait fouiller pour préciser encore plus le parralèlle est: les prêtres et évêques jureurs de la Révolution ont-ils modifié les rites des sacrements comme les modernistes l'ont fait en 1968?  Mr. Green




Non, il ne sont pas allés jusque-là! Du moins pas officiellement, au contraire ils voulaient faire tout comme les vrais.

Enfin, il y avait les vrais curés qui avaient juridiction et qui ont juré. Ceux-là sont restés dans leur paroisse... Lorsque celle-ci n'a pas été supprimée bien sûr! Parce qu'un grand nombre ont été supprimées, comme pour les évêchés... Il n'y avait pas assez de volontaires ...


Mais ces vrais curés en devenant jureurs n'étaient plus vrais... Car hérétiques... Enfin ces histoires dés qu'on les embrouille deviennent compliquées Mr. Green

En fait ils étaient tous vrais, tous valides, mais pas licites...

Ce que je trouve intéressant dans cette courte note, c'est le rappel de la validité des sacrements qui n'est pas forcément licéité. C'est le rappel qu'on ne doit pas assister à des cultes hérétiques ou schismatiques... L'idée qu'un pape puisse assister à des cultes païens ne leur était pas encore venu à l'esprit Evil or Very Mad ... En l'occurrence les schismatiques et les hérétiques c'étaient les curés jureurs ou assermentés, ceux qui avaient prêté le serment constitutionnel

D'où l'idée de plutôt prêter le serment anti-moderniste qui devait prévenir de tels hérésies ou/et schismes... Serment prêté du reste par Benoît XVI...

Mais je m'égare ... Il y a plein de perles précieuses comme cette note dans ce livre de l'abbé Barruel sur le clergé durant la Révolution.

Une autre question d'actualité est la juridiction que les prêtres de la Fraternité n'ont pas... Parce que c'est ceux qui représentent l'église qui sont hérétiques ... Tout est retourné sens dessus-dessous Il fallait, pour que la Révolution soit achevée ou en mesure de l'être, que la révolution se cale comme une excroissance pour cacher la Sainte Eglise... Avec la Révolution, ce n'était encore que les Etats qui ne reconnaissaient plus la royauté de Notre Seigneur sur les nations... Maintenant...  


Dernière édition par Gentiloup le Ven 24 Aoû 2012, 23:25; édité 2 fois
Revenir en haut
Martin
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2012
Messages: 247
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Ven 24 Aoû 2012, 23:06    Sujet du message: Re: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire Répondre en citant

  
L’abbé Barruel a écrit:
“...qu’un prêtre en état de péché consacre validement, qu’il n’en commet pas moins un sacrilège.”

Il y a une exception, et je la trouve fort significative de l’importance que l’Église accorde à l’assistance à la messe. Le concile de Trente y fait allusion dans sa 13e session, chap. 7 (DS 1647), après avoir rappelé la parole de l’Apôtre “Qui mange et boit indignement, mange et boit sa condamnation” :

Citation:
La coutume de l’Église montre clairement que cette épreuve est nécessaire pour que personne en ayant conscience d’un péché mortel, quelque contrit qu’il s’estime, ne s’approche de la sainte eucharistie sans une confession sacramentelle préalable.

Ce saint concile a décrété que cela devait être observé toujours par tous les chrétiens, même par les prêtres qui sont tenus par office de célébrer, du moment qu’ils peuvent avoir recours à un confesseur. Que si, en raison d’une nécessité urgente, un prêtre a dû célébrer sans confession préalable qu’il se confesse le plus tôt possible.

Autrement dit, un prêtre en état de péché mortel peut célébrer la messe sans commettre de sacrilège si, tout en regrettant sincèrement sa faute, il lui est impossible de recourir au préalable à un confesseur, et que cette messe doit être célébrée, par exemple pour ne pas en priver les fidèles un dimanche ou un jour férié où il est de leur devoir d’y assister.

M.


Revenir en haut
Louis
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 282
Localisation: Rome Éternelle

MessagePosté le: Sam 25 Aoû 2012, 01:53    Sujet du message: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire Répondre en citant

Gentiloup a écrit:
Louis a écrit:
La question qu'il faudrait fouiller pour préciser encore plus le parralèlle est: les prêtres et évêques jureurs de la Révolution ont-ils modifié les rites des sacrements comme les modernistes l'ont fait en 1968?  Mr. Green






Non, il ne sont pas allés jusque-là! Du moins pas officiellement, au contraire ils voulaient faire tout comme les vrais.

Enfin, il y avait les vrais curés qui avaient juridiction et qui ont juré. Ceux-là sont restés dans leur paroisse... Lorsque celle-ci n'a pas été supprimée bien sûr! Parce qu'un grand nombre ont été supprimées, comme pour les évêchés... Il n'y avait pas assez de volontaires ...


Mais ces vrais curés en devenant jureurs n'étaient plus vrais... Car hérétiques... Enfin ces histoires dés qu'on les embrouille deviennent compliquées Mr. Green

En fait ils étaient tous vrais, tous valides, mais pas licites...

Ce que je trouve intéressant dans cette courte note, c'est le rappel de la validité des sacrements qui n'est pas forcément licéité. C'est le rappel qu'on ne doit pas assister à des cultes hérétiques ou schismatiques... L'idée qu'un pape puisse assister à des cultes païens ne leur était pas encore venu à l'esprit Evil or Very Mad ... En l'occurrence les schismatiques et les hérétiques c'étaient les curés jureurs ou assermentés, ceux qui avaient prêté le serment constitutionnel

D'où l'idée de plutôt prêter le serment anti-moderniste qui devait prévenir de tels hérésies ou/et schismes... Serment prêté du reste par Benoît XVI...

Mais je m'égare ... Il y a plein de perles précieuses comme cette note dans ce livre de l'abbé Barruel sur le clergé durant la Révolution.

Une autre question d'actualité est la juridiction que les prêtres de la Fraternité n'ont pas... Parce que c'est ceux qui représentent l'église qui sont hérétiques ... Tout est retourné sens dessus-dessous Il fallait, pour que la Révolution soit achevée ou en mesure de l'être, que la révolution se cale comme une excroissance pour cacher la Sainte Eglise... Avec la Révolution, ce n'était encore que les Etats qui ne reconnaissaient plus la royauté de Notre Seigneur sur les nations... Maintenant...  


Pas besoin d'ajouter plus que Léon XIII de glorieuse mémoire:


""Celui qui, même sur UN seul point, refuse son assentiment aux vérités divinement révélées, très réellement ABDIQUE TOUT À FAIT LA FOI, puisqu'il refuse de se soumettre à Dieu en tant qu'Il est la souveraine vérité et le motif propre de la foi"  Satis cognitum 1896


Revenir en haut
Le Précurseur
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 146
Localisation: Ploermel

MessagePosté le: Sam 25 Aoû 2012, 06:50    Sujet du message: serment anti-moderniste Répondre en citant

Cher Louis,

Non Benoit XVI n'a pas et n'a pas pu prononcer le serment antimoderniste lors de son intronisation à la papauté car ce serment a été une des premières choses qui a été supprimée dès le lancement du concile Vatican II. Bien amicalement. LP
Smile


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Sam 25 Aoû 2012, 11:52    Sujet du message: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire Répondre en citant

Le Précurseur a écrit:
Cher Louis,

Non Benoit XVI n'a pas et n'a pas pu prononcer le serment antimoderniste lors de son intronisation à la papauté car ce serment a été une des premières choses qui a été supprimée dès le lancement du concile Vatican II. Bien amicalement. LP
Smile



C'est moi qui ait dit que l'abbé Jozeph Ratzinger avait prononcé le serment anti-moderniste, cher Précurseur. Et c'est connu qu'il l'a prononcé puisqu'il a reçu l'ordre avant que débute le Concile où il a tenu un rôle important comme théologien, notamment en ce qui concerne la place des Protestants.

Et il l'a prononcé lors de son ordination et non lors de son intronisation comme pape. Je me suis mal exprimée, j'aurais dû écrire l'abbé J. Ratzinger au lieu de Benoît XVI!


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Sam 25 Aoû 2012, 12:12    Sujet du message: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire Répondre en citant

Martin a écrit:
  

Autrement dit, un prêtre en état de péché mortel peut célébrer la messe sans commettre de sacrilège si, tout en regrettant sincèrement sa faute, il lui est impossible de recourir au préalable à un confesseur, et que cette messe doit être célébrée, par exemple pour ne pas en priver les fidèles un dimanche ou un jour férié où il est de leur devoir d’y assister.

M.

Cher Martin, merci pour cette précision fort pointue et intéressante, mais l'abbé Barruel n'a cependant rien omis dans sa note.
Vous remarquerez qu'elle est tirée de son livre: "Histoire du clergé pendant la Révolution française".
Gentiloup a écrit:
 mais les catholiques croient aussi, dit-il, ce qui est évident, que l'administration des choses saintes peut être valide, sans être licite; qu'un prêtre en état de péché consacre validement, qu'il n'en commet pas moins un sacrilège.

Abbé Barruel - Histoire du Clergé pendant la Révolution française - Edition de 1801 - Notes P. 59 et 60



Il n'a pas prétendu écrire une note exhaustive sur le sujet, mais seulement une note concernant les prêtres et évêques jureurs qu'il nomme à juste titre des "intrus" du fait qu'ils n'avaient (ainsi qu'il le précise) pour toute juridiction que celle qui leur était affectée par l'Assemblée nationale, que par leur serment de "la Constitution civile du clergé" ils se soumettaient à la Révolution avant de se soumette à Dieu et qu'ils occupaient un poste qu'ils avaient usurpé et pour lequel très souvent ils avaient chassé le détenteur légal.
De ce fait, ils étaient en état de péché pertinace et constant et l'exception prévue par le Concile de Trente que vous mettez en exergue ne concerne pas du tout son sujet.

Mais cette exception rappelle néanmoins à juste titre qu'il est indispensable d'aller à la messe le dimanche et les jours de fêtes d'obligation, ainsi que vous le dites.

En ce qui concerne le cheminement de la Révolution avec ses prêtres jureurs vers la Révolution conciliaire, il y a de fortes présomptions que certains prêtres modernistes soient en état de péché au moment où ils célèbrent la messe.
Le fait que la plus haute autorité les couvre et n'est plus en mesure de déclarer les hérésies laisse plâner le doute. Cependant en lisant le "Bref examen critique", les Catholiques sont avertis que

 
Citation:
 « Le nouvel Ordo Missae, si l’on considère les éléments nouveaux, susceptibles d’appréciations fort diverses, qui y paraissent sous-entendus ou impliqués, s’éloigne de façon impressionnante, dans l’ensemble comme dans le détail, de la théologie catholique de la Sainte Messe, telle qu’elle a été formulée à la XXIIe session du Concile de Trente, lequel, en fixant définitivement les « canons » du rite, éleva une barrière infranchissable contre toute hérésie qui pourrait porter atteinte à l’intégrité du Mystère ». (Cardinaux Bacci et Ottaviani)



Revenir en haut
Chouanne
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2012
Messages: 259

MessagePosté le: Sam 25 Aoû 2012, 12:42    Sujet du message: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire Répondre en citant

Toujours contente de relire l'abbe Barruel! Un prêtre tres savant, tres observateur et tres averti! un saint prêtre à qui on doit tant. c'est pourquoi il est vilipende et meme les tradis qui ont le complexe du complotisme se laissent manipuler. Prêtre

Revenir en haut
Criton
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 249
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim 26 Aoû 2012, 19:15    Sujet du message: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire Répondre en citant

J'apprécie aussi beaucoup l'Abbé Barruel, son "Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme"  (5 tomes) m'a éclairé sur bien des causes de la révolution dite française.

J'ai rencontré deux types d'individus qui adhèrent à ses thèses sur l'origine de la révolution : des catholiques comme nous et... des francs-maçons qui revendiquent clairement aujourd'hui l'héritage maléfique de leurs prédécesseurs.

Cette action de subversion dans l'état puis dans l'église catholique semble se poursuivre aujourd'hui dans cet ilot de résistance qu'est la FSSPX.

J'ai la conviction que les attaques qui furent faites à l'encontre d'Etienne Couvert (après sa mort) ont visé à ridiculiser tous ceux qui pourraient à l'avenir parler de complot : les antignostiques mais aussi les anti-maçons.

Ce n'est pas un hasard que l'individu qui a écrit le brulot intitulé : "la paille et le sycomore" soit certainement aujourd'hui un artisan discret mais très actif du ralliement de la FSSPX à la Rome Conciliaire.  



    


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Dim 26 Aoû 2012, 19:47    Sujet du message: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire Répondre en citant

Criton1963 a écrit:

Ce n'est pas un hasard que l'individu qui a écrit le brulot intitulé : "la paille et le sycomore" soit certainement aujourd'hui un artisan discret mais très actif du ralliement de la FSSPX à la Rome Conciliaire.     

Oui, bien étrange Paul Sernine !

Revenir en haut
Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 1 049
Localisation: montagne

MessagePosté le: Dim 26 Aoû 2012, 20:22    Sujet du message: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire Répondre en citant

Oui bien étrange Arsène Lupin!
Je me souviens du temps où il était interdit de table de procure, j'espère que ceux-là mêmes qui l'interdisé ne le suivent pas aujourd'hui.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:31    Sujet du message: Des prêtres et évêques jureurs de la Révolution française, à la révolution conciliaire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com