Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Contre-Syllabus: "Réconciliation de l'Eglise avec 1789" Joseph Ratzinger/BenoîtXVI

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> ARTICLES DE FOND SUR LA CRISE -> La Révolution en marche
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Mer 19 Sep 2012, 02:30    Sujet du message: Contre-Syllabus: "Réconciliation de l'Eglise avec 1789" Joseph Ratzinger/BenoîtXVI Répondre en citant

[/td]
SOURCE: http://www.cardinalrating.com/cardinal_84__article_1365.htm
Benedictus XVI. P.P.
Function:
Pope of the Holy Roman Church
Title:
Servus Servorum Dei
Birthdate:
Apr 16, 1927
Country:
Germany
Elevated:
Jun 27, 1977
More information:




Vatican II, un contre-syllabus
Apr 19, 2005
Nous publions ci-dessous quelques extraits du livre du cardinal Ratzinger «Les principes de la théologie catholique» qui illustrent bien les propos de Mgr. Lefèbvre dénonçant la rupture accomplie par le concile Vatican II avec l’enseignement traditionnel de l’Eglise. Le Cardinal n’a pas hésité à écrire que la constitution «Gaudium et Spes» était «une sorte de contre-Syllabus».

“De tous les textes du IIe Concile du Vatican, la constitution pastorale «sur l’Eglise dans le monde de ce temps» (Gaudium et spes) a été incontestablement le plus difficile et aussi, à côté de la constitution sur la liturgie et du décret sur l’œcuménisme, le pus riche en conséquences. Par sa forme et la direction de ses déclarations, il s’écarte dans une large mesure de la ligne de l’histoir des conciles et permet, par le fait même, plus que tous les autres textes, de percevoir la physionomie spéciale du dernier Concile. C’est pourquoi il a été considéré de plus en plus après le Concile comme le véritable testament de celui-ci...»

«…La Constitution comprend par «monde» un vis-à-vis de l’Eglise. Le texte doit servir à les amener tous les deux dans un rapport positif de coopération dont le but est la construction du «monde»…

«…un deuxième élément de base caractéristique du texte: le concept du dialogue comme étant son caractère formel fondamental. Le Concile dit-on, «ne saurait donner une preuve plus parlante de solidarité, de respect et d’amour à l’ensemble de la famille humaine … qu’en dialoguant avec elle...»

«…la finalité du dialogue est « la construction d’un société humaine» … et les Pères étaient pressés par le besoin de faire pour l’humanité quelque chose de concret, de visible et de tangible.»

«...le texte, et plus encore les délibérations où il a pris naissance, respirent un optimisme étonnant. Si l’humanité et l’Eglise coopéraient, il semblait que plus rien ne serait impossible. L’attitude de réserve critique à l’égard des forces déterminantes du monde moderne devait être effacée par une insertion résolue dans leur mouvement.

«…Si l’on cherche un diagnostic global du texte, on pourrait dire qu’il est (en liaison avec les textes sur la liberté religieuse et sur le religions du monde) une révision du Syllabus de Pie IX, une sorte de contre-Syllabus. Harnack, on le sait, a interprété le Syllabus de Pie IX tout simplement comme un défi à son siècle; ce qu’il y a de vrai, c’est qu’il a tracé une ligne de Séparation devant les forces déterminantes du XIXe siècle: les conceptions scientifiques et politiques du libéralisme.

«… l’attachement unilatéral, conditionné par la situation, aux positions prises par l’Eglise à l’initiative de Pie IX et de Pie X contre la nouvelle période ouverte par la Révolution française avait été dans une large mesure corrigé via facti; mais une détermination fondamentale nouvelle des rapports avec le monde tel qu’il se présentai depuis 1789 manquait encore.»

«… Contentons-nous ici de constater que le texte joue le rôle d’un contre-Syllabus dans la mesure où il représente une tentative pour une réconciliation officielle de l’Eglise avec le monde tel qu’il était devenu depuis 1789...»

«… par «monde» on entend, au fond, l’esprit des temps modernes, en face duquel la conscience de groupe dans l’Eglise se ressentait comme un sujet séparé qui, après`une guerre tantôt chaude et tantôt froide, recherchait le dialogue et la coopération.»





Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 19 Sep 2012, 02:30    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Mer 19 Sep 2012, 02:36    Sujet du message: COMPLEMENT AUX THESES REVOLUTIONNAIRES DE BENOÎT XVI Répondre en citant

Auteur : Theonas
Sujet : [réponse]
Date : 2011-02-16 19:31:21

Cette citation n’est pas le fait de Soral. C’est moi qui y ai recouru pour illustrer le problème de la pensée de JPII qui saisit parfaitement à quel fond anti-chrétien puise la pensée moderne depuis Descartes, met les Lumières en filiation avec l’idéalisme et insiste cependant sur les apports positifs des Lumières. En rigueur il est impossible d’apprécier positivement les Lumières tout en faisant le procès de ses racines. La volonté de tendre la main au monde a conduit malheureusement à une justification doctrinale intenable.

Par ailleurs la citation de Ratzinger est tirée de l’épilogue de son livre
Principes de la théologie catholique. elle constitue bien sa position :
« En liaison avec les textes sur la liberté religieuse et sur les religions du monde, Gaudium et spes est une révision du Syllabus de Pie IX, une sorte de contre-Syllabus dans la mesure où il représente une tentative pour une réconciliation officielle de l’Église avec le monde tel qu’il est devenu depuis 1789. »

Il l’a réitérée en 1984 «
le problème des années soixante était d’acquérir les meilleures valeurs exprimées de deux siècles de culture « libérale ». Ce sont des valeurs qui, même si elles sont nées en dehors de l’Eglise, peuvent trouver leur place – épurées et corrigées, dans sa vision du monde. C’est ce qui a été fait. »(Ratzinger, mensuel jesus, novembre 1984)

Et son grand texte de 2005 à la curie romaine y fait aussi écho «

« Le Concile Vatican II, reconnaissant et faisant sien à travers le Décret sur la liberté religieuse un principe essentiel de l'Etat moderne, a repris à nouveau le patrimoine plus profond de l'Eglise. »

Comment l’Eglise peut-elle faire sien un principe de l’Etat moderne alors que celui-ci ne doit son existence qu’à une lutte acharnée contre l’Eglise ? le mystère reste entier pour moi.


SOURCE: http://archives.leforumcatholique.org/consulte/message.php?arch=2&num=586266

 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:12    Sujet du message: Contre-Syllabus: "Réconciliation de l'Eglise avec 1789" Joseph Ratzinger/BenoîtXVI

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> ARTICLES DE FOND SUR LA CRISE -> La Révolution en marche Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com