Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
"DICI" - HORS-SERIE EXCEPTIONNEL!

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> ARTICLES DE FOND SUR LA CRISE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Mar 9 Oct 2012, 22:54    Sujet du message: "DICI" - HORS-SERIE EXCEPTIONNEL! Répondre en citant

Posté le: Aujourd’hui à 22:49    Sujet du message: "DICI" - HORS-SERIE EXCEPTIONNEL!


Un DICI hors série pas comme les autres :

Entretien exclusif avec le père Calmel
Grâce aux investigations du secrétaire, la maison générale a retrouvé les traces du père Calmel, ce Père dominicain que Mgr Lefebvre appréciait particulièrement avec le père Emmanuel :
« Ce sont les deux grands auteurs spirituels de notre temps, disait-il, ils sont profondément thomistes, cela donne une assise solide à leur spiritualité, à la différence d’autres auteurs influencés par Saint-Sulpice, tel Libermann. Avec ces derniers, on risque de tomber dans le sentimentalisme ou le volontarisme ou le pacifisme. A cause de cela, le clergé était prêt à tomber au moment de la crise, il lui manquait une spiritualité forte. » (Bernard Tissier de Mallerais, Marcel Lefebvre, Clovis, p. 604).

Chers lecteurs, grâce au Père Calmel, DICI est heureux de vous offrir un Discours Intelligible et Catholiquement Intégrale ce qui nous changera du Discours Indigeste, Calamiteux et Irénique de certains. Parole de plombier !



Abbé Ludens, directeur de la revue



DICI : Pensez-vous qu’en ce cinquantième anniversaire du concile Vatican II, on puisse écrire, de manière minimaliste, que « les enseignements de Vatican II éclairent certains aspects de la vie et de la doctrine de l’Eglise implicitement présents en elle non encore formulés » ?
P. Calmel : Non ! « Ce Concile est d’un style tout à fait nouveau, étranger à toute notre histoire, le Saint-Père entend nous l’imposer par une façon de gouverner d’un style également nouveau, étranger à la papauté pendant vingt siècles … A partir de Vatican II, par le moyen de ce Concile et par l’obstination du Pape à nous l’imposer, c’est une législation révolutionnaire qui a pénétré dans l’Église. » (Itinéraire n° 148)

DICI : Mais prétendre, en 2012, que rien n’a changé est une erreur historique. En 2007, il a été officiellement reconnu que la messe tridentine n’avait « jamais été abrogée » .
P. Calmel : Par ce motu proprio, le Missel traditionnel a été abrogé en tant que forme ordinaire. Ne pas le voir est une erreur théologique ! Le pape entend faire de la messe bâtarde le rite ordinaire de l’Eglise et de la messe Saint Pie V un rite extraordinaire, « voilà ce qui s’appelle détruire la Messe dans le décret même qui prétend l’organiser. Voilà un bon exemple de législation révolutionnaire. Or il s’agit du Saint Sacrifice de la Messe. Il est difficile de se moquer plus méchamment du mystère eucharistique, des prêtres et des fidèles. » La Messe Paul VI est « mauvaise en elle-même … Il n’est au pouvoir d’aucun Pape de rendre bon ce qui est mauvais. » (Itinéraire n° 148)

DICI : Certains refusent tout accord purement pratique avec la Rome conciliaire. Ce refus a priori d’une reconnaissance canonique est-il dû à 40 ans d’une situation d’exception entraînant une certaine incompréhension de la soumission à l’autorité ?
P. Calmel : Des exhortations à la soumission à l’autorité, « les traités de spiritualité en sont pleins … Les traités spirituels ne nous enseignent à peu près rien sur les formes révolutionnaires de l’exercice de l’autorité ni, par suite, sur la pratique de l’obéissance dans cette situation sans précédent … nous sommes en dehors des catégories ordinaires de la désobéissance ou de l’obéissance. » (Itinéraire n° 148)

DICI : À vous entendre, on se demande sérieusement si vous croyez encore que cette Eglise visible dont le siège est à Rome est bien l’Eglise du Christ. On a l’impression que vous êtes tellement scandalisé que pour vous Benoît XVI n’est pas un pape légitime ?
P. Calmel : « Dans ceux de ses actes qui laissent s’établir une législation révolutionnaire c’est le Pape qui annule lui-même son autorité … Je ne prêche pas l’anarchie. Je tiens beaucoup à obéir à l’Église et à tous les Papes, y compris le Pape actuel dans la mesure où il est en continuité avec tous les Papes et non en rupture avec eux. Mais je tiens à obéir dans la situation qui nous est faite maintenant … Je ne m’exempte pas de l’obéissance, mais je ne veux pas non plus m’entraver dans une conception fausse et même absurde de la vertu d’obéissance. Je n’obéis pas à un processus de démolition, mais aux lois toujours valables qui furent portées régulièrement … l’obligation d’obéir n’existe pas à l’égard du système monté par la Révolution, quelle que soit l’autorité officielle qui la patronne. » (Itinéraire n° 148)

DICI : Les maux sont déjà suffisamment dramatiques pour qu’on ne les exagère pas. N’y a-t-il pas un manque de distinction dans vos propos (« tous modernistes, tous pourris, tous révolutionnaires ») qui pourrait se transformer en un durcissement absolu qui aboutira logiquement à un vrai schisme ? Quelles sont vos dispositions intérieures ?
P. Calmel : « Ce qui effraie certains prêtres, et des meilleurs, c’est d’être réduits à s’avouer : je dois marcher sans tenir compte du Pape actuel ! Situation violente certes ... Mais nous n’avons pas le choix. Ou bien ne supportant pas ce déchirement nous nous laissons glisser dans la Révolution. Ou bien nous restons dans la communion de l’Église en ne faisant point cas d’une Révolution soutenue par le Pape. » (Itinéraire n° 148)

DICI : Mais cela ne peut pas durer indéfiniment ! Le pape fait ce qu’il peut contre les évêques progressistes. Comme le notait l’Abbé Pflüger, « la diplomatie joue ici un rôle important. » L’histoire de l’Eglise montre que la guérison des maux se fait de manière graduelle, lentement. Ne faut-il pas être réaliste et travailler dans le champ malgré la mauvaise herbe ?
P. Calmel : Notre devoir est simple : « ne jamais coopérer au sacrilège d’une manière formelle, le sachant et le voulant … Cela va durer jusqu’à ce que, par un grand miracle et par la fidélité de beaucoup de prêtres et de laïcs et au terme de durs châtiments, le Seigneur ait brisé la Révolution dans l’Église … Les évêques, les prêtres en grand nombre ont fait des ténèbres la lumière et de la lumière les ténèbres. » La victoire du Seigneur viendra pour sûr. « Mais jusqu’où faudra-t-il nous enfoncer avant que le Seigneur n’intervienne par un miracle ? » (Itinéraire n° 148)

DICI : Croyez-vous qu’il y a des membres de la Fraternité qui épousent les thèses sédévacantistes ? Avez-vous peur de leur influence ?
P. Calmel : Pourquoi avoir peur d’une opinion qui est libre ? La vraie question est : « Quand le Pape reviendra-t-il de ses égarements ? … Partout la peur d’être tournés en ridicule, d’être gênés dans l’action apostolique, d’être voués à l’insécurité matérielle. Partout la peur de la relégation sociologique. Trop rares sont ceux qui, à cause du Seigneur et de son nom, se moquent de l’isolement d’aujourd’hui et de l’incertitude de demain. – Chez une foule de moines et de religieuses un aveuglement si tenace, une couche d’optimisme d’une telle épaisseur qu’ils ont confondu la divine illumination du Saint-Esprit avec les rayons sinistres du Soleil de Satan … En beaucoup de bonnes âmes, une espèce d’idolâtrie à l’égard de la personne privée du Pape, une notion fausse de l’obéissance qui, sous prétexte que l’autorité a parlé, n’hésite pas à renier les lumières primordiales levées dans notre cœur ... Quand donc, Seigneur, votre vicaire sur la terre cessera-t-il d’abuser des bonnes âmes qui ne sont pas en état de faire les discernements indispensables ? … Que le Seigneur nous accorde dans l’épaisseur de la nuit de demeurer fidèles à sa lumière, de continuer la résistance, d’assurer la transmission de la foi et des sacrements de la foi. » (Itinéraire n° 148)

DICI : Mais la Fraternité ne doit-elle pas aider l’Eglise et le pape ? Comment ?
P. Calmel : « Nous détenons tous, prêtres et laïques, chacun pour notre compte, une petite part d’autorité. Nous autres prêtres avons les pouvoirs de célébrer la vraie Messe, absoudre, prêcher. Les parents, malgré le totalitarisme étatique et la décomposition de la cité, n’ont pas perdu tout pouvoir de former et d’éduquer les enfants qu’ils ont mis au monde … Donc que le prêtre fidèle aille jusqu’au bout de son pouvoir et de sa grâce de prêcher et d’instruire, de pardonner les péchés et d’offrir le Saint-Sacrifice dans le rite traditionnel. Que la sœur enseignante aille jusqu’au bout de sa grâce et de son pouvoir de former les jeunes filles dans la foi, les bonnes mœurs, la pureté, les belles-lettres. Que chaque petit groupe de laïques et de prêtres, ayant autorité et pouvoir sur un petit fortin d’Église et de chrétienté aille jusqu’au bout de ses possibilités et de son pouvoir. » … Le « combat chrétien » doit se « mener par petites unités … qui refusent d’entrer dans je ne sais quelles organisations systématiques et universelles. Dans ces diverses unités, telles qu’une modeste école, un humble couvent, une confrérie de piété, un petit groupement entre familles chrétiennes, une organisation de pèlerinage, l’autorité est réelle et indiscutée ... Il s’agit seulement d’aller jusqu’au bout de sa grâce et de son autorité dans la petite sphère dont on a certainement la charge, en se tenant relié, sans grandes machines administratives. » (Itinéraire n° 149)

DICI : De sérieuses difficultés demeurent avec l’oecuménisme, la liberté religieuse… Si une reconnaissance canonique intervenait quelle serait votre attitude face à ces difficultés ?
P. Calmel : Point d’accord pratique sans un accord doctrinal ! « Trop de dignitaires ecclésiastiques se sont abandonnés à la perversion moderniste de l’intelligence ; ils en sont venus à ne plus trouver monstrueuse l’habitude d’affirmer dans un même discours des propositions incompatibles, parce qu’ils estiment l’intelligence incapable du vrai … Lorsque des prélats à l’esprit aussi dénaturé occupent les premiers postes dans l’Église, c’est pour tous les fidèles une détresse sans nom ». (Itinéraire n° 151)

DICI : Que pensez-vous de l’offre romaine d’une prélature personnelle pour la FSSPX dans ce contexte de révolution dans l’Eglise et d’apostasie dans le monde ?
P. Calmel : « Autrefois, dans les temps de la chrétienté médiévale ou classique, qui voulait se pousser pour devenir cardinal ou davantage encore, il fallait, bien souvent, qu’il devînt le complice, au moins par son silence, des péchés et prévarications des princes chrétiens. Aujourd’hui les princes chrétiens n’existent plus ; en tout cas ils sont dépossédés. Le pouvoir a passé aux sociétés occultes, maçonniques ... Voilà pour une grande part les maîtres horribles des temps modernes. Aujourd’hui donc le prêtre qui nourrirait l’ambition de se pousser dans l’Église aux postes supérieurs, c’est avec ces princes qu’il lui faudrait compter. C’est de ceux-là qu’il devrait se faire le complice. Le pourrait-il s’il ne consentait à s’enfoncer, par degrés peut-être mais véritablement, dans une radicale perversion de l’esprit ? Car s’il refusait de se laisser gagner peu à peu par les ténèbres spirituelles, il resterait incapable, malgré tous ses efforts, de devenir un allié utile pour les forces occultes ; tant bien que mal il s’opposerait, il resterait un adversaire. Or il faut qu’il soit un auxiliaire ; ce n’est pas pour autre chose que le César moderne l’a hissé aux postes de commande. … le démon de l’orgueil est plus redoutable que celui des convoitises charnelles. » (Itinéraire n° 151)

Paru sur le site d'ici  d'un antiModernisme résolu!

Vous aurez reconnu la patte d'antiModernisme.info



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 9 Oct 2012, 22:54    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> ARTICLES DE FOND SUR LA CRISE Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com