Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Mgr de Galaretta - Sermon des ordinations de Bellaigue - 11 octobre 2012

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> ARTICLES DE FOND SUR LA CRISE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Sam 20 Oct 2012, 23:24    Sujet du message: Mgr de Galaretta - Sermon des ordinations de Bellaigue - 11 octobre 2012 Répondre en citant

Posté le: samedi 20 oct. 2012 à 22:21  par GL - Sujet du message: Mgr de Galaretta - Sermon des ordinations de Bellaigue - 11 octobre 2012


Transcription par mes soins de l'enregistrement audio paru sur La Porte Latine



Pour ceux qui comme moi préfèrent les textes. Et pour contrebalancer un tout petit peu les cérémonies à la gloire de Vatican II
Enfin pour rendre hommage aux communautés amies qui affrontent la tempête avec courage, lucidité et fermeté.


Gentiloup
 
 

Citation:



      
 

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, ainsi soit-il.


Très chers confrères dans le sacerdoce, chers frères, chers religieux, religieuses, chers ordinands, très chers fidèles,
 
Nous avons aujourd'hui la joie de pouvoir conférer le diaconat et le sacerdoce catholique à quatre sous-diacres et trois diacres, joie d'autant plus intense, ressentie, qu'elle arrive après l'épreuve.

Par l'ordination au diaconat et particulièrement au sacerdoce vous allez participer réellement, chers ordinands au sacerdoce de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Vous recevrez une participation plus parfaite au caractère sacerdotal et à la grâce sacerdotale de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
Il y a donc une assimilation, une ressemblance plus parfaite avec Notre-Seigneur, plus particulièrement sous cet aspect de son sacerdoce. C'est une délicatesse de la Providence d'avoir prévue cette cérémonie le jour de la maternité divine de Notre-Dame. Car c'est bien au moment de l'Incarnation où Dieu a réalisé, opéré en même temps la maternité divine et la consécration sacerdotale de Notre-Seigneur Jésus-Christ. C'est au moment même de l'Incarnation qu'a été consacré le premier prêtre, Notre-Seigneur.

Lorsque Saint-Thomas définit le sacerdoce, il dit qu'il consiste essentiellement dans la médiation. Le prêtre est médiateur entre Dieu et les hommes, entre les hommes et Dieu. Donc une double médiation. Le prêtre doit donc offrir à Dieu des oblations, des prières, des dons, le sacrifice à Dieu au nom du peuple fidèle et en même temps, et c'est de là que vient le nom de sacerdoce, celui qui donne les choses sacrées, les choses saintes, il communique les bienfaits de Dieu aux âmes, aux hommes, aux fidèles.
L'acte par excellence où le prêtre remplit cette double médiation, c'est la célébration du saint-Sacrifice de la messe. C'est la célébration du sacrifice eucharistique. C'est pour cela que le sacerdoce est  défini essentiellement par l'offrande du Saint-Sacrifice de la messe, acte par excellence de culte des hommes et de l'Eglise par Notre-Seigneur Jésus-Christ, à Dieu; pour la gloire de Dieu, en action de grâce, pour satisfaire, pour rendre Dieu propice, prière donc par excellence que l'Eglise est fidèle à Dieu.
Et en même temps à la Sainte Messe, tous les biens sont surnaturels, sont contenus et donnés aux fidèles de la part de Dieu, car la messe contient toute l'efficacité surnaturelle de la Passion et de la Croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ, donc une efficience dans l'ordre de la grâce, infinie. Et par la Consécration, sur le mode de ce renouvellement du sacrifice de la Croix, par la consécration du pain et du vin dans le corps, le sang, l'âme et la divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Dieu, par le prêtre, nous donne le bien le plus grand qu'il peut nous donner c'est-à-dire Notre-Seigneur Jésus-Christ lui-même. Et c'est donc par voie de conséquence que le prêtre a un pouvoir sur le Corps mystique: "Sacerdotem etenim oportet offerre, praedicare, baptizare, praeesse, benedicere ". C'est le pontifical qui le dit. Au prêtre correspond tout d'abord d'offrir le Saint-Sacrifice et en conséquence, prêcher la vraie foi, baptiser, c'est-à-dire donner les sacrements, présider, guider, gouverner et bénir, c'est-à-dire sanctifier par tous les moyens que Notre-Seigneur a transmis à son Eglise, à son sacerdoce établi par Lui-même. Donc le prêtre est sacrificateur, tout d'abord et en conséquence il est prédicateur, docteur, il est sanctificateur, il est pasteur.
Dans la théologie classique on définissait en disant que le sacerdoce, le ministère sacerdotal, le prêtre a un triple pouvoir: "potestas docendi, potestas sanctificandi, potestas gubernandi", pouvoir d'enseigner la vérité avec autorité, la vraie foi, pouvoir de sanctifier, communiqué évidemment par Notre Seigneur Lui-même, pouvoir de gouverner, de diriger. Et ce triple pouvoir il l'exerce en puissance par rapport à toute l'humanité à tout le monde, mais la plupart du temps en concret et en actes, par rapport aux fidèles catholiques. Donc cette médiation du prêtre, elle a lieu en ce sens entre Dieu et les fidèles. Le prêtre donc est vraiment un autre Christ qui continue le sacerdoce dans toute sa plénitude, le sacerdoce de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
 
Et aujourd'hui c'est aussi un anniversaire, un autre anniversaire, du commencement du Concile Vatican II et évidemment quant à nous nous n'avons rien à célébrer car si d'une façon générale le Concile Vatican II contient en germe la destruction totale de la foi catholique, le renversement de fond en comble de l'Eglise catholique, il contient en lui-même un germe, mais cela a été appliqué d'une façon incohérente, dans l'après-concile, le post-concile. Ils ont tiré les virtualités, c'est la naissance d'une démolition totale, absolue, du sacerdoce catholique, il suffit de regarder autour de nous. Bientôt il n'y aura même plus la notion vraie du sacerdoce de Notre-Seigneur, du sacerdoce catholique.
Donc un des effets les plus dévastateurs du Concile a été précisément d'avoir dénaturé, adultéré plutôt que démoli, le vrai sacerdoce! La continuité du sacerdoce de Notre Seigneur, nécessaire donc, absolument pour notre salut! Que ce soit pour recevoir la vraie foi, la grâce, pour sanctifier les âmes, les sauver, pour sanctifier les sociétés, les nations.
Monseigneur Lefebvre avait bien vu la gravité de cette attaque au sacerdoce catholique, car en démolissant le sacerdoce on tarit les sources, les vérités, les grâces, des vies de sainteté, des rédemptions.
Evidemment, je ne veux pas et je ne vais pas m'étendre trop sur ce sujet, mais je ne fais pas non plus une diatribe sans fondement. Au Concile, ils ont tout-de-même introduit des nouvelles notions de l'Eglise. Parmi les nouveautés conciliaires il y a de nouvelles notions par rapport à la nature et à la fidélité à la Sainte Eglise. Vous avez entendu parler sans doute de l'église communion, de l'Eglise peuple de Dieu, de l'Eglise sacrement, et par voie de conséquence on a parlé du sacerdoce commun du peuple de Dieu, donc c'est toute l'Eglise qui participe au sacerdoce de Notre Seigneur Jésus-Christ! C'est le peuple de Dieu qui est messianique, prophétique, qui est infaillible. Donc au fond, le peuple de Dieu est le prêtre! Et quelle est la fin de cette nouvelle Eglise? Ainsi conçue? C'est le monde! Le monde non catholique, les états, les vérités temporelles, les autres religions, les athées, toute l'humanité. Et quelle est la médiation de ce nouveau sacerdoce qui correspond à toute l'Eglise catholique? A tout le peuple de Dieu? Ce n'est plus la vraie foi, la vie de la grâce, le salut, c'est l'unité du genre humain. C'est la paix, c'est la justice, la justice plutôt sociale. Donc il y a une nouvelle notion de médiation qui n'a rien à voir avec la médiation de Notre Seigneur Jésus Christ et en conséquence, de son sacerdoce.
L'Eglise est ordonnée à être le ferment du monde mondain. Et il faut en conséquence une adaptation à ce monde qui se fait par le principe, ou si vous préférez, l'esprit libéral. L'esprit révolutionnaire: liberté, égalité, fraternité! Et cet esprit libéral démolit systématiquement le triple pouvoir sacerdotale! Il n'y a plus lieu pour enseigner la vérité avec autorité, il n'y a plus lieu pour sanctifier dés lors que la sainteté devient cette union, cette fraternité universelle,  élément du peuple de Dieu lui-même qui est comme un sacrement et surtout il n'y a pas lieu pour gouverner pour la hiérarchie. En même temps le saint-sacrifice de la messe devient superflu. On ne va gagner, on va évacuer la croix du Christ. On va l'évacuer! Plus besoin du Saint-Sacrifice de la messe et strictement parlant, puisqu'en fait il ne s'agit pas d'une question de justice, donc pas besoin de satisfaire, d'expier,  de réparer,  pas besoin de propitiation, la sainte messe devient pour eux un sacrifice seulement de louange, d'action de grâce, donc beaucoup plus Résurrection et  Mystère pascal que Vendredi Saint et  sacrifice de la Croix.
Alors voyez, c'est normal, que le sacerdoce catholique n'ait plus de place dans cette conception nouvelle.  Or si cela a été  développé dans le post-concile, il y a de cela plus de quarante-cinq ans, peut-être nous n'avons pas le recul pour faire l'histoire du concile Vatican II, mais nous avons devant nos yeux suffisamment de faits dans un laps de temps suffisant pour juger quels sont les faits et les fruits de ce concile. Donc c'est l'application de ce principe, le développement cohérent de ce principe qui a abouti, en tout cas, à l'adultération du sacerdoce catholique. Il est dénaturé. Et c'est pour cela que plus que jamais il faut que nous gardions le vrai sacerdoce, que nous le transmettions, plus que jamais, chers confrères, il faut vivre la plénitude de notre sacerdoce. Monseigneur Lefebvre nous disait que son désir, le désir le plus cher à son cœur était de garder et de transmettre le sacerdoce catholique dans toute sa pureté et intégrité doctrinale, dans toute sa charité missionnaire. Et nous pourrions dire, parce qu'il nous l'a transmis aussi, dans toute sa sainteté. Dans toute sa sainteté originaire et exemplaire.
Si la révolution dans l'Eglise a eu pour objet de mettre la lumière sous le boisseau et s'affadir le sel, eh bien, nous nous devons mettre la lumière afin qu'elle éclaire tous les hommes et il faut que nous soyons le sel de la terre!
 
Dans l'antienne de l'Offertoire de la Fête-Dieu de la messe du Saint-Sacrement il y a ces paroles: "Sacerdotes Domini incénsum et panes offerunt Deo: et ideo sancti erunt Deo suo" "des prêtres du Seigneur offrent l'encens et le pain à Dieu et c'est pourquoi Ils se conserveront saints pour leur Dieu." C'est une citation de l'Ancien Testament, du livre du Lévitique, un des préceptes de Dieu au sacerdoce, c'est l'Ancien Testament. Alors Saint-Jean d'Avila, un saint espagnol du XVIème siècle, contemporain de Sainte-Thérése de Jésus, Saint-Jean de la Croix, s'exclame: mais alors est-ce qu'il fallait vraiment  une si haute sainteté pour juste  encenser et présenter le pain de la proposition sur l'autel? Une sainteté moyenne aurait suffi, dit-il, pour cela!
C'est qu'en fait, sous l'écorce de ses images, de ses figures est signifié le sacerdoce de la nouvelle loi qui consiste, d'une part, dans la médiation, par la prière du prêtre, c'est cela qui est signifié dans l'offrande de l'encens, dit-il, le prêtre doit être médiateur, il doit rendre Dieu propice, il doit apaiser Dieu, il doit éviter les maux pour les fidèles et pour le monde et attirer le bien. C'est pour cela qu'il considère un élément essentiel et oublié -et c'est juste- du sacerdoce catholique: la médiation par la prière, par l'oraison publique ou privée. Mais le prêtre, comme celui qui apaise Dieu, qui apaise la colère de Dieu, la justice de Dieu, la vengeance de Dieu! Pour faire cela il faut qu'il soit saint, car comment Dieu pourrait-il écouter la prière du prêtre si ce prêtre n'est pas son ami? s'il n'y a pas de familiarité avec Dieu? s'il n'y a pas d'intimité avec Dieu? Et en même temps le prêtre doit accompagner cette médiation par sa prière, par l'offrande du pain, c'est-à-dire de celui qui est le pain de vie, la consécration du pain et du vin dans le Corps et le Sang, l'âme, la divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Et c'est surtout pour cela que le prêtre doit être saint, car il est appelé à traiter, ou pas, des choses saintes. Mais la chose la plus sainte qui existe, qui est Notre Seigneur, qui est Dieu lui-même!
Lorsque Dieu a prédestiné Notre-Dame à devenir la Mère de Notre-Seigneur Jésus-Christ, il l'a remplie de grâces, il l'a sanctifiée. Eh bien, le prêtre aussi doit traiter le corps et le sang de Notre-Seigneur, la Personne de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Il est absolument requis, donc, il est exigé par cela même qu'il soit saint de corps et d'âme et qu'il ressemble à Notre-Seigneur Jésus-Christ puisqu'il est un autre Christ. C'est le Christ, dit Saint-Bernard, qui traite le Christ, le prêtre. Il est exigé donc qu'il ait une certaine familiarité avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, qu'il y ait une communauté de volonté, qu'il aime les mêmes choses, qu'il rejette, qu'il haïsse les mêmes choses. Qu'il ait les mêmes mœurs, coutumes que Notre Seigneur, qu'il soit uni à Notre-Seigneur Jésus-Christ! Exigence, donc, chers ordinands, chers confrères, de sainteté par cet officie de médiateur, de sacrificateur, par le ministère que le prêtre doit remplir auprès du corps mystique. Exigence de sainteté par l'heure actuelle,  l'heure que nous allons vivre. Il ne suffit pas de garder la doctrine du sacerdoce catholique, il ne suffit pas de garder les sacrements, il faut que nous les gardions saintement! C'est là sans doute la clef de la solution de la crise.


L'apôtre Saint-Paul nous dit dans l'épître aux Hébreux quelle a été la disposition de cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ au moment même de sa consécration sacerdotale. Rentrant en ce monde, Notre-Seigneur à dit à Dieu, vous n'avez pas voulu des oblations et des sacrifices, mais vous m'avez formé un corps.  Vous n'avez pas agréé des holocaustes ni des sacrifices pour les péchés,  alors j'ai dit: "me voici, je viens "ecce veni!" pour faire, ô Dieu, votre volonté."  C'est les paroles que par révélation, Saint-Paul nous fait connaître par Notre Seigneur au moment de l'incarnation, au moment où Il est constitué prêtre pour l'éternité, c'est dans l'ordre de Melchisédech: "me voici ô Dieu afin de faire votre volonté"! Et Saint-Paul ajoute: "Et c'est cette volonté qui nous a sanctifiée, nous tous, par l'oblation du corps de Notre-Seigneur Jésus-Christ une fois pour toutes." Il y a toute la vie, toutes les actions de la vie sacerdotale de Notre-Seigneur qui sont contenues dans ce vœu, dans cette première oblation de Notre Seigneur. Et même le sacrifice de la Croix qui est comme l'accomplissement parfait. C'est donc bien là la disposition essentielle qui doit être la nôtre, prêtre de Notre-Seigneur Jésus-Christ! C'est cette oblation, cette offrande à la volonté de Dieu. Cette conformité à la volonté de Dieu, c'est en cela que consiste notre sanctification sacerdotale et donc, comme Notre Seigneur il faut que nous soyons sacrifices, que nous soyons holocaustes. Il ne suffit pas d'être conforme au Christ prêtre, sacrificateur, il faut que nous nous conformions au Christ victime, oblation, sacrifice et c'est comme cela que notre sacerdoce sera sain et fécond et c'est comme cela que nous pourrons vraiment contribuer à la restauration du sacerdoce catholique et  donc de l'Eglise. C'est là la réponse qu'il faut que nous donnions. Et plus la situation est difficile, plus nous sommes éprouvés, et plus il est manifeste qu'il faut que nous soyons de saints prêtres et en conformité tout simplement à Notre-Seigneur Jésus-Christ ayant les mêmes dispositions, les mêmes sentiments, la même vie, voilà ce que le Ciel et les hommes attendent de nous.

Nous avons bien sûr, le secours de la très Sainte-Vierge Marie, Mère du Christ, Mère du prêtre. Nous la saluons comme la Mère de Dieu, "sancta Dei genitrix", Mère du Créateur, Mère du Sauveur, Mère du Rédempteur "Mater Divine gracie", Mère de la divine grâce! Dans l'épître qui a été chanté il y a quelques instants nous la saluons aussi avec l'Eglise comme la Mère de la crainte de Dieu, la crainte de Dieu, le respect de Dieu qui est le commencement de toute sagesse et de toute sainteté. Nous l'appelons aussi Mère de la connaissance, c'est-à-dire, de la sagesse, de la foi, de la vérité qui touche à Dieu, des mystères de Dieu, de la Révélation, Mère du bel amour, c'est-à-dire du vrai amour, la vraie charité, l'amour droit, c'est ça le bel amour, c'est pas un joli amour. C'est un amour droit qui dirige nos heures et nos actions. Nous l'appelons aussi Mère de La Sainte Espérance.
Voilà comment Notre-Dame exerce sa maternité par rapport à la Sainte Eglise, par rapport aux Chrétiens, par rapport à tous les hommes, par rapport aux prêtres, tout particulièrement. C'est en Elle que nous pourrons trouver, tout comme il est dit toujours dans l'épître d'aujourd'hui, dans cette vie la grâce et la vérité, la vie et la vertu. Et si nous sommes de vrais enfants de Notre-Dame nous jouirons de ses promesses extraordinaires: ceux qui écouteront la Très Sainte Vierge Marie, notre Mère, ne seront pas trompés,  ne seront pas dans la confusion. Ceux qui agiront par Elle, par la Très Sainte Vierge Marie, par Notre Mère, ne pécheront point. Ceux qui la feront connaître obtiendront la vie éternelle.
 
Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, ainsi soit-il.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 20 Oct 2012, 23:24    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> ARTICLES DE FOND SUR LA CRISE Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com