Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
lettre de l'abbé Trincado à Mgr Fellay

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> PRETRES REFRACTAIRES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Mar 23 Oct 2012, 00:40    Sujet du message: lettre de l'abbé Trincado à Mgr Fellay Répondre en citant

Alix
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2012
Messages: 255

Localisation: montagne

Posté le: Hier à 21:07    Sujet du message: lettre de l'abbé Trincado


[Modération:  [url=http://aveclimmaculee.blogspot.fr/2012/10/lettre-que-m-labbe-trincado-remise-en.html%5DSOURCE%20de%20la%20publication%5B/url%5D:%20http://%3Ca%20href=%5Daveclimmaculee%5B/url%5D.blogspot.fr/2012/10/lettre-que-m-labbe-trincado-remise-en.html]

Mendoza, 12 Octobre 2012


A son Excellence Révérendissime, Mgr Bernard Fellay



Excellence,



Par la présente lettre, je tiens à exprimer avec tout le respect dû à Votre Excellence Révérendissime, ma profonde préoccupation au sujet de l'état actuel de notre congrégation et de l'avenir de celle-ci.


Depuis le milieu de cette année, la FSSPX est dans un état caractérisé, en interne, de division profonde et de grave crise de confiance dans l'autorité, et, à l'extérieur, on note un affaiblissement sensible de nos forces dans la défense de la foi et un discrédit croissant. On respire, en effet, un autre air dans la congrégation, très différent de l'air habituel ; entre nous, nous voyons s’installer la confusion, la discorde, la peur, la méfiance et la délation.

Cet effondrement interne touche toute la congrégation, de nos évêques jusqu’aux laïcs ; c’est la crise la plus générale et profonde qui a jamais existé en 42 ans de la vie de la FSSPX. La fracture est liée à la façon dont votre Excellence mène les négociations en cours avec la Rome libérale. Le secret qui est retombé sur les pourparlers a entraîné une série de dangers évidemment prévisibles, mais Votre Excellence n'a pas pris les moyens efficaces pour les contrer. Dans ces circonstances, certains membres de la congrégation, fatigués par le long combat ou cédant aux tendances dominantes libérales, ont approuvé l’idée d’un accord avec la Rome moderniste, tandis que d'autres la réprouvent parce qu'ils pensent qu'il n’est pas raisonnable de supposer que l'Eglise va sortir de la terrible crise qu’elle connaît depuis le fatidique Vatican II, en soumettant la Tradition au pouvoir des libéraux. On peut se demander : Quelle serait l'utilité d'une régularisation canonique dans le contexte actuel ? Sommes-nous en faute aux yeux de Dieu, d’être restés pendant quatre décennies en marge de la structure officielle, dominée sans aucun contrepoids par les modernistes ? Est-il réaliste de penser que nous pourrions arriver à être ce contrepoids ? Est-il raisonnable de prétendre se soumettre à des autorités libérales dont l’objectif obstiné est de nous amener au Concile Vatican II ? Une telle chose n'est-elle pas clairement suicidaire ? Ou est-ce que le pape actuel a cessé d’être un vrai libéral ? Certaines nominations faites récemment par le Saint-Père, comme celles du Cardinal Müller, ne prouvent-t-elle pas qu'il est irrationnel de se mettre entre les mains de la Rome actuelle ?

Peu importe que l'initiative de cet accord soit venue du Vatican ou de nos supérieurs, puisque la simple acceptation de la possibilité d'une paix - nécessairement fausse et injuste - avec ceux qui continuent à détruire l'Église, constitue une illusion claire et très dangereuse. On prétend que le protocole de 1988 serait un précédent en faveur de cet accord, mais c’est bien le contraire, car s’il s’agit de suivre un exemple, on doit imiter les saints hommes dans leurs réussites, et non pas dans leurs erreurs, et nous savons que Mgr Lefebvre a rapidement et expressément rétracté son erreur et son intention passagère de régulariser la congrégation en la soumettant au pouvoir de la hiérarchie moderniste (cf. lettre au Saint-Père du 02/06/88). Nous devons nous en tenir à son ultime et définitive volonté et non pas à un désir temporaire qui fut explicite, sans ambiguïté et définitivement révoqué.

Dans le cadre des négociations avec Rome, Votre Excellence a souvent recours à l'utilisation d'expressions ambiguës. L'ambiguïté a acquis, de cette façon, des droits de citoyenneté dans la FSSPX. Cette nouvelle façon de parler aux modernistes et au monde cause, entre autres maux, un grave scandale pour de nombreux traditionalistes. Il n’y a pas de doute que, dans les circonstances actuelles de progressive extinction de la foi, défendre la vérité avec des mots clairs et précis devant les destructeurs de la religion catholique et devant tous les hommes, est un devoir grave. La première charité est la vérité. Le diable s'est servi de l'ambiguïté pour sa grande victoire appelée Vatican II, et maintenant nous allons nous battre contre l'ambiguïté avec davantage d'ambiguïté? Votre Excellence, cependant, a choisi de diluer et de mélanger avec des paroles équivoques plusieurs vérités comme précisément la condamnation catégorique et sans équivoque que depuis 42 ans nous avons fait du concile, concile qui est la cause principale de l'état actuel et désastreux d’apostasie générale, ce qui entraîne la damnation de beaucoup d'âmes. Les ambiguïtés de Votre Excellence ont entraîné, comme cela était parfaitement prévisible, un grande quantité de rumeurs, sans que Votre Excellence juge opportun de les dissiper.

Dans la Fraternité Saint Pie X, il y a un «nouveau style» et pas seulement au niveau des mots. Ses notes caractéristiques sont l'ambiguïté, la diplomatie, le secret, l'hésitation et la timidité. Ce grave changement est en train de saper notre combat contre les erreurs qui empoisonnent l'Eglise et contre les loups en vêtements de brebis qui les diffusent, et dans le même temps, nous ne rappelons plus les bases : nous ne sommes déjà plus la Congrégation de Prêtre s de ce « si, si, no, no » que le Christ a commandé, de prêtres qui appellent les choses par leur nom quoi qu’il advienne et quoi qu'il arrive. La façon de gouverner de votre Excellence révérendissime est autoritaire envers vos subordonnés et excessivement douce et condescendante envers les ennemis. Cela a un impact catastrophique à tous les niveaux de la vie de la Fraternité. Les soldats, pour le meilleur ou pour le pire, suivent leur général. C’est pourquoi, la vieille attitude de guerre directe, virile et résolue contre les ennemis du Christ, qu’on admirait dans nos prêtres, a cédé la place au calcul diplomatique, à la peur, au découragement, voire à la lâcheté. Un exemple est la déclaration du Chapitre de juillet, à un moment où toute l'Église nous regardait avec attention. Cette déclaration n’est pas exempte d’une certaine ambiguïté et d’une certaine faiblesse. Les six conditions pour une régularisation, récemment publiées, sont nettement insuffisantes et montrent aussi une faiblesse certaine devant la Rome moderniste.

Dans ce scénario malheureux, la confiance entre les membres de la congrégation est particulièrement blessée. Comment faire confiance à un Supérieur qui a rejeté les conseils et les avertissements de tous les autres évêques et de notre Fondateur ? En mai, nous avons pu lire une correspondance entre les quatre évêques, dans laquelle Votre Excellence révérendissime tente d'imposer sa propre opinion aux trois autres évêques, afin de parvenir à un accord avec Rome. Par lettre datée du 7 Avril, les trois autres évêques mettent en garde le Conseil général : « Monseigneur, messieurs les abbés, veuillez faire attention, vous conduisez la Fraternité à un point où elle ne pourra plus rebrousser chemin, à une profonde division sans retour et, si vous aboutissez à un tel accord, à des puissantes influences destructrices qu’elle ne supportera point. Si jusqu’à présent les évêques de la Fraternité l’ont protégée, c’est précisément parce que Mgr Lefebvre a refusé un accord pratique. Puisque la situation n’a pas changé substantiellement, puisque la condition émise par le Chapitre de 2006 ne s’est nullement réalisée (changement doctrinal de Rome qui permettrait un accord pratique), écoutez encore votre Fondateur. » En dépit de ces mots Votre Excellence est allée de l'avant dans la tentative de parvenir à un accord avec Rome.

Quelques mois plus tôt [NDLR, à Albano">[/url], Mgr de Galarreta avait également averti Votre Excellence, de façon également très claire, des conséquences prévisibles si l’on poursuivait avec cette intention : « Aller dans le sens d’un accord pratique serait renier notre parole et nos engagements devant nos prêtres, nos fidèles, Rome et devant tout le monde. […] Une telle démarche manifesterait une grave faiblesse diplomatique, de la part de la Fraternité, et à vrai dire, plus que diplomatique. Ce serait une faute de cohérence, de droiture et de fermeté, ce qui aurait comme effet la perte de crédibilité et de l'autorité morale dont nous jouissons. » Mais Votre Excellence n’a pas écouté Mgr de Galarreta.

Aucun cas n’a été fait par Votre Excellence des avertissements de ses pairs, mais vous avez continué à diriger notre bateau dans les récifs de l'accord. Si, finalement, il n'a pas été signé, cela est uniquement dû au Pape qui, de façon surprenante, a élevé les exigences par rapport à ce que Votre Excellence était disposée à accepter (cf. conférence de Mgr Tissier de Mallerais du 16/09/12) Aujourd'hui, nous subissons les conséquences prévisibles, sérieuses et peut-être irréparables d’une telle attitude obstinée incompréhensible.

Excellence, s’il apparait très surprenant que vous ayez choisi d'ignorer les avertissements apparemment unanimes de vos pairs, bien pire et plus inquiétant est le fait que Votre Excellence Révérendissime a déclaré que la volonté des modernistes romains l'emporte sur le bien de la Fraternité Saint Pie X : « Pour le bien commun de la Fraternité, nous préfèrerions de loin la solution actuelle de statu quo intermédiaire, mais manifestement Rome ne le tolère plus " (Réponse aux 3 évêques, 14/04/14). Lire: les libéraux et les modernistes à Rome ne tolèrent plus.

Par conséquent, compte tenu de ce qui précède, et en considérant :

1) que la FSSPX connaît une grave crise provoquée par un exercice très déficient de l'autorité qui n’a pas pris les mesures conduisant à prévenir les maux facilement prévisibles que nous regrettons aujourd'hui,

2) que cette situation perdurant nous détruira peu à peu, sans qu’il soit besoin d’un quelconque accord avec Rome,

en tant que membre de cette congrégation, je demande respectueusement à Votre Excellence, pour le bien de l'Eglise, pour le bien de la FSSPX et pour son propre bien, qu’elle démissionne dès que possible de son poste de Supérieur Général. Seul le remplacement des autorités existantes par d'autres clairvoyantes, vraiment diligentes quant au devoir essentiel d’assurer notre unité et de conserver l'esprit qui a toujours caractérisé notre congrégation, permettra que la FSSPX retrouve le chemin juste et saint par lequel Mgr Lefebvre l’a conduite.

Veuillez agréer, Excellence Révérendissime, l’expression de mes salutations distinguées dans le Christ,


Padre René Miguel Trincado Cvjetkovic

Mendoza, 12 de octubre de 2012



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 23 Oct 2012, 00:40    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> PRETRES REFRACTAIRES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com