Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Le règne de Mammon ou le règne du Christ? - Lettre des Dominicains N° 62

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Mer 7 Nov 2012, 21:12    Sujet du message: Le règne de Mammon ou le règne du Christ? - Lettre des Dominicains N° 62 Répondre en citant

Considération sur le prêt d'argent - La pratique de l'usure n'est pas chrétienne
 

Traditionnelle, cette critique de la rémunération de l'argent est cependant passée aux oubliettes depuis longtemps chez les Chrétiens. Voilà quelques considérations qui ne devraient pas plaire à tout le monde. GL


Idea Question Idea Question Idea Question Idea Question Idea Question Idea Question Idea Question Idea
 


 
Citation:
Le règne de Mammon ou le règne du Christ?


Au cours de cet été un père du couvent s'est rendu à la Défense. (...)

Sur ce site, plusieurs dizaine de milliers de personnes travaillent dans le secteur bancaire. Comme il y a des banques ailleurs qu'à La Défense, on peut facilement conjecturer que des centaines de milliers de personnes travaillent pour Mammon, (le dieu de l'argent) en France, et des millions dans le monde.
Une question se pose: de quoi vivent ses millions de personnes? La réponse est simple : elles vivent en grande partie du taux d'intérêt de l'argent, c'est-à-dire en réalité de l'usure.
Sans doute un certain intérêt est légitime quand on prête de l'argent, mais cet intérêt doit venir d'un motif extrinsèque au fait de prêter: par exemple la déperdition de la valeur de l'argent due à l'inflation, ou le risque pris par le fait de prêter de l'argent. Mais la pratique des banques est autre: elles perçoivent un intérêt sur l'argent prêté, uniquement au motif du prêt, et souvent même sur de l'argent virtuel.

 
Citation:
"Recevoir un intérêt pour de l'argent prêté - nous dit Saint-Thomas d'Aquin - est de soi injuste, car c'est faire payer ce qui n'existe pas; ce qui constitue évidemment une inégalité contraire à la justice. Pour s'en convaincre il faut se rappeler que l'usage de certains objets se confond avec leur consommation; ainsi nous consommons le vin pour notre boisson et le blé pour notre nourriture. Dans les échanges de cette nature on ne devra donc pas compter l'usage de l'objet à part de sa réalité même; mais du fait même que l'on en concède l'usage à autrui, on lui concède l'objet. Voilà pourquoi pour des objets de ce genre, le prêt transfère la propriété. Si donc quelqu'un voulait vendre d'une part du vin, et d'autre part son usage, il vendrait deux fois la même chose, ou même vendrait ce qui n'existait pas. Il commettrait donc évidemment une injustice. Pour la même raison l'on pècherait contre la justice si , prêtant du vin ou du blé, on exigeait deux compensations, l'une à titre de restitution équivalente à la chose elle-même, l'autre pour prix de son usage (usus); d'où le nom d'usure (usura)." (II-II, q.78, à.1.)
La justice naturelle condamne le prêt à intérêt et il n'est pas surprenant qu'Aristote ait dénoncé ce vice (Voir I polit.,cap3). Commentant ce texte, saint-Thomas écrit;  
Citation:
"Cette manière d'acquérir de l'argent est au plus haut point contre-nature, car selon l'ordre de la nature, l'argent provient des choses naturelles, non de l'arghent lui-même."
  • "Mais mon père, vous voulez nous ramener au Moyen-Âge! Le prêt à intérêt a entrainé un grand développement de l'économie, et donc un grand progrès."
  • "Un développement sans doute! Un progrès il faudrait distinguer: un progrès matériel et texchnique je le concède; un progrès spirituel, je le nie."
De fait depus la libéralisation du prêt à intérêt, l'économie s'est beaucoup développée, mais à la manière d'un cancer. Elle s'est développée de manière anarchique et conduisant peu à peu la société à prendre un visage de plus en plus inhumain.



Lire la suite de ce très intéressant article au sujet d'une pratique très courante même parmi les catholiques, dans "La Lettre des Dominicains d'Avrillé" - N° 62 -Août 2012


Dernière édition par Gentiloup le Jeu 8 Nov 2012, 21:55; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 7 Nov 2012, 21:12    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Martin
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2012
Messages: 247
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Jeu 8 Nov 2012, 21:15    Sujet du message: Re: Le règne de Mammon ou le règne du Christ? - Lettre des Dominicains N° 62 Répondre en citant

 
Gentiloup a écrit:
Mais la pratique des banques est autre : elles perçoivent un intérêt sur l'argent prêté, uniquement au motif du prêt, et souvent même sur de l'argent virtuel.

Merci Gentiloup ! Cette dernière pratique est en effet foncièrement malhonnête, car elle rend impossible le remboursement de tous les créanciers de la banque. Un exemple le fera bien comprendre : si vous détenez une certaine quantité d’or et si vous prêtez plusieurs fois cette même quantité à vos clients, il vous sera impossible de les rembourser s’ils viennent tous réclamer leur dû en même temps. C’est pourtant ce que font tous les organismes de crédit.

Bien entendu, les banques tablent sur la faible éventualité qu’une telle situation se produise, mais en temps de crise c’est précisément ce qui peut arriver à tout moment : il ne leur reste plus alors d’autre possibilité que de fermer leurs guichets. Si certains imaginent ce bank holiday improbable, qu’ils sachent que ce n’est pas l’avis de Jean-Michel Steg, ancien de Goldman Sachs et actuellement senior advisor chez Blackstone. Écoutons-le – dans une émission récente de Nicolas Doze sur BFM Business (à 5 min. 20 du début) – nous annoncer une panne prochaine du système bancaire :

Jean-Michel Steg a écrit:
Je pense, je l’ai déjà dit je crois à plusieurs reprises sur votre antenne, Nicolas, qu’en France, on ne bougera vraiment que le jour où on mettra sa carte de crédit dans l’ATM, le distributeur automatique, et que ça ne sortira pas. Que ce soit le distributeur automatique de votre banque, le compte bancaire d’un employé public ou celui d’un retraité. Et je pense que ce jour-là se profile.

Le silence gêné de l’animateur de l’émission et de ses autres invités, ainsi que leur empressement à changer de sujet à la suite de cette intervention, en disent long sur la réalité du risque...

M.
 


Revenir en haut
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Jeu 8 Nov 2012, 21:46    Sujet du message: Le règne de Mammon ou le règne du Christ? - Lettre des Dominicains N° 62 Répondre en citant



Votre vidéo, cher Martin!
En effet l’embarras est palpable!
C'est donc à 5mn 20 s.
 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:10    Sujet du message: Le règne de Mammon ou le règne du Christ? - Lettre des Dominicains N° 62

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> FORUM -> LE FORUM OUVERT AUX DISCUSSIONS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com