Un évêque s'est levé!  Index du Forum

Un évêque s'est levé!
Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 SOUTIEN A NOS EVÊQUES, PRÊTRES, RELIGIEUX, RELIGIEUSES REFRACTAIRES 


           
Recension du livre du RP M. Lelong: "La nécessaire réconciliation" promue par le GREC

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> VERS LE RALLIEMENT
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gentiloup
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2012
Messages: 2 884

MessagePosté le: Jeu 15 Nov 2012, 17:58    Sujet du message: Recension du livre du RP M. Lelong: "La nécessaire réconciliation" promue par le GREC Répondre en citant

AntiModernisme.info a jugé bon de reprendre cet article:

Voici le titre et l'introduction dont ils l'ont précédé:
 
Citation:




Le GREC ou une association très malfaisante
http://www.antimodernisme.info/info/?p=53
Posted on 15 novembre 2012 by administrateur
          
          
Antimodernisme.info : Nous invitons nos lecteurs à découvrir cette remarquable recension  qui se trouve sur le forum « un évêque s’est levé » . L’auteur du livre ( RP Lelong)  dévoile l’existence d’un groupuscule ( le GREC)  et de son rôle actif et occulte dans la diffusion des idées d’un rapprochement pratique entre la FSSPX et la Rome actuelle. Les prêtres de la Fraternité espèrent vivement une vigoureuse condamnation de cette association qui est à l’origine de tous ces troubles que nous connaissons actuellement. (AntiModernisme.info)     
    





          
          

Posté le: 14 novembre 2012 par Gentiloup à 13:58    Sujet du message: Recension de la "nécessaire réconciliation" promue par le GREC (Groupe de Réconciliaition Entre Catholiques)
          
       

Pour ceux qui préfèrent l'anglais, voir l' excellente traduction de cet article
 sur Ignis Ardens ou sur Cathinfo
par "Ancien Régime".

La version anglaise parue sur Cathinfo est à la suite de la version française originale

Traduction italienne sur Inter Multiples UNA VOX
           


              
Recension de la "nécessaire réconciliation" promue par le GREC
    
    
                                    

Je viens d'achever la lecture du livre du père Michel LELONG intitulé: "Pour une nécessaire réconciliation" - Livre paru en décembre 2011.



                                    
C'est un petit ouvrage de 159 pages, pas passionnant mais vite lu.
Il expose ce qu'est le GREC: Groupe de Réflexion Entre Catholiques.

Ce petit livre résume le travail accompli par le GREC, c'est une sorte de satisfecit de l'auteur qui a été  à l'origine de cette formation. Son but est d’œuvrer pour le ralliement de la FSSPX à la Rome conciliaire, en reconnaissant le Concile. Néanmoins ce petit livre clarifie sans le vouloir les dérives dans lesquelles est tombée la tête de la FSSPX et démontre pourquoi le ralliement avec la Rome conciliaire a pu gangrener tant d'esprits au sein de la FSSPX.

Ce groupe de réflexion a été fondé en 1997 dans le but d'intégrer la FSSPX à la Rome moderniste en lui faisant accepter le Concile Vatican II.

Les initiateurs sont Monsieur et Madame Pérol. Monsieur Pérol ayant été ambassadeur de France à Rome. Et le père Michel Lelong, auteur du livre et fervent défenseur du dialogue inter-religieux et du Concile.

Le but du GREC n'est pas ambigu, il est clairement défini tout au long de ce livre par différents protagonistes: "Interpréter Vatican II à la lumière de la Tradition" selon la formule que Jean-Paul II avait donnée à Mgr Lefebvre en 1978.

Le père Michel Lelong est convaincu des bienfaits du Concile et tout particulièrement des bienfaits de "Nostra aetate", lui qui est un spécialiste du dialogue avec les Musulmans.

L'idée de l'ambassadeur était de faire avec les catholiques traditionnels de la FSSPX, le dialogue qui se pratique avec les autres religions et dont il regrettait que la FSSPX soit exclue.

L'abbé Lorans, l'un des quatre fondateurs du GREC, est porte-parole du district de France. Il a obtenu de Mgr Fellay l'autorisation de dialoguer "pour une nécessaire réconciliation". Il est très attentif à tenir Mgr Fellay au courant de l'avancée de ce dialogue.

La "charte" de ce groupe a été définie par Monsieur Pérol peu avant son décès: il s'agit d"'interpréter Vatican II à la lumière de la Tradition". Ce que Benoît XVI appellera quant à lui "l'herméneutique de la continuité" en opposition à l'herméneutique de la rupture. Une herméneutique de rupture qui a été la constatation, en désespoir de cause, de Mgr Lefebvre au bout d'un long chemin de tentatives d'ententes avec cette église conciliaire. Il n'a pu que constater en fin de parcours que c'était impossible, d'où les sacres des quatre évêques en 1988.

Le groupe a démarré ses activités en petit comité autour de Madame Pérol et du père Michel Lelong, avec l'abbé Emmanuel du Chalard "qui ne cessa d'apporter au GREC un soutien aussi discret qu'attentif".

                                    
                                     
Citation:
"Deux autres prêtres contribuèrent de façon décisive  à la création puis à la vie de notre groupe de réflexion entre catholiques. L'un d'eux aujourd'hui retourné à Dieu était le Dominicain, le Père Olivier de La Brosse, l'autre, le père Lorans de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Je [Père Lelong] fis leur connaissance en 1997 à l'occasion d'un repas auquel nous avait convié Madame Pérol. Ce jour-là naquit le GREC." Page 24





Précision: Cette réunion eut lieu à Rome chez Madame Pérol.

  • Le père Olivier de La Brosse, décédé en 2009 fut porte-parole de la Conférence des Évêques de France.
  • L'abbé Lorans était quant à lui, porte-parole du district de France. Ce dernier ayant obtenu de Mgr Fellay l'autorisation de dialoguer "pour une nécessaire réconciliation" avec ce groupe.

Nous avons donc là les quatre fondateurs du GREC:

  • Madame Pérol,
  • le père Michel Lelong,
  • l'Abbé Lorans et
  • le père de La Brosse.

Dés les mois qui suivirent, les différents protagonistes firent des émules dans leur communauté respective.
Bientôt des conférences vont être organisées, mais sans tambours ni trompettes, il fallait que tout cela restât confidentiel.
                 
                           
Citation:
"Quand nous nous retrouvons dans l'amitié, écrit le père Michel Lelong, je pense souvent à Gilbert Pérol qui, tout en participant activement au dialogue islamo-chrétien, avait eu l'idée de, ce dialogue entre catholiques." Page 27




Les nonces apostoliques successifs et différentes autres personnalités de l'église conciliaire appuyèrent ce groupe. Ces personnalités informaient régulièrement le Pape de l'avancée du dialogue.
Le supérieur du district de France de la FSSP, l'abbé Ribeton vint se joindre au groupe, ainsi qu'un peu plus tard celui du Christ-Roi Souverain Prêtre etc.

Pour abréger ce résumé, il faut savoir que l'initiative de la levée des excommunication des quatre évêques de la FSSPX revient au GREC. Elle était demandée pour le jubilé de l'an 2000, déjà !!!, c'est en tout cas ce que revendique explicitement le Père Lelong dans cet ouvrage avec force citations des échanges de courriers entre ce groupe, les autorités romaines et le supérieur de la FSSPX.
Lorsqu'on nous dit à la FSSPX qu'il s'agirait d'un des points de la fameuse feuille de route issue de la FSSPX, ce n'est donc pas tout-à-fait vrai, puisque la première initiative en revient au GREC


Reviennent sans cesse les termes de "pleine communion".
                  
                           
Citation:
"En ce qui me concerne, étant prêtre depuis cinquante ans et ayant consacré mon ministère aux relations entre l'Eglise et les Musulmans, je suis profondément, attaché aux enseignements du concile Vatican II et je m'efforce de les faire connaître et comprendre  à ceux de nos frères catholiques  qui ont suivi Monseigneur Lefebvre et ses successeurs." (Père M. Lelong Page 42)




Le message est donc clair, que Mgr Fellay ne vienne pas jouer les vierges effarouchées en prétendant découvrir subitement en 2012 par un courrier du Pape, l'attente de la reconnaissance par la FSSPX du concile Vatican II !
Cela était clair dés le début des pourparlers avec le GREC !

Le 6 janvier 2004 le père de La Brosse adresse un courrier au cardinal Castrillon Hoyos (Commission Ecclesia Dei) pour lui rendre compte du colloque "Tradition et Modernité" organisé par le GREC le 22 novembre 2003 à Paris: 
             
                           
Citation:
"Monseigneur Philippe Breton, qui sur notre demande, a été désigné par Monseigneur Ricard, Président de CEF, comme "évêque référent" de ce groupe, a participé à la réunion et assuré la prière d'ouverture, M. l'abbé Lorans, de la FSSPX présidant quant à lui, la prière finale.
(...)
Le but même du colloque semble donc acquis: des catholiques français de sensibilités diverses et même opposées ont librement accepté d'engager un dialogue qui ne préjuge en rien d'une réconciliation totale. - Domaine réservé aux supérieurs compétents - mais ouvre la possibilité, le jour venu, que les instances de dialogue trouvent devant elles des partenaires capables de compréhension  et de respect mutuel. (...)

Le nombre de participants était de 40 personnes, toutes ayant été invitées à titre individuel par les membres du groupe. (...)
Une très grande discrétion ayant été observée sur la demande expresse de Monseigneur Ricard, ce qui correspondait à nos intentions. Aucun journaliste professionnel n'était présent dans la salle. Aucune information ni commentaire n'ont filtré, les jours suivants, dans la presse catholique ou laïque." (Page 45 - 46)





          
                            
Citation:
Ainsi grâce au soutien du nonce apostolique et aussi aux démarches du Père de La Brosse et de l'abbé Barthe, le cardinal Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, fut tenu au courant de nos activités.
L'élection de Benoît XVI fut accueillie  (...) avec beaucoup d'espoir (...). On sait, en effet, comment, dés les premiers mois de son pontificat le nouveau Pape tint à rencontrer Monseigneur Fellay, puis fit des déclarations et prit des décisions qui manifestent clairement sa volonté de rétablir l'unité dans l'Eglise par une herméneutique de "la continuité" et non "de la rupture" en ce qui concerne les enseignements de Vatican II. (Pages 48-49)





Suite au Motu Proprio de 2007, les animateurs du GREC adressent de nouveau une lettre au Pape pour lui redemander la levée des excommunications.

Suit à partir de la page 55 un historique des activités du GREC et des personnalités des différents bords qui viennent s'impliquer dans ce processus.
A la suite de la rencontre du Pape et de Mgr Fellay en 2005, le GREC s'élargit, du côté FSSPX notons entre autres: l'abbé Célier très actif, très présent, Jacques-Régis du Cray et plus tôt encore, Marie-Alix Doutrebente etc.

NDLR: De nombreux prêtres de la FSSPX et pas des moindres, (en dehors de ceux cités, qui eux, sont très impliqués), ont participé aux travaux du GREC souvent au titre de conférenciers. Certains sont cités dans le livre, d'autres non, dont je connais l'implication par ailleurs. Je préfère ne pas rappeler leurs noms, ne connaissant pas précisément leur position actuelle face au ralliement.  

C'est alors que les colloques démontrent "des convergences doctrinales et spirituelles" entre les deux parties.
  
                                   
Citation:
Le 10 juin 2010 une réunion du GREC était destinée à apporter son soutien au pape suite "à une campagne de presse particulièrement injuste", autour de "M. l'abbé Matthieu Rougé, Recteur de la Basilique Sainte-Clotilde de Paris (...) et M. l'abbé Lorans, chargé de la communication de la FSSPX".
Ce soir-là, grâce aux exposés des deux intervenants puis au débat qui suivit, on sentit combien était attendue et espérée la réconciliation entre tous les catholiques autour du Pape Benoît XVI et grâce à lui.
C'est pour y apporter sa contribution que durant l'année universitaire 2010-2011, le GREC consacra ses réunions au concile Vatican II, à Monseigneur Lefebvre et au Motu Proprio Summorum Pontificum, avec la participation d'historiens et de théologiens ayant des points de vue différents." (Page 69)






                                    
                                     
Citation:
A l'heure où j'écris ces lignes, on peut espérer que ces rencontres conduiront sans tarder à un accord. Mais il faut pour cela que la FSSPX comprenne que si elle a beaucoup à apporter à l'Eglise de Rome, elle a aussi beaucoup à en recevoir. Il faut donc qu'elle cesse de rejeter en bloc Vatican II et qu'elle accepte ses grandes orientations en les interprétant comme le propose aujourd'hui le Saint-Père. (Père Michel Lelong Page 85)




Suivent les témoignages de différents acteurs du GREC, dont ceux (pour la FSSPX) de l'abbé Lorans, de Marie-Alix Doutrebente de Jacques-Régis du Cray.
Une place très importante est accordée à l'Abbé Aulagnier qui a commencé avant la fondation du GREC, dés 1992 a entamer le dialogue avec des conciliaires (notamment avec le père abbé de Randol, Dom de Lesquen), ceci, alors qu'il était supérieur du district de France. Il a poursuivi ce rôle plus tard étant devenu membre de l'IBP. Toujours très actif en faveur du ralliement, lui qui était déjà rallié et qui a obtenu une cure dans la structure conciliaire.
Citation:




J'ai été heureux d'initier, dés 1992, comme supérieur du district de France de la FSSPX, des contacts nouveaux avec les autorités ecclésiales reconnues.
Passant un jour par Randol (...) le père abbé Dom de Lesquen discutait avec un jeune sur le parvis du monastère. Sachant le rôle qu'il avait joué auprès de Dom Gérard lors de son rapprochement du 10 juillet 1988 avec Rome, je l'aborde et lui parle (...) du grand rapprochement avec Rome, d'une normalisation de la FSSPX avec Rome
(...)" (Abbé Aulagnier Page 104)





Pour comprendre le processus du ralliement, il suffit de connaître le travail souterrain de ce groupe dont les membres se cooptent...

Rappel: ce livre a été publié en décembre 2011



                           
                           
Ce livre est très important à connaître pour savoir dans l'avenir ce qu'il ne faut surtout pas faire: aucune discussions doctrinales à aucun niveau tant que Rome ne sera pas convertie.

Ce fut la consigne laissée par Mgr Lefebvre et celle qui a prévalue jusqu'au ralliement manqué de justesse en juin 2012:
"Pas d'accord canonique sans accord doctrinal."
Les inférieurs ne font pas les supérieurs, or la FSSPX après un accord canonique se retrouverait sous l'autorité du pape moderniste et des dicastères conciliaires.

La vérité ne supporte pas le moindre compromis avec l'erreur, or ce processus engagé par le GREC n'est rien d'autre qu'une recherche de compromis.

Voici en conclusion ce que rapporte M. l'abbé Hewko:

 
Citation:




Le père Ludovic Barrielle (si hautement vénéré par l'archevêque) a déclaré en 1982 :
 
Citation:

«J’écris ceci pour que cela serve de leçon pour tout le monde. Le jour où la FSSPX abandonnera l'esprit et les règles de son fondateur, elle sera perdue. De plus, tous nos frères qui, à l'avenir, se permettront de juger et de condamner le Fondateur et ses principes, ne montreront pas d’hésitation pour finalement écarter de la Fraternité l'enseignement traditionnel de l'Eglise et la messe instituée par Notre Seigneur Jésus-Christ. »

Cité par M.. l'abbé Hewko





Gentiloup     
_______________________________________________________
         
 
Version traduite en anglais
    

Towards a Necessary Reconciliation -- authorized translation, not machine generated
ancien regime
Level 1





Reputation: 83
(Likers: 34 / Critics: 1)
Group: Members
Posts: 25
Joined: Jul 12, 2012

12    
0

Council.  Mr Pérol had been the Ambassador of France to Rome.
     

GREC’s goal is not ambiguous. It is clearly defined throughout this book by different protagonists as being “Interpreting Vatican II in the light of Tradition,” according to the formula John-Paul II gave to Archbishop Lefebvre in 1978.
I have been working with Gentiloup to provide a translation of the article "Pour la nécessaire réconciliation" that was posted on Un évêque s’est levé ! this week.

I know a machine translation was posted as I was finishing mine, but I thought all of you might like to see the "authorized" translation anyway. The machines tend to become very confused about verb tenses and French pronouns and prepositions. They are notorious for ignoring negative statements and other such grammatical details.

To answer a previous question, NO the book is not available in English.


Anyway, here it is:

Review of “Towards a Necessary Reconciliation” by Fr. Michel Lelong, promoted by GREC
By Gentiloup (posted November 14, 2012)
From the web site Un évêque s’est levé !

I just finished reading the book by Fr. Michel Lelong, entitled: Towards the Necessary Reconciliation  [[b]Pour la nécessaire réconciliation[/b] (pub: December 2011)].

It is a small work of 159 pages, not exciting but quickly read. It is an exposé of GREC, “Groupe de Réflexion Entre Catholiques”  [Catholic Think Tank].

This booklet summarizes the work accomplished by GREC, it is a sort of glowing report by the author who was present from the beginning of this organization. His goal is to open up the SSPX  to reconciliation with conciliar Rome. Nevertheless, this little book unintentionally clarifies the downward slide of the head of the SSPX and why the ralliement [an apropos French word for the effort to rejoin with Rome]  with conciliar Rome was able to corrupt the spirit at the heart of the SSPX.

This “think tank” was founded in 1997 with the goal of integrating the SSPX into modernist Rome and convincing it to accept the Second Vatican Council.

The founders were Mr. and Mrs. Gilbert Pérol and Fr. Michel Lelong, author of the book and fervent defender of inter-religious dialogue and the
     
Fr. Michel Lelong is convinced of the benefits of the Council, especially of Nostra Aetate, and is a specialist in dialoguing with Muslims.

The Ambassador’s idea was to enter into dialogue with traditional Catholics of the SSPX in the same way that he had dialogued with other religions and from which, to his regret, the SSPX had been excluded.

Fr. Alain Lorans, one of the four founders of GREC, was the spokesman for the SSPX District of France.  He immediately obtained permission from Bishop Fellay to participate in the dialogue “for a necessary  reconciliation.” He has been very attentive in keeping Bishop Fellay up-to-date with the progress of this dialogue.
     

     
The 'Charter' of this group was defined by Mr. Pérol shortly before his death: it is “to interpret Vatican II in light of Tradition,” which Benedict XVI himself calls the hermeneutic of continuity, in opposition to the hermeneutic of rupture, as Archbishop Lefebvre ruefully observed at the end of his long quest to reach a tentative agreement with this Conciliar Church. In the end, he could see that an agreement was impossible, hence the consecrations of the four bishops in 1988. 

Commencing its activities with a small committee formed around Mrs. Pérol, Fr. Michel Lelong and Fr. Emmanuel le Chalard, the Group “did not cease to give discreet and special support to GREC.”
     

     
Quote:
Two other priests contributed decisively to the creation and life of our Catholic think tank. One of them who has since returned to God was the Dominican, Fr. Olivier de La Brosse, the other, Fr. Lorans of the SSPX. I [Fr. Lelong]  got to know them in 1997 during a dinner to which we had been invited by Mrs. Pérol.  On that day GREC was born. Page 24


     
Details: This meeting took place in Rome at Madame Pérol’s home.
•    Fr. Olivier de La Brosse, who died in 2009, was the spokesman for the Bishops' Conference of France.
•    Fr. Lorans was the spokesman for the [SSPX] District of France.He had obtained permission from Bishop Fellay to dialogue for a necessary reconciliation  with the group.

Thus we have the four founders of GREC:

•    Mrs. Pérol
•    Fr. Michel Lelong
•    Fr. Lorans
•    Fr. de la Brosse
     

     
In the months that followed, the protagonists remained quietly within their respective communities.

Soon after, conferences would be organized, but without fanfare, for it was necessary that this should remain confidential.
     

     
Quote:
Fr. Michel Lelong wrote, “When we meet in friendship, I often think of Gilbert Pérol who, while actively participating in Christian-Muslim dialogue, had the idea of this dialogue between Catholics.” Page 27


     
The apostolic nuncios supported this group, along with various other personalities of the conciliar church who regularly informed the Pope of the progress of the dialog.

The SSPX District Superior of France, Fr. Ribeton, joined the group and, a little later, so did the head of The Institute of Christ the King Sovereign Priest.

To shorten this exposé, you should know that the initiative of the lifting of the excommunications of the four bishops of the SSPX can be traced back to GREC who had already requested it as a part of the celebration of Jubilee year 2000! In any case Fr. Lelong claims it explicitly in this book and provides many quotations from exchanges of letters among the group, the Roman authorities, and the superior of the SSPX.

When Mgr Fellay tells us that the lifting of the excommunications is one of points of the Society’s roadmap, that is also false!

They keep returning to the term “full communion.”
     

     
Quote:
As far as I'm concerned, having been a priest for fifty years and having devoted my ministry to the relationship between the Church and the Muslims, I am deeply attached to the teachings of Vatican II and I am trying to raise awareness and understanding of those [teachings] among our fellow Catholics who follow Archbishop Lefebvre and his successors.  (Fr. M. Lelong Page 42)


     
Thus, the message is clear—Bishop Fellay does not come to play as a naïve schoolboy pretending suddenly to discover in 2012, through a letter from the Pope, the expectation of SSPX recognition of Vatican II. This has been clear from the debut of the discussions with GREC!

On January 6, 2004, Fr. de la Brosse sent a letter to Cardinal Castrillon Hoyos (Ecclesia Dei Commission) to give an account of the “Tradition and Modernity” colloquium organized by GREC on November 22, 2003, in Paris:
     

     
Quote:
At our request, Bishop Philippe Breton was appointed by Bishop Ricard, President of CEF [French Bishops Conference], as the “affiliated bishop” of the group, to attend the meetings and provide the opening prayer, with  Fr. Lorans of the SSPX presiding over the final prayer. . . .

Thus the very purpose of the colloquium seems to have been established: French Catholics of various and even opposite sensitivities have freely agreed to engage in a dialogue that does not prejudge a total reconciliation in any way—a field reserved to competent superiors—but this opens the possibility, when the times comes, that the dialogue caucus will find before them partners capable of understanding and mutual respect.  . . .

The number of participants was 40 people, all of whom were invited individually by group members. . . .
Very great discretion was observed at the express request of Bishop Ricard, which corresponded to our intentions. No professional journalists were present in the room. No information or comments have been leaked during the following days, neither in the Catholic nor the secular press. (Page 45 - 46)


     
Quote:
Thus, thanks to support from the Apostolic Nuncio and also to the efforts of Frs. La Brosse and Barthe, Cardinal Ratzinger, then prefect of the Congregation for the Doctrine of Faith, was kept informed of our activities. The election of Benedict XVI was welcomed . . . with great hope. . . . We know, indeed, how during the first months of his pontificate the new Pope met with Bishop Fellay and made statements and decisions that clearly manifested his desire to reestablish  unity in the Church through a hermeneutic of continuity and not of rupture with regards to the teachings of Vatican II. (Pages 48-49)

and

Father Lelong and I propose to inform them of this development, of our work methods as well as the results as a whole to our concerned partners, that is to say, on a priority basis: the Sacred Congregation for the Clergy, then the Apostolic Nunciature, the Bishops Conference of France, and the superiors of the Fraternities of St. Pius X and St. Peter. I added some traditional religious communities who had said they were interested and may wish to become participants in some of GREC’s projects. (pp.47-48)


     
After the Motu Proprio of 2007, the organizers of GREC sent a new letter to the Pope, asking him again to lift the excommunications.

From page 55 follows a history of GREC’s activities and of the key figures of different sides who are to be involved in this process.

Following the Pope’s meeting with Bishop Fellay in 2005, GREC expanded the SSPX side [NB] to include, among others: a very active, very involved Fr. Célier, Jacques-Régis du Cray, even earlier, Marie-Alix Doutrebente.

[Editor’s note: Not a few SSPX priests, (outside those cited, who themselves are very involved), have participated in GREC’s work, often as speakers. Some are cited in the book, others are not, whom I know by implication from elsewhere. I prefer to not reveal their names, since I do not accurately know their current position regarding the ralliement.]

It was then that the colloquia revealed the “doctrinal and spiritual convergence” between the two parties.
     

     
Quote:
On June 10, 2010, a GREC meeting was held with the purpose of declaring its support of the Pope following “a particularly unfair media campaign,” around “Fr. Matthew Rouge, Rector of St. Clotilde Basilica in Paris . . . and Fr. Lorans, in charge of SSPX communications.”
That evening, thanks to two speakers’ presentations and the discussion that followed, we sensed how much a reconciliation between all Catholics around Pope Benedict XVI was expected and hoped for, thanks to him.
GREC devoted its meetings to Vatican II, Archbishop Lefebvre, and the Motu Proprio Summorum Pontificum, with the participation of historians and theologians providing different points of view, so as to make its contribution during the 2010-2011 academic year.(Page 69)


     
Quote:
At the time of this writing, one can hope that these meetings will lead to an agreement without delay. But the SSPX must understand that if it has much to offer to Rome, it also has much to receive from it. It must therefore stop rejecting Vatican II outright and accept the guiding principles in interpreting them as proposed by the Holy Father today. (Father Michel Lelong Page 85)


The stories of different GREC actors follow, including those (for the SSPX) of Fr. Lorans, Marie-Alix Doutrebente and Jacques-Régis du Cray.

A very important place is given to Fr. Paul Aulagnier, who began when he was District Superior of France, before the foundation of GREC, to open a dialogue in 1992 with conciliarists (notably with Dom de Lesquen, Abbot of Notre Dame de Randol). He continued this role later after becoming a member of the IBP [Institute de bon pasteur/Good Shepherd Institute]. Still very active in support of the ralliement, he has already rejoined and has obtained a parish in the conciliar structure.

     
Quote:
Beginning in 1992, as District Superior of the SSPX in France, I was happy to initiate new contacts with recognized ecclesiastical authorities.
One day, when passing by Randol . . .  Abbot Dom de Lesquen was talking to a young man in the forecourt of the monastery. Knowing the role he had played with Dom Gérard during his rapprochement with Rome on July 10, 1988, I approached him and spoke with him . . .  about the rapprochement with Rome, of a normalization of the SSPX with Rome
. . .  (Fr. Aulagnier Page 104)


To understand the process of ralliement, it suffices to know the underground work of the group whose members admit to it.

Reminder: this book was published in December 2011

It is very important to be familiar with this book so as to know what is important in the future not to do: no doctrinal discussions at any level so long as Rome has not converted.

This was the point made by Archbishop Lefebvre and which has prevailed until the narrowly missed ralliement in June 2012:

“No practical agreement without a doctrinal agreement.”

Inferiors do not form the superiors, and yet, after a practical agreement, the SSPX would find itself under the authority of a modernist pope and conciliar congregations.

The truth does not support the least compromise with error, and yet the process initiated by GREC is nothing other than a search for compromise.

In conclusion, here is what Fr. Hewko has to say:

Quote:

Fr. Ludovic Barrielle (so highly revered by the Archbishop) commented in 1982:

     
Quote:
I am writing this to serve as a lesson for everyone. The day that the SSPX abandons the spirit and rules of its Founder, it will be lost. Furthermore, all our brothers who, in the future, allow themselves to judge and condemn the Founder and his principles, will show no hesitation in eventually taking away from the Society the traditional teaching of the Church and the Mass instituted by Our Lord Jesus Christ.


     
Quoted by Fr. Hewko in his Open Letter to His Excellency Bishop Fellay, Society Priests, Religious and Faithful, dated November 8, 2012.
     

      
      


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 15 Nov 2012, 17:58    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Un évêque s'est levé! Index du Forum -> ARCHIVES -> VERS LE RALLIEMENT Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com